Mot-clé - Coupe du monde de biathlon

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 11 décembre 2016

1 vaut mieux que 2 mais Laura.

La 2e étape de la Coupe du monde de biathlon s’est conclue par les relais. L’équipe de France est passée à une Laura Dahlmeier près de réussir un exceptionnel doublé.

Avec 3 victoires, 2 podiums et une 4e place, Pokljuka 2016 restera un excellent cru pour les Bleus et les Bleues. Hormis Anaïs Chevalier, handicapée par une malheureuse chute dès la première tour causée par une Allemande, ce qui a posteriori est assez énervant sachant que l’Allemagne a remporté le relais féminin, tous ont bien ou parfaitement réussi leur job. La mauvaise série en relais masculin a pris fin avec un premier succès depuis près de 3 ans (19 janvier 2014) et 12 épreuves (6 podiums, mais seulement 3 avec Martin Fourcade membre du quatuor), JO compris.

Lire la suite...

samedi 10 décembre 2016

En patrons.

Déjà victorieux des sprints vendredi à Pokljuka, Martin Fourcade et Laura Dahlmeier ont récidivé samedi en poursuite. Ils ont encore augmenté leur avance en tête du classement général de la Coupe du monde de biathlon. Leur régularité force l’admiration. Tout le monde veut les battre, tout le monde s’y casse les dents.

Etre très rapide en ski de fond est une chose. Etre bon tireur en est une autre. Allier les 2 permet de gagner des courses. Pour faire preuve de constance au plus haut niveau, il en faut plus. Il faut posséder un sens tactique très développé, une parfaite connaissance de soi et une grande capacité maîtriser ses nerfs. Martin n’a plus rien à prouver, on sait sa science du biathlon particulièrement poussée, on prend de plus en plus conscience de l’étendue de celle de la jeune Allemande. Accélérer ou temporiser quand il le faut, jauger la bonne dose de risques à prendre au tir, résister à la pression imposée par ses adversaires et les pousser à la faute… Ils font tout bien !

Lire la suite...

vendredi 9 décembre 2016

Premières et déjà-vu.

L’équipe de Slovénie n’est pas au top en ce moment, pourtant le public était déjà nombreux à Pokljuka pour l’ouverture de la 2e étape de la Coupe du monde de biathlon. Ce site a souvent réussi aux Français et aux Françaises, mais jusqu’ici, anomalie absolue, Martin Fourcade n’y avait jamais remporté la moindre course. Il s’était déjà imposé lors de chaque autre étape habituelle.

Après 7 ans et un paquet de tentatives en passant souvent très près du but, cette curiosité est entrée dans le domaine des souvenirs. En l’emportant de magnifique manière lors du sprint, devançant tous les cadors, le maître incontesté du biathlon a mis fin à cette étrangeté. Avec 4 victoires et une 3e place en 5 courses cette saison, cette victoire a malgré tout un air de déjà-vu. Tout comme la 2e place de Justine Braisaz obtenue un peu plus tard. La jeune femme est montée pour la première fois sur un podium individuel, mais là encore, comment ne pas avoir une impression de déjà-vu ? L’an dernier, Marie Dorin-Habert avait dominé ce sprint et cette saison il s’agit déjà de la 3e Française différente présente sur la boîte après 4 épreuves individuelles.

Lire la suite...

dimanche 27 novembre 2016

Le retour du roi (et de la reine).

Le dernier week-end de novembre est un de mes préférés de l’année. Pourquoi ? Parce que la Coupe du monde de biathlon débute à cette date ! Pour mon plus grand plaisir.

Le premier dimanche sert de mise en jambes pour les concurrents (qui peuvent aussi y évacuer le stress de la reprise) et d’avant-goût pour les fans, il permet aussi aux staffs de faire des réglages en conditions réelles. L’IBU a logiquement choisi depuis déjà quelques saisons de commencer par un relais mixte, l’épreuve ayant le moins d’enjeu aux yeux de tous. Depuis l’an dernier, le relais mixte simple (en duo au lieu d’être à 4) a été ajouté au programme pour offrir un nombre suffisamment important de course à chaque site qui organise des épreuves. Östersund, site traditionnel de l’épreuve d’ouverture, a été le théâtre de 2 courses.

Lire la suite...

dimanche 20 décembre 2015

Un Français peut en cacher un autre.

Que le mois de décembre se termine par une mass-start est chose récente. Avant, on attendait janvier pour assister à la première de la saison de biathlon. L’IBU a bien fait de modifier le programme de la Coupe du monde, ce format de course en confrontation directe est vraiment formidable. Surtout quand on a beaucoup de Français au départ, car dans ce sport, un Français peut en cacher un autre. Ou plusieurs autres.

Il y a 1 an lors de cette épreuve, Martin Fourcade et Jean-Guillaume Béatrix devaient réussir un magnifique doublé. A moitié banané par Anton Shipulin et à moitié victime de a propre erreur, le médaillé de bronze de la poursuite olympique de Sotchi avait tout perdu lors du dernier tour. C’était assez frustrant pour en avaler sa carabine et ses skis. Le Russe en était sorti vainqueur devant Martin. Un très mauvais souvenir pour Jean-Gui. Il a pris sa revanche dimanche et passera donc de bonnes fêtes, auréolé de sa première victoire individuelle en Coupe du monde. Et pourtant, il a bien failli ne même pas avoir de dossard…

Lire la suite...

samedi 19 décembre 2015

2 et 2 font 2 fois 1.

Aujourd’hui, pas de victoire française à Pokljuka. Et pourtant, le biathlon tricolore avait rarement connu si belle journée. En effet, à l’issue de la poursuite, Martin Fourcade et Marie Dorin-Habert occupent chacun la tête du classement de la Coupe du monde, ayant franchi la ligne en 2e position.

Le dossard jaune en même temps pour Marie et pour Martin, c’est jouissif. Même si en réalité, c’est assez anecdotique… sauf bien sûr si "Super-Maman" confirme et le conserve un long moment.

Lire la suite...

jeudi 17 décembre 2015

Toujours pas.

Pokljuka est un joli site pour du biathlon. C’est dans la forêt, la piste n’est pas facile, quelques virages sont même à risques, on y trouve de petites montées casse-pattes, le tout avec un pas de tir dont l’arrivée est en descente. Idéal pour Martin Fourcade en principe. Pourtant il ne s’y est encore jamais imposé.

S’il veut mettre fin à cette anomalie, il devra être performant ce week-end car, une fois de plus, le sprint lui a échappé. Le leader de la Coupe du monde s’est néanmoins très bien placé en vue de la poursuite. Sans parler de la mass-start de dimanche qui conclura le premier cycle d’épreuves. Ces «soucis» en Slovénie – à relativiser, à défaut de podiums il y est monté pas mal de fois sur le podium – sont surtout dus à la fatigue. Les 3 épreuves individuelles arrivent au terme d’une longue période passée loin de la maison avec un enchaînement de courses très usant, le corps et la tête ne répondent plus aussi bien qu’à Östersund.

Lire la suite...

dimanche 13 décembre 2015

Avec 92 balles, t’as plus rien (ou presque).

On a connu meilleur journée pour le biathlon français. On a aussi connu pire. Lors des premiers relais sexués – non mixtes si vous préférez – de la saison, les filles ont pris la 5e place, les garçons la 3e.

Aucun n’a tourné sur l’anneau de pénalité. Chaque relais a eu besoin de 6 balles de pioches en plus des 8 chargeurs de 5 balles pour faire tomber ses 40 cibles. C’est plutôt bon, presque très bon même, pourtant c’est un peu trop. Les résultats sont mitigés, ni réjouissants, ni mauvais, le positif vient surtout des enseignements qu’on peut tirer de cette journée.

Lire la suite...

samedi 12 décembre 2015

La loi du plus fort… dans la tête.

Dans à peu près tous les sports, rien ne vaut la confrontation directe. Le biathlon ne déroge pas à cette règle. L’effort chronométré (sprint et individuelle), ça va un moment, mais rien ne vaut une bonne mass-start ou une poursuite à rebondissements.

Il s’agit d’un effort long. Avec 4 séries de tirs, la distance à parcourir, le fait d’avoir vos adversaires direct devant, à côté ou derrière vous tant sur la piste qu’au pas de tir, toutes les péripéties sont possibles. Ces formats mettent en valeur toute la dimension psychologique de ce sport formidable. Il s’agit à la fois de maîtriser son environnement afin de se mettre dans les meilleures conditions possible pour exprimer tout son potentiel (résister à la pression de ses adversaires, faire abstraction ou se servir du public, éviter de subir les événements, etc.) et d’influencer le comportement des autres concurrents dans le but de les empêcher d’en faire autant. Autrement dit de les poussant à la faute. Vous l’avez compris, il est ici question notamment de tactique.

Lire la suite...

vendredi 11 décembre 2015

Si vous avez manqué la fin…

Je suis le biathlon depuis de nombreuses années. Des scenarii de course, j’en ai vu un sacré parquet. Je peux vous l’affirmer, celui dans lequel le titulaire d’un dossard à 3 chiffres s’invite sur le podium d’un sprint sans changement de conditions météo est chose très rare. A fortiori quand le numéro du vainqueur est à 1 chiffre (en l’occurrence le 4). 2 fois de suite en l’espace de 3 heures, c’est très certainement inédit !

Chez les hommes, on pouvait s’y attendre car il s’agissait du pari d’un des grands noms du circuit, Tarjei Boe. Chez les femmes, en revanche, quelle – mauvaise – surprise ! Une inconnue a délogé Anaïs Bescond de sa place sur le podium à quelques minutes de la fin, venant compléter un triplé allemand dont on aurait facilement pu se passer. Il faut dire que cette équipe a beaucoup apprécié de quitter la Scandinavie et sa faible altitude (entre le niveau et la mer et 300m à Östersund) pour une région germanophone (Hochfilzen, en Autriche) présentant des caractéristiques très différentes. On est en effet à 1200m, la piste est beaucoup plus "roulante". Manifestement, ils ont particulièrement aimé. D’autres – ceux qui ont passé plusieurs semaines en Norvège – beaucoup moins. Le classement des 2 sprints ne trompe pas à ce sujet.

Lire la suite...

dimanche 6 décembre 2015

Le triomphe facile.

Les poursuites programmées pour conclure la première étape de la Coupe du monde de biathlon auraient pu n’avoir qu’un intérêt très limité compte tenu de la très confortable avance obtenue par les vainqueurs des sprints de samedi. Rappelons-le, le classement et les écarts à l’issue du sprint déterminent l’ordre et les horaires de départ de la poursuite.

Chez les femmes, Gabriela Soukalova disposait de 38 secondes de marge sur sa première poursuivante sérieuse. C’est conséquent pour ne pas dire considérable.

Chez les hommes, Martin Fourcade était carrément dans un fauteuil traineau ! En fin de saison à cause de la fatigue accumulée, du vent et de conditions météo qui auraient fait perdre leur glisse aux skis français, le Catalan aurait pu ne pas remporter cette course. En début de saison sur une piste difficile avec du bon matos et très peu d’air sur le pas de tir, il était imbattable.

Malgré tout, ces courses ont encore été très intéressantes, on n’a pas eu le temps de s’ennuyer. Pourquoi ? Parce qu’il se passe toujours plein de choses en biathlon !

Lire la suite...

samedi 5 décembre 2015

L’échappé du sprint.

Après 2 épreuves, Marie Dorin-Habert est 3e du classement général de la Coupe du monde de biathlon à 8 points de la tête. Quentin Fillon-Maillet et Martin Fourcade se trouvent respectivement au 2 et 3e rangs chez les hommes. Pas mal, non ?

La saison de biathlon débute à peine, mais si ces premières courses disputées à Östersund sont annonciatrices de la suite, nous allons nous régaler ! Encore plus maintenant que la discipline est mise en avant sur une chaîne gratuite !

Lire la suite...

jeudi 3 décembre 2015

En fanfare… mais avec quelques fausses notes.

Comme il est désormais de tradition, la Coupe du monde de biathlon a débuté par les relais mixtes d’Östersund. Les premières épreuves individuelles sont… des individuelles. D’abord celle des hommes, mercredi, puis celle des femmes, jeudi.

Pour l’équipe de France, la saison a débuté sur de très bonnes bases. 2 Français dans le top 6, 2 Françaises dans le top 10, beaucoup de monde dans les points et un premier podium pour Marie Dorin-Habert… Ce départ en fanfare n’est toutefois pas sans fausse note. Enfin… Disons qu’il y a des raisons d’être un peu frustré plus un gros couac, la 21e place de Martin Fourcade. Le gain du petit globe semble déjà compromis car ce format est rare, il en reste 2 au programme de la saison.

Lire la suite...

dimanche 29 novembre 2015

Alléluia, l’hiver a débuté !

Alléluia !!! La Coupe du monde de biathlon a débuté ! Et cette saison, elle est diffusée en clair sur l’Equipe 21 ! Quel bonheur ! Même si j’aime beaucoup les commentaires experts d’Eurosport, notamment ceux de Sandrine Bailly, pouvoir regarder que ce sport si génial sur une chaîne en accès libre me réjouit. Le biathlon mérite telle exposition. Nos champions mériteraient d’être beaucoup plus médiatisés depuis des années !

La première épreuve de la saison a débuté en l’absence de Martin Fourcade, parti en Finlande pour disputer une épreuve de Coupe du monde de ski de fond (belle 22e place au 10km libre, il a fini à 10 secondes de Maurice Manificat, 9e, à 4 de Peter Northug, ceci en partant avec le dossard 94 sur une piste nettement dégradée). Il pouvait se permettre de faire l’impasse sur ce dimanche d’ouverture en raison de la nature des épreuves au programme : des relais mixtes qui n’ont aucun impact sur la Coupe du monde masculine.

Lire la suite...

lundi 22 décembre 2014

Orgie avant les fêtes.

A l’issue de ce week-end très chargé, la première des choses à faire est de féliciter les organisateurs : organiser des compétitions de ski sans avoir de neige, c’est très fort !

A Val d’Isère (ski alpin féminin), Val Gardena et Alta Badia (ski alpin masculin), Pokljuka (biathlon), Ramsau (combiné nordique) et sur les autres sites européens où étaient programmées des compétitions de sports d’hiver, il a fallu faire un travail énorme pour fabriquer des pistes dans des conditions très difficiles. ''

Pas de neige ou de la neige qui tombe au mauvais moment, des températures ne permettant pas d’en fabriquer ou qui la dégrade très vite… Dur ! La plupart du temps, à côté de la piste, il n’y avait rien de blanc. Et pourtant tout a eu lieu presque comme prévu. On a modifié le programme dans certains cas, annulé des entraînements, ou encore réduit la taille de la piste, tout ce qui était nécessaire pour éviter d’être contraint à renoncer à une épreuve.

Au final, que dire, si ce n’est que les spectateurs et téléspectateurs ont pu se régaler ? Une véritable orgie avant les fêtes ! Les concurrents n’ont en revanche pas tous été à la fête. Notamment en alpin car ça tapait fort sous les skis. Malgré ce grand spectacle dans toutes les disciplines – du moins celle que je suis, il faut faire des choix – la frustration a failli l’emporter. Les Français sont très souvent passés tout près du podium ou ont manqué la victoire pour presque rien, la poisse devenait lourdingue… Jusqu’au moment où Jason Lamy-Chappuis a fait oublier tous les regrets accumulés au fil des courses.

Lire la suite...

dimanche 14 décembre 2014

Le biathlon... c'est trop bon !

Je ne comprends pas. Comment les médias peuvent-ils à ce point regarder de haut le biathlon ? Quand vous voyez le peu de considération dont jouit Martin Fourcade au moment d’élire le sportif français de l’année, vous ne pouvez que faire ce constat.

Une année de JO d’hiver – qui est aussi la seule année d’une olympiade sans championnats du monde estivaux dans les sports individuels majeurs que sont l’athlétisme et la natation – au cours de laquelle un biathlète a remporté 2 titres (plus une médaille d’argent en se faisant seulement battre à la photo-finish alors qu’il était malade) et le classement général de la Coupe du monde en faisant preuve d’une régularité incroyable, on entend parler d’un perchiste essentiellement auteur d’un exploit certes historique mais ponctuel, d’un judoka (Teddy Riner) qui a fait se résigner la concurrence depuis longtemps et a participé à très peu de compétitions cette saison, ou encore d’un nageur (Florent Manaudou) n’ayant pas eu à affronter les Américains et les Australiens depuis l’an dernier.

Martin Fourcade vivra très bien sans ce titre honorifique, mais ce titre, le biathlon français le mérite. C’est un des sports les plus fantastiques du monde. Les courses de ce week-end l’ont encore mis en évidence. Le biathlon, c’est trop bon ! (Le titre est un cri du cœur.)

Lire la suite...

dimanche 7 décembre 2014

Souviens-toi l'hiver dernier.

La neige, c’est bien, quand il y en a. Il y en avait l’hiver dernier.

L’hiver dernier, Martin Fourcade survolait le biathlon mondial. Quand il se déchirait sur une course, chose rare, il réagissait de manière éclatante dès la suivante.
L’hiver dernier, Alexis Pinturault réussissait des perfs improbables en Coupe du monde de ski alpin, il avait pris un abonnement au podium.
L’hiver dernier, Jason Lamy-Chappuis donnait des signes de fin de règne, la régularité qui avait marqué sa carrière avait disparu, il avait bien du mal à être performant dans les 2 disciplines du combiné nordique. Les bons jours, il bataillait avec les meilleurs, les autres il prenait des claques.

Cet hiver… aussi.

Lire la suite...

mercredi 30 novembre 2011

Martin, le jaune lui va si bien !

les sports d'hiver

Östersund, mercredi, dossard 36, on est en fin d’après-midi, il fait nuit noire (surtout que la nuit tombe tôt en Suède à cette époque), Martin Fourcade prend le départ de la première course de la saison.

Le champion du monde du biathlon, 3e au classement général de la Coupe du monde la saison passée, entend bien succéder à Raphaël Poirée, vainqueur du gros Globe de cristal en 2000, 2001, 2002 et 2004. L’objectif est affiché sans tabou, il est assumé sur la piste.

La saison débute par une individuelle : 20 kilomètres en format contre-la-montre, 4 passages par le pas de tir (couché, debout, couché, debout), 20 cibles, 20 balles, toute erreur est immédiatement sanctionnée d’une minute de pénalité. Autrement dit, la moindre cible manquée peut vous faire plonger au classement, mais la distance permet aux meilleurs fondeurs de reprendre beaucoup de temps pour rattraper un ou des tirs manqués.

Lire la suite...