Mot-clé - David de La Cruz

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 19 septembre 2020

Un pain sur la Planche. (TdF 2020, E20)

TdF_2020.jpg La 20e étape du Tour de France 2020 devait être mémorable. Les organisateurs avaient fait leur possible pour la faire entrer dans la légende du sport. Bien sûr, après avoir annoncé le parcours il y a près d’un an, ça ne dépendait plus d’eux, il fallait que tout se goupille bien. Malheureusement, ça ne s’est pas du tout passé comme espéré. Pourtant, on a tout de même eu droit à une étape de légende. Absolument PERSONNE ne pouvait s’attendre assister à un scénario pareil.

Thibaut Pinot (GFC) nourrissait un rêve, celui de porter le maillot jaune et remporter le Tour de France au terme du seul contre-la-montre de cette édition organisé chez lui, à La Planche des Belles Filles, en passant dans le village dont son père est le maire depuis de nombreuses années, devant chez lui, devant l’école où il allait, etc. Pogacar_joue_avec_sa_peluche._normal__c_est_un_enfant.jpg Son rêve s’est effondré dès la première étape à Nice. Il a pu donner le change jusqu’aux Pyrénées, où son dos lui a fait lâcher prise. La suite ne fut que cauchemar à cause d’un dos récalcitrant, pourtant, impossible de se résoudre à quitter le Tour. Impossible de renoncer à ce qui devait être son moment de plaisir. Le public, très nombreux mais indiscipliné, l’attendait.

Le public venait pour Pinot, il a vu Tadej Pogacar (UAD). Ce gamin a complètement transformé un des pires Tours depuis des années en lui offrant sans doute la dernière véritable étape – hors défilé sur les Champs-Elysées – la plus incroyable de ce siècle, si ce n’est de tous les temps.

Lire la suite...

mercredi 16 septembre 2020

Monts et Marvel. (TdF 2020, E17)

TdF_2020.jpg Avec un peu de recul (limité à quelques heures), je me suis rendu compte que la 17e étape du Tour de France aura allié des qualités très opposées : à la fois très ennuyeuse et très spectaculaire. Comme beaucoup de films de super-héros…

Oui, je sais, je peux choquer en qualifiant d’ennuyeux certains de ces films qui cartonnent et rapportent des centaines de millions d’euros. Pourtant, quand on y repense après visionnage, on peut rarement s’extasier devant leur scenarii à la fois très surprenants et sans grand suspense – oui, c’est de la surprise artificielle, les péripéties par lesquelles on passe se veulent surprenantes, seulement on sait presque toujours sur quoi ça va aboutir – à l’image de celui de cette étape. Lopez_s_impose_a_la_Loze.jpg

Lire la suite...

samedi 12 septembre 2020

L’audace en deux leçons. (TdF 2020, E14)

TdF_2020.jpg Le nouveau maire de Lyon, élu sur un malentendu grâce à la crise du coronavirus à l’origine d’un taux d’abstention jamais vu doublé d’une déconnexion totale entre le premier et le 2nd tour (séparés de 15 semaines au lieu d’une sans possibilité de faire une campagne électorale normale)… est un vert. Un vert élu à Lyon… Encore un coup de 2020, l’année où on ne s’étonne plus de rien. Quand vous l’entendez parler, vous comprenez que le ver est dans le fruit. Kragh_Andersen_et_le_maire_de_Lyon__deux_idees_de_l_audace.jpg Traiter le Tour de France de machiste et de polluant, ceci 2 ou 3 jours avant de le recevoir dans sa ville et oser se pointer sur le podium… pour la remise du maillot vert. Si ce n’est pas de l’audace, ça doit être de la bêtise. Si au moins il avait déclaré ça après avoir vidé quelques verres… C’est tout le problème du féminisme et de l’écologie dévoyés actuels. Ils veulent s’attaquer à des symboles et faire le buzz au lieu de s’atteler à régler les véritables problèmes en faisant preuve de bon sens. Dur d’exister et de se faire connaître.

Lire la suite...

vendredi 11 septembre 2020

Douchés au soleil. (TdF 2020, E13)

TdF_2020.jpg Il fait beau, il fait chaud, mais le cyclisme français prend l’eau. Sur la route du Puy Mary, les espoirs des supporters français presque aussi présents qu’en juillet ont été douchés comme rarement. Romain Bardet (ALM) n’est pas le seul à avoir pris un sérieux coup sur la tête.

Sérieusement, là, je ne suis pas bien, je demande un protocole commotion ! Daniel_Martinez_s_impose_au_Puy_Mary.jpg

Au jour du départ du Tour de France 2020, personne ne savait réellement à quoi s’attendre. Deux équipes affichaient une très grande force collective avec chacune un leader faisait partie des grands favoris avant de tomber d’abandonner sur le Criterium du Dauphiné. Ils laissaient planer le doute quant à leur état. Les Colombiens bénéficiaient de mois d’entraînement chez eux en altitude quand leurs adversaires devaient pour la plupart prendre leur mal en patience sans pouvoir sortir de chez eux. Seuls des home-trainers ou des rouleaux leur permettaient de s’entretenir physiquement. Côté français, on entretenait de réels espoirs de victoire avec Thibaut Pinot (GFC), de belle place au général avec Guillaume Martin (COF), de victoires d’étapes et de maillot à pois avec les Julian Alaphilippe (DQT), Warren Barguil (ARK), Romain Bardet, ou autres.

Lire la suite...

jeudi 17 juillet 2014

Les plus forts ? Pas les verts ! (TdF 2014, 11-12)

Tour de France La transition entre les Vosges et les Alpes a été marquée par une belle victoire française, mais aussi par de nouveaux échecs de l’homme vert. Peter Sagan (CAN) est presque toujours placé, jamais vainqueur. Après avoir été une nouvelle fois piégé par sa réputation et par sa trop grande envie de l’emporter, il a encore fini 2e à Saint-Etienne, le pays des Verts. Tactiquement, ces 2 journées ont été très intéressantes. Les Europcar – aussi en vert – ont aussi manqué de réussite, mais au moins ils ont tenté des choses, contrairement à beaucoup d’autres, et notamment à un lâcheur. Fabian Cancellara (TFR) s’est tiré lors de la journée de repos, il est rentré en Suisse (ça ne lui a pas fait trop de chemin) car il veut se préparer pour les championnats du monde sur route. Ça en dit long sur les intentions de son équipe, déjà privée d’Andy Schleck.

En faisant ce choix, il a évité les journées les plus chaudes de ce Tour. En effet, après la pluie, très propice à Vincenzo Nibali (AST), le peloton a dû affronter des températures comprises entre 29 et 35°C. Dur !

Lire la suite...

lundi 7 juillet 2014

Le Tour on tour. (TdF 2014, 1-3)

Tour de France Pour ce qui est de drainer un public fervent et/ou exalté, rien ni personne ne peut rivaliser avec le Tour de France. Un groupe de musique ? Non. Eventuellement le Pape. Je ne suis pas sûr que pour les funérailles d’Elisabeth II – elle ne sera pas éternelle – le peuple britannique descendra aussi nombreux dans les rues.

Le grand départ du Tour de France 2014 a été donné en Angleterre. Depuis que le cyclisme est devenu à la mode de l’autre côté de la Manche, la plus grande épreuve du monde n’y avait pas fait étape. Manifestement, il s’agissait du meilleur moment pour y retourner. Les organisateurs ont réussi leur coup, ils ont même été dépassés par le succès populaire. La densité et la frénésie des centaines de milliers – quelques millions – de spectateurs ont causé bien des soucis aux coureurs. Le Tour on tour en Angleterre, c’était de la folie.

Lire la suite...