vendredi 6 mai 2016

Au petit trot… athlé. (DL Doha)

En mai 2015, la saison d’athlétisme a débuté en fanfare à Doha. Les performances enregistrées lors du meeting d’ouverture de la Diamond League étaient dingues. Une très sale blessure avait néanmoins terni le bilan.

Un an plus tard, dans des conditions hyper favorable pour certaines épreuves du moins, le niveau n’a pas atteint les sommets auxquels on pouvait d’attendre. Le nouveau format des concours est nul, les suspicions de dopage planent, un cas épineux autrefois réglé refait surface et promet de beaucoup faire parler. L’IAAF est en grande partie responsable de ces errements, sauf du dernier, causé par une décision scandaleuse du Tribunal Arbitral du Sport. Je vais y revenir.

Lire la suite...

mardi 5 janvier 2016

Le message est bien passé. (CdF 32e)

Wasquehal est leader de son groupe de CFA. C’est du lourd, du très lourd, encore plus lourd que le terrain du Stadium Nord de Villeneuve-d’Ascq. Sérieusement, Laurent Blanc s’est foutu de la gueule de tout le monde, non ?

Le 32e de finale de Coupe de France disputé dimanche en début d’après-midi par le PSG dans des conditions météorologiques assez dégueulasses (vent assez fort, beaucoup de pluie) a été une belle bouse. Bien sûr, on retiendra la qualification, et rien d’autre. L’emporter 1-0 (but de Zlatan Ibrahimovic à l’heure de jeu). Que c’était laid !

Lire la suite...

jeudi 15 octobre 2015

Future stars wars : la maîtrise de la Force.

Tony_Yoka_champion_du_monde__.jpg En boxe pro, il s’agit des poids lourds. En boxe amateur (aussi appelée boxe olympique, d'autant que désormais elle est ouverte à certains professionnels), les plus de 91kg sont appelés les super-lourds. La performance de Tony Yoka aux Championnats du monde de boxe amateur est de l’hyper lourd. Un exploit historique.

Il y a longtemps que les amateurs de sports olympiques – et a fortiori – de boxe suivent son parcours. En ce qui me concerne, je suivais déjà ses combats à l’époque où il boxait pour Paris United en WSB, les World Series of Boxing, la compétition par équipes créée à l’époque dont le club de la capitale a été le premier champion. D’ailleurs vous pouvez retrouver pas mal d’archives sur le blog. A l’époque, il avait tout juste l’âge minimal pour participer à la compétition. Champion olympique de la jeunesse, vice-champion du monde juniors (ou plutôt jeunes, je crois que ça s’appelle comme ça maintenant), battu en finale par le Croate Filip Hrgovic… devenu ensuite son partenaire au Paris United, il était encore un peu soft. Aux JO de Londres, son élimination au premier tour a fait naître un mélange de frustration, de sentiment d’injustice et de regrets, car, si mes souvenirs sont bons, il était largement supérieur à son adversaire mais n’a pas su le montrer d’une façon suffisamment nette pour empêcher les arbitres de la lui faire à l’envers. C’est un épisode passé, d’autres que lui ont été zboubés de façon nettement plus évidente et indiscutable. Le fait est qu’à 20 ans, plus jeune des super-lourd engagé aux JO, il manquait d’expérience.

Lire la suite...

dimanche 17 mai 2015

Coup d’envoi et coup d’arrêt.

Je n’ai aucun souvenir d’un meeting aussi dingue. A fortiori en tout début de saison. La Diamond League a débuté à Doha dans des conditions hyper favorables à la haute performance, en particulier pour les disciplines demandant de l’explosivité. La piste semble aussi être très rapide. Dans quelques années les Championnats du monde d’athlétisme y seront organisés. Ça promet !

Ce meeting de Doha lance la saison sur des bases très élevées… mais a aussi mis fin à celle de Teddy Tamgho, sur qui le sort s’est encore acharné. Il s’agit d’une des deux tâches qui viennent salir un beau tableau. 11 MPM, ce n’est pas si impressionnant à cette époque de l’année. Seulement, plusieurs risquent de tenir longtemps, voire toute la saison. 4 sont des records de la Diamond League, preuve de leur valeur.

Lire la suite...

dimanche 1 février 2015

Constellation. (ChM hand)

5 étoiles… Ça fait une constellation.

Je crois que je peux arrêter là. Non ? Que dire à propos du 5e titre mondial de l’équipe de France de handball ? Tout a déjà été dit !

Et pour être honnête – comme je le suis en permanence, c’est une question d’éducation – je serais assez mal placé pour en écrire des pages – ce que je fais souvent quand je maîtrise bien le sujet – car je n’ai pas regardé les matchs avant la demi-finale. Il n’y avait pas de suspense. On savait que même dans une poule relevée les Bleus allaient se qualifier pour le tableau final. En 8e l’Argentine allait nécessairement se faire concasser, puis idem pour la Slovénie en quart. Suivre les résultats était amplement suffisant. C’était même à se demander si la compétition n’allait pas débuter au moment de la remise des médailles aux Français.

Lire la suite...

lundi 8 décembre 2014

Cachés au fond du petit bassin. (ChM natation bassin 25m)

3 médailles d’or, 2 d’argent, une de bronze. C’est le butin amassé par Florent Manaudou lors de son voyage à Doha pour les Championnats du monde de natation en petit bassin. J’allais presque oublier 2 records du monde. Et pourtant, je force à peine le trait en disant que tout le monde s’en fout. On en entend un peu parler uniquement parce qu’un Français fait une razzia et parce que ce Français est un Manaudou, sinon cette compétition resterait plongée dans l’anonymat lié à sa diffusion sur une chaîne confidentielle, Sport+. Avant, France Ô lui offrait une exposition en clair à défaut d’être une réelle mise en lumière. Mais ça, c’était avant.

Lire la suite...

mercredi 2 janvier 2013

Doha donneur.

Le PSG vient de faire son désormais traditionnel stage de reprise à Doha. Rien n’a été laissé au hasard, tout a été fait pour faire parler du club, mais surtout du Qatar.

En principe, à partir de la saison prochaine, le club sera lié par un très gros contrat de sponsoring à l’équivalent de l’office du tourisme du Qatar, organisme apparenté à QSI, propriétaire du club. Certains s’avancent déjà en annonçant que l’UEFA va refuser de prendre en compte ce contrat dans ses calculs pour déterminer sur le club respecte les nouvelles règles du fair-play financier. Ce stage avait un but, apporter du crédit à ce contrat, démontrer qu’il ne s’agit pas d’une prestation fictive. Faire venir toutes les stars du PSG au tournoi de tennis (où étaient engagés Gasquet et Monfils, habitués du Parc des Princes), présenter Lucas – il veut être appelé ainsi et non Lucas Moura – au musée d’art islamique avec vue sur les buildings de la ville, disputer un match amical sur place, tout ça n’avait rien d’innocent ou d’improvisé. Doha est donneur, le PSG lui rend une contrepartie pour ce généreux don financier… Logique.

Lire la suite...