Mot-clé - Kell Brook

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 27 mai 2017

Les bagarreurs de Sheffield.

De prime abord, la grande réunion de boxe organisée dans le stade de Sheffield United était surtout attirante en raison de l’ambiance assez impressionnante qui y régnait. A posteriori, les puristes du noble art vous confirmeront la première impression, au moins concernant les 2 combats principaux.

Il faut l’avouer, si le premier championnat du monde a été assez laid, le second... aussi. Sauf si on aime les bastons dignes d’une fin de soirée au pub. Techniquement, quelles horreurs ! Ces combats peuvent se résumer en un mot : brutalité.

Lire la suite...

dimanche 11 septembre 2016

Brook broken et guérilla latina.

Si vous êtes amateur de boxe, j’ai ici de quoi vous régaler. Un duel kazakho-britannique et une énorme baston mexico-nicaraguayenne. Oui, c’est violent. Mais on n’en attendait pas moins des 2 meilleurs pratiquants actuels du noble art.

Quand un boxeur affronte Gennady Golovkin, il sait qu’il n’en ressortira pas indemne. Il sait même que sauf miracle, il se fera amocher au point d’être arrêté bien avant la fin des 12 rounds. Dès lors, même s’il y a un beau chèque à la clé, seul un individu ayant perdu tout sens commun peut se présenter face à l’invaincu kazakh aux crochets plus dangereux que ceux d’un crotale diamantin.

A ce niveau, ça n’a rien à voir avec du courage. Parlons d’inconscience, de perte de lucidité pathologique. Kell Brook est monté de 2 catégories pour tenter de briguer les ceintures mondiales des poids moyens détenues par "Triple G". Mais pourquoi ? Pour s’offrir un championnat du monde à l’O2 Arena de Londres devant 22000 supporters ? Quand tu es toi-même invaincu en 35 combats (35 victoires don 25 avant la limite), se frotter à un des 2 meilleurs boxeurs du monde toutes catégories confondues et assurément au meilleur puncheur (35 combats, 35 victoires, 32 par KO dont les 22 derniers) n’avait a priori pas grand sens.

Lire la suite...