Mot-clé - Jordan Pothain

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 7 août 2016

Et puis le vent a tourné… (Rio 2016 J1)

Rio_2016 Rio 2016 avait si bien commencé… et tout est si vite parti en sucette… A vrai dire, tout se passait trop bien, c’en était même louche. Et puis soudain, alors que les victoires et les qualifications se succédaient, une première déception pas catastrophique s’est produite, compensée par quelques exploits. Le vent a tourné sans prévenir.

Ce mal ne semblait toucher que les hommes, il a fini par aussi infecter les femmes qui tenaient la baraque jusqu’alors. Violemment de surcroît ! Au final, le bilan est terrible : les médailles attendues ou espérées se sont envolées, on a même réussi à en perdre qui n’étaient pas encore en jeu ! 2 fois 4e, une élimination à 5 secondes de la fin d’un combat presque gagné, une énorme opportunité gâchée de se qualifier pour les demi-finales d’un tournoi par équipe, l’élimination incompréhensible d’une paire de double qui devait jouer l’or, une blessure grave qui nous prive d’une grosse chance de médaille, des défaites qui font très mal dans 2 sports collectifs où on a – ou avait – de grosses attentes… Il y a eu de très bonnes choses lors de cette journée, mais aussi des trucs terribles.

Si le baromètre des médailles est toujours à zéro à l’issue de la première journée, le moral des troupes est lui carrément en-dessous de zéro.

Lire la suite...

samedi 21 mai 2016

La relève. (ChE natation J6 S2)

Depuis plusieurs années, l’alerte est régulièrement sonnée. Il n’y aura pas de relève. Ces Championnats d’Europe montrent le contraire. La relève existe, elle se construit petit à petit.

La natation semble être devenue un sport de précocité. Régulièrement, un phénomène de 15 à 17 ans chez les femmes et de 18 à 20 ans se révèle au plus haut niveau et écrase la concurrence en faisant écarquiller les yeux de tous les observateurs. En équipe de France, on en a connu. Essentiellement dans la famille Manaudou. Yannick Agnel aussi. Seulement, chez nous, ce n’est pas la norme. La grande majorité des nageurs et nageuses ont besoin de temps pour se construire, ils progressent de façon régulière, étape par étape.

Lire la suite...

Sur la réserve. (ChE natation J6 S1)

ChE_natation_2016.jpg 2 qualifications individuelles sur 50m NL, 3 nageurs en réserve, 4 restés sur la réserve (cette fois dans de façon positive). Tel est le bilan de l’équipe de France lors de la 6e matinée des Championnats d’Europe de natation.

Etre réserviste signifie qu’en cas de forfait d’un qualifié (pour la demi-finale ou la finale) on fera appel à vous pour remplacer l’absent. Le premier réserviste a parfois de la chance. C’est alors un lucky loser pour reprendre un terme tennistique. Ces cas de figure restent assez rare. En pratique, le 2nd réserviste a une chance infime de finalement prendre part à la course suivante, il lui faut un concours de circonstances improbable.

Lire la suite...

mardi 17 mai 2016

Lacourt toujours. (ChE natation J2 S2)

ChE_natation_2016.jpg 6 ans après son seul titre européen sur 100m dos, Camille Lacourt a retrouvé son rang aux Championnats d’Europe de natation. La piscine olympique de Londres était jusqu’ici le théâtre d’un de ses plus mauvais souvenirs, la 4e place en finale des Jeux. Rien n’est effacé, néanmoins cette médaille d’or est un bel encouragement sur la route de Rio.

A vrai dire, entendre la Marseillaise sur le podium est une anomalie tant sa performance est moyenne. L’absence de préparation spécifique explique sa lenteur relative. Son état de forme ne lui permettait pas d’aller très vite, ou du moins de tenir 100m à fond, et, en principe, de rivaliser avec des garçons beaucoup plus rapides que lui lors des tours précédents. Il était opposé à des jeunes manquant terriblement d’expérience. Aller très vite en séries et en demi-finales ne sert à rien, l’important est de se qualifier. Ils ont grillé des cartouches, se sont eux-mêmes mis la pression… Tant pis pour eux !

Lire la suite...

La tête sous l’eau. (ChE natation J2 S1)

ChE_natation_2016.jpg Pour certains nageurs de l’équipe de France, les Championnats d’Europe organisés à Londres cette semaine sont une étape vers le Brésil et/ou dans leur progression. Pour d’autres, non qualifiés pour Rio, ils constituent un dernier espoir de briller avant de se retirer des bassins. Mais que voulez-vous, quand vous avez la tête sous l’eau… vous l’avez vraiment sous l’eau !

Une désagréable mésaventure va ainsi priver Benjamin Stasiulius d’une médaille internationale certes peu prestigieuse mais qui aurait pu lui offrir une sortie avec les honneurs tout en lançant celle de ses jeunes camarades. Commettre une erreur de débutant – une coulée trop longue au départ – quand on a près de 9 ans d’expérience au niveau internationale et qu’on est entouré de… débutants ou quasi-débutants tous âgés de 18 à 21 ans, ça la fout mal. Que voulez-vous, c’est la course ! Et ce n’était pas la seule de la matinée.

Lire la suite...

lundi 16 mai 2016

Plot de départ vers Rio. (ChE natation J1 S1)

ChE_natation_2016.jpg On serait tenté de dire que l’été olympique commence réellement maintenant, à 81 jours de la cérémonie d’ouverture des JO de Rio. Pour se faire, quoi de mieux qu’un retour dans la piscine des JO de Londres ?

En 2012, c’est aux Championnats d’Europe de natation que tout avait commencé pour l’équipe de France. Le relais 4x100m NL y avait lancé sa dynamique en réussissant enfin à décrocher l’or après des années de frustration. On se souvient aussi de 2004 à Madrid et de 2008 à Eindhoven qui annonçaient les belles performances vues ensuite à Athènes et à Pékin. Bien sûr, s’agissant d’un objectif secondaire, voire d’une simple compétition de travail pour les meilleurs, mais d’un véritable objectif pour d’autres, l’état de forme varie donc énormément entre les nageurs. Tout le monde n’est pas dans le même cycle de travail, on peut avoir dans la même course des concurrents affutés et d’autres pas du tout. Il semble même que quelques nations aient choisi de faire leurs sélections olympiques à l’occasion de ces championnats.

En outre, certains nageurs choisissent de faire l’impasse ou de se ménager un programme allégé, seuls leurs résultats aux JO diront s’ils ont eu raison, car avec ou sans eux, il y a des titres à prendre.

Lire la suite...

jeudi 7 avril 2016

Le carnaval avant Rio.

A-t-on prévenu Jacques Favre, le DTN de la natation française, que l’équipe de France se rendra à Rio en août pour les Jeux Olympiques et non pour le carnaval ? Il semble y avoir confusion dans son esprit. Sa liste de sélectionnés est un sketch.

On se demande vraiment ce qu’a fait Jacques Favre depuis sa nomination.

Pendant des mois, il a annoncé une extrême sévérité en affichant des minima monstrueux. La terreur a envahi le bassin lors des Championnats de France, je l’ai suffisamment évoqué dans un long article dimanche. Les nageurs et leurs entraîneurs ont été contraints de se préparer spécialement pour cette échéance, y compris les meilleurs, les potentiels médaillés olympiques qui auraient pu profiter d’entraînements supplémentaires si les temps demandés avaient été plus soft. Ils y ont aussi laissé beaucoup d’énergie. Pour rien. Car en pratique, hormis dans 2 épreuves concurrentielles (100m et 200m NL masculins), les cadors ne risquaient rien.

Lire la suite...

dimanche 3 avril 2016

Le bassin de la terreur.

6 qualifiés directs chacun pour une seule épreuve individuelle, plus 4 appelés à participer aux relais. Voici à quoi se limite la première vague des nageurs français qualifiés en "natation course" pour Rio 2016. Les sélections sont terminées, pourtant rien n’est encore décidé. Cette année la route des Jeux passe par un beau b*rdel…

Les Championnats de France organisés à Montpellier devaient être le rendez-vous au cours desquels les terreurs des bassins allaient se qualifier pour les JO. Malheureusement, une atmosphère angoissante s’est rapidement installée. Une sorte de psychose s’est répandue dans l’air comme dans l’eau. La semaine s’est avérée particulièrement éprouvante psychologiquement. Les danseuses brésiliennes censées accompagner la joie des qualifiés étaient en complet décalage avec la réalité de la situation. On aurait dit des stripteaseuses invitées par erreur à un enterrement. L’humeur n’était pas à la fête. Les meilleurs nageurs tricolores auraient sûrement moins balisé si la Fédération Française de Natation avait choisi d’organiser ces sélections dans une mangrove peuplée de prédateurs. Pas le moindre crocodile de mer ou requin bouledogue à signaler, pourtant le bassin héraultais – où une partie de l’élite nationale s’entraîne à l’année – est devenu le bassin de la terreur.

Lire la suite...

vendredi 7 août 2015

Le retour du roi. (ChM natation, J6, S1)

Kazan_2015.jpg Ça commence à devenir long. La disette connue par l’équipe de France de natation lors des 2 dernières journées des Championnats du monde ne prendra pas fin aujourd’hui, néanmoins on voir le bout du tunnel. Heureusement.

Les matinées sont fraiches à Kazan, mais Florent Manaudou est chaud. Il l’a encore prouvé. Les 3 jours off depuis sa victoire sur 50m papillon n’ont fait que le faire monter en température avant le 50m NL, son épreuve de prédilection, celle pour laquelle il a principalement fait le déplacement en Russie. Son but est de devenir l’incontestable roi du sprint.

Lire la suite...