dimanche 9 avril 2017

La crème n’est pas anglaise.

Plus j’en regarde, plus j’ai l’impression qu’il existe 2 sortes de boxe anglaise : la boxe anglaise… anglaise, et la boxe anglaise… pas anglaise. La première est souvent une vaste arnaque ou un grand numéro de cinéma avec des stars en carton-pâte. La seconde ressemble bien plus souvent à un sport de combat même si, évidemment, elle n’échappe pas toujours aux écueils quasi permanents de sa variante britannique.

Nous l’allons constater en opposant 2 combats majeurs d’une grande soirée organisée à la Manchester Arena impliquant des boxeurs anglais (diffusion du BT Sport, en France sur La chaîne l’Equipe) et les 3 d’une autre grosse réunion qui se tenait au MGM National Harbor, dans le Maryland aux Etats-Unis (organisée par Top Rank et diffusée sur HBO), où 3 champions ukrainiens étaient à l’affiche. Les 5 combats évoqués ici – avec les vidéos complètes – étaient tous sanctionnés par la WBO, même si la ceinture prévue pour l’un n’a finalement pas été attribuée…

La crème de la boxe n’est vraiment pas anglaise, actuellement, elle vient de l’Est.

Lire la suite...

dimanche 20 novembre 2016

Un Pay-Per-View sous-vendu.

Deux des plus gros cadors actuels de la boxe acceptent de s’affronter… et on a l’impression que tout le monde s’en fout ! Comment a-t-on pu en arriver là ?

Sergey Kovalev (30-0-1, 26 KO) et Andre Ward (30-0-0, 15KO) s’affrontaient cette nuit à Las Vegas pour les titres WBA, WBO et IBF et des poids mi-lourds. Il s’agissait du main event d’un PPV d’HBO. Pourtant, on annonçait des ventes assez basses pour ce PPV, les produits dérivés n’ont pas marché, la soirée est presque passée inaperçue par rapport à ce qu’on connait avec "Canelo" Alvarez ou ce dont on avait l’habitude avec l’escroc Mayweather. Un combat entre des boxeurs classés par tous les spécialistes dans le top 5 pound for pound (toutes catégories confondues) du moment mérite autre chose que de l’indifférence, non ? C’est rarissime en cette ère de l'évitement.

Lire la suite...

dimanche 18 septembre 2016

Dans le short du boxeur.

Comme vous pouvez le constater sur le blog où je vous propose de regarder/revoir régulièrement des combats, j’aime la boxe. Par conséquent, après avoir eu droit la semaine dernière à un super combo Triple G+"Chocolatito", je ne pouvais manquer le PPV de Saul "Canelo" Alvarez la nuit dernière, même si mon respect pour le roux mexicain s’est évaporé au moment où il a subi une ablation des cojones… Son refus d’affronter Golovkin – par peur de la bran-bran – est affligeante, la façon de procéder l’est encore plus.

Toutefois, il y en a une sacrée paire dans le short des 3 autres boxeurs impliqués dans les 2 grands combats dont traite ce post. Ils n’ont pas eu peur de relever un véritable défi.

Quand on est fan de boxe, en général on galère pour voir les meilleurs combats. Ils ont généralement lieu la nuit ou sont diffusés sur des chaînes payantes… quand ils sont diffusés en France. Bien souvent, il arrive même que ces difficultés s’additionnent avec des horaires et des canaux de diffusion repoussants. C’est là qu’intervient la chaîne L’Equipe, dont la boxe anglaise est un des produits d’appel au même titre que le cyclisme, le kickboxing, la pétanque, le biathlon, le volley, certains sports extrêmes ou freestyle (principalement du snowboard et du ski acrobatique), le triathlon, diverses disciplines de sports mécaniques, le hockey sur glace et le football qui ne coûte pas cher… Une semaine après la soirée londonienne de Golovkin, un des super cadors mondiaux, on a eu droit gratuitement à un championnat du monde pas forcément des plus attirants sur le papier mais qui valait vraiment le coup d’œil.

Lire la suite...

dimanche 24 avril 2016

Star (presque) à domicile.

En Californie, quand les stars ne sont pas à Hollywood, elles se donnent rendez-vous à Inglewood pour faire le show sur HBO. Forcément, ça envoie du bois (jeu de mots)…

Ceci dit, la boxe est un sport étrange. Roman Gonzalez et Gennady Golovkin en sont à l’évidence les 2 meilleurs pratiquants au monde, pourtant ils ne sont pas jugés assez bankable pour être des têtes d’affiche en PPV. Dans la nuit de samedi à dimanche ils ont partagé la même réunion pour la 3e fois consécutive, une première pour les mettre en lumière, les montrer au public, une deuxième en paiement à la séance pour tester leur popularité (avec un résultat en-dessous des espérances), et donc samedi soir au Forum d’Inglewood, l’ancienne salle des Los Angeles Lakers, déjà lieu de leur première soirée commune. Ce choix n’est pas innocent. Installé en Californie, Golovkin, alias "Triple G", y est chez lui. Le Kazakh y a conquis le public au point d’avoir la salle derrière lui contre un boxeur américain (venu de la coûte est), Dominic Wade, encore invaincu (18-0-0 dont 12 avant la limite) au début de la soirée. Ses chances de vaincre le monstre des poids moyens étaient bien maigres, pour ne pas dire inexistantes, mais il ne se voyait pas refuser un championnat du monde. Il avait pourtant le temps (âgé de seulement 26 ans). Golovkin est si fort que tout le monde cherche à l’éviter. A fortiori depuis qu’il a démonté Lemieux, lequel s’était vu trop beau. Il a donc accepté de tabasser son challenger officiel désigné par l’IBF.

Lire la suite...

dimanche 22 novembre 2015

Mascarade programmée.

La boxe, quel beau sport. La boxe… quelle put*in d’arnaque ! Parfois, c’est vraiment à vomir.

Quand le résultat est programmé à l’avance et qu’on le comprend à la fin du combat, on a le sentiment que la victime de la mascarade n’est pas seulement le boxeur mais aussi la boxe elle-même et chaque personne qui l’aime. J’ai limité mon temps de sommeil à de très courtes heures afin de regarder ce qui devait être un des combats de l’année. A 7h et quelques du matin, je me retrouve dégoûté en train d’écrire l’introduction que vous êtes en train de lire avant de refermer – provisoirement – mon ordinateur.


Quelques heures plus tard.


Je suis toujours dégoûté. Avant de reprendre l’écriture de ceci, j’ai regardé quelques commentaires et articles (en anglais) à propos de cette farce. Manifestement, nous faisons face à une sorte d’entente implicite entre médias pour créer la nouvelle star de la boxe mondiale, celle qui va les faire manger pendant des années. Beaucoup de fans ne s’y trompent pas. Seuls ceux qui soutiendraient "Canelo" même s’il mangeait un bébé rôti après l’avoir éviscéré avec les dents vous soutiennent qu’il a gagné largement, sans contestation possible. A vrai dire, beaucoup ne se posent même pas la question, intoxiqués qu’ils sont par les commentaires d’HBO, la réalisation télé orientée et les statistiques grotesques mises en avant pour tenter de justifier l’injustifiable.

Lire la suite...

dimanche 18 octobre 2015

Poing G.

Le gratin de la boxe – pas seulement, il y avait aussi Donald Trump et Michael J. Fox, dont on parle beaucoup en ce moment car dans Retour vers le futur 2, il est venu le 21 octobre 2015 – s’est réuni au Madison Square Garden pour assister à une des réunions les plus attendues de l’année. Un duel de très gros cogneurs, le québécois David Lemieux, Golovkin-Gonzalez__le_poing_G.jpg vainqueur il y a quelques semaines d’Hassan N’Dam à Montréal, et Gennady Golovkin, le terrible invaincu kazakh.

Golovkin, alias "GGG", ancien champion du monde amateur et vice-champion olympique, a entrepris de réunir toutes les ceintures chez les poids moyens. On le cite régulièrement parmi les 2 ou 3 prétendants au titre honorifique de meilleur boxeur du monde toutes catégories confondues. Ce main event était précédé d’autres combat dont celui de Roman "El Chocolatito" Gonzalez, encore méconnu du grand public malgré un niveau exceptionnel. Actuellement, selon Ring Magazine et selon ESPN, il est classé n°1 pound-for-pound fighter au monde.

Gonzalez, Golovkin et le gratin au Garden… du plaisir à coups de poings !

Lire la suite...

dimanche 17 mai 2015

Le noble art de la drague.

C’est bon, je suis réconcilié avec la boxe anglaise.

Ces 4 derniers week-ends, j’ai regardé de la boxe. C’est en pleine nuit, dimanche très tôt le matin si vous préférez, car ça se passe aux Etats-Unis.
Il y a d’abord eu le combat de Wladimir Klitschko contre Mister Nobody au Madison Square Garden de New York. C’était naze.
La semaine suivante, au MGM Grand de Las Vegas, l’escroquerie du siècle entre "l’épicier", à savoir Floyd "petite Money" Mayweather, et Manny Pacquiao. J’ai écrit tout le mal que j’en ai pensé.
La semaine dernière, Saul "Canelo" Alvarez a lancé la phase de reconquête en réussissant une démonstration à Houston.
La nuit dernière, direction Los Angeles ou sa banlieue, au Forum d’Inglewood, l’ancienne salle des Lakers, pour, non pas 1, mais 2 championnats du monde de boxe.

Lire la suite...

dimanche 3 mai 2015

L’épicier, escroc aux poches pleines.

Floyd "petite money" Maywather a encore une fois rangé son honneur dans sa caisse d'épicier. C’est désolant. Surtout que cette caisse est remplie de billet.

Vendre au monde le "combat du siècle" et nous livrer une prestation aussi affligeante est tout simplement scandaleux. Seulement, nous aurions tous dû le comprendre, pour Mayweather, la boxe est uniquement un business. Pour Manny Pacquiao, c’est bien différent, seulement pour faire un grand combat, en boxe, il faut être 2.

Lire la suite...