Ce championnat du monde vaut vraiment le coup d’œil car les coups de poings n’ont pas manqué. Linares a une vitesse de bras et une classe hors norme. Il faut de sacrées qualités pour finir un combat aussi fort avec des accélérations phénoménale après une telle baston. De mon point de vue, il n’y avait pas photo, malgré une coupure à l’arcade subie assez tôt (et bien soignée), j’avais 8 ou 9 rounds en faveur du Vénézuélien, dont le 6e, jouissif, où j’ai bien cru qu’il allait finir Crolla. Ce dernier a dominé seulement dans le 4e avant de réagir un peu plus tard, chose normale devant son public, mais méritoire après être passé près de la fin. Je lui aurais donné les reprises 7 et 9. Linares a un peu faibli après avoir pris feu dans le 6e, à se demander s’il n’avait pas choisi de s’économiser après un effort si violent. En le voyant faire du cinéma lors du 9e round pour monter que tout allait bien, j’en suis un peu moins certain. Quand un boxeur se comporte ainsi, c’est généralement qu’il essaie de masquer sa faiblesse. En étant frais et lucide, il se serait comporté autrement, en mettant des coups. Si la 10e reprise est difficile à juger car super serrée, Linares a gagné la 11e contre un adversaire étrangement passif. Il était possible que les 3 ultimes minutes de ce super combat soient décisives, c’est pourquoi le Vénézuélien a immédiatement envoyé du pâté. Bien lui en a pris quand on voit les scores (117-111, 115-114, 115-113) ! Crolla a alors pris très cher, de véritables rafales, ses velléités de réaction ont vite été ensevelies sous une avalanche de coups. Il a fini en sang.

En plus de remporter la ceinture WBA de Crolla, Linares s’est emparé de celle de The Ring, qui était vacante. Il a donc désormais remporté des championnats du monde dans 3 catégories et dans 6 pays. Il a une vitesse de bras impressionnante, une qualité technique dingue aussi bien au niveau des déplacements que des esquives et de la façon de porter ses coups, il a aussi un sacré coup d’œil, un sens tactique impressionnant. De surcroît il est puissant, comme le traduit son palmarès (27 victoires avant la limite sur 44 combats, dans ces petites catégories, ce n’est pas rien).

Ça fait 3 semaines de suite que La Chaîne l’Equipe diffuse des championnats du monde de boxe assez formidables. Le nouveau nom est pourri, le contenu est en revanche de mieux en mieux !



Les vidéos sont aussi sur Viméo (mot de passe = boxe) : partie 1 , partie 2, partie 3 et partie 4.