Mot-clé - Ligue des Champions

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 2 novembre 2016

Quand ça s’emballe à Bâle… (LdC J4)

En football, quoi de mieux qu’un bon vieux rollercoaster émotionnel dont sort vainqueur le camp dont vous êtes supporter ? Le foot, c’est avant tout de l’émotion, c’est ce qui le rend si populaire. Ce mardi, on n’en a pas manqué !

Avec le PSG, depuis quelques temps, on voit à peu près toujours le même genre de prestations. Il est très difficile de trouver des raisons de s’enthousiasmer. On observe de façon récurrente les mêmes insuffisances, en particulier le manque de rythme et le défaut d’efficacité offensive. Les caractéristiques du jeu parisien reviennent aussi inlassablement avec énormément de possession, des tas de passes, mais de grosses difficultés à avancer pour se créer des occasions, ce qui pousse à user et abuser des ouvertures en profondeur. Pour se régaler du spectacle proposé il faudrait ingurgiter des substances psychotropes.

Alors bien sûr, on a encore eu droit à tout ça sur le terrain du FC Bâle, seulement cette fois, pour changer, l’ennui n’a pas pris le dessus sur tout le reste. En l’espace de 90 grosses minutes, on est passé par tous les sentiments. Il y a eu de la frustration, de l’agacement, de l’excitation, de la peur, du soulagement, de la joie, de l’émerveillement, de l’euphorie, de la tension, et j’en passe.

Lire la suite...

jeudi 20 octobre 2016

Quand tu bats Bâle en jouant à la baballe… (LdC J3)

1-1 à domicile contre Razgrad, des défaites 2-0 à Londres et 3-0 à Paris… Le FC Bâle a désormais besoin de 3 victoires lors de la phase retour et d’un improbable concours de circonstances pour se qualifier pour les huitièmes de la finale de la Ligue des Champions. Comme prévu, le PSG et Arsenal se joueront la première place du groupe. Et pourtant, dans le jeu, rien ne s’est passé comme prévu.

En football, le score n’indique absolument qu’une chose : le résultat. Son évolution n’aide pas toujours à savoir comment on en est réellement arrivé là. Ainsi Arsenal aurait dû prendre un bran-bran au Parc des Princes si les Parisiens avaient un peu moins manqué d’efficacité devant le but, ça a fait 1-1. Le PSG a galéré à Razgrad pour finalement l’emporter 3-1. Les Bulgares ont aussi causé de gros problèmes à la défense d’Arsenal avant de subir un déluge de buts (6-0). Aux 2 extrémités de l’Eurostar, même chose, les visiteurs ont réalisé un exploit, celui de ne transformer aucune de leurs occasions extrêmement franches, ils sont rentrés chez eux avec les fesses rouges et pour seul objectif réalisable de décrocher la 3e place qui permet d’être reversé en Europa League.

Lire la suite...

jeudi 29 septembre 2016

Football yaourt en Bulgarie. (LdC J2)

Ça aurait pu être pire. Le PSG aurait pu ne pas gagner ce match. Il était bien parti pour. Contre le Ludogorets Razgrad, ça aurait fait tache, même en BulgarieSofia, car ce petit club ne peut recevoir dans son stade en Ligue des Champions). Au final, on retiendra essentiellement la victoire car il n’y a pas grand-chose de positif à en tirer.

Il faut le dire, Unai Emery s’est loupé. La compo de départ était mauvaise, les changements dépourvus de sens. Toutefois, les joueurs présents sur le terrain n’étaient pas obligés d’être si décevants, ils avaient tout à fait le droit de justifier la confiance témoignée par leur entraîneur en les titularisant, même s’ils ne la méritaient pas. Ils ont joué un semblant de football incompréhensible, n’ont pas fait plus que donner le change, tel un chanteur ne connaissant pas les paroles de sa chanson qui en baragouine de fausse en espérant que personne ne se rende compte de la supercherie. Il s’agissait de football yaourt.

Lire la suite...

mardi 13 septembre 2016

Ejaculateur précoce. (LdC J1)

Que doit-on réellement retenir de PSG-Arsenal, l’affiche de la première journée des poules de la Ligue des Champions ? Le résultat décevant ou la manière plus qu’encourageante ? On attendait une réponse à beaucoup de questions nées d’incertitudes entourant les blessures et autres retours tardifs après un été chargé. Beaucoup ont été obtenues, certaines restent en suspens.

On ne pouvait imaginer meilleur début de rencontre. Cavani a ouvert le score dès la 42e seconde. Ensuite, le PSG a multiplié les occasions en pratiquant un football empreint, de vitesse, d’enthousiasme mais aussi de solidarité et de cohésion collective, ce qui lui a permis de quasiment stériliser l’attaque londonienne. L’envie d’aller vite de l’avant n’a pas empêché d’assister à de longues séquences de construction à base de circulation du ballon. Il n’aura manqué qu’un ingrédient : l’efficacité offensive. Cavani a tout donné trop vite, impossible ensuite de remettre le couvert.

Lire la suite...

mercredi 13 avril 2016

Apocalypse selon "Saint" Laurent.

Terminé. Encore une fois, l’équipe masculine de football professionnel du PSG ne disputera pas les demi-finales de la Ligue des Champions.

L’équipe féminine et celle de Youth League ont intégré le dernier carré, celle de handball masculin a de bonnes chances de les imiter, mais la vitrine principale du club est toujours maculée de blanc de Meudon. L’heure de la liquidation a sonné. La petite boutique des horreurs sera-t-elle reprise par un nouveau manager ? Espérons-le. En repartant avec les mêmes hommes, c’est la ruine assurée.

Ne serait-il pas temps d’enfin dénoncer l’escroquerie ? Pardon… LES escroqueries. Pardon… Je le fais depuis plusieurs années. La preuve ? J’ai un très beau pavé à vous faire RElire, je l’ai écrit il y a 2 ans. Etrangement – ou pas – la situation n’a pas évolué depuis, ou si peu. Du moins, la façon d’agir et de ne pas agir de Laurent Blanc est toujours la même. Depuis, le comportement de quelques joueurs a évolué, certains ont remonté la pente ou au contraire plongé, et quand l’effectif a été modifié, il l’a été en reproduisant les mêmes erreurs que celles dénoncées au terme de la saison 2013-2014. Il est temps de dresser le bilan de 3 saisons de déclin du PSG. Oui, de déclin. Les titres nationaux, c’est sympa, seulement comme convenu dès le départ, à cause de l’extrême faiblesse de l’adversité domestique, le PSG ne peut être jugé par rapport à ses titres nationaux. Trop de gens l’ont oublié ou pire, ont choisi de l’ignorer. Se bercer d’illusions trop longtemps rend le choc plus douloureux quand la réalité vous percute de face.

Lire la suite...

Noir et Blanc.

Un fois de plus, le service marketing et l’équipementier du PSG avaient vu juste. Ils ont choisi de sortir la tenue noire (et rose) dégueulasse pour LE grand rendez-vous de la saison, celui qui devait marquer un tournant pour le club, lui ouvrir les portes du Paradis. S’habiller en noir pour faire le deuil de ses espoirs européens… Bien vu.

Comme le chante – ou chantait – Johnny, «noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir». Avec Laurent Blanc, de l’espoir, il n’y en a – et avait – déjà pas beaucoup…

Que voulez-vous dire après un match pareil ? Manchester City disputera les demi-finales de la Ligue des Champions. Pas le PSG. Pourtant, l’équipe anglaise financée par Abu Dhabi dont seul le gardien de but est anglais… est nulle. Malheureusement, l’équipe française financée par le Qatar qui débutait avec un seul Français… a été aussi encore plus affligeante.

Tu parles d’une grande soirée européenne ! Quelle tristesse ! On aurait dit un match de Ligue 2 Champions.

Lire la suite...

mercredi 4 novembre 2015

Boulet rouge, boulet neuf. (LdC, J4)

Bandeau Ligue des Champions N’est-il pas paradoxal de connaître sa première défaite de la saison en réalisant sa meilleure prestation de la saison ? On parle du 17e match, pas du 4 ou 5e… Chose très rare, le PSG a vraiment joué au foot, il a mis – presque – tous les ingrédients pour réussir un très bon résultat au stade Santiago Bernabeu face à un Real Madrid un peu renforcé par rapport au match aller.

En 2 semaines, avec une équipe quasiment inchangée, du moins au coup d’envoi, la dynamique s’est complètement inversée, les Meringues ont eu beaucoup de mal à assumer leur statut de favoris face à des Parisiens ayant énormément à prouver. Peut-être la peur du ridicule explique-t-elle cette réaction d’orgueil, ce changement de mentalité. Peut-être l’explication est-elle très différente. Toujours est-il que pour une fois, ils ont affiché un super état d’esprit, lequel leur a permis de montrer de quoi ils sont capables. Libérés, ils ont par moments martyrisé ce Real. Malheureusement, 2 joueurs ont offert la victoire aux locaux. Un boulet rouge (la couleur de sa tenue), un boulet neuf (numéro 9).

Lire la suite...

jeudi 22 octobre 2015

L’ennui, un luxe très prisé. (LdC, J3)

Bandeau Ligue des Champions Plus de 2000 euros. C’est ce qu’ont dépensé certaines personnes pour assister à PSG-Real Madrid, match de poule de la Ligue des Champions. Je ne vais pas les plaindre, car d’une part ils ont forcément beaucoup d’argent… et ils ont des goûts dégueulasses. Si ces gens ont envie de se payer 2 heures d’ennui à ce prix, grand bien leur fasse.

Manifestement, l’ennui est un luxe très prisé de nos jours. Du moins à Paris. Le luxe, c’est peut-être aussi de mettre son meilleur joueur sur le banc pour affronter le Real. Les circonstances très favorables devaient permettre au club de la capitale française de s’offrir la première place du groupe A à défaut de pouvoir réellement se tester. Le club de la capitale espagnole déplorait trop de forfaits pour rivaliser. Enfin… C’est ce qu’on voulait nous faire croire.

Lire la suite...

mercredi 30 septembre 2015

Qu’es-tu, Laurent Blanc ? (LdC, J2)

Bandeau Ligue des Champions Sincèrement, est-ce que quelqu’un pense que gagner en se contentant de faire le minimum à chaque fois – y compris en Ligue des Champions – prépare le PSG pour les grandes échéances qui l’attendent au printemps prochain ? Je n’y crois pas une seule seconde.

Les_Ukrainiens_avaient_la_tete_dans_la_c.jpg Les saisons précédentes l’ont d’ailleurs montré, si vous ne prenez pas l’habitude de jouer des matchs à haute intensité pendant 90 minutes, ça ne passe pas quand vous devez affronter des cadors. C’est exactement comme si un athlète se préparait pour les Jeux Olympiques en ne faisant que des footings pendant toute l’année. Le PSG ne fait que ça, des footings, il ne change quasiment jamais de rythme, ne cherche jamais à se tester. Pour prolonger ma comparaison avec l’athlétisme, imaginez un spécialiste du demi-fond qui délaisserait les meetings de la Diamond League pour aller gagner ses courses contre des seconds couteaux. Le jour où il fait savoir jouer des coudes parce qu’à côté ça court vite et ça accélère fort, c’est la débandade.

Lire la suite...

mercredi 16 septembre 2015

Plus aucun respect. (LdC, J1)

Bandeau Ligue des Champions Le PSG en tenue noire avec flocage rose au Parc des Princes, ça ne choque que moi ? Le marketing devrait avoir pour limite le respect de l’identité du club, non ? Malheureusement, le club et tout ce qui l’entoure subit un grave problème d’identité. Au PSG, il n’y a plus de respect.

Non, vraiment, on ne respecte rien. Les couleurs, c’est symbolique, le reste ne l’est pas. Le reste est le plus important, ce sont les adversaires, le public, la compétition, et surtout le football. Il serait temps de lancer une alerte épidémiologique car il s’agir d’une maladie, elle s’étend même au public.

Quand tu es joueur du PSG, la Ligue 1, tu t’en fous, tu te contentes de gérer en faisant le minimum. On t’excuse – je ne suis pas dans le "on" – parce que tu serais un grand joueur, trop fort pour ce pauvre championnat, et toi, ce qui t’intéresse vraiment, ce qui est à ton niveau, c’est la Ligue des Champions. Combien de fois ai-je entendu les piètres prestations parisiennes être légitimées ainsi ? Des centaines. En pratique, on se rend compte qu’en entendant la musique de la Ligue des Champions, les joueurs… se comportent comme en championnat. Résultat, toujours le même ennui, la même gestion, la même tendance à la jouer trop facile, à prendre les adversaires pour des nazes face à qui on peut tout se permettre en les prenant de haut. Si tu ne te donne pas à fond même en Ligue des Champions, tu vas le faire quand ? Peut-être pour les retrouvailles avec bobonne, ta maîtresse ou ta/tes partenaire(s)…

Lire la suite...

mercredi 9 avril 2014

Claque de fin. (LdC, ¼ retour)

Bandeau Ligue des Champions Je dois être un masochiste qui s’ignore. Regarder la rediffusion de Chelsea-PSG à peine 2 heures après la fin du direct, sur D8 en plus, c’est vraiment de la torture auto-infligée.

Le PSG s’est sacrifié de lui-même, il a généreusement fourni la guillotine à ses hôtes.

Dégouté ? Dépité ? Enervé ? Ou juste blasé ? Je rêvais de recevoir des messages et des commentaires me disant que j’avais eu tort d’être si critique avec ce PSG depuis le début de la saison. Autrement dit, des messages et commentaires synonymes de qualification dans le top 4 du football européen. D’ailleurs après la victoire 3-1 à l’aller je ne m’attendais pas du tout à ce scénario désastreux. Dans mon esprit les chances de Petr Cech de garder sa cage vierge étaient extrêmement restreintes, presque nulles.

Malheureusement, lors de ces quarts de finale de la Ligue des Champions, le PSG a fait l’étalage de tous les défauts stigmatisés depuis des mois à l’occasion de rencontres face à des adversaires en bois. Mon leitmotiv a souvent été «attention, contre une grosse équipe on ne peut pas se permettre ce genre de comportements». L’acquisition de mauvaises habitudes finit toujours par se payer. Les Parisiens ont passé des mois à faire leurs emplettes à ce rayon… Faire mu-muse contre des faibles, se contenter du minimum au lieu de s’entraîner à mettre de l’intensité pendant 90 minutes, toujours jouer de la même façon à un rythme de sénateurs, multiplier les attitudes empruntes d’arrogance… Est-ce une bonne façon de préparer les matchs à couperet de Ligue des Champions ? Non, évidemment. Certains viennent seulement de le comprendre.

Lire la suite...

lundi 7 avril 2014

Plus d’euros, plus d’Euro.

UEFA, tout pour le fric. C’est officiel, l’UEFA a décidé de créer la Ligue des Nations. De quoi s’agit-il ? D’une nouvelle compétition conçue officiellement pour remplacer les matchs amicaux internationaux présentés comme sans intérêt. En réalité, il s’agit à terme de remplacer l’Euro.

Bien sûr, on ne vous le présente pas ainsi, pourtant tout porte à le croire, ce sera bien le cas à moyen terme. Les indices concordent. L’opération se fait en 4 étapes.

1. Dévaloriser l’Euro en le faisant passer à 24 participants au lieu de 16, ce qui va tuer l’intérêt des qualifications (qualifier près de la moitié des équipes va générer mécaniquement une multiplication des matchs en bois), et donner lieu à une affligeante modification du format (on aura donc des poules de 4 avec qualification des meilleurs troisièmes – un b*rdel pas possible, une équipe peut remporter la compétition avec 2 nuls et une défaite en poule – et plus de matchs à la c*n).
2. Créer la Ligue des Nations à partir de 2018 en s’inspirant de la Ligue des Champions, comme son nom l’indique.
3. Organiser l’Euro 2020 dans un tas de pays différents au lieu d’avoir une réelle phase finale, une manœuvre ayant pour but de nous habituer à la disparition de l’Euro comme on le connaît depuis déjà pas mal d’années (une grande fête populaire dans 1 voire 2 pays). En somme, le mode d’organisation sera assez proche de celui de la Ligue des Nations.
4. Remplacer l’Euro qui n’aura plus grand intérêt par la Ligue des Nations où le système de divisions séparera les gros des petits et garantira d’avoir presque uniquement des matchs à enjeu (la qualification pour la phase finale ou éviter la relégation).

La motivation profonde des dirigeants de l’UEFA ne fait aucun doute : générer toujours plus d’argent. Ils nient fermement, on ne peut pas les croire. Cette motivation est permanente dans absolument toutes les décisions de cette fédération internationale. En l’occurrence, en remplaçant les rencontres amicales par des compétitions officielles et en multipliant les grosses affiches (en première division devrait y avoir un maximum de grosses affiches), elle crée un produit supplémentaire à vendre aux chaînes de télé.

Lire la suite...

mercredi 19 février 2014

Paris tu peux pas t’test ! (LdC, 8e aller)

Bayer Leverkusen-PSG... J’espérais un vrai test, un gros match de Ligue des Champions contre un adversaire de très haut niveau… On attendra encore.

Pour le moment, ce sera juste le résumé vidéo.

Lire la suite...

lundi 16 décembre 2013

Le tirage idéal. (8e LdC)

Bandeau Ligue des Champions Trop gros pour le petits, trop petit pour les gros. C’est ainsi qu’est souvent décrit le Bayer Leverkusen, l’adversaire du PSG en 8e de finale de la Ligue des Champions. Le tirage au sort a offert aux parisiens l’adversaire idéal.

Attention, Leverkusen – aussi appelé "Neverkusen" car ce club ne gagne jamais rien (ses 2 seuls titres sont une coupe de l’UEFA en 1988 et une Coupe d’Allemagne en 1993), y compris quand il est sur le point d’y parvenir (5 fois vice-champion d’Allemagne, 2 finales perdues en Coupe, une en Super-Coupe d’Allemagne et bien sûr la finale de LdC en 2002, l’année de la super loose) – n’est pas la plus faible 7 équipes contre lesquelles le PSG était susceptible de jouer. C’est néanmoins un tirage idéal.

Lire la suite...

mercredi 11 décembre 2013

Blanc chie. (LdC, J6)

Bandeau Ligue des Champions On peut perdre un match de Ligue des Champions, a fortiori à l’extérieur lors d’une dernière journée de phase de groupe en connaissant déjà son sort avant de la disputer. Mais on n’a pas le droit d’offrir la victoire à une équipe clairement plus faible que la sienne. Surtout pas de cette façon, en lâchant ouvertement le match.

Mettre le paquet pour exploser Sochaux au Parc n’était absolument pas nécessaire, aligner une équipe B aurait largement suffi. Alex et Zlatan ont joué ce match et ont écopé d’un carton jaune qui les privera de PSG-ASSE en Coupe de la Ligue. Pourtant, comme Thiago Silva, ils ont été laissés à Paris alors qu’une partie de leurs coéquipiers se rendaient à Lisbonne pour affronter Benfica dans l’enceinte où sera disputée la finale de la Ligue des Champions 2014. Zlatan avait l’opportunité de battre un record, celui du nombre de buts lors d’une phase de groupes de la plus prestigieuse compétition de clubs au monde. Cristiano Ronaldo en était à 8, comme le Suédois, tout a été fait par Ancelotti pour lui permettre d’en claquer un 9e, toute l’armada madrilène a fait le voyage à Copenhague, ses coéquipiers étaient tous à son service. Le Portugais est obsédé par les records individuels, Ibra est plus altruiste, c’est vrai, néanmoins, pour l’image du club, taper quelques records ne serait pas forcément une mauvaise idée, non ? A défaut de promouvoir cette image, il serait bon d’éviter de l’écorner. Or en s’inclinant de cette façon au Stade de la Luz le club de la Capitale – de la nôtre – s’est infligé plus qu’une défaite anecdotique.

Lire la suite...

jeudi 28 novembre 2013

Iznogoud… et qualif. (LdC, J5)

Bandeau Ligue des Champions Le PSG a obtenu sa qualification pour la 2nde phase de la Ligue des Champions. Mieux, le PSG est sûr de terminer premier de sa poule. Il y a un mais, un gros MAIS. Encore une fois, les Parisiens ont failli dans de nombreux domaines, leur seconde prestation contre Olympiakos, très différente de la précédente, a de nouveau été la vitrine de problèmes récurrents, notamment concernant l’attitude de certains joueurs. Heureusement, tous ne sont pas à mettre dans le même panier.

Lire la suite...

mercredi 6 novembre 2013

Fort minable. (LdC, J4)

Bandeau Ligue des Champions Au match aller, Zlatan a été formidable, au retour l’équipe a été fort minable…

Stromae est belge… Anderlecht est un club belge… Le PSG a été fort minable. Le titre s’imposait de lui-même. Montrer des visages si différents à 2 semaines d’intervalle est toujours possible, ça reste du football, les Mauves avaient le droit de réagir en montrant autre chose qu’à l’aller. En revanche, que les Parisiens se comportent si mal chez eux en faisant preuve de suffisance tout en affichant leurs insuffisances, non, ils n’en ont pas le droit, a fortiori en Ligue des Champions.

Lire la suite...

jeudi 24 octobre 2013

Zlatanasie active. (LdC, J3)

Bandeau Ligue des Champions La question va bientôt se poser. N’est-il pas le plus grand joueur de l’histoire du PSG ?

Zlatan Ibrahimovic est au club depuis une saison ¼, il a déjà inscrit 46 buts en 60 matchs (il faudrait y ajouter au moins 2 buts refusés à tort et une vingtaine de passes décisives, plus une implication importante sur d’autres buts), a décroché un titre de champion de France, un de meilleur joueur de Ligue 1, un de meilleur buteur de Ligue 1, a été meilleur passeur de la Ligue des Champions, a démoli à lui-seul un paquet d’équipes, a inscrit une quantité astronomique de buts improbables – si ça continue il va falloir trouver des chiffres supplémentaires entre 1 et 10 pour ne rien oublier le jour où on voudra monter son top 10 des buts en rouge et bleu – et a déjà inscrit son nom à l’encre indélébile dans les livres d’histoire du football parisien. Des doublés à foison, un triplé, un match à 4 passes décisives en Ligue des Champions et maintenant un quadruplé à l’extérieur dans la plus grande compétition de clubs au monde. Ses faits d’armes et prestations mémorables sont nombreux. Sans parler des controverses, débats et parodies le concernant, tout ceci contribuant à écrire sa légende.

Lire la suite...

jeudi 3 octobre 2013

Efficacité maximale, service minimum. (LdC, J2)

Bandeau Ligue des Champions Mais pourquoi ? Pourquoi ai-je perdu mon temps à revoir, re-revoir et monter le long résumé de ce PSG-Benfica particulièrement ennuyeux ? Je me le demande encore… Ceci dit, maintenant que c’est fait… C’est parti pour l’analyse ! Certains mots risquent de revenir souvent.

Paris a gagné en convertissant ses 3 véritables occasions de la première période contre une équipe ayant la tête dans le seau depuis plusieurs mois (une loose façon Leverkusen en 2002, le Benfica a disputé 3 finales, toutes perdues, et a laissé échapper le titre de champion du Portugal de façon improbable). L’ouverture du score très rapide a eu un impact évident sur la suite des événements, le moral des Portugais en a pris un coup. Les "pauvres" garçons étaient désorganisés, leur pressing était pathétique… quand ils tentaient d’en effectuer un. La réaction d’orgueil des visiteurs leur a permis de faire illusion 5 minutes en seconde période, puis le renoncement observé avant la mi-temps a fait son retour.

Lire la suite...

mercredi 18 septembre 2013

La théorie des 2 visages. (LdC, J1)

Bandeau Ligue des Champions Selon l’analyse particulièrement simpliste mais très répandue – comme toutes les analyses simplistes – de la première rencontre du PSG en Ligue des Champions cette saison, on aurait vu un PSG à 2 visages, pas très bon pendant 45 minutes puis très bon lors des 45 suivantes.

En réalité, on a vu un match à 2 visages dans le sens où les 2 périodes ont été très différentes… parce qu’on a vu un Olympiakos à 2 visages, d’abord en surrégimes, ensuite en difficultés (panne d’essence). Les Parisiens ne sont pas devenus bons après la mi-temps, leur prestation peut même être qualifiée de médiocre. En revanche ils ont été hyper efficaces.

Au lieu de faire une distinction finalement assez peu pertinente entre les 2 périodes, je préfère faire la distinction entre le résultat et la manière de l’obtenir.

Lire la suite...

- page 1 de 3