Mot-clé - James Dasaolu

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 13 août 2014

Heureusement qu’il y a Lesueur ! (Zürich 2014, J2, S2)

Zurich_2014_-.jpg Heureusement qu’il y a Lesueur ! Leeeeeee-sueur !

Alors oui, je sais ce que vous vous dites, je confonds avec Findus, et en normalement, pas d’erreur, c’est Lesueur. En réalité pas du tout. Vraiment, heureusement qu’il y a Lesueur parce que sans Eloyse Lesueur, j’aurais fini au fond du trou à l’issue de la 2e journée des Championnats d’Europe d’athlétisme. Hier, l’équipe de France a semé. Aujourd’hui, elle a commencé à récolter. Seulement la récolte n’était pas dorée comme les blés. Que de médailles d’argent ! Que de frustrations ! Selon les cas, l’argent peut être le résultat de circonstances défavorables, d’une performance fantastique – la vôtre ou celle du vainqueur – ou au contraire d’un échec.

Lire la suite...

dimanche 11 août 2013

Montagnes russes. (ChM athlé 2013, J2, S2)

ChM athlétisme Moscou 2013 Peut-on s’étonner de la tournure prise par la 2e journée des Championnats du monde d’athlétisme ? Quelques hauts très hauts enchaînés avec des bas très bras, le tout à une vitesse folle… Moscou 2013, pour le moment, ce sont des montagnes russes. En particulier pour l’équipe de France.

La session du l’après-midi a débuté à 17h (heure locale) par le départ du 20km marche masculin. Le stade sonnait creux, le peloton était imposant. Surprise, à l’extérieur il y avait du public ! Sans doute s’agissait-il des gens attendant d’entrer au stade car une fois sur le circuit – en partie à l’ombre, c’est aussi une grande différence par rapport au marathon féminin, ceci dit il faisait très chaud, les concurrents ont passé leur temps à s’arroser copieusement – les barrières ne barraient pas le chemin de beaucoup de monde…

Lire la suite...

samedi 10 août 2013

Ratage à la russe. (ChM athlé 2013, J1, S2)

ChM athlétisme Moscou 2013 Pas de ferveur, aucun enthousiasme, pas de rythme… La première journée des Championnats du monde d’athlétisme est un ratage total, presque un fiasco. On a assisté à des performances notables, seulement elles n’ont pas été mises en valeur. Vladimir Poutine, qui tente de faire de la propagande à travers le sport, a raté son coup. Moscou 2013 débute très mal.

Essayé d’organiser des championnats gigantesque (le stade est immense), préparer une cérémonie d’ouverture digne de JO d’hiver… mais dans un Stade Loujniki à moitié vide, ça la fout mal. Surtout si elle se déroule après les compétitions. A vrai dire, le plus gros problème n’est pas cette volonté de faire une démonstration de puissance, c’est avant tout la programmation et l’organisation elle-même ! Il suffisait de regarder le début de la seconde session de la première journée pour le comprendre. La suite a confirmé les craintes. Je me demande vraiment pourquoi ces championnats ont débuté un samedi si c’était pour nous infliger un programme pareil. Pas de rythme (dans les meetings de la Diamond League il y en a, au Mondiaux non), quasiment aucune course ou concours à enjeu immédiat et pour distribuer seulement 2 titres au terme d’épreuves d’une longueur infinie… Je vous évite le couplet sur la réalisation télé laissant à désirer et quelques problèmes assez récurrents de starter.

Lire la suite...

dimanche 3 mars 2013

Les tauliers montrent la voie. (ChE athlé en salle)

L’équipe de France d’athlétisme ne s’est pas déplacée pas au complet à Göteborg, elle a néanmoins su se mettre en valeur aux Championnats d’Europe en salle. Son bilan est remarquable : 4 médailles d’or, 2 d’argent, 3 de bronze, des records, des tauliers qui confirment, des jeunes qui s’affirment.

L’état d’esprit insufflé par Ghani Yalouz depuis qu’il est DTN est aussi appréciable que les résultats.

On a assisté à plusieurs types de performances. Certains ont dû s’arracher, d’autres ont pu s’envoler, tous n’ont pas été récompensés, quelques-uns auraient pu espérer mieux, je pense notamment à Myriam Soumaré, particulièrement exemplaire (après avoir disputé la finale du 60m elle a pris le départ de la finale du relais 4x400… finalement 4e). Ces Europ’ se sont achevés sur un point d’orgue, un moment absolument incroyable mêlant magie, déchirement, incompréhension… En levant un drapeau rouge un juge a coupé les câbles de l’ascenseur émotionnel dans lequel était monté Renaud Lavillenie. L’indiscutable maître du saut à la perche avait gravi les étages sans encombre, il avait même réussi à accéder à des étages normalement interdits au public, il était carrément arrivé au toit, et là, en un instant, il se retrouve dans le parking après une chute libre effroyable.

Lire la suite...