Mot-clé - Lara Grangeon

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 7 août 2016

Et puis le vent a tourné… (Rio 2016 J1)

Rio_2016 Rio 2016 avait si bien commencé… et tout est si vite parti en sucette… A vrai dire, tout se passait trop bien, c’en était même louche. Et puis soudain, alors que les victoires et les qualifications se succédaient, une première déception pas catastrophique s’est produite, compensée par quelques exploits. Le vent a tourné sans prévenir.

Ce mal ne semblait toucher que les hommes, il a fini par aussi infecter les femmes qui tenaient la baraque jusqu’alors. Violemment de surcroît ! Au final, le bilan est terrible : les médailles attendues ou espérées se sont envolées, on a même réussi à en perdre qui n’étaient pas encore en jeu ! 2 fois 4e, une élimination à 5 secondes de la fin d’un combat presque gagné, une énorme opportunité gâchée de se qualifier pour les demi-finales d’un tournoi par équipe, l’élimination incompréhensible d’une paire de double qui devait jouer l’or, une blessure grave qui nous prive d’une grosse chance de médaille, des défaites qui font très mal dans 2 sports collectifs où on a – ou avait – de grosses attentes… Il y a eu de très bonnes choses lors de cette journée, mais aussi des trucs terribles.

Si le baromètre des médailles est toujours à zéro à l’issue de la première journée, le moral des troupes est lui carrément en-dessous de zéro.

Lire la suite...

lundi 16 mai 2016

Plot de départ vers Rio. (ChE natation J1 S1)

ChE_natation_2016.jpg On serait tenté de dire que l’été olympique commence réellement maintenant, à 81 jours de la cérémonie d’ouverture des JO de Rio. Pour se faire, quoi de mieux qu’un retour dans la piscine des JO de Londres ?

En 2012, c’est aux Championnats d’Europe de natation que tout avait commencé pour l’équipe de France. Le relais 4x100m NL y avait lancé sa dynamique en réussissant enfin à décrocher l’or après des années de frustration. On se souvient aussi de 2004 à Madrid et de 2008 à Eindhoven qui annonçaient les belles performances vues ensuite à Athènes et à Pékin. Bien sûr, s’agissant d’un objectif secondaire, voire d’une simple compétition de travail pour les meilleurs, mais d’un véritable objectif pour d’autres, l’état de forme varie donc énormément entre les nageurs. Tout le monde n’est pas dans le même cycle de travail, on peut avoir dans la même course des concurrents affutés et d’autres pas du tout. Il semble même que quelques nations aient choisi de faire leurs sélections olympiques à l’occasion de ces championnats.

En outre, certains nageurs choisissent de faire l’impasse ou de se ménager un programme allégé, seuls leurs résultats aux JO diront s’ils ont eu raison, car avec ou sans eux, il y a des titres à prendre.

Lire la suite...

jeudi 7 avril 2016

Le carnaval avant Rio.

A-t-on prévenu Jacques Favre, le DTN de la natation française, que l’équipe de France se rendra à Rio en août pour les Jeux Olympiques et non pour le carnaval ? Il semble y avoir confusion dans son esprit. Sa liste de sélectionnés est un sketch.

On se demande vraiment ce qu’a fait Jacques Favre depuis sa nomination.

Pendant des mois, il a annoncé une extrême sévérité en affichant des minima monstrueux. La terreur a envahi le bassin lors des Championnats de France, je l’ai suffisamment évoqué dans un long article dimanche. Les nageurs et leurs entraîneurs ont été contraints de se préparer spécialement pour cette échéance, y compris les meilleurs, les potentiels médaillés olympiques qui auraient pu profiter d’entraînements supplémentaires si les temps demandés avaient été plus soft. Ils y ont aussi laissé beaucoup d’énergie. Pour rien. Car en pratique, hormis dans 2 épreuves concurrentielles (100m et 200m NL masculins), les cadors ne risquaient rien.

Lire la suite...

dimanche 3 avril 2016

Le bassin de la terreur.

6 qualifiés directs chacun pour une seule épreuve individuelle, plus 4 appelés à participer aux relais. Voici à quoi se limite la première vague des nageurs français qualifiés en "natation course" pour Rio 2016. Les sélections sont terminées, pourtant rien n’est encore décidé. Cette année la route des Jeux passe par un beau b*rdel…

Les Championnats de France organisés à Montpellier devaient être le rendez-vous au cours desquels les terreurs des bassins allaient se qualifier pour les JO. Malheureusement, une atmosphère angoissante s’est rapidement installée. Une sorte de psychose s’est répandue dans l’air comme dans l’eau. La semaine s’est avérée particulièrement éprouvante psychologiquement. Les danseuses brésiliennes censées accompagner la joie des qualifiés étaient en complet décalage avec la réalité de la situation. On aurait dit des stripteaseuses invitées par erreur à un enterrement. L’humeur n’était pas à la fête. Les meilleurs nageurs tricolores auraient sûrement moins balisé si la Fédération Française de Natation avait choisi d’organiser ces sélections dans une mangrove peuplée de prédateurs. Pas le moindre crocodile de mer ou requin bouledogue à signaler, pourtant le bassin héraultais – où une partie de l’élite nationale s’entraîne à l’année – est devenu le bassin de la terreur.

Lire la suite...

dimanche 9 août 2015

Or. Fin. (ChM natation, J8, S2)

Kazan_2015.jpg Les Championnats du monde de natation organisés à Kazan, en Russie, ont connu leur grand final. Une session composée uniquement de finales, c’est une session à médailles, fatalement. L’équipe de France pouvait légitimement ambitionner d’en obtenir 2 supplémentaires. Elle a répondu aux attentes.

Une_derniere_medaille_pour_la_France__le_relais_4_nages_confirme.jpg Bien sûr, il y a 2 ans, la dernière journée avait été surnaturelle, des journées comme celle-ci, on en vit une dans une vie quand on a de la chance. Cette fois, même en ayant 2 finalistes individuels et un relais en lice, il était impossible de faire aussi bien. En toute logique, la Marseillaise allait être jouée une dernière fois. Pour ce qui est de l’autre chance, une rude bataille attendait les relayeurs français.

Lire la suite...

4 nages et 1 enterrement. (ChM natation, J8, S1)

Kazan_2015.jpg Le dernier matin d’une compétition internationale de natation, on ne peut organiser de courses qui nécessitent des demi-finales, il en faut qui fonctionnent avec accession directe pour la finale à l’issue des séries. Donc des 400m et des relais.

Le premier jour des championnats, on se confronte à la même problématique, on a opté pour les mêmes solutions. En ouverture, on a donc droit à la nage libre, et pour la clôture, c’est le 4 nages. Ceci vaut à la fois sur le 400m et sur le 4x100m.

L’équipe de France présentait 2 nageuses et 2 relais lors de cette dernière session matinale des Championnats du monde de Kazan. La natation féminine tricolore jouait son honneur, car en 7 jours elle a seulement qualifié 2 relais en finale, il n’y a eu aucune finale individuelle. Bien sûr, dans certains cas la réussite a manqué, ça s’est joué à rien, en particulier pour Charlotte Bonnet, néanmoins ça fait tache.

Lire la suite...

mercredi 5 août 2015

Sans pitié. (ChM natation, J4, S2)

Kazan_2015.jpg J’ai failli titrer "début de disette" car pour l’équipe de France de natation, les prochaines journées risquent de ressembler à celle-ci : bien moroses. La 4e session du soir des Championnats du monde de Kazan n’ont pas manqué de spectacle, mais on ne le doit pas à nos nageurs.

Peaty_et_Ledecky_sont_sans_pitie__.jpg J’étais optimiste avant le début des courses, je suis très déçu à la fin, car les demi-finales du jour ont rendu leur verdict : contrairement aux attentes, aucune des 3 Françaises et aucun des 2 Français engagés ne s’est qualifié pour les finales de demain, comme hier pour celles d’aujourd’hui. Pourtant, il y avait moyen d’avoir au moins un finaliste et même de gagner un pendentif métallique. Nous sommes donc condamnés à une deuxième journée sans podium qui sera sans doute suivie… d’une 3e journée sans podium compte tenu du programme.

Et pendant ce temps, d’autres nations font le plein grâce à quelques nageurs sans pitié. Ils prennent ce qu’il y a à prendre en ne laissant que des restes à leurs adversaires.

Lire la suite...

La perfection n’existe pas. (ChM natation, J4, S1)

Kazan_2015.jpg Cette matinée était idéale. Idéale pour réagir. Plusieurs des membres les plus décevants ou les plus déçus de l’équipe de France de natation plongeaient dans le bassin de Kazan au cours de cette session matinale des Championnats du monde. Tout s’est parfaitement déroulé, la qualification était systématiquement à l’arrivée… avant un problème malheureux qui nous l’a prouvé : la perfection n’existe pas.

On commençait en effet les séries par le 50m dos féminin avec Béryl Gastaldello et Mathilde Cini.

Gastaldello a nagé en 28"10 aux ChF (record de France), elle avait donc en principe une réelle chance de passer… à condition d’être à son meilleur niveau. Or depuis le début de ces Mondiaux, elle ne l’a été à aucune occasion. Cette fois, il semble y a eu une réaction, elle est très bien partie et a bataillé pour finir 3e en battant son record de France en 28"02. Sa série a été remportée par la Chinoise Fu Yuanhui (27"66) devant Mie Nielsen (27"89).

Lire la suite...

dimanche 2 août 2015

Le plus petit terrain de sport. (ChM natation, J1, S1)

Kazan_2015.jpg On se fout réellement de nous. Cette année, France Télévisions ne diffuse que les finales de la natation course en bassin des Championnats du monde organisés dans le stade de football de Kazan, en Russie, où a été installé une piscine olympique provisoire.

Pour le plongeon, l’eau libre, la natation synchronisée, et même les séries de la natation course on peut se gratter, il faut avoir Canal+Sport, une chaîne d’un groupe désormais en galère au niveau des droits télé. Avec des commentaires bien moisis malgré l’embauche d’une tripotée de consultants. Bientôt, le service public n’achètera plus les droits que pour les 50 derniers mètres des courses, et en athlé pour le dernier quart des compétitions – ce sera galère pour le 110m haies – et les 2 derniers essais des concours ! Et qu’on ne nous fasse pas croire que c’est un problème d’argent, parce que si les droits pour ces épreuves annexes sont jugés trop chers, si elles font moins d’audience sur France Ô que Cœur océan, autant fermer toutes les chaînes du service public !

Lire la suite...

dimanche 29 juillet 2012

Le jour où les stars sont tombées. (JO 2012, J1)

JO 2012 Première journée des JO de Londres 2012, beaucoup de favoris battus, quelques déceptions du côté de l’équipe de France olympique, des satisfactions aussi, heureusement d’ailleurs, notamment les 3 sports collectifs féminins. J’ai été choqué par quelques résultats… Je vous raconte la journée.

J’ai autre chose à faire pendant ces JO que de critiquer en permanence France Télévisions, ses choix discutables d’épreuves, ses coupures en plein milieu des matchs, ses plateaux trop longs (notamment ceux de Gérard Holtz qui ne semble être là que pour montrer sa gueule), ses jingles interminables…

Lire la suite...

mercredi 23 mai 2012

ChE natation J3 : Leveaux bouilli.

Amaury Leveaux est sorti cuit-bouilli de la finale du 200m NL des Championnats d’Europe de natation. Mais ça valait le coup de se dépouiller : 3e journée, 3e journée avec médaille pour l’équipe de France.

On ne peut pas résumer ce mercredi à cette médaille, ils s’est passé pas mal d’autres choses à Debrecen : 10 nageurs français ont plongé, obtenant 5 qualifications pour des finales et une médaille.

Lire la suite...

lundi 21 mai 2012

ChE natation J1 : Les absents ont toujours tort !

Quand vous êtes sportif de haut niveau, vous vous battez pour quoi ? En général, vous cherchez à gagner des titres et des médailles, non ? La récompense de vos efforts, vous la trouvez dans les compétitions internationales, d’autant qu’en général vous y obtenez la reconnaissance dont vont découler vos revenus.

On ne verra pas la plupart des meilleurs nageurs français aux Championnats d’Europe de natation qui ont débuté la semaine dernière, à Eindhoven (Pays-Bas, et non Hollande) pour les épreuves de plongeon et se poursuivent jusqu’à dimanche à Debrecen (Hongrie) avec la course. Je trouve ça dommage.

Lire la suite...

lundi 1 août 2011

Shanghai (FIN) : et maintenant ?

En 8 jours, l’équipe de France de natation a fait sauter la banque. En récoltant 10 médailles elle a plus que réussi ses Championnats du monde, Shanghai laissera un très bon souvenir à la plupart de ses membres.

La transition entre les Championnats d’Europe 2010 assez fabuleux et les Jeux Olympiques de Londres 2012 a été parfaitement négociée. Il était important d’entretenir l’intérêt des médias et du public pour ce sport, le travail a été fait, très bien fait. En réalité l’engouement semble s’être considérablement renforcé malgré les horaires pas forcément idéaux (séries la nuit, demi-finales et finales de midi à 14h). Les nageurs ont fait vibrer la France, y compris en relais.

Il est temps de de dresser le bilan de ces 8 jours de compétitions puis de regarder vers l’avenir.

Lire la suite...

dimanche 31 juillet 2011

Shanghai (J8) : le coup de massue.

Dernier jour des Championnats du monde de natation, donc dernière séries du matin. Un joli florilège de 4 nages : le 400m 4 nages hommes et femmes, puis le relais 4x100m 4 nages masculin.

Pour ces courses il n’y a pas de demi-finales, finale directe l’après-midi. Nelson Monfort, qui commente sur France Ô avec Michel Rousseau, a à peu près compris. On sent bien qu’il s’amuse en contant les événements avec un certain lyrisme (au moins dans le ton), en sortant ses vannes toujours aussi foireuses, petit cours d’anglais à un moment… A plus de 3h du matin (+6h à Shanghai) ce n’est pas désagréable, ça fait passer le temps. Cette grosse heure de natation était plutôt joyeuse jusqu’à une authentique catastrophe pour l'équipe de France. Une horreur absolue. Comment casser une dynamique hyper positive en 3 mètres… Même pas, en quelques centimètres, pour 2 centièmes de seconde.

Lire la suite...

lundi 28 mars 2011

De la difficulté de rallier Shanghai à la nage.

Après le feu d’artifice des derniers championnats d’Europe, on a pu croire que la natation française était sur le toit du monde. Elle l’est… mais pas partout, seulement dans certaines spécialités. Les Championnats de France ont eu lieu à Schiltigheim (Alsace), ils ont révélé les forces et les faiblesses de l’EdF.

21 nageurs et nageuses iront à Shanghai défendre leurs chances en individuelle et lors des relais aux Championnats du monde. Cependant, les Bleus ne seront présents chez les hommes que sur 12 épreuves individuelles chez les hommes, 7 chez les femmes, soit 17/34. En brasse hormis l’immortel Hugues Duboscq sur 100 et 200m, c’est le néant. En 4 nages Lara Grangeon (400m) est seule, il est vrai que le choix – excellent choix ! – de Camille Muffat de passer au crawl a "dépeuplé" cette spécialité qui consiste à ne pas réellement en avoir. Quant au papillon, à part sur le 50m (qui n’est pas olympique), c’est le désert.

Lire la suite...