vendredi 16 décembre 2011

Pas de miracle.

Europa League Ce qui était attendu est arrivé, le Red Bull Salzburg a fini par l’emporter chez les Bratisla Boys, le PSG pouvait écraser l’Athletic Bilbao 118-0, ça n’aurait rien changé, il n’était plus maître de son destin.

J’y ai cru pendant une semaine et 20 minutes. Quand les Autrichiens, mené 2-0 sur le terrain du Slovan Bratislava dès la 6e minute, ont réduit l’écart sur penalty, je n’avais plus grand espoir. Ça sentait le retournement de situation, l’équipe n’ayant plus que son honneur à défendre risquait de lâcher pris contre celle venue chercher sa qualification en 16e de finale de l’Europa League. De son côté, le PSG a fait sa part de travail contre des Basques venus avec une équipe fortement remaniée sans être une équipe bidon. Marcelo Bielsa a aligné 3 titulaires habituels, 6 remplaçants dont certains sont régulièrement titulaires (4 ont beaucoup joué ces dernières saisons), il n’y avait que 2 véritables novices. Il a ensuite fait entrer 2 éléments indiscutables de son groupe pendant 30 et 20 minutes (dont Iker Muniain).

Lire la suite...

samedi 6 août 2011

Un gros Paris : Leonardo frappe fort.

Paris ne s’est pas fait en 1 jour. Entre le 31 mai, jour de l’annonce surprise d’entrée d’investisseurs qataris dans le capital du PSG, et le 6 août, date de la reprise de la Ligue 1 et de la signature de Javier Pastore, 67 jours sont passés, ils ont été particulièrement riches en événements, en spéculations, en coups médiatiques… et en bonnes nouvelles pour les supporters parisiens.

Je vais tenter une petite rétrospective des événements depuis l’annonce de l’arrivée des Qataris (la venue de Leonardo, la semaine folle du recrutement, la préparation) puis analyser l’effectif, les possibilités tactiques offertes à Kombouaré, le calendrier…

Troisième partie, du 25 juillet au 6 août : Leonardo recrute Jérémy Ménez, Milan Bisevac et Blaise Matuidi puis Salavatore Sirigu et Momo Sissoko, et enfin Pastore.

Lire la suite...

dimanche 22 mai 2011

DSK Delight au pays de Martine.

bandeau L1 2010-2011 Haro sur les turlutes !

Les Lillois méritent sans doute leur titre de champion de Ligue 1. Ils ont globalement essayé de jouer au foot avec tout de même des périodes de non-jeu caractérisé (on balance devant et Moussa Sow ou Gervinho courent derrière le ballon, un des exemples serait par exemple le match à Toulouse, on peut en citer d’autres, à Auxerre par exemple c’était bien laid), pendant leurs périodes fastes ils ont offert du spectacle et marqué des buts, certes de façon moins impressionnante que l’an passé. Leurs grandes forces ont été leur efficacité, en particulier celle de Sow, pas attendu à ce niveau lorsque les Lillois l'ont recruté, il s'agit d'une de ces bonnes surprises qui font la différence, et leur gardien, car Mickaël Landreau a bien tenu la baraque. Résultat, ils ont très peu perdu en Ligue 1, ont souvent su marquer en fin de match pour arracher des résultats ne reflétant pas le . Pour eux ça a souvent souri, notamment en fin de saison car physiquement ils ont mieux fini que d’autres.

Lire la suite...

jeudi 19 mai 2011

Les racines du mal (ou quand Leproux s'affiche).

bandeau L1 2010-2011 Accrochez-vous, car pour commencer cette analyse de Bordeaux-PSG (36e journée de Ligue 1), je vais retranscrire les déclarations de Robin Leproux.

Des conneries sorties par le président d’un club de football, j’en ai entendu des centaines, mais d’aussi pitoyables, rarement.

«Je suis assez énervé, parce que les joueurs ont failli, ils sont passés complètement à côté de leur match. On avait un rendez-vous, je crois qu’ils n’ont pas bien saisi ce qu’il se passait, que le Paris Saint-Germain avait un rendez-vous important avec la Champions’ League, et puis on a fait un match sans engagement, sans prendre la mesure de l’enjeu qui pouvait être le nôtre. C’était sans envie, sans impact, et de dirait presque "pas sérieux". (…) Moi je défends mon groupe, j’essaie de le stimuler, mais lorsqu’il y a tout un club, tout un staff, des supporters qui sont dans l’attendre de de voir le PSG en Champions’ League, et pi qu’on fait un match comme ce soir où cette place de 3e nous tendait les bras un euh… Y’avait des signes ils étaient tous là, simplement il faut entrer sur le terrain avec un état d’esprit… J’dirais faut avoir faim, faut avoir envie. Bon là euh j’ai cru j’pense franchement qu’ils n’ont pas compris. (…)Ils n’ont pas pris la mesure de l’événement, on va régler ça entre nous. Euuuh… mais à force de nous tendre comme ça les bras, la 3e place on va passer à côté, même la 4e. Alors on va pas gâcher cette fin de saison, il va falloir battre Lille, Saint-Etienne, mais la balle n’est plus dans notre camp.» A la question «C’est quoi ? Mental ?», question à la con s’il en est, il répond «très certainement.»

Je crois surtout que Leproux n’a pas regardé le match et n’a pas pris la mesure de rien du tout, ni de la difficulté de la saison, ni de la fatigue, ni de l’adversité, ni de la situation de façon plus globale.

Lire la suite...

dimanche 15 mai 2011

Et Coupet baissa les bras...

banderole Coupe de France Le LOSC n’avait pas remporté la Coupe de France depuis l’époque de Vincent Auriol… Euh… non… Il n’était pas ailier gauche, il était Président de la République… C’était il y a 56 ans, soit 55 de plus que la dernière victoire du PSG, tenant du titre. Cette finale, je la sentais bien. Hormis l’absence d’Armand, sur le banc car malade les 2 jours précédents, un seul titulaire était indisponible, Jallet, exclu de façon plus que sévère contre Nancy, Il faut y ajouter Luyindula, blessé depuis des semaines. Le 11 de départ de Kombouaré était donc attendu : Coupet - Cearà, Camara, Sakho, Tiéné - Makélélé, Chantôme - Giuly, Bodmer, Nenê - Hoarau. Sur le banc, Makonda et Bahebeck étaient les heureux élus, Kebano et Landre étaient assis dans les tribunes.

Lire la suite...

mercredi 11 mai 2011

Problème d’équilibre.

bandeau L1 2010-2011

Il paraît que les erreurs d’arbitrage s’équilibrent sur une saison… On fait comment, on rajoute des matchs ? Ce n’est pas sur les 4 prochaines rencontres que ça risque de s’équilibrer pour le PSG !

Hormis le péno oublié pour Caen au Parc juste avant l’ouverture du score parisienne, est-ce que vous pouvez me citer des rencontres lors desquelles le PSG aurait été favorisé par des décisions arbitrales erronées ? Certains me parleront du but de Camara contre Lyon, pourtant il n’était pas hors-jeu si on applique la règle à la lettre. On pourrait y ajouter le match contre Le Mans en Coupe de France avec le rouge de Camara qui aurait dû arriver plus tôt.

Lire la suite...

lundi 25 avril 2011

L’arbre qui cache la forêt.

bandeau L1 2010-2011 Facile de cracher sur Edel parce qu’il a concédé un penalty quelques secondes après son entrée en jeu impromptue, mais put*in ! Ouvrez les yeux ! Si le PSG n’est pas allé battre Brest lors de la 32e journée de Ligue 1, le gardien est très loin d’être le plus responsable de l’équipe.

Le responsable n°1 de cet énorme coup d’arrêt dont les conséquences pourraient être terribles, à savoir empêcher le PSG de se qualifier pour la Ligue des Champions, on le trouve sur le banc : Antoine Kombouaré. Là, certains vous être tentés de répondre quelque chose de stupide : «mais non, ce n’est pas de la faute de l’entraîneur, ce sont les joueurs qui jouent !» Pourquoi stupide ? Parce que jusqu’à preuve du contraire ce sont les entraîneurs qui décident qui joue. Or pour être mauvais sur le terrain, encore faut-il être sur le terrain.

Logique implacable.

Maintenant c’est simple, expliquez-moi ce que foutaient sur le terrain Clément (ou Makélélé), Giuly et surtout Tiéné.

Lire la suite...

jeudi 21 avril 2011

Saint-Denis : le retour des rois.

banderole Coupe de France 10 finales au Stade de France sur 28 possibles (3/14 en CdL, 7/14 en CdF)… 6 en 9 ans (dont 3 des 4 dernières éditions) rien qu’en Coupe de France … 12 finales dans cette compétition en 41 ans… Le 14 mai prochain à Saint-Denis les rois de la coupe vont à nouveau se rendre au nord de la Capitale dans le but de conserver leur trophée.

Il n’y avait pas besoin d’être supporter du PSG pour apprécier le spectacle. On a vu un très bon match, du très beau football avec du rythme, de la technique, 4 buts tous beaux, 3 tirs sur les montants, des sauvetages sur la ligne… Je pense que beaucoup de monde souhait la victoire du PSG, que ce soit à Rennes, Montpellier, Saint-Etienne ou encore Bordeaux. En effet, pour que la 5e place – peut-être aussi la 6e – soit qualificative pour l’Europa League, il était nécessaire que le PSG et Lille se qualifient pour la finale (les 2 clubs seront européens par le championnat, le ticket européen de la CdF sera distribué par le biais du championnat). En outre, pour le football français mieux valait qu’Angers ne le représente pas en EL, on commence à être en danger au niveau de notre indice européen, un club de L2 aurait pu encore plus le plomber que les clubs cités.

Lire la suite...

lundi 18 avril 2011

Génuflexion, miracle et espoir.

bandeau L1 2010-2011

Journaliste pour ta première page
Tu peux écrire tout c’que tu voudras
Je t’offre un titre formidable
Le genou, de Camara
Je t’offre un titre formidable
Le genou… de Camara !

PSG-OL, un match d’anthologie. Incroyable. Le 3e et dernier rendez-vous de la saison entre les 2 clubs a encore donné lieu à un spectacle formidable. Le PSG est passé tout près de remporter les 3 confrontations de la saison après le succès à Lyon après prolongation en CdL et le nul malheureux encore à Gerland en Ligue 1. Dimanche soir après une première période de très grande qualité les Parisiens ont réussi à arracher la victoire à un quart d’heure de la fin un succès extrêmement important. Un nul n’aurait arrangé personne, il fallait absolument gagner.

Lire la suite...

dimanche 10 avril 2011

Témoignage : «J’étais en manque, il fallait que j’y regoûte…»

bandeau L1 2010-2011 Wahou ! Quel pied !... J’avais oublié ce que ça faisait... Tu te sens super bien, rien ne peut te faire perdre le sourire, tu planes. Je comprends pourquoi j’étais accro. Depuis plusieurs semaines j’avais l’impression d’être bloqué dans un bad trip, c’était horrible, tu vois tout en gris… En fait j’étais juste en manque.

Et puis samedi j’ai replongé. Tu te crois sevré, c’est une illusion. Ces dernières semaine, plusieurs fois j’ai déjà failli y goûter. Failli seulement. Mais cette fois non, j’y ai eu droit… Et en plus c’était de la bonne ! J’ai regoûté à la victoire. Une victoire importante en jouant bien.

Put*in, c’était trop bon. Si je n’ai pas une autre dose dimanche prochain j’ai peur de subir à nouveau cette sensation de manque. Il s’agira de PSG-OL, un match hyper important qui débutera la semaine la plus décisive de la fin de saison avec ce choc suivi le mercredi de la demi-finale de CdF à Angers, et le dimanche de Brest-PSG. J’espère flirter avec l’overdose d’ici 15 jours…

Caen-PSG, c’est un peu le derby rouge et bleu, du coup Paris jouait avec son 3e maillot, le blanc à petits pois. Le PSG est rentré en Ile-de-France avec de gros points.

Lire la suite...

dimanche 3 avril 2011

Le PSG pèche dans tous les domaines.

bandeau L1 2010-2011

Je n’en reviens pas ! J’ai entendu qu’en ne parvenant pas à battre Lorient lors de cette rencontre comptant pour la 29e journée de Ligue 1, le PSG a dit adieu à ses chances de titre. C’est terrible ! Vous rendez-vous compte de ce que ça signifie ?

Ça signifie que des gens présentés comme des spécialistes du football (majoritairement des journalistes professionnels) pensent qu’à 10 journées de la fin le 5e peut combler 10 points de retard et +9 de différence de but sur le premier mais aussi 5 ou 6 points sur 3 autres équipes. Vous le savez, il y a longtemps que je n’y crois plus. A la fin du mercato, lorsque j’ai dû constater avec effroi que le PSG ne recrutait personne, j’étais catastrophé. J’ai ensuite rapidement sombré dans le pessimisme, ceci dès la mi-février avec le 0-0 concédé à domicile contre Lens.

Depuis le début de l’année 2011 le PSG n’est que rarement bon ET réaliste. Contre Lorient le PSG n’a été ni bon, ni réaliste. Dans ces conditions, comment gagner ?

Lire la suite...

dimanche 27 mars 2011

Paris à la relance.

Qu’est-ce que ça fait du bien !

Le PSG n’a pas gagné le tournoi de futsal de Bercy, mais peu importe, l’important était de s’amuser, de prendre du plaisir, de se lâcher. 14 buts marqués en 76 minutes, des gestes techniques, des combinaisons…

Un tournoi de futsal c’est sympa, on s’amuse, mais LE match du week-end était la réception de Juvisy en D1 féminine, la victoire été impérative pour se relancer complètement dans la course à l’Europe. Ça s’est remarquablement bien passé.

Lire la suite...

lundi 21 mars 2011

Tapis à Marseille.

bandeau L1 2010-2011

Voilà… Une saison foutue de plus. L’OM a gagné la Grande Sardinade, un match qui valait très cher, un match à 6 points (du coup il y a maintenant 6 points d’écart entre Marseillais et Parisiens). Le pari de Kombouaré a échoué, encore une fois.

Elimination en demi-finale de Coupe de la Ligue… En huitième de finale d’Europa League… Pas de qualification en Ligue des Champions (au mieux une 4e place en Ligue 1)… Il ne reste que la Coupe de France, que le PSG n’est même pas sûr de conserver. Kombouaré a flingué une saison mal débutée puis super bien relancée – lorsqu’il a ENFIN choisi de mettre Coupet sur le banc – au point de faire espérer de grandes choses aux joueurs, aux dirigeants et aux supporters. Il a tout gâché en tentant des coups de poker calamiteux.

Lire la suite...

jeudi 3 mars 2011

Qualif aux forceps.

banderole Coupe de France PSG, LOSC, Nice et Angers. Il en fallait 4, on les a, 2 de ces clubs s’affronteront le 14 mai au Stade de France pour remporter la Coupe de France respectivement pour la 9e, 6e, 4e et première fois. Le PSG espère bien conserver son titre, ce qui n’a plus été fait depuis Nantes il y a 11 ans. La L1 a finalement 3 représentants dans le dernier carré après avoir été décimée lors des premiers tours.

Aucun des 3 rescapés de l’élite n’a eu la partie facile, ils y ont tous laissé des plumes. Je vais bien sûr commencer par le PSG, j’irai assez vite sur les autres rencontres.

PSG-Le Mans FC, les Sarthois sont leaders de la L2, pour cette raison ils ont donné leur chance à plusieurs de leurs remplaçants habituels, sans compter que 2 ou 3 étaient blessés, en particulier le gardien et capitaine, Didier Ovono. Kombouaré ne pouvait pas se permettre d’aligner sa meilleure équipe, de toute façon ce n’était pas souhaitable, pour pouvoir conserver tout son effectif sur le pied de guerre. Comment se sentir plus concerné qu’en étant réellement concerné ? Des qualifications aux différents tours des coupes dépend leur temps de jeu de plusieurs des éléments alignés mercredi (un mercredi à 19h, programmation foireuse), ne comptez pas sur eux pour lâcher l’affaire.

Lire la suite...

dimanche 13 février 2011

Je sombre dans le pessimisme.

bandeau L1 2010-2011 Ça y est, les problèmes apparaissent… Il fallait bien que ça arrive, vue la façon du est gérée le PSG, les éviter semblait impossible. Lens a pris un point au Parc des Princes car malgré une nette domination les Parisiens n’ont pas réussi à convertir une de leurs occasions. Un classique. Ça aurait pu être pire, en 2010-2011 ces matchs se terminent en général par un 0-0 (Rennes à l’aller, Nice, Dortmund, maintenant Lens…), la saison passée le PSG encaissait un but et s’inclinait 0-1. 0-0, 0-1, le goût est le même, celui d’une défaite.

L’événement est que pour la première fois depuis des lustres le PSG sort d’un match sans avoir encaissé de but (à Montpellier c’était aussi le cas après 90 minutes, pas après 120). Les plus optimistes retiendront cette statistique et le point "sauvé" malgré les frayeurs causées par les contre-attaques lensoises.

Le mauvais arbitrage n’est pas la cause de ce qui dans les têtes et au classement équivaut à une défaite, surtout que le PSG a aussi eu l'occasion de profiter de mauvaises décisions, un match nul contre un relégable étrillé il y a un mois au même endroit avec presque les mêmes joueurs (surtout côté parisien). Pourquoi cette contre-performance ? Outre la belle résistance de Lensois "bien en place" comme on pouvait s’y attendre, 4 raisons sont facilement identifiables, elles sont toutes connectées :
1. la méforme de Nenê,
2. la transparence d’Erding,
3. les choix de Kombouaré,
4. la politique de recrutement de Robin Leproux et compagnie.
Vous comprendrez que chacune de 3 premières raisons découle des suivantes.

Lire la suite...

mercredi 19 janvier 2011

Paris outragé, Paris martyrisé, Paris frustré, Paris éliminé.

Coupe de la Ligue J’avais le choix entre finir mon sujet sur le week-end formidable des Français en ski alpin, biathlon, short-track, saut à skis féminin et combiné nordique (éventuellement avec supplément ski de bosses, tennis, je voulais aussi y ajouter le ski alpin handisport). Priorité à l’actualité chaude (^^) avec l’horrible demi-finale de Coupe de la Ligue opposant Montpellier au PSG dans l’antre du Fight Club. On le savait, c’était le plus mauvais tirage possible, bien pire qu’un OM-PSG. Les faits ont confirmé les craintes. J’espérais la qualif, je l’attendais difficile avec peut-être de la casse, ça a mal tourné.

  • Est-ce que ça aurait pu être pire ?

Lire la suite...

dimanche 16 janvier 2011

139 jours plus tard… plus les mêmes.

Une fois n’est pas coutume je vais débuter mon récit de la journée de championnat (la 20e) par le match du PSG. Honneur à la meilleure équipe française de la saison so far…

Recevoir Sochaux, c’était le match piège. Dans la mesure les Sochaliens ont perdu à peu près partout ne pas les battre serait synonyme de petite catastrophe, cependant les Sochaliens ont rarement été broyés chez les gros (Marseille, Lyon ou encore Rennes ont galéré pour l’emporter sur le score de 2-1, parfois aidés par l’arbitre). On le sait, il y a pas mal de joueurs de qualité dans cette équipe, en particulier dans le secteur offensif : Marvin Martin (de Porte de Vanves… bientôt de la Porte de Saint-Cloud ? ça ne me déplairait pas…), Boudebouz, Maïga, Ideye Brown… En contre et sur CPA Sochaux pose beaucoup de problèmes à ses adversaires.

A l’aller le PSG avait mangé un 3-0 en première période, s’inclinant finalement 3-1 avant la trêve internationale de début septembre. Cette défaite restait en travers de la gorge des Parisiens, elle est très importante dans leur saison. Il est bon d’en rappeler les causes et les effets. Souvenons-nous en effet que cette défaite était intervenue dans des conditions assez particulières, il faisait chaud en ce dimanche après-midi d’août, le PSG était revenu dans la nuit du jeudi au vendredi d’un déplacement à Tel Aviv où la température en soirée était nettement supérieure à 30°C, ils étaient cramés (en particulier des joueurs comme Jallet). Qui plus est Nenê était suspendu, Sessegnon jouait à gauche… Le PSG dominait largement, avait obtenu de grosses occasions jusqu’au premier cadeau de Coupet, totalement à la rue sur les 3 buts. Les ressources physiques et mentales nécessaires pour redresser la situation avaient manqué.

Lire la suite...

jeudi 16 décembre 2010

La quête du titre.

Bandeau Europa League J’avais prévu de choisir comme titre "Opération kebab congelé". Saammmmyyy n’ayant pas fait des siennes pour son premier match de la saison – 2 ou 3 mauvaises passes, quelques fois pris de vitesse, une ou deux erreurs de marquage – grâce notamment à l’aide de Camara (capitaine), qui a bien assuré le coup, ce titre n’était pas très pertinent, il m'en fallait un autre.

Avec ces conneries d’étaler les derniers matchs de poule des deux compétitions européennes sur un maximum de journées on se retrouve avec des aberrations du genre de ce Karpaty L’viv-PSG débuté à 22h05 heure locale par -8°C en début de rencontre (ça a certainement dû baisser par la suite et atteindre les -10 à -13° annoncés). Le terrain était relativement praticable car paraît-il chauffé, il n’empêche qu’avec de légères chutes de neige – une neige très fine bien chiante – et une température si inférieure à 0 la surface de jeu s’est durcie, il y avait beaucoup de faux rebonds, le ballon rouge prenait plus de vitesse (aussi à cause de la fine particule neigeuse qu’on voyait voler quand le ballon passait dessus). Avec les lignes peintes, le ballon rouge sur sol marron/verdâtre, les maillots foncés des Parisiens et ceux rayés vert et blanc des Ukrainiens, esthétiquement, ce match d’Europa League n’était pas beau à voir. Parfois le cadre dans lequel est joué un match donne une bien meilleure image de la rencontre, la rend attractive, si vous prenez par exemple de Manchester United-Arsenal d’il y a 2 jours, c’est exactement ça, le contenu était affligeant, le Vieux Trafford l’a rendu un peux moins indigeste. Tout ceci explique pourquoi j’ai aussi pensé à ce titre : Bienvenue au Théâtre des rêves d’ailleurs.

Lire la suite...

vendredi 22 octobre 2010

Une grande marge de régression.

Bandeau Europa League bandeau L1 2010-2011 Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais pas mal de commentateurs en tous genres se montent plus que mesurés, pour ne pas dire sceptiques ou carrément pessimistes concernant les performances du PSG. Pourtant actuellement il n’y a pas mieux en France, comme je vous l’ai longuement expliqué ces derniers jours.

Ces commentateurs, consultants et autres (qu’il s’agisse de supporters des autres clubs ou de prétendus supporters du PSG qui n’ont pas dû regarder beaucoup de matchs ces dernières années) nous brandissent le spectre d’une pseudo crise de novembre (d’ailleurs étrangement les mecs qui ont choisi le calendrier ont mis PSG-OM en novembre), nous disent que si Nenê se blesse ou baisse de régime le PSG droit ira à la catastrophe, ils cherchent tous les bémols possibles, de l’inefficacité d’Hoarau – des attaquants inefficaces comme lui, quel club de Ligue 1 n’aimerait pas en avoir ?– à l’impossibilité absolue que la charnière centrale faite de 2 gauchers puisse tenir le coup (pour le moment elle fonctionne très bien, comme tout le monde au début je doutais, mais si elle fonctionne depuis plusieurs semaines pourquoi devrait-on considérer que d’un coup elle va partir en sucette ?).

Lire la suite...