Mot-clé - Andrew Albicy

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 6 septembre 2011

EuroBasket 2011 : ça tourne (2/2).

En ce moment, on a l’impression qu’un match de basket dure 40 minutes et qu’à la fin ce sont toujours les Français qui gagnent. 7 victoires de suite en préparation, on en est à 5 depuis le début de l’EuroBasket, tout va bien pour l’équipe de France. Pour une fois, nuance, les Bleus ont eu besoin de 45 minutes pour venir à bout d’un cador du basket mondial, la Serbie.

Serbie-France, 96-97 (après prolongation). Magnifique. Vraiment magnifique. La performance, le match en lui-même, l’état d’esprit, tout ! Un niveau de basket, un suspense, une tension… FA-BU-LEUX ! Plusieurs fois, on a cru avoir match gagné, on a aussi cru la situation quasi irrécupérable par moment, pendant la majeure partie de la rencontre il s’agissait d’un incroyable mano a mano pour obtenir une récompense importante sans être nécessairement décisive, une 2e victoire au moment de débuter la 2e phase. Pour en savoir plus à ce sujet, je vous suggère d’aller lire la première partie (où y vous trouverez aussi le résumé/l’analyse de l’aventure depuis le début de la préparation avec les 4 premiers matchs de l’Euro).

Lire la suite...

dimanche 4 septembre 2011

EuroBasket 2011 : le piège à c*ns.

Un vrai piège à c*ns ! Italie-France, match de la 4e journée de la première phase de l’EuroBasket 2011, était un vrai piège à c*ns pour les Bleus.

Pour leurs adversaires il était éliminatoire en cas de défaite alors que pour la France, en cas de victoire, il devenait sans importance (car l’Italie allait se faire éliminer). Pourtant il était primordial de l’emporter car le perdre signifiait relancer l’Italie et risquer de se retrouver avec une défaite en débutant le 2e tour (autrement dit se retrouver en très fâcheuse position avant l’affronter les 3 cadors issus de l’autre groupe, mais surtout avec une énorme pression – l’obligation de gagner – lundi soir face à la Serbie)… le tout sachant qu’une petite défaite pouvait aussi n’avoir aucun effet sur la suite de la compétition.

Lire la suite...

jeudi 1 septembre 2011

EuroBasket 2011 : Goliath tape David.

2e match et 2e victoire de l’équipe de France lors de l’EuroBasket 2011. La performance réussie contre les Israéliens est bien plus convaincante que celle de mercredi face à la Lettonie. On s'attendait à une victoire car par rapport à cette équipe privée d'Omri Casspi, la France faisait figure de Goliath face à David.

Comme hier, faute de temps pour une analyse complète de la rencontre, je vous propose autre chose…

Lire la suite...

mercredi 31 août 2011

EuroBasket 2011 : le Letton n’est pas facile à dézinguer.

L’EuroBasket 2011 vient de débuter en Lituanie, on en a pour près de 3 semaines. Si vous avez manqué le premier match de l’équipe de France, celui contre la Lettonie, je vous offre une session de rattrapage.

En attendant une analyse de la rencontre – mêlée à celle des matchs suivants – d’ici quelques jours, voici ce que je vous propose…

Lire la suite...

mardi 7 juin 2011

Le jour où l'Ouragan Martin frappa l'Ukraine.

équipe de France de football J’ai toujours du mal à saisir l’idée. Après un match minable en Biélorussie l’équipe de France de football va jouer en Ukraine un match amical qu’on pourrait qualifier de match de préparation, le but étant a priori de tester des joueurs, de créer des automatismes. Pourquoi effectuer 10 changements ?

La question ne porte pas sur le nombre 10, pour ça j’ai déjà la réponse : 10, c’est faute de pouvoir en faire 11, Laurent Blanc n’ayant retenu que 4e défenseurs centraux dans le groupe. Pourquoi tant de changements ? En quoi les faire jouer dans une équipe B peut aider les nouveaux à s’intégrer en équipe de France ? Comment vont-ils pouvoir créer des automatismes avec les "titulaires" – qui pour beaucoup ne méritent pas de l’être – si on ne fait pas des équipes mixtes mais une A un jour et une A’ voire B le suivant ? J’ai l’impression qu’on a préparé un éventuel 3e match de poule de l’Euro avec qualif déjà dans la poche… On n’a même pas essayé des associations offensives jamais testées puisqu’à la 65e minute le trio de devant (Ménez-Gameiro-Rémy) a été intégralement remplacé par celui du dernier match qui fonctionne très mal (Ribéry-Benzema-Malouda).

Lire la suite...