Mot-clé - Ayanleh Souleiman

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 27 août 2016

De l’art de faire la fête à la maison avec quelques potes. (DL Paris Saint-Denis)

31 médaillés dont 8 champions olympiques individuels (9 en comptant les relais). Pas mal pour un meeting d'athlétisme organisé moins d’une semaine après la cérémonie de clôture des JO !

Malgré le beau plateau – avec beaucoup de Français dont en principe 5 de nos 6 athlètes montés sur la boîte à Rio (il n’y avait pas de 110m haies au programme et Kevin Mayer a participé au concours de lancer du javelot) plus Pierre-Ambroise Bosse et Jimmy Vicaut – je ne m’attendais pas à une réunion de si haut niveau.

Lire la suite...

jeudi 25 août 2016

Déjà ! (DL Lausanne)

La saison de Diamond League a repris dès jeudi à Lausanne. 5 jours après la fin des épreuves d’athlétisme des JO, c’est un peu court, non ?

Fatalement, malgré le prestige d’Athletissima, le plateau n’était pas fou, le programme pas beaucoup plus. En réalité on trouvait un certain nombre de médaillés olympiques, et même 4 championnes et un champion – pour la plupart, les athlètes titrés ont préféré rentrer au pays pour fêter ça – dont une grande star de Rio, Elaine Thompson. En réalité, on a essentiellement vu 2 sortes de concurrents : les recalés des JO, parfois en forme, et ceux de retour du Brésil, souvent très fatigués par le voyage. D’où un meeting d’un niveau tout sauf homogène avec assez peu de baston ou peu de suspense. Certaines épreuves n’avaient strictement aucun intérêt.

En ce qui concerne les Français, hormis au saut à perche et sur 110m haies, plus un représentant sur 400m, c’était morne plaine.

Lire la suite...

vendredi 17 juillet 2015

J’en suis resté (Di)baba !

Cette fois c’est indéniable, cette saison, la Diamond League est totalement folle ! Le Meeting Herculis a rivalisé avec les meilleurs épisodes de ce feuilleton débuté à Doha au mois de mai, ceci essentiellement grâce à des courses de mutants et de mutantes. A Lausanne la semaine dernière les concours avaient crevé l’écran, cette fois du 800m au 3000m, la piste du Stade Louis II de Monaco a été la scène d’un spectacle incroyable.

Ces performances n’étaient pas réellement attendues, ou du moins pas toutes. La plus dingue était espérée, les organisateurs ont fait de leur mieux pour la rendre possible. Pourtant, elle semblait impossible. Battre un record du monde vieux de 22 ans, réalisé à l’époque par une fille au profil plus que trouble – qui a disparu des radars depuis déjà bien longtemps à défaut de disparaitre de la liste des meilleures performances mondiales de tous les temps… je crois même qu’elle est entrée au Hall of Fame de l’IAAF à cause des règle débiles instaurées à sa création – qui tirait soi-disant ses capacités hors-normes à d’une miraculeuse soupe de tortue servie aux athlètes chinoises… A moins qu'il ne s'agisse d'une de ses comparses mutantes. Le fait que Genzebe Dibaba soit la sœur de la recordwoman du monde du 5000m et multiple championne du monde et olympique du 5000 et du 10000m permet de limiter les doutes que génèrent aujourd’hui toutes les explosions chronométriques. Elle ne sort pas de l’ombre d’un seul coup, on se dit que la Force est puissante dans sa famille. Tout le monde ne bénéficie pas de telles prédispositions génétiques et de l’exemple ainsi probablement que des conseils de son aînée. Sauf Florent Manaudou.

Lire la suite...

samedi 4 juillet 2015

Surprise sur surprise !

Quelle chaleur ! On a rarement connu telles conditions au Stade de France pour de l’athlétisme. Il faisait extrêmement lourd, mais ça tombait bien, il y avait du lourd sur la piste. On le sait, c’est l’idéal pour la performance dans toutes les disciplines qui demandent de l’explosivité.

Normalement, quand des pointures du niveau d’Usain Bolt et Bohdan Bondarenko déclarent forfait, c’est une catastrophe pour le meeting. Mais cette fois, non. Le plateau était impressionnant avec énormément de cadors, bien sûr, en de la plupart des meilleurs Français valides (Renaud Lavillenie, Jimmy Vicaut, les 4 fantastiques du 110m haies, etc.).

Résultat, on a assisté à une des soirées les plus dingues de l’histoire de la Diamond League, avec des MPM dans tous les sens, des records nationaux et continentaux, mais aussi un nombre incroyable de surprises, pas toutes bonnes.

Lire la suite...

dimanche 31 mai 2015

Quand y’a d’l’Eugene y’a du plaisir !

La Diamond League a débuté très fort à Doha. C’était moins bien à Shanghai. Samedi (et vendredi) à Eugene, on est reparti sur le rythme de départ. On se souviendra du Prefontaine Classic comme d’un des très gros meetings d’athlétisme de la saison.

Les Français engagés ont été excellents. Renaud Lavillenie a été l’auteur d’un concours extraordinaire pour son retour suite à une blessure à l’épaule subie aux interclubs en disputant le… 4x100m. Son frère Valentin Lavillenie a battu son record personnel (5m70) et réalisé les minima pour les Championnats du monde. Pascal Martinot-Lagarde effectuait son retour à la compétition après sa blessure en finale des Championnats d’Europe en salle, il a gagné en établissant la MPM.

Lire la suite...

dimanche 17 mai 2015

Coup d’envoi et coup d’arrêt.

Je n’ai aucun souvenir d’un meeting aussi dingue. A fortiori en tout début de saison. La Diamond League a débuté à Doha dans des conditions hyper favorables à la haute performance, en particulier pour les disciplines demandant de l’explosivité. La piste semble aussi être très rapide. Dans quelques années les Championnats du monde d’athlétisme y seront organisés. Ça promet !

Ce meeting de Doha lance la saison sur des bases très élevées… mais a aussi mis fin à celle de Teddy Tamgho, sur qui le sort s’est encore acharné. Il s’agit d’une des deux tâches qui viennent salir un beau tableau. 11 MPM, ce n’est pas si impressionnant à cette époque de l’année. Seulement, plusieurs risquent de tenir longtemps, voire toute la saison. 4 sont des records de la Diamond League, preuve de leur valeur.

Lire la suite...

vendredi 16 août 2013

Le mauvais œil de Moscou (ChM athlé 2013, J7, S2)

ChM athlétisme Moscou 2013 La mauvais œil, c’est la malchance. Le mauvais œil, c’est aussi le mauvais œil, celui qui voit mal.

J’ai envie de mettre en avant 2 événements ayant eu lieu lors de l’antépénultième session des Championnats du monde d’athlétisme : une blessure ayant privé une légende d’être encore plus légendaire et le recours à l’arbitrage photo – oui, photo – grâce auquel on a évité un véritable scandale.

Qui dit mauvais œil dit bon œil. Qui dit bon œil dit bon pied, bon œil… pour être un grand athlète, mieux vaut avoir un bon pied, surtout quand on pratique le saut en longueur, une des 2 disciplines dans lesquelles la Russie a décroché un titre aujourd’hui.

Lire la suite...

mardi 13 août 2013

Star à domicile. (ChM athlé 2013, J4, S2)

ChM athlétisme Moscou 2013 Comme vous pouvez le constater sur le logo de Moscou 2013, une seule discipline de l’athlétisme a été représentée, le saut à la perche. On reconnait aisément cette silhouette, il s’agit sans surprise de celle d’une Russe, d’une fille ayant un palmarès impressionnant, d’une star au comportement de star, Yelena Isinbayeva.

Isinbayeva a réussi un exploit dont on ne la croyait plus réellement capable, par la même occasion elle a sauvé la journée de la Russie car ses compatriotes ont surtout brillé par leur absence et leurs échecs inattendus. J’ai décidé de garder la perche pour la fin.

Lire la suite...

dimanche 11 août 2013

Montagnes russes. (ChM athlé 2013, J2, S2)

ChM athlétisme Moscou 2013 Peut-on s’étonner de la tournure prise par la 2e journée des Championnats du monde d’athlétisme ? Quelques hauts très hauts enchaînés avec des bas très bras, le tout à une vitesse folle… Moscou 2013, pour le moment, ce sont des montagnes russes. En particulier pour l’équipe de France.

La session du l’après-midi a débuté à 17h (heure locale) par le départ du 20km marche masculin. Le stade sonnait creux, le peloton était imposant. Surprise, à l’extérieur il y avait du public ! Sans doute s’agissait-il des gens attendant d’entrer au stade car une fois sur le circuit – en partie à l’ombre, c’est aussi une grande différence par rapport au marathon féminin, ceci dit il faisait très chaud, les concurrents ont passé leur temps à s’arroser copieusement – les barrières ne barraient pas le chemin de beaucoup de monde…

Lire la suite...