Mot-clé - Laura Georges

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 29 avril 2017

Retour à la maison. (LdC féminine)

Pour tout supporter du PSG, le Parc des Princes, c’est la maison. Quelle plus belle occasion qu’une demi-finale retour de Ligue des champions féminine pour faire mon propre retour au Parc après de longues années d’absence ?

A vrai dire, s’il n’y avait aucun suspense et le match en lui-même, mon premier de football féminin au stade (après en avoir regardé un paquet à la télé), n’a pas été fou, j’en garderai un super souvenir.

Lire la suite...

samedi 1 avril 2017

Lair pour une nouvelle ère ?

Nasser Al-Khelaifi aurait-il enfin trouvé l’homme providentiel ? Si rien n’est encore acté, son choix s’oriente de plus en plus vers un nom, celui d’un candidat inattendu qu’il n’a pas eu besoin d’aller chercher bien loin. Vainqueur de la Ligue des Champions et de nombreux titres nationaux, son profil fait de lui l’option n°1.

Depuis plusieurs années, une phrase revient de façon récurrente à propos du Paris Saint-Germain : Leonardo n’a pas été remplacé. Cette affirmation – dont on peut débattre – constitue en réalité une triple critique. Le Brésilien portait une triple casquette lors de son séjour à Paris en tant que dirigeant, celles de figure médiatique du club, de recruteur et de véritable référence au sein de l’organigramme. En réalité, nombre de supporters souhaitent le retour de l’ex des Milan dans ces anciennes fonctions non en raison d’un bilan au final assez mitigé (un recrutement très cher et pas toujours pertinent, image négative donnée du club à l’occasion de plusieurs incidents, très mauvaises relations avec les arbitres, trop de pouvoir donné à certains joueurs, gestions très critiquable des entraîneurs, etc.) mais en raison du contraste entre la situation d’alors et impression actuelle de flou, de manque de direction claire.

Lire la suite...

mardi 2 août 2016

Ensemble à Rio : preview sports co. (Rio 2016)

Rio_2016 Certaines en ont bavé pour se frayer un chemin jusqu’à Rio, d’autres ont vite obtenu leur ticket olympique. Au final, qu’ils aient dû en passer par un parcours du combattant, qu’ils aient tremblé ou que leur quête ait abouti dès la première occasion, l’important est d’être présents à Rio.

L’équipe de France olympique aurait pu compter sera représentée dans 6 des 7 sports collectifs. Elle a obtenu 9 quotas. C’est considérable. Il s’agit systématiquement d’un plateau de 12 pays dont celui qui organise, les places ouvertes aux Européens étaient très peu nombreuses, et donc très chères. Avoir pu en obtenir autant est un exploit. Reste à confirmer sur place.

Pour rappel, voici les 7 sports collectifs au programme de ces JO :
-basketball,
-football,
-handball,
-hockey sur gazon,
-rugby à 7,
-volley-ball,
-water-polo.

Lire la suite...

samedi 13 juin 2015

F.A.R.C. (Fucking Asian Refereeing Crew). (CdM F, J2)

CdM_2015_de_foot_feminin.jpg Ce n’était pas prévu. Et pour cause, c’était imprévisible. La France s’est inclinée contre la Colombie lors de la 2e journée des poules de la Coupe du monde football féminin. Faut-il privilégier la thèse de l’accident ? Non. Il s’agit de tout sauf d’un accident. C’est essentiellement un braquage et accessoirement le résultat de certaines déficiences récurrentes chez les Bleues.

Montoya_joue_au_volley_contre_les_Bleues.jpgJe suis particulièrement remonté.
Contre l’arbitre d’abord, car à ce niveau, on ne devrait jamais assister à telle démonstration d’incompétence. Le trio chinois dirigé par Mme Qin a été désastreux.
Contre les Colombiennes, surtout une, Daniela Montoya, car tricher de façon aussi éhontée est inadmissible. D’autant qu’il s’agit d’une récidiviste.
Contre certaines des Bleues bien sûr, celles qui ont failli.
Et enfin contre tous les gens qui vont mal analyser la situation et raconter n’importe quoi, y compris au sein de l’équipe de France où l’autocritique risque de se transformer en autoflagellation débile, voire populiste. Immanquablement, on va entendre parler de suffisance, pourtant aucun symptôme de melonite n’est décelable. Au contraire, à aucun moment la Colombie n’a été sous-estimée suite à son nul face au Mexique.

Lire la suite...

mercredi 10 juin 2015

Sous le vent… (CdM F, J1)

CdM_2015_de_foot_feminin.jpg Et fais comme Eugénie Le Sommer
Elle a sorti la grand-voile et elle a marqué sous le vent…
Les Bleues ont battu l’Angleterre
Elles visent les étoiles, et ont pris leur élan

Sous le vent…

Et oui, au Canada, on chante comme les Canadiens… à notre sauce. Vous aurez reconnu le célèbre duo de Céline Dion et Garou… Ce n’est pas la musique que j’aime, mais la situation se prêtait à un petit "hommage" en changeant les paroles.

Venons-en à notre sujet. Il n’y a pas eu photo. L’équipe de France de football féminin a débuté sa Coupe du monde par une victoire contre l’Angleterre. Le score ne paie pas de mine (1-0), le spectacle n’était pas au rendez-vous, la météo dégueulasse (vent puissant, forte pluie) n’ayant pas aidé. L’essentiel est fait.

Lire la suite...

vendredi 15 mai 2015

Deutsche Grausamkeit.

Trop_cruelle_cette_finale_de_la_Ligue_des_Champions_feminine__.jpg « Deutsche Grausamkeit » signifie « cruauté allemande »… Le titre aurait été plus accrocheur si cruauté se traduisait par Kruautat, mais bon, on va faire avec. Comment ne pas souligner le caractère extrêmement cruel de la défaite du PSG en finale de la Ligue des Champions féminine ? A vrai dire, la cruauté n’est pas vraiment allemande dans le cas présent, il s’agit plutôt de la cruauté du football.

Le FFC Francfort n’a pas volé sa victoire, néanmoins le scénario est assez horrible pour les Parisiennes. Des regrets, elles peuvent en avoir. Pas tant que ça concernant leur prestation, pourtant très inférieure à ce dont elles sont capables. Non, leur regret principal sera de ne pas avoir pu disputer cette première finale européenne dans des conditions leur permettant de rivaliser avec un cador européen. Francfort en est à 4 titres (2002, 2006, 2008, 2015) et 2 finales (2004, 2012) en LdC, ce n’est pas Arras, Metz, Soyaux ou Rodez, avec tout le respect que j’ai pour ces clubs de D1 féminine. Aller affronter une telle équipe en Allemagne en étant privé de 2 joueuses très importantes en raisons de suspensions à la c*n – je vais y revenir – est très difficile, avec 5 autres joueuses blessées ou tout juste de retour de blessure, la mission devient, non pas impossible, mais extrêmement compliquée.

Lire la suite...

dimanche 26 avril 2015

L’Himalaya sur la route de Berlin.

Comme si le money-time de la finale de Nanterre en EuroChallenge n’était pas déjà assez haletant, la fin de la demi-finale du PSG en Ligue des Champions féminine est devenue soudain hyper stressante. En principe, il n’y avait plus rien à craindre de Wolfsburg. L’arbitre en a décidé autrement.

A l’aller, en Allemagne, le PSG avait obtenu un résultat fantastique. Une victoire 2-0 chez les doubles championnes d’Europe en titre était inespérée. Après une énorme occasion en tout début de match – super parade de Katarzyna Kiedrzynek – un péno obtenu par Aurélie Kaci et transformé par Sabrina Delannoy puis une frappe de loin de la fantastique Shirley Cruz ont permis de réussir l’exploit. Il a fallu batailler en fin de rencontre suite à l’exclusion extrêmement sévère de Kheira Hamraoui plus pour une simulation de son adversaire que pour son geste du bras (un pseudo coup de coude). Ce succès était mérité, assez jouissif, on a même vu le trio emblématique de la défense (Delannoy, Boulleau et Houara) chanter Ô Ville lumière avec les ultras venus les soutenir.

Lire la suite...

jeudi 13 novembre 2014

Lyon (enfin) domptable ! (LdC et D1 féminine)

Paris_passe__Lyon_trepasse__.jpg Il n’y a rien de plus savoureux et de plus jouissif que d’entendre Aulas réagir en mauvais perdant après une claque reçue par son équipe. Allez, je vous le concède, j’exagère un peu, en réalité c’est plus la cerise sur le gâteau. Mais la meilleure cerise du monde !

Et cette déclaration, on y a eu droit mercredi soir : «C'est l'équipe la plus défensive qui, sans prendre de risque, a réussi à se qualifier. Quand on est entraîneur et éducateur, cela ne fait pas plaisir car on essaie de faire la promotion du jeu offensif. Je crois que Paris n'a aucune occasion hormis sur le but alors qu'il y a une faute sur Amandine Henry sur l'action dans la surface de réparation. Je ne sais pas si c'est un hold-up ou si c'est la chance du côté des Parisiennes. C'est l'équipe la plus frileuse qui l'a emporté. C'est dommage car ce sont deux équipes françaises qui sont aussi parmi les meilleures en Europe et donc l'une des deux va se retrouver sur les tâches du championnat de France. Je ne pense pas que ce soit un passage de témoin. On a vu que l'OL avait une avance considérable sur la qualité du jeu et sur le collectif. Maintenant, quand vous accumulez un certain nombre de joueuses de grand talent vous pouvez espérer réussir des matches. Je n'ai pas l'impression d'avoir vu un passage de témoin mais plutôt une équipe très chanceuse qui a réussi à marquer un but sur son unique action. Le passage de témoin se fera si le PSG est champion de France en fin de saison

Lire la suite...

dimanche 29 juillet 2012

Le jour où les stars sont tombées. (JO 2012, J1)

JO 2012 Première journée des JO de Londres 2012, beaucoup de favoris battus, quelques déceptions du côté de l’équipe de France olympique, des satisfactions aussi, heureusement d’ailleurs, notamment les 3 sports collectifs féminins. J’ai été choqué par quelques résultats… Je vous raconte la journée.

J’ai autre chose à faire pendant ces JO que de critiquer en permanence France Télévisions, ses choix discutables d’épreuves, ses coupures en plein milieu des matchs, ses plateaux trop longs (notamment ceux de Gérard Holtz qui ne semble être là que pour montrer sa gueule), ses jingles interminables…

Lire la suite...

mercredi 25 juillet 2012

Faux départ. (JO 2012, J-3)

JO 2012 La cérémonie d’ouverture a lieu vendredi, les premières médailles ne seront distribuées que samedi, pourtant des épreuves des JO de Londres 2012 ont déjà débuté. Le football féminin a lancé les festivités. Football

Il n’y a eu aucune véritable surprise lors des 6 rencontres mais 3 équipes ont particulièrement bien réussi leur entrée dans le tournoi olympique, la Suède (4-1 contre l’Afrique du Sud), le Brésil (5-0 contre le Cameroun) et… les Etats-Unis, qui affrontaient… l’équipe de France. On n’a pas reconnu les Bleues.

Lire la suite...

lundi 18 juillet 2011

L’Odyssée d’Homare.

Prix du fair-play, soulier d’or, ballon d’or de la compétition, auteur du but providentiel de l’égalisation – un geste de ninja – et surtout championne du monde. Homare Sawa a conduit le Japon jusqu’à la pluie scintillante réservée aux vainqueurs.

Homare s’est prise pour Ulysse, elle et son équipage ont traversé nombre d’épreuves, passé tous les obstacles placés sur leur chemin, elles vont pouvoir retrouver leur île dans la liesse et festoyer plusieurs semaines durant. Le retour sera un triomphe car leur succès est une odyssée glorieuse. On se souvient tous qu’au mois de mars Poséidon a détruit leur centre d’entraînement dans la région de Fukushima – créé avec l’aide de la FFF sur le modèle de l'INF Clairefontaine – en y déversant ses flots. Elles ont finalement franchi les mers et les océans pour rejoindre l’Europe et disputer la compétition.

Lire la suite...

jeudi 14 juillet 2011

La (longue et difficile) quête de la crédibilité.

Après la demi-finale de la Coupe du monde de football féminin perdue par l’équipe de France contre les Etats-Unis, je suis habité par un drôle de sentiment, un mélange de fierté, de frustration et de colère.

Pourtant tout était réuni pour que cette compétition donne lieu à une révolution, change complètement son image, prennent de l’ampleur, franchisse un cap. Pour beaucoup dans les pays de tradition footballistique il s’agissait d’une sorte de sous-football, presque d’une parodie. Les Bleues – et les Japonaises – ont au contraire montrée qu’il s’agit réellement de football, et en plus bien joué, au point techniquement et tactiquement, relativement rapide. La finale de la Coupe du monde aurait dû être Japon-France, une opposition entre 2 équipes remarquables, nouvelles sur la scène internationale (du moins à ce niveau).

Plus de concurrence, des styles différents, du jeu, de la tactique, des stars… C’est ce dont avait besoin la Coupe du monde féminine. Tout y était… Malgré l’élimination de l’Allemagne ce Mondial avait tout pour être une réussite totale.

Mais comment voulez-vous que le football féminin soit crédible si son arbitrage est pathétique ?

Lire la suite...

dimanche 10 juillet 2011

Mort et ressuscité un 9 juillet.

Les dieux du football sont capricieux et créatifs, ils inventent des scénarii impensables générateurs d’émotions intense et inoubliables. Merci à eux pour ce Angleterre-France, il restera dans l’histoire du football français, mort depuis 5 ans, ressuscité un 9 juillet.

Aimé Jacquet prédisait que le football féminin serait l’avenir du football.

En quelques jours le football féminin vient de rendre sa fierté au foot français. C’est à croire que le sélectionneur champion du monde chez les hommes puis DTN avait vu juste, ne serait-il pas l'initiateur de tout ça (les Bleues sortent presque toutes de l'INF Clairefontaine).

Appréciez les coïncidences, elles sont troublantes.

Le 9 juillet 2006, lors de la Coupe du monde organisée en Allemagne (le match avait lieu à Berlin), l’équipe de France achevait son épopée après un tir au but de David Trezeguet sur la barre après 120 minutes de jeu. La France aurait dû l’emporter bien plus tôt, elle n’y était pas parvenue, le score était de 1-1. La fin d’une époque dorée. Par la suite, plus rien, si ce n’est l’ennui, le déshonneur, la honte, la perte de toutes les valeurs essentielles du football par une équipe de France masculine coupée du monde et de ses réalités.

Lire la suite...

mercredi 6 juillet 2011

Risques inconsidérés ?

Qu’on se le dise, être assis entre 2 chaises est très dangereux, on peut se faire très mal. Interrogez Bruno Bini, le sélectionneur de l’équipe de France de football féminin, il pourra en témoigner.

Le seul enjeu d’Allemagne-France, match de la 3e journée de la poule A de la Coupe du monde était de déterminer qui finirait en tête pour affronter le Japon, le 2e étant sur la route de l’Angleterre, vainqueur quelques dizaines de minutes plus tôt de la meilleure nation asiatique, une surprise. (Les matchs du groupe B ont été joués en fin d’après-midi.) Ça peut sembler choquant car dans le sport français au nom de l’éthique on refuse de calculer dans ce genre de cas, on considère qu’il faut jouer à fond (on a payé ce "panache" en basket notamment), mais l’intérêt de l’équipe de France était de perdre.

Lire la suite...

jeudi 30 juin 2011

Baston… Démonstration… Qualification !

«Groupe de la mort» disait-on en parlant de la poule A de la Coupe du monde de football féminin. Vraiment ? Oui, l’expression n’était pas galvaudée… C’est du moins ce que doivent penser les Canadiennes, déjà éliminées de la compétition après 2 matchs et une énorme dérouillée reçue des Bleues.

Après avoir battu le Nigéria dimanche à 15h (1-0) et vu le Canada ne perdre que 2-1 contre l’Allemagne, les joueuses de l’équipe de France se trouvaient dans une situation assez peu confortable.

En pratique, elles étaient obligées de battre les championnes de la CONCACAF, 6e nation au classement FIFA, annoncées parmi les gros outisders. Concéder un match nul aurait obligé les Bleues à aller chercher leur qualification contre les hôtes de la compétition devant 50000 fans allemands déchaînés. L’Allemagne est la référence en matière de football féminin. La solution la plus simple moins compliquée était de battre le Canada.

Lire la suite...

lundi 27 juin 2011

Ouverture sans fioriture.

On aurait pu rêver débuts plus flamboyants, mais l’essentiel est fait : en sortant victorieuses du match d’ouverture de la Coupe du monde de football féminin, les Bleues ont pris 3 points indispensables pour espérer passer le premier tour.

Nigéria-France n’a pas été un match facile, il faisait chaud dans le stade de Sinsheim, pas tellement à cause des 25475 spectateurs parmi lesquels on trouvait des supporters en quantité limitée (les Nigérians avaient des trompettes, c’était sympathique). 15h en plein soleil, c’est dur, surtout avec la tension d’un début de compétition.

Lire la suite...