Mot-clé - Kombouaré

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 8 mars 2015

Formalité ? (L1, J28)

Le PSG a battu Lens 4-1 au Parc des Princes, il a pris provisoirement la tête de la Ligue 1. Normal en somme. Et pourtant, quel match étrange !

A la mi-temps, le score était seulement de 1-0, ceci grâce à la meilleure recrue offensive du club depuis la signature de Zlatan, à savoir… David Luiz. J’exagère à peine ! En première période, le défenseur central brésilien était l’homme le plus en vue, en particulier sur les CPA offensifs. Il a marqué un CF direct assez étonnant car lointain, tiré du plat du pied avec un effet imprévisible (43e). Ce tir était son 4e de la rencontre (tête-épaule au-dessus à la 1ère ; tentative de retourné à la 16e ; tête repoussée incroyablement par Rudy Riou à la 33e ; but sur CF à la 44e), il a fini le match avec 5 (encore un long CF et un arrêt du gardien sur sa ligne à la 73e). Ajoutez à ce total les fois où, à la réception d’un CPA ou d’un centre, le ballon est passé tout près de lui.

Lire la suite...

samedi 27 avril 2013

Choisir le chef, suivre la recette.

Il y a encore quelques semaines, jamais je n'aurais cru écrire ceci un jour. C’est tout juste si je ne suis pas obligé de me pincer pour y croire… Pourtant, après avoir longtemps réfléchi, analysé la situation du PSG et du foot européen, j’en suis venu à cette conclusion : Arsène Wenger me semble être l'entraîneur dont le PSG a besoin.

Je n'aime pas le bonhomme, j'ai beaucoup de doutes concernant ses qualités, mais son profil est unique, il correspond à celui dont le club a besoin pour remplacer Ancelotti.

Pourquoi vouloir remplacer Ancelotti me direz-vous ? On ne va même pas se lancer dans un débat à propos contenu du bilan des 18 mois de l’Italien au PSG en termes de palmarès, de la qualité de jeu ou encore de gestion de l’effectif. Je persiste à dire que l’ensemble est très décevant, voire pire, mais à vrai dire, le problème n’est pas là, il se résume en une question : quelles sont les ambitions du club ?

Si l’objectif est réellement celui annoncé – et je n’ai aucune raison d’en douter – alors il est urgent de réorienter la politique sportive du club non pas sur du très court terme mais sur le moyen et long terme afin de s’établir durablement dans le top 4 européen.

Pour le comprendre, intéressons-nous d’abord à l’actualité car plusieurs enseignements sont à en tirer.

Lire la suite...

jeudi 22 mars 2012

Le constat.

Coupe de France Après un accident, on dresse un constat. En quart de finale de la Coupe de France, le PSG a subi un accident contre l’OL, une défaite vraiment pas méritée qui appelle tout de même un constat car elle lui pendait au nez depuis quelques temps. Quand on – se – conduit dangereusement on risque les problèmes. On peut oublier le doublé, le club de la Capitale est éliminé des 3 compétitions annexes au championnat. Constat d’échec.

Un accident… Un constat… Malheureusement le PSG n’a aucune assurance, et surtout pas celle d’être champion de France en fin de saison. La situation est assez préoccupante, il serait temps de le reconnaître afin d’éviter un accident encore plus grave, un véritable accident industriel qui endommagerait profondément la crédibilité du club.

Lire la suite...

lundi 20 février 2012

Un sommet qui sentait le sapin.

Ligue 1 saison 2011-2012 Pragmatique. Je ne demande pas grand-chose à Ancelotti, juste d’être pragmatique. Est-ce que l’équivalent de cette notion existe en italien ? Tu arrives dans un club premier du championnat, qui reste sur une bonne dynamique, possède la meilleure défense, une des 2 ou 3 meilleures attaques… POURQUOI VOULOIR TOUT CHANGER ?

Quand Claude Puel faisait jouer Bodmer défenseur central à l’OL, je parlais de crime contre le football.
Quand Domenech associait Toulalan, Lassanaze Diarra et Makélélé au milieu – c’est arrivé en Lituanie – ou 3 joueurs de ce profil, je le taillais à la scie circulaire.
Quand des Jean Fernandez, Pablo Correa ou autres ont installé la tactique du coffre-fort là où ils sont passés pour surtout empêcher les spectateurs de voir du football, j’ai toujours ouvertement souhaité que leur aventure se termine en Ligue 2.
Quand Kombouaré nous infligeait son "fabuleux" duo Clément-Makélélé, je m’arrachais les cheveux en réclamant qu’il fasse jouer Chantôme ou aille se chercher un travail ailleurs.
Quand je vois que contre Montpellier pour le choc de la 24e journée de Ligue 1, le choc entre les 2 principaux candidats au titre, Ancelotti va aligner un milieu une ligne de 3 milieux de terrains défensifs composée de Thiago Motta, Momo Sissoko et Blaise Matuidi… je fais gaffe, j’évite de dîner avant de regarder le match pour ne pas g*rber devant mon écran.
En résumé, je suis cohérent avec ma vision du football, j’aime quand on cherche à JOUER.

Lire la suite...

lundi 13 février 2012

90 minutes... et quelques.

Ligue 1 saison 2011-2012

Il paraît qu’un match de football dure 90 minutes… Pourtant c’est après la 90e minute qu’ont tourné 4 des 9 rencontres jouées lors de la 23e journée de Ligue 1. Si «à Carquefou ! à Carquefou ! il y a du suspense jusqu’au bout !», c’est aussi le cas en L1.

On peut regretter que depuis le début de l’année le championnat soit faussé par l’accumulation des reports et des tours de coupe. Certains clubs ont très peu joué, d’autres n’arrêtent pas, le classement n’est pas clair, c’est dommage, mais concernant la météo, on n’y peut pas grand-chose.

Lire la suite...

lundi 9 janvier 2012

Travaux manuels.

Coupe de France Après l’avoir appelé "le Coucou" en référence à l’oiseau habitué à piquer le nid des autres, je vais appeler Ancelotti "Monsieur Bricolage". En ayant eu un aperçu de comment il bricole, je ne lui confierais pas le montage d’un meuble IKEA. Il aime aussi le jardinage, c’est un fan de travaux manuels.

Bisevac arrière droit, Momo Sissoko milieu offensif, Bodmer devant la défense, Nenê dans l’axe ou encore Jallet milieu relayeur, c’est… créatif ? Je cherche le mot juste. Sur les 11 joueurs alignés à Lorient contre Locminé (8e sur 16 de son groupe de CFA 2, peut-être avec des matchs en moins), 7 ½ n’étaient pas à leur meilleur poste ou pas à leur poste du tout. On ne fait pas un sapin de Noël avec un palmier ou un bananier.

Ça pourrait peut-être marcher avec une étoile hyper brillante en haut du "sapin" – genre Tévez – mais ce n’est même pas sûr, car pour qu’une guirlande électrique scintille, il faut qu’elle soit alimentée. Là, à part avoir les boules…

Lire la suite...

jeudi 29 décembre 2011

Evolution ou révolution ?

Une évolution, oui, elle était nécessaire. Une révolution, non. Les révolutions, il faut de bonnes raisons de les lancer. Il n’y en avait aucune de couper la tête de Kombouaré à 3 jours de Noël. La décision de Leonardo a autant de légitimité qu’un coup d’Etat 6 mois avant des élections libres dans une démocratie n’ayant jamais été aussi prospère.

Quand tout va bien, trouver un prétexte pour foutre le bordel est assez facile. Certains médias en ont fait une spécialité, mais en général au sein d’un club on évite d’allumer de son propre chef des feux toujours difficiles à éteindre. Le PSG est un club assez jeune, il a pourtant déjà connu beaucoup de régimes différents (celui des fondateurs, celui de Canal+ ou encore celui des fonds de pensions), beaucoup de dirigeants, d’entraîneurs, certains ont été démis de leurs fonctions suite à des révolutions internes pas toujours bien inspirées, elles ont pu être fomentées par les joueurs (ex : contre Philippe Bergeroo) ou encore par un président qui a déraillé façon dissolution de Jacques Chirac. On se souvient tous de Pierre Blayrau virant Laurent Fournier pour le remplacer par Guy Lacombe, une réussite à la hauteur de l’incompétence de cet homme en matière de football… Oui, à cette époque n’importe qui pouvait prétendre être président du PSG.

Leonardo s’étant montré compétent depuis son arrivée au club, ayant de surcroît un long vécu dans le monde du ballon rond, on ne pouvait imaginer sérieusement qu’il se décide à jouer les bourreaux en exécutant Kombouaré à la trêve.

Lire la suite...

vendredi 23 décembre 2011

Si les mayas ont vu juste...

Ligue 1 saison 2011-2012 Je suis dépité. Je n’y comprends plus rien. J’ai peur qu’en voulant sauter des marches on se ramasse un gadin dans les escaliers, qu’on essayant d’aller trop vite on loupe un virage et qu’on finisse ainsi dans un ravin, un mur ou un platane.

Mercredi, le PSG gagne un match fantastique d’une intensité rare sur les terres de l’ASSE, il vire en tête à l’issue des matchs aller avec 40 points, 3 unités de plus que Montpellier. Les joueurs ont livré un combat formidable, tout allait bien, le club était engagé sur une voie royale vers le titre de champion de Ligue 1 Jeudi, on apprend qu’en rentrant de Saint-Etienne Leonardo a convoqué Kombouaré pour lui dire de vider son bureau. Fin de l’aventure. Cette décision n’a aucun sens. Je reviendrai ultérieurement sur ce changement d’entraîneur – vous le savez, j’étais tout sauf fan d’A.K. – qui pourrait bien mettre en péril les chances du PSG d’enfin accrocher son 4e titre de champion après ceux de 1986, 1993 et 1994. Si les mayas ont vu juste et que la fin du monde est fin 2012, mieux vaudrait que la greffe prenne rapidement avec le nouveau (a priori Ancelotti), l’apocalypse d’accord, mais je veux revoir mon club champion avant !

Lire la suite...

mardi 20 décembre 2011

Un nul, des c*ns.

Ligue 1 saison 2011-2012

J’en ai marre de ces c*ns… Pour siffler Pastore à sa sortie 10 minutes avant la fin de PSG-LOSC, l’affiche de la 18e journée de Ligue 1 et le réel grand choc entre les 2 plus gosses équipe du championnat, il faut en être un.

Si toi, lecteur, tu t’es senti visé, ayant toi-même commis ce crime contre le football en ayant fait preuve d’une bêtise insigne, te laissant manipuler par qui en a envie, alors oui, en te plaçant devant un miroir tu verras un c*n. Cette attitude de moutons me désole. Quand les gens comprendront-ils que dans ce monde, qui est incapable de raisonner par lui-même s’expose à devenir une marionnette ?

Lire la suite...

vendredi 16 décembre 2011

Pas de miracle.

Europa League Ce qui était attendu est arrivé, le Red Bull Salzburg a fini par l’emporter chez les Bratisla Boys, le PSG pouvait écraser l’Athletic Bilbao 118-0, ça n’aurait rien changé, il n’était plus maître de son destin.

J’y ai cru pendant une semaine et 20 minutes. Quand les Autrichiens, mené 2-0 sur le terrain du Slovan Bratislava dès la 6e minute, ont réduit l’écart sur penalty, je n’avais plus grand espoir. Ça sentait le retournement de situation, l’équipe n’ayant plus que son honneur à défendre risquait de lâcher pris contre celle venue chercher sa qualification en 16e de finale de l’Europa League. De son côté, le PSG a fait sa part de travail contre des Basques venus avec une équipe fortement remaniée sans être une équipe bidon. Marcelo Bielsa a aligné 3 titulaires habituels, 6 remplaçants dont certains sont régulièrement titulaires (4 ont beaucoup joué ces dernières saisons), il n’y avait que 2 véritables novices. Il a ensuite fait entrer 2 éléments indiscutables de son groupe pendant 30 et 20 minutes (dont Iker Muniain).

Lire la suite...

dimanche 11 décembre 2011

Le calme après la tempête.

Ligue 1 saison 2011-2012 Il y a quelques mois, aucun équipe ne se rendait à Sochaux en confiance. Depuis cet été, tout le monde y va pour gagner. Lors de la 17e journée de Ligue 1, c’était au tour du PSG. Les Lionceaux ont été assez pathétiques. Il est loin le Sochaux de la saison passée avec son beau jeu, son attaque prolifique… La série de 13 matchs à domicile en championnat en marquant au moins un but a pris fin. J’ai rarement vu une équipe si inoffensive lors d’une rencontre de L1. Je n’ai pas noté la moindre action sochalienne potentiellement dangereuse hormis un tir lointain de Marvin Martin claqué par Sirigu (probablement pas cadré ; 18e) et une tête en arrière cadrée – en rien dangereuse – sur CF (le joueur voulait sans doute prolonger pour envoyer le ballon dans le paquet ; 88e).

Lire la suite...

lundi 5 décembre 2011

Toujours là… et pour un bon moment.

Ligue 1 saison 2011-2012

Pour ceux qui en doutaient, il est toujours là. Avec 33 points au bout de 16 journées de Ligue 1, il y a fort à parier que ça dure encore un moment.

«Il» désigne le PSG. «Il» désigne aussi son entraîneur.

Pendant une semaine – une de plus – les médias ont inventé tout et n’importe quoi à propos de Kombouaré, on l’a lu et entendu partout, il était condamné, Makélélé allait devenir entraîneur par intérim jusqu’à la trêve, selon certaines "sources" des "journalistes" Maké voulait attendre le début de l’année 2012 pour prendre la relève. Des tas d’autres rumeurs toutes moins fondées les unes que les autres ont envahi les médias… Rendez-vous compte du délire : certains ont osé douter ouvertement de la présence de Kombouaré sur le banc dimanche après l’avoir interrogé en conférence de presse d’avant-match samedi après-midi.

Le PSG n’est vraiment pas un club comme les autres dans le sens où il n’est vraiment pas traité comme les autres.

Certains commencent à se rendre compte de l’absurdité de la situation. Il était temps ! On entend enfin des voix discordantes au sein des médias pour dénoncer cet acharnement. Le traitement réservé à Kombouaré par la presse est en effet particulièrement irrespectueux, honteux,… à gerber.

Lire la suite...

samedi 3 décembre 2011

Le virus.

Ligue 1 saison 2011-2012 Europa League Ce que vous allez lire, j’aurais voulu ne jamais avoir à l’écrire. Je comptais sur l’Europa League pour relancer la machine après un passage à vide en Ligue 1, c’est loupé. Le PSG est en train de partir en dérapage incontrôlé car les médias passent leur temps à lui savonner la route. Il lui faut très vite se reprendre (dimanche contre Auxerre), sinon la saison pourrait être gâchée bêtement. Analysons la situation.

  • La crise, arme anti-crise.

Un cercle vicieux terrible s’est créé, les médias sont contents, ils ont travaillé dur pour inoculer au PSG le terrible virus de la crise. Au bout de 5 mois ils tiennent enfin leur crise ! La presse écrite est en crise, elle a besoin d’une crise au PSG pour se refaire une santé. Bon, la définition d’une crise est différente selon le club, 2 défaites en championnat (une imméritée à domicile, une logique à l’extérieur en passant complètement à côté), une très mauvaise performance à l’extérieur en coupe d’Europe, et hop, c’est la crise du siècle, malgré les 30 points au classement en 15 journées.

Lire la suite...

mardi 22 novembre 2011

Du jamais vu.

Ligue 1 saison 2011-2012 La 14e journée de Ligue 1 est une des plus étranges de la saison et le restera sans doute. Il y a beaucoup lieu de parler d’arbitrage car beaucoup de rencontres ont eu pour acteur majeur les hommes de la DNA. Parfois, les effets de leurs erreurs ont été coordonnés avec ceux de boulettes défensives, certains gardiens ayant aussi trouvé le moyen d’aider leurs adversaires. Entre samedi et dimanche on a vu des trucs totalement dingues, un match terminé à 8 contre 11, des morts qui se retournent dans leur tombe, un Montpellier-OM arbitré par M. Chapron qui s’est terminé sans péno ni rouge, des buts de Kurt Zouma, Jean Calvé et Mamadou Samassa (je vous passe quelques buteurs presque aussi étonnants)…

Parmi les équipes qui n’ont pas gagné, hormis peut-être une ou deux, toutes ont de quoi avoir de gros regrets compte tenu du scénario ou de faits de jeu particuliers. Parmi celles qui ont gagné, beaucoup peuvent s’estimer heureuses.

Lire la suite...

lundi 21 novembre 2011

Fernandez' Eleven.

Ligue 1 saison 2011-2012

Canal+, la chaîne du cinéma – du rugby, du porno, de l’humour pas forcément drôle, de la musique pas forcément bonne – et accessoirement du football a diffusé dimanche soir sa dernière grande production : Fernandez’ Eleven, un film de braquage.

Je vous fais le pitch : le président Rousselot construit une équipe pour réaliser un braquage au casino du Parc des Princes (bah oui, tout le monde s’y rend en espérant fait sauter la banque mais rentre à la maison les poches vides, le PSG sortait toujours vainqueur de ses matchs à domicile depuis mi-août). Pour y parvenir il recrute un mec d’expérience spécialiste du blindage et des coffres forts, Jean Fernandez, qui prépare un groupe de 11 gars avec un plan bien précis et les entraîne pour que tout soir réglé au millimètre.

Si vous n’avez pas vu le film et que vous comptez rattraper cette "lacune", ne lisez pas la suite… Spoiler et critique sont au menu…

Lire la suite...

mercredi 9 novembre 2011

Requiem pour un nul ? (2/2)

Ligue 1 saison 2011-2012 On l’a vu dans la première partie, le PSG a fait match nul 1-1 à Bordeaux lors de la 13e journée de Ligue 1, pas de quoi sauter au plafond, pas de quoi pleurer. On s’est ennuyer, mais au cours d’une saison il faut de tout, y compris des matchs très moyens, surtout quand l’équipe est rincée.

Bilan du premier tiers de la saison.

Lire la suite...

Requiem pour un nul ? (1/2)

Ligue 1 saison 2011-2012 Bordeaux-PSG, match en bois, trêve internationale juste derrière, j’ai préféré ne pas me presser pour écrire cette analyse histoire de faire un petit bilan du début de saison (déjà 20 matchs joués). Et là, boom, les médias partent soudain en plein délire. Reprenons les choses dans l’ordre

Le PSG n’avait pas encore perdu à l’extérieur, Bordeaux pas encore gagné à domicile, c’est encore vrai après la 13e journée de Ligue 1. Les Girondins sont une de ces équipes pleines de joueurs snobs qui se bougent le c*l uniquement quand l’affiche est belle et médiatisée. Chez eux, ils ont fait match nul contre le LOSC, de même contre Montpellier, ils devaient gagner ces matchs, ils ont bien gâché (un péno la première fois, 2 buts d’avance à la 88e minute la seconde). Contre le leader, dans un stade plein, devant les caméras de Canal+, ils se sont dépouillés.

Lire la suite...

vendredi 4 novembre 2011

Douchés mais pas coulés…

Europa League … et même renfloués. Les joueurs du PSG ont fait le travail. Certes, battre le Slovan Bratislava 1-0 à domicile n’est pas grandiose, la manière a pu laisser à désirer, mais le fait est que Paris a su se mettre en position idéale pour assurer sa qualification en 16e de finale de l’Europa League, il lui suffira d’aller prendre un point à Salzburg pour s’aménager un avenir sur la scène continentale début 2012.

Un horaire en bois (19h) un jeudi soir de novembre, une pluie battante, une rencontre de phase de poule d’EL contre des clampins venus au Parc des Princes défendre à 10… Tout était réuni pour ne pas se régaler. Si certains s’attendaient à une rencontre inoubliable, ils ont dû être déçus. L’aller n’avait déjà pas soulevé l’enthousiasme des foules, le PSG avait largement dominé mais fini à 9 et sauvegardé le 0-0, les Bratisla Boys n’avaient pratiquement fait que mettre des coups et bétonner, j’avais parlé de séjour au purgatoire. Cette fois ça s’est mieux passé, déjà parce que le PSG a terminé à 11, mais aussi et surtout parce qu’il a obtenu ce dont il avait besoin, une victoire.

Lire la suite...

lundi 31 octobre 2011

Des points et du jeu.

Ligue 1 saison 2011-2012

Que demande le peuple parisien ? Des points et du jeu ! Doit-on en plus exiger la sécurité sociale et la bouffe gratuite ? 11 matchs consécutifs sans défaite en Ligue 1, 6 victoires de rang – record du club égalé – dont les 5 dernières par 2 ou 3 buts d’écart, un 4-2 infligé à Caen, équipe de la première moitié du tableau… pourtant certains restent sceptiques concernant le PSG

29 points pris en 12 journées, et même 28 en 10 journées après une défaite et un nul le temps que le groupe se forme, se stabilise peu ou prou suite à certaines arrivées tardives et blessures, c’est colossal. Lors de ces 10 rencontres, le PSG a marqué 24 buts et en a encaissé 8… Bien sûr, on peut toujours trouver des critiques à émettre, mais vraiment à la marge.

Lire la suite...

mardi 25 octobre 2011

Bienvenue à la fête à Nenê.

Ligue 1 saison 2011-2012

Ces dernières semaines, comme tous les ans à la même période, la fête à Neu-Neu a eu lieu au Bois de Boulogne. Quelques jours plus tard plus de 40000 personnes ont participé à la fête à Nenê au Parc des Princes.

Un car venu de Dijon a déversé un groupe de Bourguignons venus découvrir la Capitale. Ils auraient aimé s’amuser, ont attendu ça toute la semaine, mais sont repartis en ruminant. Nul besoin de revenir sur le cas Patrice Carteron, je l’ai déjà fait dans mon résumé de la journée (voyez dans les flops). On retiendra 2 choses de ce match comptant pour la 11e journée de Ligue 1 : le doublé de Nenê et la victoire du PSG. Les Dijonnais sont venus, ils ont joués, ils sont repartis les poches vides avec quelques souvenirs.

Lire la suite...

- page 1 de 4