Mot-clé - équipe du Brésil de football

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 13 février 2011

Je sombre dans le pessimisme.

bandeau L1 2010-2011 Ça y est, les problèmes apparaissent… Il fallait bien que ça arrive, vue la façon du est gérée le PSG, les éviter semblait impossible. Lens a pris un point au Parc des Princes car malgré une nette domination les Parisiens n’ont pas réussi à convertir une de leurs occasions. Un classique. Ça aurait pu être pire, en 2010-2011 ces matchs se terminent en général par un 0-0 (Rennes à l’aller, Nice, Dortmund, maintenant Lens…), la saison passée le PSG encaissait un but et s’inclinait 0-1. 0-0, 0-1, le goût est le même, celui d’une défaite.

L’événement est que pour la première fois depuis des lustres le PSG sort d’un match sans avoir encaissé de but (à Montpellier c’était aussi le cas après 90 minutes, pas après 120). Les plus optimistes retiendront cette statistique et le point "sauvé" malgré les frayeurs causées par les contre-attaques lensoises.

Le mauvais arbitrage n’est pas la cause de ce qui dans les têtes et au classement équivaut à une défaite, surtout que le PSG a aussi eu l'occasion de profiter de mauvaises décisions, un match nul contre un relégable étrillé il y a un mois au même endroit avec presque les mêmes joueurs (surtout côté parisien). Pourquoi cette contre-performance ? Outre la belle résistance de Lensois "bien en place" comme on pouvait s’y attendre, 4 raisons sont facilement identifiables, elles sont toutes connectées :
1. la méforme de Nenê,
2. la transparence d’Erding,
3. les choix de Kombouaré,
4. la politique de recrutement de Robin Leproux et compagnie.
Vous comprendrez que chacune de 3 premières raisons découle des suivantes.

Lire la suite...

jeudi 10 février 2011

Ça vous a plu, à vous ?

Oui, les Bleus ont battu le Brésil. Ça vous a plu, vous ? Je n’ai pas spécialement envie de jouer les rabat-joie, battre la Seleçao auriverde est toujours sympathique, ça rappelle de bons souvenir, on en envie de faire les beaux. Le spectacle de ce France-Brésil ne peut que tempérer mon enthousiasme. Quel mauvais timing ! Une belle pelouse ne garantit pas un super match. Une pelouse défoncée rend tout beaucoup difficile. L’état déplorable du terrain du Stade de France a pourri le spectacle, le rendu visuel en a pris un coup, difficile de l’apprécier dans un cadre aussi foireux. Vous n’imagineriez pas être servi dans une assiette salle lors d’un dîner dans un grand restaurant, ça vous gâcherait le plat tant au niveau de son aspect – il serait soudain moins appétissant, autant dresser à la louche façon cantine scolaire – que de son goût pour peu que les saletés dans l’assiette ne soient pas de simples traces. En l’occurrence la pelouse du SdF a été victime d’un mauvais calendrier, l’ouverture du Tournoi des VI Nations 3 jours avant un match de gala contre le Brésil. Samedi en voyant les mêlées découper des escalopes et les logos des sponsors peints sur la pelouse, je me suis demandé comment on allait pouvoir y jouer au foot 4 jours plus tard. Si en 2012-2013 le PSG vient jouer au Stade de France pendant la rénovation du Parc des Princes, j’espère qu’on délocalisera les matchs du Tournoi à Marseille, Lens, Toulouse ou autre… loin du stade où devra jouer le PSG. Et pas question de voir un test d’automne ou un match du Stade français s’y dérouler ! Le rugby est un fléau pour les pelouses.

Lire la suite...

dimanche 30 janvier 2011

L’exception.

bandeau L1 2010-2011Samedi, sur 7 matchs, 6 ont été remportés par l’équipe évoluant à domicile, on ne compte qu’une victoire à l’extérieur, celle du PSG à Avignon. Lyon et Rennes ont explosé, Paris a fait le métier dans des conditions particulièrement difficiles.

Pas de Clément ni d’Hoarau, victime du terrain d’Agen. Pas de Cearà, blessé depuis un moment. Chantôme était suspendu, il a pris 2 matchs pour ses 2 jaunes à Montpellier en Coupe de la Ligue, je préfère ça au coup du 1+1 avec le sursis qui tombe au pire moment. Ajoutez-y l’entorse de Makélélé à l’entraînement vendredi (on n’était pas au courant avant la conférence de presse d’après-match)… ça fait lourd. Bien sûr, on ne peut oublier de mentionner le départ de Sessegnon pour Sunderland officialisé en début de soirée.

"Land", en anglais, ça veut dire région/pays, mais "Sunder", ça veut dire quoi ? Pigeon ? Sunderland, le pays du pigeon. Quasiment 8 millions d’euros pour un intermittent du spectacle maladroit dans la zone de vérité, peu efficace, borné, dont l’hygiène de vie est citée en exemple à ne pas suivre… Joueur qui de surcroît cirait le banc en championnat depuis des mois. J’espérais qu’on trouverait un pigeonSunderland semblait en être un bien grasSessegnon n’est plus parisien. Thank you very much !

Lire la suite...