Mot-clé - Beat Feuz

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 20 février 2016

Une paire pour la botte.

Le ski alpin italien comptait une seule victoire masculine (Peter Fill à Kitzbühel) et un unique succès féminin (Federica Brignone à Sölden) cette saison. En l’espace de 2 heures, il a doublé ce bilan grâce à Dominik Paris, qui se sent chez lui en France (^^), et à Nadia Fanchini, qui manifestement adore La Thuile.

Ce week-end, la Coupe du monde faisait étape à Chamonix et à La Thuile, qui se trouve en Italie pas loin de la France. Une grosse vingtaine de kilomètres séparent les 2 sites des compétitions du jour, sur le chemin on trouve le Mont Blanc. Il reste un super-G aux femmes dimanche, elles disputaient samedi leur 2nde descente en 2 jours. Pour les hommes aussi il s’agissait de descente, quelques heures seulement après le glorieux combiné alpin remporté par Alexis Pinturault avec un petit globe à la clé.

Lire la suite...

samedi 23 janvier 2016

Strike on Streif.

Marcel Hirscher est le grand gagnant de la descente de Kitzbühel. Pourtant, il n’a pas mis les skis sur la Streif, le super-G lui a suffi. L’Autrichien est le grand vainqueur du jour en raison du violent accident subi par Aksel Lund Svindal, une des victimes du jour de la descente la plus prisée du circuit. La plus dangereuse aussi.

Le bilan de cette épreuve est catastrophique, assez honteux pour le ski alpin. Il fallait avoir un dossard compris entre 1 et 4, entre 10 et 14, entre 26 et 30 ou… supérieur au 30. Car après le 30, on ne prenait pas le départ. La course a en effet été arrêtée à ce moment très officiellement «pour raisons de sécurité» (malgré une visibilité qui s'améliorait), les résultats étant tout de même entérinés. On a poussé jusqu’au 30 uniquement dans ce but, car 50% des engagés doivent avoir été lancés pour valider les résultats.

Lire la suite...

lundi 9 février 2015

A cocu, cocu et demi. (ChM ski alpin)

ChM_ski_alpin_2015.jpg Ces dernières années, le super-combiné est remis en cause, il n’y en a que 2 dans la saison plus un lors des Mondiaux ou JO. Je le déplore. En ce qui me concerne, il s’agissait de la course la plus attendue des Championnats du monde de ski alpin de Vail - Beaver Creek avec le slalom géant (les épreuves masculines bien sûr). A la fin de la journée, je suis dégoûté. La course a été totalement biaisée, des cocus en ont profité, des méritants ont été faits cocus.

Reprenons les choses dans l’ordre.

Pourquoi cet amour pour le super-combiné ? Quand vous avez Alexis Pinturault, Victor Muffat-Jeandet et Thomas Mermillod-Blondin dans votre équipe (sans parler de Jean-Baptiste Grange et Julien Lizeroux il y a quelques années), difficile de ne pas aimer cette épreuve ! Rappelons que cette saison VMJ a pris la 2e place de celui de Wengen et que Pinpin a remporté – pour la 2e année de suite – celui de Kitzbühel.

Lire la suite...

samedi 7 février 2015

Supériorité masculine. (ChM ski alpin)

ChM_ski_alpin_2015.jpg La descente masculine des Championnats du monde organisés à Vail - Beaver Creek ne pouvait qu’être belle, tout était réuni pour. Ou du moins, elle ne pouvait être que mieux que celles des femmes la veille sur la piste voisine. En effet, elle a tenu toutes ses promesses, même si le résultat, en partie inattendu, est aussi assez frustrant.

L’équipe de France a procédé comme la Suisse et l’Autriche pour désigner ses représentants (du moins le 4e en ce qui nous concerne). C’est bon signe, ça montre qu’il y a abondance de bons coureurs ! David Poisson et Maxence Muzaton étaient en concurrence. Le médaillé de bronze de Schladming a obtenu sa qualification au détriment du jeu qui pourrait participer au super-combiné. Choisir Brice Roger était très tentant après ses perfs à l’entraînement… il a en effet remporté le dernier. Seulement, il faut relativiser. Rappelons que tout le monde ne s’y donne pas à fond et qu’un entraînement sans pression reste un entraînement. Surtout, il n’a pas rempli les critères instaurés par le staff pour avoir sa chance à Beaver Creek. Contrairement à Poisson et Muzaton aucune de ses descentes cette saison ne s’est terminée par un classement dans le top 20. Poisson dominé son "adversaire", il a obtenu sa place.

Lire la suite...

dimanche 5 février 2012

"Pinpin le Mutant" se fait les dents.

les sports d'hiver 3e podium de sa carrière en Coupe du monde de ski alpin, 3e fois sur la 2e marche. On ne peut nier une petite pointe de frustration, surtout pour un vrai winner. Alexis Pinturault troquerait bien son abonnement à la 2e place pour quelques victoires. "Pinpin" ne doit pas devenir "Poupou" !

Tessa Worley, son homologue et quasi équivalent en équipe de France féminine, a connu 5 fois la victoire – 6 si on compte le Team Event des Championnat du monde de Garmisch-Partenkirchen – avant d’occuper pour la première fois un des strapontins les plus prisés (d’abord le bronze aux Mondiaux puis une 3e place en CdM, depuis, elle a encore gagné, c’était à Kranjska Gora le 21 janvier). Pour le moment, s’il n’a pas connu la réussite de sa compatriote, le jeune Français s’est montré plus polyvalent, Tessa ne comptant qu’un top 10 dans une discipline autre que le slalom géant.

Compte tenu de son talent et de ses capacités physiques, on ne peut en douter une seule seconde, "Pinpin le Mutant" va claquer "quelques" victoires d’ici la fin de sa carrière, celle-ci pouvant durer encore une grosse quinzaine d’année car ne l’oublions pas, elle vient de débuter.

Lire la suite...

dimanche 13 mars 2011

L’art de cultiver le suspense tout en y mettant fin.

les sports d'hiver A quelques jours des finales de la Coupe du monde de ski alpin les petits Globes sont presque tous attribués chez les femmes (4/5, on en a déjà parlé la semaine dernière) alors que le suspense pour celui du général a encore été un peu plus relancé. Chez les hommes, c’est exactement l’inverse.

Vendredi, lors du slalom géant de Spindleruv Myln, en République tchèque, Tessa Worley est sortie très rapidement, une faute qui lui coûte très cher puisque Viktoria Rebensburg, sa concurrente pour le globe de cristal de la spécialité, a écrasé la course en gagnant les 2 manches de façon très impressionnante (1.26s sur sa dauphine). Il a plus dans la matinée, la neige était mouillée, l’Allemande, dossard 3, avait réussi avec un gros temps, je ne sais pas si Tessa a ressenti une pression particulière, mais elle gardera un très mauvais souvenir de cette course, ses 23 points d’avance sont devenus 77 points de retard, sauf miracle c’est cuit, verdict samedi. 3 victoires chacune sur un total de 6 géants disputés en CdM, il n’y a pas de mystère, les 2 sont au-dessus du lot.

Lire la suite...

mardi 15 février 2011

Y’en a quand même qui s’éclatent… (2/2)

les sports d'hiver

On l’a vu, les Autrichiennes ont réalisé un carton en vitesse et en super-combiné, Elisabeth Görgl étant la reine de la première semaine des Championnats du monde de ski alpin. Chez les hommes l’Italie a été à la fête, avec 4 médailles dont un titre, Christof Innerhofel s’est adjugé toute la collection.

=: Après les femmes, les hommes.

Mercredi, le super-G.
Départ à 11h par très temps sur une piste du Kandahar très gelée et bosselée, l’entraîneur suisse dessiné un tracé long et difficile, pas de temps mort, des tas de mouvement de terrain, de gros pièges.

Traitons immédiatement le cas de l’équipe de France, privée de Yannick Bertrand, tombé en faisant du ski libre, il a dû déclarer forfait, espérant pouvoir revenir pour la descente. Suite aux résultats de la dernière étape de Coupe du monde à Hintersdoder, l’encadrement technique français avait décidé d’envoyer 2 géantistes sur cette première épreuve des Mondiaux, le jeune Alexis Pinturault et Thomas Frey, moins jeune mais assez peu expérimenté. 6e et 10e en Autriche avec des dossards improbables, ils avaient gagné leur place en profitant d’un super-G aux allures de géant alors que celui de Garmisch-Partenkirchen était d’un tout autre genre.

Lire la suite...