Mot-clé - Hinterstoder

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 28 février 2016

Jour de fête à Courchevel.

Ce dimanche 28 février est particulier. Pas seulement parce qu’il s’agit du premier qui précède un lundi 29 février depuis 1988 mais aussi – et surtout – en raison des événements historiques qui ont eu lieu sur le circuit de la Coupe du monde de ski alpin.

Bien sûr, on ne parle de rien qui va révolutionner la planète, néanmoins, pour le monde du ski, ou au moins du ski français (pas seulement le ski alpin), pour les 2 tricolores qui ont écrit une belle ligne à leur palmarès et pour la station où ils sont tous les 2 licenciés, Courchevel, il s’agit d’un très grand jour. En effet, Alexis Pinturault a aligné un 3e succès consécutif en slalom géant, une performance rare, a fortiori pour un Français (du jamais vu depuis la fin des années 60 ou le début des années 70), et quelques dizaines de minutes plus tard Anne-Sophie Barthet a décroché le premier podium de sa carrière qui est aussi le premier d’une Française en combiné alpin (ou précédemment super-combiné) depuis 1991.

Lire la suite...

samedi 27 février 2016

Super-O.

Samedi était jour de super-G pour la Coupe du monde de ski alpin. Les femmes en Andorre, les hommes en Autriche. Dans les 2 cas, les conditions – diamétralement opposées – ont donné lieu à des surprises. Enormes chez les femmes. Il fallait être Super-Opportuniste. Avoir un dossard entre 4 et 12 aidait énormément, restait à savoir en tirer profit.

Cette journée restera aussi comme celle de la mort du suspense concernant le classement général. Partie pour gagner la course ou au moins pour en prendre la tête, Lindsey Vonn a chuté, elle a été évacuée sur civière, son genou semble avoir lâché. Dès lors, fin du suspense, son duel avec Lara Gut pour le gros globe est terminé. Chez les hommes, Marcel Hirscher a pris la 3e place, soit 60 points de plus qu’Henrik Kristoffersen, qui n’a pas disputé la course. L’écart est désormais trop important pour raisonnablement imaginer un revirement de situation.

Lire la suite...

vendredi 26 février 2016

Alexis Pinturbo.

C’est impressionnant. Très impressionnant. Pourtant, ce n’est pas nouveau. Quand il a éclos et surtout confirmé au plus haut niveau en s’adjugeant ses premiers podiums et succès en Coupe du monde, Alexis Pinturault avait pour habitude de claquer des manches de mutant entachées d’une grosse faute. Parfois, ça l’empêchait de gagner. Parfois, ça mettait en relief sa performance.

A Hinterstoder, lors de la première des 3 épreuves au programme du week-end, un slalom géant ajouté pour remplacer celui annulé à Adelboden en janvier, il a refait le coup. En version XXL. 2 grosses fautes n’ont pu l’empêcher de dominer largement la première manche. En seconde manche, alors qu’il refermait le portillon de départ et bénéficiait d’une marge de manœuvre importante par rapport à Marcel Hirscher, leader provisoire au termine d’une grosse prestation, l’homme très en forme du ski international a encore fait écarquiller leurs yeux à tous les observateurs en écrasant la concurrence malgré une nouvelle – très grosse – faute. Un autre y aurait lâché toute son avance et bien plus encore, Pintu a remis le turbo. Ça n’a pas fait un pli. Actuellement, personne n’est en mesure de lui résister.

Lire la suite...

dimanche 5 février 2012

"Pinpin le Mutant" se fait les dents.

les sports d'hiver 3e podium de sa carrière en Coupe du monde de ski alpin, 3e fois sur la 2e marche. On ne peut nier une petite pointe de frustration, surtout pour un vrai winner. Alexis Pinturault troquerait bien son abonnement à la 2e place pour quelques victoires. "Pinpin" ne doit pas devenir "Poupou" !

Tessa Worley, son homologue et quasi équivalent en équipe de France féminine, a connu 5 fois la victoire – 6 si on compte le Team Event des Championnat du monde de Garmisch-Partenkirchen – avant d’occuper pour la première fois un des strapontins les plus prisés (d’abord le bronze aux Mondiaux puis une 3e place en CdM, depuis, elle a encore gagné, c’était à Kranjska Gora le 21 janvier). Pour le moment, s’il n’a pas connu la réussite de sa compatriote, le jeune Français s’est montré plus polyvalent, Tessa ne comptant qu’un top 10 dans une discipline autre que le slalom géant.

Compte tenu de son talent et de ses capacités physiques, on ne peut en douter une seule seconde, "Pinpin le Mutant" va claquer "quelques" victoires d’ici la fin de sa carrière, celle-ci pouvant durer encore une grosse quinzaine d’année car ne l’oublions pas, elle vient de débuter.

Lire la suite...