Mot-clé - équipe d’Italie de volley

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 8 août 2016

Goûts de luxe. (Rio 2016 J2)

Rio_2016 La machine est lancée ! L’équipe de France olympique a débloqué son compteur de médailles. Certes, on espérait l’or car nous avons trop été habitués à gagner, mais que cette 2e place fait du bien ! La journée a en effet encore été marquée par son lot de déceptions, de catastrophes, de mauvaises nouvelles, de tuiles, de regrets. A vrai dire, à force, on avait tendance à oublier tous les événements positifs qui ont parsemé la journée, on retient beaucoup plus facilement une défaite frustrante. On aurait presque l’impression que cette médaille d’argent a pour la France des allures de sortie de crise. Mais pas du tout ! Après 2 jours de compétitions, comment voulez-vous tirer des conclusions sur un événement qui en dure 16 ?

Lire la suite...

dimanche 18 octobre 2015

Yavbou, schneck plus ultra !

La_team_Yavbou_championne_d_Europe__.jpg En matière de volley, je suis un profane absolu. Quel pied de pouvoir regarder l’équipe de France en ayant l’œil d’un supporter non-averti posé devant un super spectacle sportif !

Je ne prétends pas posséder des connaissances techniques poussées dans tous les sports que je suis, mais à force de les suivre, l’œil s’y fait, on repère ce qui ne va pas, on finit dans certains cas par avoir un avis sur la tactique employée, on comprend certaines subtilités. Devant du foot, j’ai trop tendance à observer au lieu de simplement regarder. Quand on a suivi des centaines – pour ne pas dire des milliers – de matchs et qu’on a bien étudié les lois du jeu, qu’on a approfondi ses connaissances, on apprécie les choses différemment, on peut se forger son propre jugement sans se laisser influencer par celui des autres, par celui qu’on voudrait nous imposer. Devant un match, devant une action, on sait ce que le joueur, l’entraîneur ou l’arbitre aurait pu ou dû faire, on ne se contente pas de ce qu’il a réellement fait. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle un footballeur comme Javier Pastore me fait tant vibrer : il n’entre pas dans les schémas classiques, il crée des choses que seul lui peut créer, son jeu ne peut être analysé que par les gens qui comprennent et apprécient vraiment le football, pas par ceux qui croient qu’un joueur est génial s’il a touché 150 ballons pendant un match et a réussi 100% de ses passes.

Lire la suite...