Mot-clé - équipe de Corée du Sud de football féminin

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 22 juin 2015

Canada Dry. (CdM F, 8e)

CdM_2015_de_foot_feminin.jpg Disputer la même compétition sans jouer au même sport, c’est possible. Aux JO par exemple. On découvre jour après jour que c’est aussi possible dans une Coupe du monde de football féminin. L’équipe de France joue au football, et du bon, ça ne fait aucun doute. Dans les 2 autres huitièmes de finale on a vu du Canada Dry de football.

Le Canada Dry, ça ressemble à l’alcool, c’est doré comme l’alcool, son nom sonne comme un nom d’alcool… mais ce n’est pas de l’alcool. Le jeu du Canada, ça se joue avec un ballon de football, dans un stade de football, sur un terrain de football, avec des tenues de football et un arbitre de football, mais ce n’est pas du football. Contre la Suisse, le pays hôte s’en est sorti en jouant une fois de plus horriblement mal, la première période était une souffrance pour ceux qui, comme moi, aiment le jeu. Brésil-Australie n’était pas réellement une rencontre d’une qualité supérieure.

Le point commun de ces 2 matchs est que l’équipe qui n’a su convertir aucune de ses occasions de faire la différence a payé cher son manque d’efficacité face à une formation encore moins créative mais plus réaliste. Heureusement, entre-temps, les Bleues ont donné une leçon de football féminin à la Corée du Sud.

Lire la suite...

dimanche 14 juin 2015

Revue des 6 poules. (CdM F, J2)

CdM_2015_de_foot_feminin.jpg A l’issue des deux premières journées de la phase de groupes de cette Coupe du monde de football féminin à 24 équipes au lieu de 16, deux constats s’imposent.

D’abord, on s’en rend bien compte, 21 équipes sont à leur place dans cette compétition, 3 n’ont absolument pas le niveau, à savoir la Côte d’Ivoire, la Thaïlande et l’Equateur.

Ensuite, aucune des 21 équipes au niveau ne semble réellement survoler la compétition. Elles ne sont que 2 à avoir enchaîné 2 succès. Toutes ces sélections ont montré des failles, y compris les plus attendues. Certaines ont obtenu de bons résultats en jouant mal, d’autres ont énormément souffert quand on ne s’y attendait pas. Les petites font de la résistance, ou mieux, jouent sans faire le moindre complexe. On observe donc une homogénéisation accélérée du football féminin. Sans évolution de la qualité de l’arbitrage.

Le seul souci avec ce format à 24 – qui sera aussi celui de l’Euro 2016 de foot masculin organisé en France – est cette histoire de qualification de 4 des 6 meilleurs troisièmes. Quel b*rdel !

Lire la suite...