Mot-clé - Célia Aymonier

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 11 décembre 2016

1 vaut mieux que 2 mais Laura.

La 2e étape de la Coupe du monde de biathlon s’est conclue par les relais. L’équipe de France est passée à une Laura Dahlmeier près de réussir un exceptionnel doublé.

Avec 3 victoires, 2 podiums et une 4e place, Pokljuka 2016 restera un excellent cru pour les Bleus et les Bleues. Hormis Anaïs Chevalier, handicapée par une malheureuse chute dès la première tour causée par une Allemande, ce qui a posteriori est assez énervant sachant que l’Allemagne a remporté le relais féminin, tous ont bien ou parfaitement réussi leur job. La mauvaise série en relais masculin a pris fin avec un premier succès depuis près de 3 ans (19 janvier 2014) et 12 épreuves (6 podiums, mais seulement 3 avec Martin Fourcade membre du quatuor), JO compris.

Lire la suite...

samedi 10 décembre 2016

En patrons.

Déjà victorieux des sprints vendredi à Pokljuka, Martin Fourcade et Laura Dahlmeier ont récidivé samedi en poursuite. Ils ont encore augmenté leur avance en tête du classement général de la Coupe du monde de biathlon. Leur régularité force l’admiration. Tout le monde veut les battre, tout le monde s’y casse les dents.

Etre très rapide en ski de fond est une chose. Etre bon tireur en est une autre. Allier les 2 permet de gagner des courses. Pour faire preuve de constance au plus haut niveau, il en faut plus. Il faut posséder un sens tactique très développé, une parfaite connaissance de soi et une grande capacité maîtriser ses nerfs. Martin n’a plus rien à prouver, on sait sa science du biathlon particulièrement poussée, on prend de plus en plus conscience de l’étendue de celle de la jeune Allemande. Accélérer ou temporiser quand il le faut, jauger la bonne dose de risques à prendre au tir, résister à la pression imposée par ses adversaires et les pousser à la faute… Ils font tout bien !

Lire la suite...

vendredi 9 décembre 2016

Premières et déjà-vu.

L’équipe de Slovénie n’est pas au top en ce moment, pourtant le public était déjà nombreux à Pokljuka pour l’ouverture de la 2e étape de la Coupe du monde de biathlon. Ce site a souvent réussi aux Français et aux Françaises, mais jusqu’ici, anomalie absolue, Martin Fourcade n’y avait jamais remporté la moindre course. Il s’était déjà imposé lors de chaque autre étape habituelle.

Après 7 ans et un paquet de tentatives en passant souvent très près du but, cette curiosité est entrée dans le domaine des souvenirs. En l’emportant de magnifique manière lors du sprint, devançant tous les cadors, le maître incontesté du biathlon a mis fin à cette étrangeté. Avec 4 victoires et une 3e place en 5 courses cette saison, cette victoire a malgré tout un air de déjà-vu. Tout comme la 2e place de Justine Braisaz obtenue un peu plus tard. La jeune femme est montée pour la première fois sur un podium individuel, mais là encore, comment ne pas avoir une impression de déjà-vu ? L’an dernier, Marie Dorin-Habert avait dominé ce sprint et cette saison il s’agit déjà de la 3e Française différente présente sur la boîte après 4 épreuves individuelles.

Lire la suite...

samedi 19 décembre 2015

2 et 2 font 2 fois 1.

Aujourd’hui, pas de victoire française à Pokljuka. Et pourtant, le biathlon tricolore avait rarement connu si belle journée. En effet, à l’issue de la poursuite, Martin Fourcade et Marie Dorin-Habert occupent chacun la tête du classement de la Coupe du monde, ayant franchi la ligne en 2e position.

Le dossard jaune en même temps pour Marie et pour Martin, c’est jouissif. Même si en réalité, c’est assez anecdotique… sauf bien sûr si "Super-Maman" confirme et le conserve un long moment.

Lire la suite...

samedi 12 décembre 2015

La loi du plus fort… dans la tête.

Dans à peu près tous les sports, rien ne vaut la confrontation directe. Le biathlon ne déroge pas à cette règle. L’effort chronométré (sprint et individuelle), ça va un moment, mais rien ne vaut une bonne mass-start ou une poursuite à rebondissements.

Il s’agit d’un effort long. Avec 4 séries de tirs, la distance à parcourir, le fait d’avoir vos adversaires direct devant, à côté ou derrière vous tant sur la piste qu’au pas de tir, toutes les péripéties sont possibles. Ces formats mettent en valeur toute la dimension psychologique de ce sport formidable. Il s’agit à la fois de maîtriser son environnement afin de se mettre dans les meilleures conditions possible pour exprimer tout son potentiel (résister à la pression de ses adversaires, faire abstraction ou se servir du public, éviter de subir les événements, etc.) et d’influencer le comportement des autres concurrents dans le but de les empêcher d’en faire autant. Autrement dit de les poussant à la faute. Vous l’avez compris, il est ici question notamment de tactique.

Lire la suite...

vendredi 11 décembre 2015

Si vous avez manqué la fin…

Je suis le biathlon depuis de nombreuses années. Des scenarii de course, j’en ai vu un sacré parquet. Je peux vous l’affirmer, celui dans lequel le titulaire d’un dossard à 3 chiffres s’invite sur le podium d’un sprint sans changement de conditions météo est chose très rare. A fortiori quand le numéro du vainqueur est à 1 chiffre (en l’occurrence le 4). 2 fois de suite en l’espace de 3 heures, c’est très certainement inédit !

Chez les hommes, on pouvait s’y attendre car il s’agissait du pari d’un des grands noms du circuit, Tarjei Boe. Chez les femmes, en revanche, quelle – mauvaise – surprise ! Une inconnue a délogé Anaïs Bescond de sa place sur le podium à quelques minutes de la fin, venant compléter un triplé allemand dont on aurait facilement pu se passer. Il faut dire que cette équipe a beaucoup apprécié de quitter la Scandinavie et sa faible altitude (entre le niveau et la mer et 300m à Östersund) pour une région germanophone (Hochfilzen, en Autriche) présentant des caractéristiques très différentes. On est en effet à 1200m, la piste est beaucoup plus "roulante". Manifestement, ils ont particulièrement aimé. D’autres – ceux qui ont passé plusieurs semaines en Norvège – beaucoup moins. Le classement des 2 sprints ne trompe pas à ce sujet.

Lire la suite...

jeudi 26 février 2015

Ô Braud-ther ! (ChM ski nordique)

Un combiné peut en cacher un autre. Et très honnêtement, je n’ai rien vu venir.

Braud_brille_en_solo.jpg Un titre de champion du monde chez les juniors peut être le début d’une grande carrière. Ou pas. Ça dépend du sport, de la personne, des circonstances dans lesquelles il a été obtenu. En 2006, François Braud a décroché ce titre. En mars 2014, il est monté pour la première fois de sa carrière sur un podium individuel de Coupe du monde. Sa carrière était surtout celle d’un très bon coéquipier, souvent sur le podium avec les potes et même titré lors du relais des Mondiaux 2013. Son objectif habituel est le top 10, il l’a atteint à quelques reprises, réussissant des courses encourageantes ces 2 dernières saisons, sa place se situe en général entre 10e et 20e. Son problème ? Etre bon en saut à skis les jours où les jambes répondaient bien en ski de fond.

Lire la suite...

dimanche 22 février 2015

Bronzés au soleil couchant. (ChM ski nordique)

A Falun, aux Championnats du monde de ski nordique, c’était le jour des équipes. Le team sprint en ski de fond avait lieu entre l’épreuve de saut à ski et le relais 4x5km du combiné nordique.

Si les résultats des 2 équipes de France de ski de fond n’ont rien de déshonorant, c’est de nos combinés que devait venir le podium tricolore du jour. Rappelons-le, après une multitude de médailles en chocolat depuis le début de la carrière du quatuor composé de Jason Lamy-Chappuis, François Braud, Maxime Laheurte et Sébastien Lacroix, la récompense d’années d’efforts a été obtenue il y a 2 ans à Val di Fiemme avec un magnifique titre mondial. Aux JO, ça s’est de nouveau déroulé de manière très frustrante avec une nouvelle 4e place, mais cette fois, pour la dernière de Seb Lacroix, il n’était pas question de rester au pied de la boîte, surtout pas au cours d’une saison fructueuse pour ce relais lors des épreuves de Coupe du monde. Ce relais était un objectif majeur pour tout le groupe.

Lire la suite...