Mot-clé - Anémone Marmottan

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 28 décembre 2015

Pas fou à Lienz.

Pressons-nous d’oublier le slalom géant féminin de Lienz, épreuve inter-fêtes de fin d’année aux résultats pas franchement positif pour l’équipe de France de ski alpin. 9 engagées, 6 qualifiées, mais aucune dans le top 10, et 4 parmi les 6 dernières classées. On espérait beaucoup mieux.

Tout n’est pas à jeter, 3 jeunes ont réussi à se qualifier, preuve que la relève commence à pointer le bout de ses spatules, malheureusement, alors qu’on attendait un podium de Tessa Worley et de bonnes performances des autres filles expérimentées, l’affaire était entendue dès la première manche.

Lire la suite...

dimanche 29 novembre 2015

Nul autre adversaire que soi-même.

En Ligue 1, qui peut battre le PSG ? Lui-même.
En NBA, qui peut mettre fin à la série d’invincibilité des Golden State Warriors ? Eux-mêmes, ou peut-être Brock Lesnar^^…
A Aspen, qui peut battre Michaela Shiffrin dans les épreuves techniques ? Elle-même.

Et oui, parfois, en sport, vous être votre plus grand adversaire. Voire votre seul véritable adversaire. C’est bon signe pour vous, ça signifie que vous dominez largement votre discipline ou au moins la compétition à laquelle vous participez. Peu importe qui on vous oppose, si vous faites preuve de sérieux et faites le job correctement, vous gagnez.

Dans le cas de Michaela Shiffrin, cette supériorité phénoménale s’est vérifiée ce week-end. L’identité de sa seule "ennemie" aussi.

Lire la suite...

jeudi 12 février 2015

ExtraORdinaire FenningOR. (ChM ski alpin)

ChM_ski_alpin_2015.jpg La belle Anna n’avait pas dit son dernier mot. En slalom géant, elle a eu le dernier mot. Le mot le plus adéquat pour qualifier sa journée me semble être "démonstration". "Domination" convient tout autant.

Après 4 des 5 épreuves féminines des Championnats du monde de ski alpin, Anna Fenninger a 2 médailles d’or et une médaille d’argent accrochées au cou. Comme Tina Maze. L’Autrichienne avait pris la 4e place du super-combiné, la Slovène a pris la 5e du géant, dont elle est la championne olympique en titre. Le rêve de grand chelem ne se matérialisera pas. Il reste une chance à Maze de décrocher une 4e breloque pour être l’indiscutable Reine de Neiges, mais la princesse de Vail ne lui fera pas de cadeau samedi en slalom.

Venons-en à l’épreuve de ce jeudi, une épreuve marquée par un énième drame pour l’équipe de France féminine. Anémone Marmottan ne méritait pas ça.

Lire la suite...

mardi 10 février 2015

The A-Team. (ChM ski alpin)

ChM_ski_alpin_2015.jpg En ski alpin, le team event est une épreuve très particulière. Elle est rarement disputée, seulement une à 2 fois par an quand aucun imprévu ne vient causer son annulation. En principe, il y en a un lors des finales de la Coupe du monde, et, tous les 2 ans, un lors des Championnats du monde. Et à la fin, c’est l’Autriche qui gagne. Pourquoi ? Parce qu’elle la prend au sérieux. L’Autriche met l’équipe A, la France n’a mis que l’équipe A’. A un moment, ça a coincé. Pourtant le tableau semblait plutôt ouvert, les Bleus devaient au moins se battre pour la médaille de bronze. L’importance relative accordée à ce team event – où les tricolores ont décroché l’or il y a 4 ans, enclenchant une dynamique positive dont ont profité Tessa Worley, Cyrprien Richard et Jean-Baptiste Grange pour s’adjuger les 3 médailles individuelle d’une délégation alors dans le dur – explique le forfait de plusieurs grands noms et de concurrents au programme déjà très chargé. Ainsi, parmi les grands absents, on peut citer Tina Maze, Anna Fenninger, Henrik Kristoffersen, Alexis Pinturault ou encore Victor Muffat-Jeandet.

Lire la suite...

dimanche 28 décembre 2014

Pas à la fête…

D’habitude, les épreuves de la Coupe du monde de ski alpin disputées entre Noël et le jour de l’an ont lieu à Semmering ou Lienz pour les femmes et à Bormio pour les hommes.

Cette année était celle de la découverte. Pour des raisons différentes (manque de neige à Semmering, embrouille entre les organisateurs en Italie) il a fallu trouver d’autres pistes. Les hommes ont donc découvert Santa Caterina pour une descente et les femmes ont fait étape à Kühtai en Tirol (toujours en Autriche) pour des épreuves techniques. Ils partaient presque tous dans l’inconnue.

Et pour les membres de l’équipe de France, ça s’est… mal passé. Sauf un exception pour qui ça s’est passé mieux que prévu ou assez bien compte tenu d’ambitions mesurées.

Lire la suite...

lundi 1 décembre 2014

Les Bleus ne font pas sans blanc.

La saison du blanc est désormais bien lancée, nous sortons du premier vrai week-end de la saison avec à peu près toutes les disciplines au programme. Forcément, j’ai regardé tout ça. Si vous avez manqué le plus important, c’est l’heure du rattrapage.

Lire la suite...

dimanche 26 octobre 2014

Déjà là ! (CdM ski alpin)

Comme le veut la tradition, la saison de ski alpin – et même des sports d’hiver d’extérieur dans l’hémisphère nord – a débuté sur le glacier autrichien de Sölden avec un week-end de slalom géant.

Les organisateurs ont eu de la chance, il est tombé 70cm de neige pile au bon moment pour aider à avoir une piste de qualité suffisante afin de compléter les stocks de neige. Mais le problème reste le même : en octobre, 3 semaines avant le 2e week-end de Coupe du monde, on ne peut compter sur des conditions équitables, chaque passage marque énormément, on doit vite skier dans les trous. Avoir un bon dossard est donc une réelle nécessité.

Lire la suite...

vendredi 7 février 2014

Les Bleus à la recherche de l’or blanc. (Sotchi 2014)

Sotchi 2014 J’annonce déjà un record de médailles pour l’équipe de France olympique (plus de 11). Mieux, j’annonce aussi un record de titres (4 ou plus). Sotchi 2014 sera un grand cru pour les Bleus.

Si forts que ça nos Bleus ? Non. Au niveau de la densité, on a connu beaucoup mieux… avant une série noire de blessures touchant beaucoup de têtes d’affiche, à commencer par nos 2 championnes du monde de ski alpin (Tessa Worley et Marion Rolland). Seulement voilà, l’équipe de France possède encore plusieurs locomotives qui à elles-seules devraient obtenir plus de la moitié des médailles.

Lire la suite...

jeudi 14 février 2013

Tessa Worl… d champion ! (ChM 2013 de ski alpin)

Schladming 2013 Mais c’est qu’on y prend goût ! De l’argent en super-G, du bronze en descente, de l’or encore en descente… et de nouveau de l’or en slalom géant. Ma foi, l’équipe de France se débrouille mieux que bien à Schladming, et moi, simple spectateur grand amateur de ski (à la télé), je me régale devant mon écran.

Les médailles aux Championnats du monde de ski alpin, Tessa Worley en avait déjà obtenu 2 lors de la précédente édition. Après l’or lors du Team Event – dont l’importance même accrue ces dernières années reste relative – elle s’était arrachée en seconde manche pour effectuer une remontée fantastique lors de la seconde manche du géant et décrocher le bronze. A l’époque, si on l’attendait déjà sur la boîte, elle semblait avoir perdu toute chance d’y parvenir en se loupant complètement sur le premier tracé. Cette fois, pas question de se manquer, pas question de revivre telle mésaventure.

Lire la suite...

mardi 12 février 2013

Cadeau ! (ChM 2013 de ski alpin)

Schladming 2013 Un slalom géant parallèle par équipes, ça peut vraiment être sympa. La FIS essaie de l’imposer comme une épreuve qui compte lors des Championnats du monde de ski alpin, elle veut la mettre au programme olympique. Je suis encore sceptique. Il est impératif d’y apporter des améliorations pour rendre la chose complètement crédible.

En nocturne sur la piste de Schladming, ça avait vraiment de la gueule… Jusqu’au moment où on a vu le tableau et la compo des équipes. Une compétition à 15 équipes avec uniquement des tours à élimination directe, ça veut dire 8e de finale pour tout le monde sauf pour une équipe directement qualifiée pour les quarts. Qui a-t-on choisi pour bénéficier de ce passe-droit ? L’Autriche bien sûr ! Pourquoi se priver ? La France étant championne en titre, cette qualification directe aurait dû lui revenir, ça aurait semblé logique. Non, on a concocté un classement à partir de… En fait je ne sais pas à partir de quoi car s’il y a un Team Event par saison c’est le bout du monde (normalement lors des finales de la CdM on en organise un me semble-t-il, mais on peut aussi bien l’annuler, comme celui des ChM de Val-d’Isère), alors en tirer un classement mondial, c’est assez comique.

Lire la suite...

samedi 22 octobre 2011

Déjà là !

les sports d'hiver Pour ses concurrentes, c’est très inquiétant. Dès la course d’ouverture de la Coupe du monde de ski alpin, Lindsey Vonn a frappé un grand coup en dominant toutes les spécialistes de la discipline qui lui résistait, la seule, le slalom géant.

La 2e très frustrée du classement général de la saison passée – à 3 points du titre, on se souvient de l’arnaque dont elle a été victime avec l’annulation de certaines courses des finales – avait déjà gagné 21 descentes, 14 super-G, 4 combinés et 2 slaloms, elle est désormais entrée dans caste des rares femmes à avoir gagné dans les 5 disciplines du ski alpin (elle sont désormais 5), ça lui fait 42 victoires (81 podiums) en Coupe du monde. Si son palmarès est très impressionnant, la manière l’est tout autant. En première manche, avec le dossard 8, elle a parfaitement su limiter les dégâts, se classant 4e en embuscade à 92 centièmes de l’Italienne Federica Brignone (une jolie brune). La piste du géant de Sölden est en 3 parties, le haut pour prendre de la vitesse, le mur très long et impressionnant, puis un plat très plat. L’Américaine a atomisé la concurrence sur le plat, elle a par exemple mis pratiquement 9 dixièmes à Tessa Worley rien que sur cette portion… Rebensburg a eu droit au même sort, elle a perdu la première place malgré 0.80s d’avance au dernier intermédiaire, échouant à 0.04s (Vonn avait déjà repris du temps sur le plat lors de la première manche). Le podium a été complété par Elisabeth Görgl, qui pourrait bien être la concurrente principale de Vonn pour le général.

Lire la suite...

mardi 8 mars 2011

La semaine dernière… (28 février au 6 mars 2011)

La semaine dernière...La France n’a pas de champions ? Nos sportifs et nos fédérations ont souvent droit à des tas de critiques, on entend souvent dire qu’en France, on est nul, la mode ces 2 ou 3 dernières années est de dire que l’Espagne a plein de champions alors que nos footballeurs sont nuls, nos cyclistes ne sont pas foutus de gagner le Tour de France, nos tennismen incapable de gagner Roland-Garros, etc.

FOUTAISES ! Jamais la France n’a eu autant de champions, et de jeunes champions en plus ! On en a de partout ! Cette semaine Pinturault, Fourcade, Lamy-Chappuis, Lavillenie et Tamgho ont particulièrement brillé. On n’oubliera pas Riner, Grange, nos basketeurs, nos jeunes footballeurs, nos handballeurs, nos skieuses avec Tessa Worley en figure de proue, nos jeunes boxeurs (voir notamment ceux de Paris United), les Français gagnent de plus en plus en cyclisme, j’en passe et d’aussi bons.

Lire la suite...

mardi 28 décembre 2010

La petite géante du géant.

Elle m’épate ! Tessa Worley est de plus en plus bluffante. Quelle démonstration à Semmering !

En ski on dit que le dossard rouge – celui de leader de la CdM dans une discipline de ski – pèse plus lourd que les autres, manifestement c’est vrai… mais pas pour tout le monde. Pour Tessa, qui le portait pour la première fois de sa jeune carrière, il a eu l’air particulièrement léger.

Le ciel bleu (OK, gris, mais pour les besoins de la cause on va dire qu’il était aussi bleu qu’à St-Moritz), la pente blanche, le dossard rouge, l’hymne à l’arrivée. Quel plaisir ! Elle est toute jeune, toute petite, toute souriante, et c’est bien normal, puisqu’elle se met à gagner toutes les courses. 3 succès consécutifs en géant, c’est… géant. Bah oui, elle est facile, mais Tessa aussi est facile. Après 2 victoires pour 1 centième à chaque fois elle a ajouté la manière au résultat en triomphant en Autriche avec une marge 62 fois supérieure par rapport aux 2 dernières courses. Elle est incontestablement la meilleure du circuit dans cette discipline très particulière où des filles pourtant hyper fortes un peu partout ont beaucoup de mal. Maria Riesch et Lindsey Vonn n’ont par exemple encore jamais gagné en géant.

Lire la suite...

lundi 20 décembre 2010

Ski alpin : la saison du bleu. (2/2)

les sports d'hiverLa France dispose dans les disciplines techniques (slalom et géant) d’une belle densité de concurrents capables de monter sur des podiums. Il y a 2-3 ans Grange et Worley ont décomplexé leurs coéquipiers en gagnant des courses après une longue période de disette. Depuis les résultats s’enchaînent.

On a déjà parlé des premières épreuves de la saison avec la victoire de JB et la progression d’Anémone Marmottan, il est temps de s’intéresser au cas Tessa Worley, grande championne d’1m58 (ou 57 selon la source).

Tessa Worley – qui a aussi été nommée aux Globule Awards en 2008 et qui est sur la bannière du blog – est fabuleuse. Elle n’a que 21 ans mais en est déjà à 4 victoires, la première date de novembre 2008 (à tout juste 19 piges), c’était à Aspen, 13 mois plus tard elle s’est imposée à Äre, mais le reste du temps elle peinait à trouver de la régularité dans ses performances, c’était un top 10 de temps en temps (une fois 5e en 2007, 7e aux Championnats du monde de Val d’Isère en 2009, 8e juste après sa première victoire) et beaucoup de places très moyennes dans les points. Cette saison, c’est totalement différent. Après avoir terminé dans les 10 meilleures (8e) lors de la première épreuve elle a gagné les 2 suivantes avec une marge assez extraordinaire : 1 centième les 2 fois !

Lire la suite...

Ski alpin : la saison du bleu. (1/2)

Déjà 3 victoires, 4 podiums, d’autres résultats très encourageants, le ski alpin français a même trouvé à racheter son image médiatique ternie par le malheureux 0 aux JO. Scénarii de folie, belles histoires et exploit télévisé… L’hiver, c’est la saison du bleu ! Dès Sölden (Autriche) fin octobre on a vu les prémices de cette bonne forme tricolore.

Certes, Tessa Worley n’a terminé "que" 8e du géant d’ouverture, mais avec le dossard 14 ou 15 et une bonne seconde manche, tandis qu’Anémone Marmottan finissait juste derrière sa compatriote (avec le 24 si mes souvenirs sont bons, ce qui constitue en soi une performance de choix). Marmottan avait rarement réussi ses 2 manches lors d’une épreuve de Coupe du monde (tout de même 11e aux JO), cette saison elle commence à montrer plus de régularité, elle termine ses courses et progresse dans les classements, ce qui lui permettra d’entrer dans un des 2 premiers groupes et donc de se lancer sur une piste en meilleur état. (On a failli avoir un bon tir groupé, malheureusement Taïna Barioz est sortie dans la seconde manche.)

Lire la suite...