Mot-clé - Christophe Riblon

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 16 juillet 2015

Eau bénite. (TdF 2015, E12)

Tour_de_France_2015.jpg Le cyclisme sur route est une discipline extrêmement difficile. Le Tour de France fait grimper la difficulté à son paroxysme par sa durée, son tracé et le niveau des participants. Il s’agit d’une des épreuves sportives les plus éprouvantes au monde. Surtout quand la météo s’emmêle.

Le Tour, c’est un peu comme si Rolland Garros durait 3 semaines et qu’il fallait jouer presque tous les jours un match en 5 sets contre un joueur du top 100 pour atteindre la finale. En pleine canicule, avec un soleil de plomb, ça peut rapidement devenir un calvaire. Subir un orage deviendrait alors presque le plus beau jour de votre vie. Enfin un peu de fraicheur ! Faites pleuvoir un bon coup sur une pelouse desséchée, elle reverdira très vite. Les grimpeurs français semblent fonctionner de la même façon, un bon orage leur a redonné vie.

Lire la suite...

dimanche 12 juillet 2015

Mécanique de précision. (TdF 2015, E9)

Tour_de_France_2015.jpg Les coureurs ont donc presque effectué un demi-Tour. Techniquement, on n’y est pas encore car 9 étapes sur 21 et a fortiori 9 jours sur 23, ce n’est pas la moitié. Mais cette année, les organisateurs du Tour de France ont décidé de concevoir un millefeuille version cyclisme. De ce point de vue, on est en plein milieu.

Après la première couche feuilletée (le chrono individuel), on a déposé la première couche de crème (les classique et étapes pour sprinteur). Il était donc temps de mettre la seconde couche feuilletée (le chrono par équipes), puis ce sera la seconde couche de crème (copieuse : Pyrénées, transition accidentée et Alpes), et enfin la parade sur les Champs Elysées. Le feuilleté (le chrono), c’est très technique, on peut le rater. Comme on pouvait déjà se rater sans les pièges de la première semaine.

Lire la suite...

mercredi 8 juillet 2015

Des pelles à la pelle. (TdF 2015, E5)

Tour_de_France_2015.jpg En cyclisme, on a l’habitude des chutes. Forcément, avec seulement 2 roues, l’équilibre est précaire. La pluie, la nervosité et la fatigue sont des facteurs de risques. Il est donc naturel de voir des chutes sur le Tour de France, épreuve dont les enjeux sont tels que les coureurs sont perpétuellement sur les dents. Néanmoins, tout phénomène a ses limites… Normalement.

Mais le Tour de France est comme le Texas : tout y est plus grand, surdimensionné. Y compris les galères. Lors de la 5e étape, on a approché un record, celui du nombre de gamelles, de gadins, de glissades, d’accidents. Les coureurs ont pris des pelles à la pelle. 7 en tout, leur ampleur variant de la petite chute "mono-coureur" à l’énorme carambolage de 30 à 40 coureurs.

Il y a même eu une chute de moto, la bécane est tombée – heureusement dans l’herbe et non sur la chaussée – en voulant doubler le peloton.

Lire la suite...

lundi 21 juillet 2014

La loi du plus fort. (TdF 2014, 13-15)

Tour de France La loi du plus fort est toujours la meilleure, nous l’allons montrer tout à l’heure. Car on le constate sur le Tour de France 2014.

Les 2 premières semaines de cette édition ont été dominées par un homme. Depuis la 2e journée il a lâché une seule fois le maillot jaune, ça a duré 24 heures. A l’arrivée, il a terminé 6 fois sur 15 parmi les 3 premiers (dont 3 victoires d’étapes), 13 fois sur 15 parmi les 30 premiers… pour une 34e place (1ère étape) et une… 31e (15e étape). Le garçon est au-dessus du lot, il fait respecter sa loi en montagne. C’est la loi du plus fort. Dans les Alpes, il a fait ce qu’il a voulu.

Mais sur le plat aussi la loi du plus fort s’applique. Bien sûr, les rapports de force peuvent évoluer entre eux, mais à la fin, les sprinteurs se partagent toujours le gâteau quand ils jouent sur leur terrain.

Lire la suite...

mardi 15 juillet 2014

Vive la Révolution ! (TdF 2014, 8-10)

Tour de France En 3 jours, tout a changé, le Tour de France 2014 a pris une toute autre allure. Et pas une mauvaise, tant s’en faut !

La course avait débuté de façon moyennement enthousiasmante malgré l’engouement du peuple britannique, très heureux de recevoir la plus grande compétition sportive du monde accessible à tous. Mauvais temps, chutes, abandons, étapes plus ou moins intéressantes avec un scénario assez immuable… Ce n’était guère la joie. Heureusement les organisateurs ont pris le soin d’intercaler des étapes atypiques pour briser la monotonie et débuter la sélection, ils ont tenté quelques innovations. La meilleure idée est d’avoir placé 3 étapes de moyenne montagne dès la fin de la première semaine. Qui dit moyenne montagne ne dit pas nécessairement difficulté moyenne. Il y avait de quoi faire pour les coureurs et de quoi se régaler pour les (télé)spectateurs.

Lire la suite...

jeudi 18 juillet 2013

La fringale, un régal ! (TdF13, E18)

Tour de France, la 100e édition La 18e étape a duré un peu moins de 5h pour les premiers, nettement plus pour les derniers. 5h, sur un vélo, c’est beaucoup. Pourtant Christophe Riblon (AG2R) aurait aimé que le dernier kilomètre soit long, très long. Il aurait rêvé de pouvoir savourer plus longtemps sa victoire magique, celle dans l’étape reine de la 100e édition du Tour de France, une étape mythique qui restera dans l’Histoire du cyclisme.

Mon moment préféré a duré quelques minutes, approximativement entre 17h10 et 17h21. A l’échelle du sport, c’est une éternité. Ce moment de sport s’inscrit dans la lignée du retour incroyable de Marc Raquil aux Mondiaux d’athlé en 2003 et de la dernière longueur de Yannick Agnel en finale du 4x100m NL des JO de Londres. Mais au lieu de durer 10 à 20 secondes, le passage de la résignation à la jubilation s’est étalé sur cette dizaine de minute. On a pu passer par tous les états au cours de cette fin d’étape, ou devrais-je dire de cette étape car la journée a été incroyable à tous les étages, extrêmement riche en rebondissements.

Lire la suite...

mercredi 17 juillet 2013

Poissards. (TdF13, E17)

Tour de France, la 100e édition Ça devient franchement lourd. Le 100e Tour de France ne veut pas sourire aux Français, ils ont terriblement poissards. Le second contre-la-montre individuel n’a donné lieu à aucune surprise, seulement à une catastrophe.

Mais pourquoi Jean-Christophe Péraud (AG2R) a-t-il voulu aller reconnaître à vélo cette put*in d’étape le matin de celle-ci ? Il la connaissait déjà par cœur, il aurait pu la faire en voiture s’il voulait encore se la remémorer. On le savait, ce tracé lui convenait parfaitement, le parcours était idéal pour lui permettre d’exprimer toutes ses qualités de vététiste, il était tout à fait capable de se classer dans le top 5 du jour et de se rapprocher très fortement de ce même top 5, mais au général cette fois. Ses ambitions l’ont-elles poussé à commettre cette erreur fatale ? Le meilleur Français du Tour a tout perdu. Le drame s’est produit en 2 temps, le premier épisode a tué l’espoir, le second a achevé le bonhomme.

Lire la suite...

samedi 6 juillet 2013

Un air de déjà-vu. (TdF13, E8)

Tour de France, la 100e édition Si l’équipe Sky voulait éviter les questions concernant le dopage, il fallait adopter une autre tactique de course. Chris Froome a décidé d’assommer la concurrence en nous rappelant au passage de très mauvais souvenir, ceux d’une époque pas si lointaine où le doute s’était transformé en certitude à force d’assister aux mêmes scènes surnaturelles.

Etape après étape, Tour de France après Tour de France, un individu détestable a systématiquement démonté chacun de ses concurrents dès la première arrivée au sommet. Il tuait le suspense et tuait le cyclisme, les suivants, pour la plupart dopés mais de façon moins efficace faute de disposer de la même logistique et des mêmes protections, se mettaient alors immédiatement à courir pour la 2e place. Cette mascarade a duré 6 ans et 1 mois, soit 7 des 99 précédentes éditions de la Grande Boucle.

Lire la suite...

jeudi 12 juillet 2012

Un mutant et des hommes. (TdF 2012, E11)

Mais qui est ce Chris Froome ? Le premier lieutenant de Bradley Wiggins au sein de l’équipe Sky semble être… le coureur le plus fort du Tour de France 2012. Pourtant il est contrait de rester dans une position de valet d’un patron qui… n’a aucune légitimité pour être son boss. Le Kenyan devenu britannique a encore réalisé un numéro improbable dans la grande étape des Alpes.

Pierre Rolland (Europcar) a été formidable, il a remporté l’étape de belle manière en se créant une réputation de roi des stations alpines, ça fait 2 fois qu’il remporte la plus prestigieuse étape des Alpes après son magnifique succès à l’Alpe d’Huez l’an dernier. Il s’est inspiré de son "patron" et modèle, vainqueur 24h plus tôt d’une autre très belle étape, Europcar a totalement réussi son Tour de France. Pourtant l’image du jour est celle de Froome lâchant le maillot jaune avant de se garer pour l’attendre, comme ordonné dans l’oreillette. Ce Froome, qui semblait enfin dans le dur, a retrouvé toutes ses forces en restant quelques poignées de secondes dans les roues du petit groupe maillot jaune. Je me suis même demandé s’il ne serait pas descendu à sa voiture pour changer ses piles. Ce type est un mutant, il a débarqué d’on ne sait où il y a moins d’un an. C’est flippant.

On va maintenant revenir dans le détail sur cette étape disputée par beau temps.

Lire la suite...

dimanche 8 juillet 2012

Joyeuse fête ! (TdF 2012, E8)

Une étape courte constituée tout du long d’un enchaînement de difficultés. Enfin une belle course ? Non… Pas une belle course, une course magnifique, enthousiasmante, formidable, pleine de suspense, de rebondissements… avec en prime une grande joie à l’arrivée. Le Tour de France 2012 est ENFIN lancé !

Ils étaient 179 coureurs au départ (un Allemand n’est pas parti), 2 de moins 4h à 4h20 plus tard quand la voiture-balai a franchi la ligne d’arrivée. Les rescapés venaient de parcourir une étape en forme de peigne ou de montagnes russes – un peu de plat au début et à la fin, que des montées et des descentes entre-temps – tracée à cheval sur la France et la Suisse. Pas moins de 7 difficultés répertoriées avaient été mises au programme du jour – de plus en plus dures, d’abord une 4e catégorie, puis une de 3e, puis 4 de 2e et une dernière en 1ère catégorie – pour permettre aux courageux et aux hommes forts d’animer une course assez courte donc plus nerveuse. Ils en ont profité. On ne pouvait espérer mieux, surtout un dimanche, surtout le jour de la Saint-Thibaut.

Lire la suite...

samedi 7 juillet 2012

Harry Potter est britannique… (TdF 2012, E7)

On l’annonçait, le Tour de France 2012 devait réellement débuter samedi lors de la 7e étape avec l’arrivée au sommet de La Planche des Belles Filles. Enfin un profil permettant de rompre la monotonie des 7 premiers jours globalement d’un ennui sans précédent (du moins ces dernières années).

Le verdict est tombé car on en a eu une confirmation, Harry Potter est britannique. Ils sont magiques ces sujets d’Elisabeth II ! Le train magique que prennent les sorciers pour aller jusqu’à leur internat… on l’a retrouvé sur la route du Tour ! En voyant ça, plus d’un observateur a senti un gros malaise. Depuis que je regarde l’épreuve chaque année – ça fait une grosse quinzaine d’éditions que je la suis vraiment, auparavant je ne suivais qu’à moitié – j’ai appris à ne plus croire que ce qui est crédible. Là, j’ai beaucoup de mal. Et pourtant je ne suis pas du genre à douter de n’importe qui. Depuis quelques années le cyclisme au Royaume-Uni recèle trop de mystères.

Lire la suite...

dimanche 24 juillet 2011

Tour de France 2011 (E21) : The End.

Tour de France

Le Tour de France 2011 est terminé. Lors de la dernière étape, la traditionnelle arrivée sur les Champs-Elysées, il n’y a eu aucune surprise. Absolument rien n’a changé par rapport à hier, le vainqueur du jour est le même qu’en 2009 et 2010, le même que lors de 4 autres équipes arrivées au sprint, le Britannique Mark Cavendish. Le maillot jaune est évidemment resté sur les épaules de Cadel Evans. D’où The End au lieu de FIN.

  • Vingt-et-unième étape : de Créteil à paris (95km).

Lire la suite...

vendredi 22 juillet 2011

Tour de France 2011 (E19) : c’est pas la taille qui compte !

Tour de France

Ce n’est pas la taille qui compte, c’est ce qu’on fait avec… Plus de 200km jeudi, seulement 109 bornes vendredi, mais quand ça monte et que c’est bien dur, il y a toujours moyen de moyenner !

On le savait, ça risquait de défourailler car les maillots ne tenaient tous qu’à un fil. 3 de ceux qui les portaient se sont retrouvés à poil à l’issue de cette étape. C’est très vite parti dans tous les sens, ça a envoyé dru dans l’pentu ! On a encore eu droit à une orgie de rebondissements.

Ce Tour de France est carrément bandant, on prend un plaisir fou depuis le début… On a fini par corriger le gros point noir de l’édition 2011 : lors des 17 étapes en ligne, les coureurs français ont beaucoup essayé, ils sont partis à la chasse sans ramener ce qu’ils espéraient. A 3 jours de l’arrivée l’un d’eux a enfin réussi à "la mettre au fond" comme on dit dans le jargon cycliste. Pierre Rolland avait suffisamment de giclette à 2km de l’arrivée de l’Alpe d’Huez pour mettre une cartouche à des stars de la grimpette et finir tout seul.

  • Dix-neuvième étape : de Modane Valfréjus à l’Alpe d’Huez (109,5km).

Lire la suite...

jeudi 21 juillet 2011

Tour de France 2011 (E18) : classée hors-catégorie.

Tour de France

J’espère que vous avez regardé l’étape du jour… Si ce n’est pas le cas, vous avez manqué la plus belle étape du Tour de France de ces 10, 20, peut-être même 50 dernières années. Heureusement, j’ai tout noté, je vous raconte…

Jamais une étape du Tour de France ne s’était terminée si haut : 2645 mètres d’altitude. S’enfiler 3 cols hors-catégorie de suite lors d’une étape de 200 bornes… Si ça ne fait pas de gros dégâts, on peut arrêter les étapes de montagne, c’est qu’elles ne servent à rien. Normalement c’est une journée à vous faire changer les 4 maillots d’épaules… On s’attendait donc à du nettoyage par le vide tant à l’avant qu’à l’arrière. Que s’est-il passé dans le haut du classement ? Cavendish a-t-il été éliminé ? Les pois recouvrent-ils toujours le même homme ? A-t-on enfin eu droit à la première victoire d’étape française du Tour 2011 ?

  • Dix-huitième étape : de Pinerolo au Col du Galibier/Serre-Chevalier (200,5km).

Lire la suite...

samedi 16 juillet 2011

Tour de France 2011 (E14) : citron vert.

Tour de France

Quelle belle étape ! Quel spectacle ! Et pourtant il ne s’est RIEN passé ! Non, je vous assure, dans la course des cadors il ne s’est rien passé, personne n’a réussi à prendre le dessus sur les autres, et surtout pas sur le héros du jour/héros du Tour de France : Thomas Voeckler.

Bien aidé par son équipe, Europcar (équipe dont la tunique est verte), et notamment par Pierre Rolland, qui selon moi finira avec le maillot blanc à Paris, le cycliste préféré des Français a été admirable, il a réussi à rallier l’arrivée avec les meilleurs. Non seulement il a conservé son maillot jaune, mais en plus il n’a rien perdu sur les favoris de l’épreuve au terme d’une étape extrêmement difficile. Un Europcar en jaune, c'est un citron vert... Désolé, je galérais pour trouver un titre sympa.^^

Lire la suite...

jeudi 14 juillet 2011

Tour de France 2011 (E12) : brillants à défaut d’être gagnants.

Tour de France

Toujours pas de victoire d’étape française… il serait temps ! Un 14 juillet, ce serait l’idéal, non ? Dans l’histoire environ une fois sur 4 un Français a levé les bras à l’arrivée de l’étape du Tour de France organisée le jour de la fête nationale.

Que la montagne est belle ! Tout était réuni pour avoir une étape formidable. On a eu une course magnifique, c’est parti dans tous les sens, et même si les grands leaders ont attendu longtemps avant de mettre le feu, on s’est régalé. Les Français n’ont pas gagné, ils ont pourtant fait honneur au cyclisme français !

Récit – le plus vivant possible – d’une journée folle.

  • Douzième étape : de Cugnaux à Luz-Ardiden (211km).

Lire la suite...

samedi 9 juillet 2011

Tour de France 2011 (E8) : montées dans les Tours.

Tour de France

L’Auvergne, une belle région où on se caille souvent les miches et où le Tour de France ne passe pas assez souvent à mon goût. De la moyenne montagne, en général ça nous offre des étapes animées avec des échappées capables d’aller au bout. Les montées dans les Tours, c'est ce que le public préfère. Et puis quand on sort d’une journée aussi plate que vendredi… Normal.

Par contre il faudra qu’on m’explique comment on fait pour monter jusqu’à Super-Besse (ah ah ah^^)… Par contre pas besoin de m’expliquer pourquoi on a vu une très belle étape.

  • Huitième étape : d’Aigurande à Super-Besse (189km).

Lire la suite...