Mot-clé - Eric Frenzel

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 28 février 2015

Parce qu’il ne fait pas ça pour l’argent. (ChM ski nordique)

Jason Lamy-Chappuis arrête à la fin de la saison, il l’a confirmé après la course. François Braud prendra le relais en tant que leader de l’équipe de France. Le sort a voulu que ce passage de témoin se fasse symboliquement lors d’un relais à 2 et que "Jez" nous sorte un énorme finish sur le clap de fin. A aucun moment il n’a fait du combiné nordique pour l’argent. Il voulait trop la médaille d’or pour l’abandonner aux Allemands.

Les 2 amis d’enfance ont le même âge, ils n’ont pas connu la même carrière. Une très fructueuse va connaître son terme, celle du successeur désigné semble sur le point de connaître son apogée. Ils étaient déjà champions du monde ensemble au Val di Fiemme il y a 2 ans en tant que membres du relais traditionnel à 4. Jez avait aussi remporté le team sprint avec Sébastien Lacroix. A Falun, François Braud a été si bon lors de l’épreuve avec saut au grand tremplin qu’il a gagné sa place de façon naturelle pour ce fameux team sprint, une épreuve de ski de fond particulièrement spectaculaire disputée à 2 sur 10 boucles de 1,5km après, là aussi, un concours de saut à skis au grand tremplin. Rappelons-le, les Français étaient 2e et 3e de l’épreuve individuelle et auraient obtenu les 2 médailles sans une panne de jambes du patron en fin d’épreuve. Braud a décroché l’argent et Lamy-Chappuis la 6e place. La France était donc très logiquement favorite à sa propre succession.

Lire la suite...

jeudi 26 février 2015

Ô Braud-ther ! (ChM ski nordique)

Un combiné peut en cacher un autre. Et très honnêtement, je n’ai rien vu venir.

Braud_brille_en_solo.jpg Un titre de champion du monde chez les juniors peut être le début d’une grande carrière. Ou pas. Ça dépend du sport, de la personne, des circonstances dans lesquelles il a été obtenu. En 2006, François Braud a décroché ce titre. En mars 2014, il est monté pour la première fois de sa carrière sur un podium individuel de Coupe du monde. Sa carrière était surtout celle d’un très bon coéquipier, souvent sur le podium avec les potes et même titré lors du relais des Mondiaux 2013. Son objectif habituel est le top 10, il l’a atteint à quelques reprises, réussissant des courses encourageantes ces 2 dernières saisons, sa place se situe en général entre 10e et 20e. Son problème ? Etre bon en saut à skis les jours où les jambes répondaient bien en ski de fond.

Lire la suite...

dimanche 22 février 2015

Bronzés au soleil couchant. (ChM ski nordique)

A Falun, aux Championnats du monde de ski nordique, c’était le jour des équipes. Le team sprint en ski de fond avait lieu entre l’épreuve de saut à ski et le relais 4x5km du combiné nordique.

Si les résultats des 2 équipes de France de ski de fond n’ont rien de déshonorant, c’est de nos combinés que devait venir le podium tricolore du jour. Rappelons-le, après une multitude de médailles en chocolat depuis le début de la carrière du quatuor composé de Jason Lamy-Chappuis, François Braud, Maxime Laheurte et Sébastien Lacroix, la récompense d’années d’efforts a été obtenue il y a 2 ans à Val di Fiemme avec un magnifique titre mondial. Aux JO, ça s’est de nouveau déroulé de manière très frustrante avec une nouvelle 4e place, mais cette fois, pour la dernière de Seb Lacroix, il n’était pas question de rester au pied de la boîte, surtout pas au cours d’une saison fructueuse pour ce relais lors des épreuves de Coupe du monde. Ce relais était un objectif majeur pour tout le groupe.

Lire la suite...

vendredi 13 février 2015

Jez = légende. (ChM ski nordique)

S’il vous vient un jour l’idée de dresser une liste des plus grands champions français du XXIe siècle, par pitié, n’oubliez pas Jason Lamy-Chappuis. "Jez" est une légende vivante trop souvent laissée dans l’ombre.

Les Championnats du monde de ski nordique viennent de débuter à Falun, en Suède. La première épreuve de combiné nordique a eu lieu vendredi. Pour le porte-drapeau des Bleus à Sotchi, il s’agissait d’un retour à la compétition. Une blessure subie au début de l’année en réceptionnant mal un saut l’a forcé à mettre la flèche dès la première des 3 épreuves du triptyque de Seefeld. Son but est alors devenu de retrouver toutes ses capacité avant Falun. Repos, soins, travail à l’INSEP puis stage pour remonter sur les skis, tel était son programme des dernières semaines. Pendant ce temps, les autres bataillaient sur le circuit de la Coupe du monde, se testaient en conditions réelles, certains emmagasinaient de la confiance.

Dans quel état Jez allait-il revenir ? N’allait-il pas payer son absence de compétition ? Le risque était notamment de manquer de rythme pour défendre son titre. Rappelons qu’en 2013, à Val di Fiemme, il avait décroché la médaille d’or sur le petit tremplin, puis le bronze sur le grand et l’or du team sprint et du relais.

Lire la suite...

dimanche 4 janvier 2015

Reprise !

2015, l’année de… beaucoup d’événements sportifs.

Il faut commencer par quelque chose. En ce qui me concerne, il y a bien sûr déjà eu de la NBA, un peu de foot, mais ma première épreuve de ski de l’année a été un relais de combiné nordique (je ne regarde que très occasionnellement le ski de fond et très rarement le saut à ski, sauf quand ils sont combinés).

Lire la suite...

lundi 22 décembre 2014

Orgie avant les fêtes.

A l’issue de ce week-end très chargé, la première des choses à faire est de féliciter les organisateurs : organiser des compétitions de ski sans avoir de neige, c’est très fort !

A Val d’Isère (ski alpin féminin), Val Gardena et Alta Badia (ski alpin masculin), Pokljuka (biathlon), Ramsau (combiné nordique) et sur les autres sites européens où étaient programmées des compétitions de sports d’hiver, il a fallu faire un travail énorme pour fabriquer des pistes dans des conditions très difficiles. ''

Pas de neige ou de la neige qui tombe au mauvais moment, des températures ne permettant pas d’en fabriquer ou qui la dégrade très vite… Dur ! La plupart du temps, à côté de la piste, il n’y avait rien de blanc. Et pourtant tout a eu lieu presque comme prévu. On a modifié le programme dans certains cas, annulé des entraînements, ou encore réduit la taille de la piste, tout ce qui était nécessaire pour éviter d’être contraint à renoncer à une épreuve.

Au final, que dire, si ce n’est que les spectateurs et téléspectateurs ont pu se régaler ? Une véritable orgie avant les fêtes ! Les concurrents n’ont en revanche pas tous été à la fête. Notamment en alpin car ça tapait fort sous les skis. Malgré ce grand spectacle dans toutes les disciplines – du moins celle que je suis, il faut faire des choix – la frustration a failli l’emporter. Les Français sont très souvent passés tout près du podium ou ont manqué la victoire pour presque rien, la poisse devenait lourdingue… Jusqu’au moment où Jason Lamy-Chappuis a fait oublier tous les regrets accumulés au fil des courses.

Lire la suite...

dimanche 7 décembre 2014

Souviens-toi l'hiver dernier.

La neige, c’est bien, quand il y en a. Il y en avait l’hiver dernier.

L’hiver dernier, Martin Fourcade survolait le biathlon mondial. Quand il se déchirait sur une course, chose rare, il réagissait de manière éclatante dès la suivante.
L’hiver dernier, Alexis Pinturault réussissait des perfs improbables en Coupe du monde de ski alpin, il avait pris un abonnement au podium.
L’hiver dernier, Jason Lamy-Chappuis donnait des signes de fin de règne, la régularité qui avait marqué sa carrière avait disparu, il avait bien du mal à être performant dans les 2 disciplines du combiné nordique. Les bons jours, il bataillait avec les meilleurs, les autres il prenait des claques.

Cet hiver… aussi.

Lire la suite...

lundi 1 décembre 2014

Les Bleus ne font pas sans blanc.

La saison du blanc est désormais bien lancée, nous sortons du premier vrai week-end de la saison avec à peu près toutes les disciplines au programme. Forcément, j’ai regardé tout ça. Si vous avez manqué le plus important, c’est l’heure du rattrapage.

Lire la suite...

vendredi 7 février 2014

Les Bleus à la recherche de l’or blanc. (Sotchi 2014)

Sotchi 2014 J’annonce déjà un record de médailles pour l’équipe de France olympique (plus de 11). Mieux, j’annonce aussi un record de titres (4 ou plus). Sotchi 2014 sera un grand cru pour les Bleus.

Si forts que ça nos Bleus ? Non. Au niveau de la densité, on a connu beaucoup mieux… avant une série noire de blessures touchant beaucoup de têtes d’affiche, à commencer par nos 2 championnes du monde de ski alpin (Tessa Worley et Marion Rolland). Seulement voilà, l’équipe de France possède encore plusieurs locomotives qui à elles-seules devraient obtenir plus de la moitié des médailles.

Lire la suite...

vendredi 22 février 2013

On va finir par l’appeler Jez… us Christ !

Jésus a marché sur l'eau, Jason Lamy-Chappuis a volé sur la neige. Il a de nouveau été sacré champion du monde de combiné nordique au terme d’une course de légende conclue par un sprint à 4.

De gros retours en ski, Jez en a réussi quelques-uns, mais de la 11e à la 1ère place, qui plus est lors des Championnats du monde de ski nordique, jour où tout le monde est censé être au taquet, au sommet de sa forme, on ne pouvait y croire. 1’13 de débours au départ des 10 bornes de ski de fond, quand vous avez autant de cadors devant vous, en principe, c’est cuit, vous tentez de partir comme une balle pour voir si par hasard une chance d’accrocher une médaille subsisterait, si l’écart ne se réduit pas de façon suffisamment conséquente vous faite la seconde moitié de la course en récupération active afin d’en garder pour les épreuves suivantes, si vous recoller à ceux qui jouent le podium vous vous accrochez… avant de payer sur la fin les efforts fournis pour revenir dans le coup.

Jason a surpris tout le monde, y compris lui-même. La bonne préparation effectuée ces dernières semaines (avec notamment une impasse sur l’étape d’Almaty au Kazakhstan), le matériel préparé par les techniciens de l’équipe, le profil de la piste du Val di Fiemme et bien sûr les qualités du Français ont permis l’impensable.

Lire la suite...

dimanche 13 mars 2011

Un petit dernier pour la route.

les sports d'hiver Jason Lamy-Chappuis n’avait besoin que d’une 12e place pour assurer sa victoire au classement général de la Coupe du monde de combiné nordique... Il s'est fait un petit podium pour finir la saison.

Son dernier concurrent, Mikko Kokslien devait remporter les 2 courses de Lahti pour garder un infime espoir. Infime car cette saison le plus mauvais classement du Français lors d’une épreuve de Coupe du monde a été… 11e. Ses classements avant Lahti : 1, 3, 2, 1, 5, 4, 11, 1, 2, 4, 1, puis les Mondiaux, 15e puis médaille d’or.

Lire la suite...

mercredi 1 décembre 2010

Le show et le froid : combiné nordique.

Depuis quelques jours on se croirait en Sibérie – enfin… en Sibérie ils ont cette météo seulement à la fin du printemps – avec froid, neige et soleil qui brilles 1’30 par jour. L’hiver est bien là, y compris en sport.

L’arrêt d’un match à la mi-temps à cause de la neige, on ne voit pas ça souvent, c’est arrivé à Brest samedi. Que des épreuves sportives soient annulées/reportées à cause de chutes de neige, c’est souvent arrivé… dans les sports d’hiver. Il est aussi très régulièrement arrivé que des épreuves soient annulées car il faisait trop doux et que les flocons manquaient, donc on ne va pas se plaindre, d’autant que dans le froid les Français cartonnent !

Par quoi commencer ? J’ai du combiné nordique, du ski alpin et du patinage artistique…

Allons-y avec le combiné nordique, honneur au sportif français de l’année, Jason Lamy-Chappuis.

Lire la suite...