Mot-clé - Florian Makhedjouf

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 16 décembre 2011

Pas de miracle.

Europa League Ce qui était attendu est arrivé, le Red Bull Salzburg a fini par l’emporter chez les Bratisla Boys, le PSG pouvait écraser l’Athletic Bilbao 118-0, ça n’aurait rien changé, il n’était plus maître de son destin.

J’y ai cru pendant une semaine et 20 minutes. Quand les Autrichiens, mené 2-0 sur le terrain du Slovan Bratislava dès la 6e minute, ont réduit l’écart sur penalty, je n’avais plus grand espoir. Ça sentait le retournement de situation, l’équipe n’ayant plus que son honneur à défendre risquait de lâcher pris contre celle venue chercher sa qualification en 16e de finale de l’Europa League. De son côté, le PSG a fait sa part de travail contre des Basques venus avec une équipe fortement remaniée sans être une équipe bidon. Marcelo Bielsa a aligné 3 titulaires habituels, 6 remplaçants dont certains sont régulièrement titulaires (4 ont beaucoup joué ces dernières saisons), il n’y avait que 2 véritables novices. Il a ensuite fait entrer 2 éléments indiscutables de son groupe pendant 30 et 20 minutes (dont Iker Muniain).

Lire la suite...

vendredi 11 mars 2011

Doit-on être déçu ?

Bandeau Europa League

Stade magnifique doté d’une pelouse parfaite… mais tribunes très partiellement remplies, un aigle assez ridicule comme mascotte (en ce moment il n’y a pas de véritable aigle), une équipe très remaniée… A priori ça ressemblait à un match amical, c’était un match de coupe d’Europe.

Honnêtement, en voyant la composition d’équipe du PSG pour son 8e de finale aller d’Europa League au Stade de la Luz contre un Benfica ayant pour objectif principal de briller dans cette compétition, qui ne s’est pas dit que les Parisiens allaient à l’abattoir ?

Lire la suite...

jeudi 3 mars 2011

Qualif aux forceps.

banderole Coupe de France PSG, LOSC, Nice et Angers. Il en fallait 4, on les a, 2 de ces clubs s’affronteront le 14 mai au Stade de France pour remporter la Coupe de France respectivement pour la 9e, 6e, 4e et première fois. Le PSG espère bien conserver son titre, ce qui n’a plus été fait depuis Nantes il y a 11 ans. La L1 a finalement 3 représentants dans le dernier carré après avoir été décimée lors des premiers tours.

Aucun des 3 rescapés de l’élite n’a eu la partie facile, ils y ont tous laissé des plumes. Je vais bien sûr commencer par le PSG, j’irai assez vite sur les autres rencontres.

PSG-Le Mans FC, les Sarthois sont leaders de la L2, pour cette raison ils ont donné leur chance à plusieurs de leurs remplaçants habituels, sans compter que 2 ou 3 étaient blessés, en particulier le gardien et capitaine, Didier Ovono. Kombouaré ne pouvait pas se permettre d’aligner sa meilleure équipe, de toute façon ce n’était pas souhaitable, pour pouvoir conserver tout son effectif sur le pied de guerre. Comment se sentir plus concerné qu’en étant réellement concerné ? Des qualifications aux différents tours des coupes dépend leur temps de jeu de plusieurs des éléments alignés mercredi (un mercredi à 19h, programmation foireuse), ne comptez pas sur eux pour lâcher l’affaire.

Lire la suite...

jeudi 3 février 2011

Gui-Gui est Grand !

banderole Coupe de France Un de plus ! Martigues s’est ajouté à la liste des clubs qui espéraient réaliser l’exploit de sortir le Paris de la Coupe de France mais ont finalement dû se rendre à l’évidence : le pire tirage possible, c’est d’affronter le PSG.

Même avec 8 remplaçants sur 11 et Saaammmmmyy titulaire (+capitaine !) les Parisiens ont réussi à se sortir d’un traquenard terrible, un voyage en terre particulièrement hostile chez les charcleurs, un endroit où Paris Hilton aime séjourner car elle s’y sent très aimée «Paris ! Paris ! On t’en*ule ! », une contrée où l’OM est populaire au point qu’on est toujours prêt à lui donner un coup de main (un coup de main pour l’OM c’est un coup de crampons sur un joueur parisien, moins le PSG aura de joueurs valides, plus les chances de l’OM de finir dans les 3 premiers seront éloignées de 0), un horaire inhabituel (17h un mercredi, ceci dit Martigues en a encore moins l’habitude et joue très rarement en milieu de semaine), le 4e d’une série de 5 déplacements consécutifs…

Au moins les conditions de jeu étaient plutôt bonnes, une dizaine de degrés, du soleil, la pelouse la plus praticable connue par les Parisiens en match officiel depuis des temps immémoriaux. Les Rouge et Bleu étaient en rouge et bleu, leur maillot ressemblait à un vrai maillot… ça aurait pu être bien pire.

Je dois vous avouer que tout en restant très confiant sur la qualification, je n’étais pas rassuré…

Lire la suite...

dimanche 30 janvier 2011

L’exception.

bandeau L1 2010-2011Samedi, sur 7 matchs, 6 ont été remportés par l’équipe évoluant à domicile, on ne compte qu’une victoire à l’extérieur, celle du PSG à Avignon. Lyon et Rennes ont explosé, Paris a fait le métier dans des conditions particulièrement difficiles.

Pas de Clément ni d’Hoarau, victime du terrain d’Agen. Pas de Cearà, blessé depuis un moment. Chantôme était suspendu, il a pris 2 matchs pour ses 2 jaunes à Montpellier en Coupe de la Ligue, je préfère ça au coup du 1+1 avec le sursis qui tombe au pire moment. Ajoutez-y l’entorse de Makélélé à l’entraînement vendredi (on n’était pas au courant avant la conférence de presse d’après-match)… ça fait lourd. Bien sûr, on ne peut oublier de mentionner le départ de Sessegnon pour Sunderland officialisé en début de soirée.

"Land", en anglais, ça veut dire région/pays, mais "Sunder", ça veut dire quoi ? Pigeon ? Sunderland, le pays du pigeon. Quasiment 8 millions d’euros pour un intermittent du spectacle maladroit dans la zone de vérité, peu efficace, borné, dont l’hygiène de vie est citée en exemple à ne pas suivre… Joueur qui de surcroît cirait le banc en championnat depuis des mois. J’espérais qu’on trouverait un pigeonSunderland semblait en être un bien grasSessegnon n’est plus parisien. Thank you very much !

Lire la suite...

mercredi 5 janvier 2011

Maison Blanche-Paris, faux sommet international…

J’ai hésité à écrire ce que vous allez lire. Un match amical à la fin d’un stage de reprise de 3 ou 4 jours juste après la trêve hivernale, on n’a pas forcément grand-chose à en tirer, surtout géré de cette façon.

Forcément, avec un 32e de finale de Coupe de France au Parc des Princes samedi soir, il était impossible de jouer à fond cette exhibition donnée pour l’inauguration du nouveau stade de Marrakech dont la pelouse était magnifique. Plusieurs joueurs étaient absents, ce qui enlève encore un peu plus de signification au résultat. Sans Bodmer, Tiéné, Clément et Armand (ces 2 derniers, je ne les savais pas indisponibles… turista ?), ce n’est forcément pas la même chose (Sessegnon, je n’en parle même pas, pour moi il n’est déjà plus là).

Le plus kiffant en réalité c’est le fait d’avoir eu comme lever de rideau un match de l’OL… Et oui, les organisateurs ne s’y sont pas trompés, Paris, c’est un autre standing que Lyon… :sifflotte: B-) :psg:

Lire la suite...

jeudi 16 décembre 2010

La quête du titre.

Bandeau Europa League J’avais prévu de choisir comme titre "Opération kebab congelé". Saammmmyyy n’ayant pas fait des siennes pour son premier match de la saison – 2 ou 3 mauvaises passes, quelques fois pris de vitesse, une ou deux erreurs de marquage – grâce notamment à l’aide de Camara (capitaine), qui a bien assuré le coup, ce titre n’était pas très pertinent, il m'en fallait un autre.

Avec ces conneries d’étaler les derniers matchs de poule des deux compétitions européennes sur un maximum de journées on se retrouve avec des aberrations du genre de ce Karpaty L’viv-PSG débuté à 22h05 heure locale par -8°C en début de rencontre (ça a certainement dû baisser par la suite et atteindre les -10 à -13° annoncés). Le terrain était relativement praticable car paraît-il chauffé, il n’empêche qu’avec de légères chutes de neige – une neige très fine bien chiante – et une température si inférieure à 0 la surface de jeu s’est durcie, il y avait beaucoup de faux rebonds, le ballon rouge prenait plus de vitesse (aussi à cause de la fine particule neigeuse qu’on voyait voler quand le ballon passait dessus). Avec les lignes peintes, le ballon rouge sur sol marron/verdâtre, les maillots foncés des Parisiens et ceux rayés vert et blanc des Ukrainiens, esthétiquement, ce match d’Europa League n’était pas beau à voir. Parfois le cadre dans lequel est joué un match donne une bien meilleure image de la rencontre, la rend attractive, si vous prenez par exemple de Manchester United-Arsenal d’il y a 2 jours, c’est exactement ça, le contenu était affligeant, le Vieux Trafford l’a rendu un peux moins indigeste. Tout ceci explique pourquoi j’ai aussi pensé à ce titre : Bienvenue au Théâtre des rêves d’ailleurs.

Lire la suite...