Mot-clé - Fanny Deberghes

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 7 avril 2016

Le carnaval avant Rio.

A-t-on prévenu Jacques Favre, le DTN de la natation française, que l’équipe de France se rendra à Rio en août pour les Jeux Olympiques et non pour le carnaval ? Il semble y avoir confusion dans son esprit. Sa liste de sélectionnés est un sketch.

On se demande vraiment ce qu’a fait Jacques Favre depuis sa nomination.

Pendant des mois, il a annoncé une extrême sévérité en affichant des minima monstrueux. La terreur a envahi le bassin lors des Championnats de France, je l’ai suffisamment évoqué dans un long article dimanche. Les nageurs et leurs entraîneurs ont été contraints de se préparer spécialement pour cette échéance, y compris les meilleurs, les potentiels médaillés olympiques qui auraient pu profiter d’entraînements supplémentaires si les temps demandés avaient été plus soft. Ils y ont aussi laissé beaucoup d’énergie. Pour rien. Car en pratique, hormis dans 2 épreuves concurrentielles (100m et 200m NL masculins), les cadors ne risquaient rien.

Lire la suite...

dimanche 3 avril 2016

Le bassin de la terreur.

6 qualifiés directs chacun pour une seule épreuve individuelle, plus 4 appelés à participer aux relais. Voici à quoi se limite la première vague des nageurs français qualifiés en "natation course" pour Rio 2016. Les sélections sont terminées, pourtant rien n’est encore décidé. Cette année la route des Jeux passe par un beau b*rdel…

Les Championnats de France organisés à Montpellier devaient être le rendez-vous au cours desquels les terreurs des bassins allaient se qualifier pour les JO. Malheureusement, une atmosphère angoissante s’est rapidement installée. Une sorte de psychose s’est répandue dans l’air comme dans l’eau. La semaine s’est avérée particulièrement éprouvante psychologiquement. Les danseuses brésiliennes censées accompagner la joie des qualifiés étaient en complet décalage avec la réalité de la situation. On aurait dit des stripteaseuses invitées par erreur à un enterrement. L’humeur n’était pas à la fête. Les meilleurs nageurs tricolores auraient sûrement moins balisé si la Fédération Française de Natation avait choisi d’organiser ces sélections dans une mangrove peuplée de prédateurs. Pas le moindre crocodile de mer ou requin bouledogue à signaler, pourtant le bassin héraultais – où une partie de l’élite nationale s’entraîne à l’année – est devenu le bassin de la terreur.

Lire la suite...

lundi 3 août 2015

Eau trouble. (ChM natation, J2, S1)

Kazan_2015.jpg Je suis stupéfait. Stupéfait de constater qu’en natation, tout passe crème.

Quand, lors d’une session matinale des Championnats du monde, je vois Yuliya Efimova, Jessica Hardy et Sun Yang démonter la piscine alors qu’ils reviennent de suspension (16 mois pour la Russe, histoire de lui permettre de disputer les Mondiaux dans son pays, je crois même que ça a encore été réduit par la suite, à Kazan, Hardy est revenue il y a un peu plus longtemps), ça me pique les yeux.

Quand ensuite je vois Katie Ledecky battre son propre record du monde de natation du 1500m NL dès les séries en ne pensant pas une seconde à s’économiser malgré un programme extrêmement chargé, comme Katinka Hosszu, qui envoie tout chaque jour dès le matin, je me dis qu’il y a un problème. Ne sont-elles jamais fatiguées ? Dans quel but agissent-elles ainsi ? La Hongroise ne cache pas qu’elle court après l’argent, ce n’est pas le cas de la jeune Américaine, qui ne peut toucher la moindre prime – y compris les primes de records du monde – car elle veut pouvoir entrer dans le système NCAA qui interdit de toucher le moindre dollar avant la sortie de l’université.

Lire la suite...