Mot-clé - Cho Guham

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 30 août 2019

La bonne recette de Madeleine. (ChM 2019 de judo, J6)

ChM_judo_2019_-_J6.jpg Difficile de trouver les bons dosages entre le physique, la technique, le sens tactique, la concentration, la volonté et la confiance. A force de travail et de persévérance, on finit parfois par trouver la bonne recette. Celle du succès. Pas de doute, Madeleine Malonga a trouvé la sienne. Espérons qu’elle ait bien tout noté pour la reproduire l’an prochain.

L’équipe de France pouvait encore espérer au moins une médaille individuelle lors de l’avant-dernière journée des Championnats du monde de judo, celles des mi-lourds (-78kg chez les femmes, -100kg chez les hommes) ou lourds si on considère qu’au-dessus il y a les super-lourds. Madeleine Malonga et Alexandre Iddir faisaient office de candidats crédibles au podium, Cyrille Maret étant quant à lui candidat à la résurrection. Ce voyage à Tokyo restera un excellent souvenir pour la championne d’Europe 2018. Moins – euphémisme – pour les 2 moins de 100kg (en attendant le tournoi par équipes dimanche).

Lire la suite...

mardi 25 septembre 2018

Fiasco. (ChM 2018 judo)

ChM 2018 de judo Après un super lundi à 2 médailles et beaucoup d’exploits (malgré un petit goût d’inachevé et de frustration), le fiasco total en -78kg et en -100kg. 4 Français étaient engagés lors de la 6e journée des Championnats du monde de judo. Echec, échec, cata, double cata. Le bilan est terrible.

L’équipe de France jouait ses 2 dernières cartes masculines (Cyrille Maret et Alexandre Iddir) et 2 de ses plus belles chances féminines avec la n°3 (Audrey Tcheuméo) et la n°4 (Madeleine Malonga) au classement mondial.

Dans ces catégories, s’il y a un peu moins de monde que dans d’autres, la densité est monstrueuse, ce qui génère de grosses affiches très tôt. Les 2 Français en ont fait les frais en tombant face à des cadors qui restaient malgré tout battables. Moins d’une heure après le début de la compétition, ils étaient déjà dehors.

Chez les femmes, la donne est bien différente, car les 2 Françaises étaient les cadors et ont perdu contre des jeunes presque inconnues et totalement à leur portée. Comment ont-elles pu en arriver là ?

Lire la suite...