logo_TdF_2016.jpg D’habitude, après la première étape de montagne, le futur vainqueur du Tour de France a explosé la course. Pour l’éviter, les organisateurs ont décidé de placer l’arrivée après une descente. Résultat, il ne s’est rien passé, les leaders sont restés cachés. Au final, cette journée n’a fait – presque – que des perdants.

Je suis dépité. Mon coureur préféré a explosé en vol. Il peut déjà dire au-revoir au podium, il faudra changer d’objectif, viser les étapes, voire le maillot à pois. A condition bien sûr de se remettre moralement de cette énorme désillusion et de retrouver des jambes.

Je suis aussi dépité par l’absence totale de spectacle. Hormis un grand numéro d’un Britannique – encore ! – et quelques bonnes initiatives tactiques du maillot jaune, on n’a rien vu. L’homme qui aurait dû animer la journée à l’avant n’a pas été à la hauteur de sa réputation. Les rares Français présents au sein de l’énorme échappée du jour ont tous été piégés rapidement. Aucun candidat au top 5 final n’a bougé une oreille pour essayer de gratter des secondes à ses adversaires directs.

En bref, j’ai beau chercher une raison d’être content, je n’en trouve aucune.