Mot-clé - Célia Okoyino da Mbabi

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 15 mai 2015

Deutsche Grausamkeit.

Trop_cruelle_cette_finale_de_la_Ligue_des_Champions_feminine__.jpg « Deutsche Grausamkeit » signifie « cruauté allemande »… Le titre aurait été plus accrocheur si cruauté se traduisait par Kruautat, mais bon, on va faire avec. Comment ne pas souligner le caractère extrêmement cruel de la défaite du PSG en finale de la Ligue des Champions féminine ? A vrai dire, la cruauté n’est pas vraiment allemande dans le cas présent, il s’agit plutôt de la cruauté du football.

Le FFC Francfort n’a pas volé sa victoire, néanmoins le scénario est assez horrible pour les Parisiennes. Des regrets, elles peuvent en avoir. Pas tant que ça concernant leur prestation, pourtant très inférieure à ce dont elles sont capables. Non, leur regret principal sera de ne pas avoir pu disputer cette première finale européenne dans des conditions leur permettant de rivaliser avec un cador européen. Francfort en est à 4 titres (2002, 2006, 2008, 2015) et 2 finales (2004, 2012) en LdC, ce n’est pas Arras, Metz, Soyaux ou Rodez, avec tout le respect que j’ai pour ces clubs de D1 féminine. Aller affronter une telle équipe en Allemagne en étant privé de 2 joueuses très importantes en raisons de suspensions à la c*n – je vais y revenir – est très difficile, avec 5 autres joueuses blessées ou tout juste de retour de blessure, la mission devient, non pas impossible, mais extrêmement compliquée.

Lire la suite...

mercredi 6 juillet 2011

Risques inconsidérés ?

Qu’on se le dise, être assis entre 2 chaises est très dangereux, on peut se faire très mal. Interrogez Bruno Bini, le sélectionneur de l’équipe de France de football féminin, il pourra en témoigner.

Le seul enjeu d’Allemagne-France, match de la 3e journée de la poule A de la Coupe du monde était de déterminer qui finirait en tête pour affronter le Japon, le 2e étant sur la route de l’Angleterre, vainqueur quelques dizaines de minutes plus tôt de la meilleure nation asiatique, une surprise. (Les matchs du groupe B ont été joués en fin d’après-midi.) Ça peut sembler choquant car dans le sport français au nom de l’éthique on refuse de calculer dans ce genre de cas, on considère qu’il faut jouer à fond (on a payé ce "panache" en basket notamment), mais l’intérêt de l’équipe de France était de perdre.

Lire la suite...