Mot-clé - Gennady Golovkin

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 11 septembre 2016

Brook broken et guérilla latina.

Si vous êtes amateur de boxe, j’ai ici de quoi vous régaler. Un duel kazakho-britannique et une énorme baston mexico-nicaraguayenne. Oui, c’est violent. Mais on n’en attendait pas moins des 2 meilleurs pratiquants actuels du noble art.

Quand un boxeur affronte Gennady Golovkin, il sait qu’il n’en ressortira pas indemne. Il sait même que sauf miracle, il se fera amocher au point d’être arrêté bien avant la fin des 12 rounds. Dès lors, même s’il y a un beau chèque à la clé, seul un individu ayant perdu tout sens commun peut se présenter face à l’invaincu kazakh aux crochets plus dangereux que ceux d’un crotale diamantin.

A ce niveau, ça n’a rien à voir avec du courage. Parlons d’inconscience, de perte de lucidité pathologique. Kell Brook est monté de 2 catégories pour tenter de briguer les ceintures mondiales des poids moyens détenues par "Triple G". Mais pourquoi ? Pour s’offrir un championnat du monde à l’O2 Arena de Londres devant 22000 supporters ? Quand tu es toi-même invaincu en 35 combats (35 victoires don 25 avant la limite), se frotter à un des 2 meilleurs boxeurs du monde toutes catégories confondues et assurément au meilleur puncheur (35 combats, 35 victoires, 32 par KO dont les 22 derniers) n’avait a priori pas grand sens.

Lire la suite...

dimanche 8 mai 2016

Khan est l’honi.

Saul "Canelo" Alvarez n’est absolument pas le meilleur boxeur de la planète, il n’est même pas le meilleur chez les poids moyens, mais sa nationalité mexicaine fait de lui la star en activité qui fait vendre le plus de PPV.

C’est vrai, il a d’autres atouts : sa jeunesse, sa puissance et sa "différence physique"… Des Mexicains roux, ça ne doit pas se trouver aussi facilement que des bouteilles de tequila et des cactus. D’où son surnom. Son statut de star lui vaut certains honneurs, notamment celui d’inaugurer une nouvelle salle à Las Vegas, la T-Mobile Arena, pour la première défense de son titre WBC acquis contre Cotto il y a quelques mois au terme d’une mascarade programmée. Cotto a clairement gagné ce combat, les juges ont accordé une victoire écrasante à Alvarez.

Lire la suite...

dimanche 24 avril 2016

Star (presque) à domicile.

En Californie, quand les stars ne sont pas à Hollywood, elles se donnent rendez-vous à Inglewood pour faire le show sur HBO. Forcément, ça envoie du bois (jeu de mots)…

Ceci dit, la boxe est un sport étrange. Roman Gonzalez et Gennady Golovkin en sont à l’évidence les 2 meilleurs pratiquants au monde, pourtant ils ne sont pas jugés assez bankable pour être des têtes d’affiche en PPV. Dans la nuit de samedi à dimanche ils ont partagé la même réunion pour la 3e fois consécutive, une première pour les mettre en lumière, les montrer au public, une deuxième en paiement à la séance pour tester leur popularité (avec un résultat en-dessous des espérances), et donc samedi soir au Forum d’Inglewood, l’ancienne salle des Los Angeles Lakers, déjà lieu de leur première soirée commune. Ce choix n’est pas innocent. Installé en Californie, Golovkin, alias "Triple G", y est chez lui. Le Kazakh y a conquis le public au point d’avoir la salle derrière lui contre un boxeur américain (venu de la coûte est), Dominic Wade, encore invaincu (18-0-0 dont 12 avant la limite) au début de la soirée. Ses chances de vaincre le monstre des poids moyens étaient bien maigres, pour ne pas dire inexistantes, mais il ne se voyait pas refuser un championnat du monde. Il avait pourtant le temps (âgé de seulement 26 ans). Golovkin est si fort que tout le monde cherche à l’éviter. A fortiori depuis qu’il a démonté Lemieux, lequel s’était vu trop beau. Il a donc accepté de tabasser son challenger officiel désigné par l’IBF.

Lire la suite...

dimanche 22 novembre 2015

Mascarade programmée.

La boxe, quel beau sport. La boxe… quelle put*in d’arnaque ! Parfois, c’est vraiment à vomir.

Quand le résultat est programmé à l’avance et qu’on le comprend à la fin du combat, on a le sentiment que la victime de la mascarade n’est pas seulement le boxeur mais aussi la boxe elle-même et chaque personne qui l’aime. J’ai limité mon temps de sommeil à de très courtes heures afin de regarder ce qui devait être un des combats de l’année. A 7h et quelques du matin, je me retrouve dégoûté en train d’écrire l’introduction que vous êtes en train de lire avant de refermer – provisoirement – mon ordinateur.


Quelques heures plus tard.


Je suis toujours dégoûté. Avant de reprendre l’écriture de ceci, j’ai regardé quelques commentaires et articles (en anglais) à propos de cette farce. Manifestement, nous faisons face à une sorte d’entente implicite entre médias pour créer la nouvelle star de la boxe mondiale, celle qui va les faire manger pendant des années. Beaucoup de fans ne s’y trompent pas. Seuls ceux qui soutiendraient "Canelo" même s’il mangeait un bébé rôti après l’avoir éviscéré avec les dents vous soutiennent qu’il a gagné largement, sans contestation possible. A vrai dire, beaucoup ne se posent même pas la question, intoxiqués qu’ils sont par les commentaires d’HBO, la réalisation télé orientée et les statistiques grotesques mises en avant pour tenter de justifier l’injustifiable.

Lire la suite...

dimanche 18 octobre 2015

Poing G.

Le gratin de la boxe – pas seulement, il y avait aussi Donald Trump et Michael J. Fox, dont on parle beaucoup en ce moment car dans Retour vers le futur 2, il est venu le 21 octobre 2015 – s’est réuni au Madison Square Garden pour assister à une des réunions les plus attendues de l’année. Un duel de très gros cogneurs, le québécois David Lemieux, Golovkin-Gonzalez__le_poing_G.jpg vainqueur il y a quelques semaines d’Hassan N’Dam à Montréal, et Gennady Golovkin, le terrible invaincu kazakh.

Golovkin, alias "GGG", ancien champion du monde amateur et vice-champion olympique, a entrepris de réunir toutes les ceintures chez les poids moyens. On le cite régulièrement parmi les 2 ou 3 prétendants au titre honorifique de meilleur boxeur du monde toutes catégories confondues. Ce main event était précédé d’autres combat dont celui de Roman "El Chocolatito" Gonzalez, encore méconnu du grand public malgré un niveau exceptionnel. Actuellement, selon Ring Magazine et selon ESPN, il est classé n°1 pound-for-pound fighter au monde.

Gonzalez, Golovkin et le gratin au Garden… du plaisir à coups de poings !

Lire la suite...

dimanche 7 juin 2015

On en salive déjà !

Miguel Cotto s’est emparé du titre WBC des poids moyens le 7 juin 2014, il y a pile 1 an. Ou plutôt 364 jours. Depuis, il n’avait plus combattu.

Malgré ses défaites consécutives aux points contre Trout et Mayweather (en 2012), précédées d’une "démontada" subie face à Pacquiao en 2009 (les photos de sa tronche à la fin du combat sont mythiques), le Portoricain reste un grand nom du noble art avec ses 39 victoires (dont 32 avant la limite) pour 4 défaites et ses ceintures obtenues dans 4 catégories différentes. Forcément, tout le monde attend de le voir affronter les deux hommes qui font le plus de bruit dans cette catégorie : Saul "Canelo" Alvarez et Gennady Golovkin. Ces deux cogneurs qui démontent leurs adversaires ont boxé récemment, les combats sont sur le blog, ici pour le Mexicain, ici pour le Kazakh, régalez-vous si ce n’est pas déjà fait ! Tous les amateurs de boxe veulent voir ces affiches car elles promettent d’être particulièrement spectaculaires, violentes, voire même sauvages.

Lire la suite...

dimanche 17 mai 2015

Le noble art de la drague.

C’est bon, je suis réconcilié avec la boxe anglaise.

Ces 4 derniers week-ends, j’ai regardé de la boxe. C’est en pleine nuit, dimanche très tôt le matin si vous préférez, car ça se passe aux Etats-Unis.
Il y a d’abord eu le combat de Wladimir Klitschko contre Mister Nobody au Madison Square Garden de New York. C’était naze.
La semaine suivante, au MGM Grand de Las Vegas, l’escroquerie du siècle entre "l’épicier", à savoir Floyd "petite Money" Mayweather, et Manny Pacquiao. J’ai écrit tout le mal que j’en ai pensé.
La semaine dernière, Saul "Canelo" Alvarez a lancé la phase de reconquête en réussissant une démonstration à Houston.
La nuit dernière, direction Los Angeles ou sa banlieue, au Forum d’Inglewood, l’ancienne salle des Lakers, pour, non pas 1, mais 2 championnats du monde de boxe.

Lire la suite...