Mot-clé - Damien Gaudin

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 11 juillet 2015

Au pied du Mûr. (TdF 2015, E8)

Tour_de_France_2015.jpg Enfin ! On commençait à se faire du souci pour le cyclisme français, à la peine depuis le début de sa grande épreuve, le Tour de France. Le compteur est enfin débloqué. Il était temps, les tricolores étaient au pied du mur, ils ne lui ont pas tourné le dos, ils l’ont gravi.

Le vainqueur du jour adore faire le mur, il a cette fois eu l’aide involontaire du maillot jaune, qui lui a fait la courte échelle en tentant de secouer le cocotier et/ou de montrer les muscles. Qui était le plus fort ? Je ne sais pas. Qui a été le plus intelligent ? Le vainqueur. Pour gagner, il faut la tête et les jambes.

Lire la suite...

dimanche 22 février 2015

La même dans 3450 jours.

Selon un calcul rapide effectué de tête, Paris 2024, ce serait dans environ 3450 jours. Le nouveau Vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines accueillerait les épreuves cyclisme sur piste – une évidence – alors que les autres épreuves de cyclisme se tiendraient dans la même zone (le BMX et le VTT tout près, la route à Versailles).

L’organisation des Championnats du monde 2015 a été attribuée à la France il y a seulement quelques mois, il a fallu tout organiser en peu de temps. Pour un résultat fantastique. Le vélodrome est magnifique, il permet des performances de très haut niveau en compétition (en plus de permettre à l’équipe de France de très bien se préparer alors qu’il y a quelques mois un tel outil lui manquait cruellement), le public a répondu présent. C’est sûr, quand les Bleus brillent, la ferveur du public est décuplée, mais c’est aussi parce qu’il y a de la ferveur que les Bleus trouvent les forces nécessaires pour briller. De si bons résultats n’étaient pas attendus.

5 titres, 2 médailles d’argent, une dernière journée en apothéose… et une super publicité pour le dossier de candidature de Paris 2024. Difficile de rêver mieux !

Lire la suite...

mardi 12 avril 2011

L’enfer est pavé...

… et poussiéreux.

Mon Dieu ! Quelle épreuve ! D’ordinaire Paris-Roubaix est une course extrêmement difficile, probablement la plus difficile de toutes les grandes courses d’un jour. On surnomme cette course "l’Enfer du Nord", mais les secteurs pavés de Paris-Roubaix par beau temps, c’est pire que l’enfer !

On pourrait penser que les pavés sont pires quand il peut, mais non, car quand il pleut, au moins ils sont un peu nettoyés et la poussière ne se mêle pas à la "fête". La 109e édition s’est déroulée par très beau temps, il faisait chaud et très sec.

Lire la suite...