Mot-clé - Ligue des Champions

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 30 août 2013

Tu l’as vu ?

Tu l’as vu ?
-Qui ?
-Mon c*l !»

Comment peut-on avoir autant de c*l, être d’aussi gros chatt*rds ? En principe, les tirages au sort – en l’occurrence celui des poules de la Ligue des Champions – sont des cérémonies longues et extrêmement ennuyeuses, quand on les regarde on est stressé… Pour une fois, on en redemande ! Le PSG s’est gavé, avoir une chance pareille, c'est indécent !

Certains s’inquiétaient que le PSG soit remonté jusqu’au chapeau 2 car le chapeau 3 devaient contenir plein de pièges. La piteuse élimination de l’OL, club en pleine déliquescence, a fait remonter la Juve dans le 2, ce qui laissait toutefois Manchester City, le Borussia Dortmund et le Zénith Saint-Pétersbourg dans le 3e saladier. Dans le dernier, il fallait absolument éviter Naples et si possible la Real Sociedad (qui a fait l'amour à la CFA améliorée de l'OL), le Celtic Glasgow étant aussi une potentielle source de problèmes.

Lire la suite...

jeudi 16 mai 2013

Ma lettre à Carlo Ancelotti.

M. Ancelotti,

Je vous écris cette lettre pour une raison simple, je soouhaite vous exprimer mon souhait le plus cher, vous voir rejoindre le Real Madrid au plus vite. Ou un autre club d’ailleurs, peu importe. Autrement dit, je vous demande de suivre vos aspirations profondes et de quitter votre poste rapidement afin de permettre aux dirigeants de préparer votre succession sans attendre.

Il est actuellement de bon ton de vous encenser car vous avez mené le PSG au titre de champion de France, le premier depuis 1994. Vous encenser, j’en suis incapable. Il m’est impossible de partager l’admiration que de nombreux supporters et journalistes vous témoignent car vous de la méritez pas. Cet enthousiasme béat me laisse songeur. N’ont-ils aucune mémoire, sont-ils aveugles ou ont-ils juste mis des œillères ? Ont-ils peur du lendemain ? Parfois mieux vaut divorcer avant qu’un mauvais mariage ne dégénère au lieu de se forcer à vivre avec quelqu’un qui n’est pas fait pour soi. Peu importent leurs raisons, les faits sont là, ils ont perdu tout sens critique à votre endroit, vous pourriez titulariser Sirigu en meneur de jeu, ils applaudiraient votre audace comme ils l’ont souvent fait, par exemple en vous voyant préférer Bisevac à Jallet et Cearà au poste de latéral droit ou encore décaler Matuidi au poste de milieu offensif gauche.

En une saison ½ depuis votre arrivée, le PSG aura décroché un seul titre national sur 5 possibles malgré une puissance surnaturelle pour un club de Ligue 1. On n’avait pas vu une armada comparable en France depuis l’arrêt Bosman. Ces résultats relativement décevants ne sont presque secondaires à côté du problème de fond. Celui-ci est double : les progrès de l’équipe sont presque uniquement dus au recrutement et vous n’avez presque rien fait pour vous inscrire dans la durée, pour préparer l’avenir. A vrai dire, mes griefs à votre encontre sont nombreux.

Tout d’abord, il est important d’expliquer le pourquoi de cette lettre.

Lire la suite...

samedi 27 avril 2013

Choisir le chef, suivre la recette.

Il y a encore quelques semaines, jamais je n'aurais cru écrire ceci un jour. C’est tout juste si je ne suis pas obligé de me pincer pour y croire… Pourtant, après avoir longtemps réfléchi, analysé la situation du PSG et du foot européen, j’en suis venu à cette conclusion : Arsène Wenger me semble être l'entraîneur dont le PSG a besoin.

Je n'aime pas le bonhomme, j'ai beaucoup de doutes concernant ses qualités, mais son profil est unique, il correspond à celui dont le club a besoin pour remplacer Ancelotti.

Pourquoi vouloir remplacer Ancelotti me direz-vous ? On ne va même pas se lancer dans un débat à propos contenu du bilan des 18 mois de l’Italien au PSG en termes de palmarès, de la qualité de jeu ou encore de gestion de l’effectif. Je persiste à dire que l’ensemble est très décevant, voire pire, mais à vrai dire, le problème n’est pas là, il se résume en une question : quelles sont les ambitions du club ?

Si l’objectif est réellement celui annoncé – et je n’ai aucune raison d’en douter – alors il est urgent de réorienter la politique sportive du club non pas sur du très court terme mais sur le moyen et long terme afin de s’établir durablement dans le top 4 européen.

Pour le comprendre, intéressons-nous d’abord à l’actualité car plusieurs enseignements sont à en tirer.

Lire la suite...

mercredi 3 avril 2013

Grand, beau et généreux. (LdC, ¼ aller.)

Ligue des Champions 2-2 à l’aller en Ligue des Champions est un excellent résultat… pour l’équipe qui se déplace. Il faudrait être complètement abruti pour sauter au plafond après avoir concédé un nul chez soi en ayant concédé 2 buts, qui plus est évitables, face au Barça, a fortiori'' un Barça privé de Messi en seconde période.

Et pourtant c’est la fête, la joie, presque tout le monde au PSG semble heureux après cette rencontre. Comment ne pas l’être ? Ces réactions a priori paradoxales voire totalement irrationnelles sont parfaitement logiques et justifiées.

Pour le comprendre, ii suffit de se poser une question : quel était l’objectif ?
Selon son point de vue on peut y apporter nombre de réponses possibles, mais à chaque fois l’objectif s’avère atteint.

Lire la suite...

vendredi 15 mars 2013

La main du Diable !

Ligue des Champions Nan mais allô ! Allô ! Tu prends le Barça avec quart aller à domicile et c’est un bon tirage ? Nan mais allô quoi ! Si tu sors le Barça t’es même pas en finale ! Nan mais allô ! Vous me recevez ?! C’est comme si j’te dis qu’prendre Nadal en quart à Roland Garros c’est mieux qu’être dans l’autre moitié de tableau ! Nan mais allô !

Je n’ai pas trouvé mieux que cette intro parfaitement dans l’air du temps – et probablement peu compréhensible quand dans quelques semaines on aura oublié la vidéo qui fait le buzz en ce moment – pour mettre en valeur le ridicule de la situation. Le PSG ne pouvait avoir droit à un pire tirage au sort. Prendre le Barça en quart de finale de la Ligue des Champions avec match retour à l’extérieur, était la pire des 14 destinées envisageables. Les faits sont là. Si la main de Maradona est la main de Dieux, celle de Steve McManaman est la main du Diable ! On lui doit un tirage vraiment affreux. Un exploit est toujours possible, seulement il est extrêmement improbable compte tenu de la situation.

Lire la suite...

jeudi 20 décembre 2012

Tirage (presque) au sort. (LdC et EL)

Ligue des Champions Le mardi 12 février à l’extérieur, le mercredi 6 mars au Parc. 3 semaines entre l’aller et le retour. Une raison de plus de détester la réforme Platini. La Ligue des Champions n’est plus une compétition sportive, c’est une machine à fric.

Les tirages au sort ont été effectués tant pour déterminer les affiches des huitièmes de finale de la LdC que celles des seizièmes et huitièmes de finale de l’Europa League. Désormais, on sait ce qui attend les 3 seuls rescapés français suite aux éliminations sèches et presque pitoyables de Lille et Montpellier en C1 ainsi que de l’OM en C3. Le PSG, l’OL et les Girondins ont tous terminé à la première place de leur poule et joueront le retour à domicile, les 2 premiers – qui sont aussi les 2 premiers en L1 – ont même engrangé le plus de points toutes poules confondues.

Si Paris s’en sort a priori assez bien, justifiant l’intérêt de batailler pour terminer en tête de son groupe lors de la première phase, Lyon et Bordeaux sont nettement moins gâtés.

Lire la suite...

mercredi 5 décembre 2012

A-t-il enfin compris ? (LdC, J6)

Ligue des Champions Une seule question se pose : Ancelotti a-t-il enfin compris ?

Le PSG est venu à bout du FC Porto lors de ce qui constituait la finale de leur groupe de Ligue des Champions. L’enjeu n’était pas réellement celui d’une finale, hormis le match, les 2 clubs n’avaient rien à perdre, ils pouvaient juste passer à côté de quelques points pour leur classement UEFA, de quelques centaines de milliers d’euros (une somme très importante… sauf pour le PSG), et de la première place du groupe, qui à défaut d’assurer un bon tirage en 8e de finale, offre la possibilité de jouer son match retour à domicile. En résumé, Paris n’avait rien à perdre, en revanche son entraîneur italien jouait gros, il pouvait laisser dans la bataille le peu de crédit qui lui reste. Conclusion, il était impératif si ce n’est de gagner, au moins de montrer une bonne image et de bien jouer.

Aussi incroyable que ça puisse paraître, c’est ce qui s’est produit.

Lire la suite...

mercredi 7 novembre 2012

Entre sommeil et réveil. (LdC, J4)

Ligue des Champions Rarement emballant dans le jeu depuis le début de la saison, le PSG disposait d’un argument de poids pour étouffer les critiques, à savoir ses résultats. Cet argument n’étant plus valable depuis son premier revers en championnat, les Parisiens devaient profiter de la réception du faible Dinamo Zagreb pour sonner le réveil.

Après l’élimination appréciable de l’OM en Coupe de la Ligue suivie de la défaite contre l’ASSE imputable à des circonstances particulières et notamment une série de faits de jeu favorables aux Verts, le PSG a enchaîné son 3e match à domicile T.C.C. en l’espace d’une petite semaine. L’objectif était essentiellement de relancer la machine en assurant pratiquement sa qualification en 8e de finale de la Ligue des Champions au bout de seulement 4 journées. Compte tenu du niveau très limité de l’adversité gagner ne suffisait pas, il était impératif de pouvoir tirer d’autres éléments positifs de cette rencontre.

Ayant pu mesurer la valeur du Dinamo grâce à la facile victoire 2-0 à l’aller en Croatie (avec un 3e but valable injustement refusé à Hoarau), on attendait un carton avec du jeu, des buts, de l’enthousiasme et une bonne gestion de l’effectif. On y a globalement eu droit… après s’être profondément emm*rdé pendant un peu moins d’une heure.

Lire la suite...

jeudi 25 octobre 2012

Formalité. (LdC, J3)

Ligue des Champions La moindre des choses eut été d’avoir une ambiance électrique dans le stade du Dinamo Zagreb… Seulement le fameux stade Maksimir n’était pas comme Mini Mir, malgré de mini prix il n’a pas fait le maximum niveau remplissage et ambiance.

Disons-le clairement, le PSG a joué un match de Ligue des Champions dans des conditions et face à des adversaires absolument pas au niveau de la compétition. Ça ressemblait plus à un barrage retour d’Europa League quand l’équipe qui reçoit a pris une leçon à l’aller… Il y avait grève des supporters, ils ont bien fait de ne pas venir, ils n’ont pas assisté à cette nouvelle humiliation. Le Dinamo en est désormais à 9 défaites consécutives en phase de poule de la LdC (il y a eu des bran-bran retentissantes dans le lot, en particulier celle contre l’OL la saison passée).

Lire la suite...

jeudi 4 octobre 2012

Vous étiez prévenus ! (LdC, J2)

Ligue des Champions Il fallait bien que ça arrive un jour, le PSG a perdu un match. La dernière fois, c’était à Lille le 29 avril en se faisant escroquer. Il n’y a pas de honte à s’incliner 1-0 chez le FC Porto en Ligue des Champions, mais de cette façon, ça pique un peu…

Van der Wiel et Maxwell ne savent pas défendre, Verratti est encore loin d’avoir le niveau pour être titulaire au PSG… Je n’ai pas attendu d’avoir vu cette rencontre pour l’affirmer. Si vous me lisez régulièrement ou suivez sur Facebook, vous étiez prévenus. Certains d’entre vous me reprochent ces critiques comme si commenter ce qui saute aux yeux de quelqu’un qui les ouvre était un crime. Il s’agit simplement d’être lucide et de ne pas se faire enfumer par un CV ou pire, par quelques grigris réussis contre des adversaires d’un niveau très moyen. Face à des équipes du calibre du FC Porto, qui plus est à l’extérieur, on ne peut se permettre la médiocrité et la guignolade. On parlait de premier test de la saison, certains l’ont passé avec succès, d’autres ont lamentablement échoué, nous jouant un sketch au lieu d’un match de football.

Lire la suite...

mercredi 19 septembre 2012

Les temps changent. (LdC, J1)

Ligue des Champions

C’était début décembre il y a presque 8 ans, il faisait un froid terrible, le quartier du Parc des Princes était plus sécurisé qu’une ville accueillant les réunions du G8, on se serait cru en période de guerre. On avait très bon espoir car n’importe quelle victoire face au CSKA Moscou allait assurer au PSG sa qualification en 8e de finale de la Ligue des Champions, un nul était au moins synonyme de repêchage en Coupe UEFA.

Seulement voilà, la compo de Vahid était bizarre (Reinaldo et Ljuboja sur le banc, 3 milieux défensifs titulaires plus Coridon puis Nanard Mendy entré milieu droit), M’Bami s’était cassé la jambe au bout de 2 ou 3 minutes, Semak avait marqué 3 buts dont 2 après l’exclusion d’un Russe assez tôt en seconde période, Pancrate avait juste pu redonner l’espoir au Parisiens pendant une petite demi-heure (il y avait 1-1 à la mi-temps). En fin de rencontre, alors que les supporters du CSKA Moscou multipliaient les allumages et jets de fumigènes, le public avait chanté des «olé ! olé !» à chaque passe russe pour stigmatiser une équipe qui au lieu de se battre afin ne pas terminer dernière du groupe avait déshonoré le maillot rouge et bleu.

J’étais rentré chez moi à une heure avancée de la nuit, complètement frigorifié et dégoûté, le lendemain matin avait été… difficile.

Lire la suite...

dimanche 20 mai 2012

Le devoir d’oubli.

Ligue des Champions On nous parle souvent de devoir de mémoire à propos de tout et de rien… J’invoque le devoir d’oubli ! Le monde DOIT oublier l'édition 2011-2012 de la Ligue des Champions. Quelle purge ! Quel ennui ! Pendant 80 minutes, c’était bidon ! Ensuite, c’est devenu n’importe quoi. Bien sûr, pour les supporters de Chelsea, pour les adorateurs de Didier Drogba, la finale de la Ligue des Champions 2012 restera un super souvenir. Pour les autres – dont moi – elle est déjà à oublier. Le Bayern Munich avait la chance de jouer cette finale à domicile après s’être qualifié aux tirs au but contre le Real, Chelsea avait la chance… d’y participer, ce qui était déjà très bien compte tenu du parcours de ce club avec des qualifications miraculeuses, souvent sans jouer au ballon, en particulier contre le Barça. Les deux clubs ont laissé des plumes dans leurs combats pour la qualification, beaucoup de leurs joueurs étaient suspendus, c’était vraiment la finale du bricolage.

Lire la suite...

mardi 15 mai 2012

La semaine dernière EN FOOTBALL… (7 au 14 mai 2012)

L’actualité footballistique était si riche cette semaine que j’ai décidé de faire un spécial foot. J’ai même ajouté lundi pour pouvoir y inclure 2 ou 3 sujets supplémentaires. Ne manquez surtout pas la vidéo à la fin !

Entre autres sujets, il va être question de l’équipe de France.

Lire la suite...

jeudi 26 avril 2012

La finale des miraculés.

Ligue des Champions Qui aura pu prévoir une finale de Ligue des Champions entre le Bayern Munich et Chelsea ? Ces clubs ont respectivement éliminé le Real Madrid et le Barça dans des circonstances totalement improbables. Pas de quarante-douzième Clasico au programme ! Tant mieux ! Ces demi-finales ont eu un grand mérite : nous rappeler pourquoi on aime le foot.

Le foot est un sport parfois terriblement surprenant, la réalité se permet souvent des choses que la fiction n’oserait même pas imaginer. Un match, c’est un scénario. Un parcours européen, c’est une saga. Ça peut être chiant et prévisible comme captivant et plein de rebondissement, la qualité des acteurs et du metteur en scène est très importante, la façon dont c’est filmé tout autant. Si globalement les quarts de finale ont été sans intérêt, les demi-finales ont été extraordinaires dans des styles très différents. De mon point de vue d’amateur de football neutre car supporter d’aucun de ces clubs, Barça-Chelsea a plutôt été un drame et Real-Bayern un bon thriller. Si vous voulez de la comédie, je vous conseille de regarder samedi la finale de la Coupe de France entre l’OL et Quevilly.

Lire la suite...

lundi 23 avril 2012

La semaine dernière… (16 au 22 avril 2012)

La semaine dernière
On est à moins de 100 jours des JO, les Rosbifs ont fêté ça cette semaine, et quelques jours plus tard, ce sont des Français qui ont été à la fête. Certaines têtes d’affiche de l’équipe de France olympique ont décroché leur ticket cette semaine.


Au programme, un florilège monumental de sports : ski alpin, escrime, football, équitation, rugby, patinage artistique, athlétisme, squash, pentathlon moderne, boxe amateur, badminton, natation synchronisée, plongeon, lutte, tir, cyclisme, volley, voile, tennis, et même… Formule 1 !

Lire la suite...

mardi 10 avril 2012

La semaine dernière… (2 au 8 avril 2012)

La semaine dernière
Du cyclisme sur piste, du cyclisme sur pavés, du canoë-kayak, du tennis, de la boxe, du rugby et beaucoup d’autres sports sont au programme de ce retour sur la semaine dernière.



Lire la suite...

lundi 19 mars 2012

La loi du moins fort.

Ligue 1 saison 2011-2012 La 28e journée de Ligue 1 était celle des derbies ou pseudo derbies, mais l’intérêt n’était en réalité pas forcément là où on pouvait l’attendre. La loi du plus fort n'est pas toujours la meilleure, nous l'allons montré tout... de suite. Seulement 2 matchs sur 10 ont été gagnés par le mieux classé, on a assisté à des surprises, chose… très habituelle en Ligue 1.

Thomas Kahlenberg, Pierre-Alain Frau et Bafé Gomis on fait de samedi la journée nationale du coup de l’ancien. Le Danois a coulé son ancien club (il n’avait pas marqué en championnat depuis des lustres), le second a failli couler un de ses anciens clubs (il n’avait jamais marqué contre le PSG à ma connaissance), le dernier a… respecté une tradition personnelle.

Lire la suite...

jeudi 23 février 2012

Rattrapés ? (Mise à jour de la 22e journée de L1.)

Ligue 1 saison 2011-2012 Mettre à jour le calendrier suite au report d’une ou plusieurs rencontres – en l’occurrence de 3 rencontres de la 22e journée de Ligue 1 – n’ai jamais facile. Il faut trouver une date et un horaire, à cause de la Ligue des Champions il a fallu choisir un mercredi de février à 18h30 entre 2 week-ends de championnat, les pelouses étaient pourries, le public pas forcément au rendez-vous… En général ce genre de conditions est propice à des surprises, les favoris qui se voyaient avec 3 points de plus dans la poche les obtiennent rarement. Cette fois on a failli avoir des surprises. Failli. On n’avait pas le moindre but à la mi-temps.

Le relatif anonymat dans lequel ont été plongées ces rencontres à cause notamment de la victoire arrachée par l’OM contre l’Inter au bout de l’ennui – quelle purge ! J’avais mis le son de la radio pour ne pas avoir envie de m’ouvrir les veines en écoutant celui de TF1, j’ai bien fait, le cri au moment du but m’a sorti du coma dans lequel j’étais en train de tomber ! – ne doit pas masquer les conséquences très importantes des victoires de Caen, de l’ASSE et du LOSC.

Lire la suite...

jeudi 2 février 2012

Dessine-moi un mouton.

Trop habitués à ne pas avoir d’argent et à entendre beaucoup de noms sans voir personne venir au mois de janvier, des supporters parisiens semblent pour la plupart s’extasier à l’arrivée de n’importe quelle recrue. Ça en devient presque comique.

Désormais, le club a de l’argent, il achète des joueurs, youpi, c’est trop génial. On parle d’un Brésilien, d’un joueur sous contrat dans un grand club, et hop, le gars devient une méga-star internationale dont beaucoup ne supposaient pourtant pas l’existence la veille. Si quelqu’un balance la rumeur «Gonzo et Pouldo, Brésiliens évoluant respectivement au Real Madrid et à Manchester United, intéressent le PSG», même s’ils n’existent pas, beaucoup vont en être persuadé, ces deux joueurs vont faire gagner la Ligue des Champions au PSG, ce sont des monstres !

J’ai lu et entendu ces derniers jours de nombreuses réflexions concernant le recrutement et le jeu du PSG. Elles me désolent. Certaines de ces réflexions défient le bon sens. Parlons par exemple de la différence entre les façons dont Tévez et Thiago Motta sont vus.

Lire la suite...

jeudi 29 décembre 2011

Evolution ou révolution ?

Une évolution, oui, elle était nécessaire. Une révolution, non. Les révolutions, il faut de bonnes raisons de les lancer. Il n’y en avait aucune de couper la tête de Kombouaré à 3 jours de Noël. La décision de Leonardo a autant de légitimité qu’un coup d’Etat 6 mois avant des élections libres dans une démocratie n’ayant jamais été aussi prospère.

Quand tout va bien, trouver un prétexte pour foutre le bordel est assez facile. Certains médias en ont fait une spécialité, mais en général au sein d’un club on évite d’allumer de son propre chef des feux toujours difficiles à éteindre. Le PSG est un club assez jeune, il a pourtant déjà connu beaucoup de régimes différents (celui des fondateurs, celui de Canal+ ou encore celui des fonds de pensions), beaucoup de dirigeants, d’entraîneurs, certains ont été démis de leurs fonctions suite à des révolutions internes pas toujours bien inspirées, elles ont pu être fomentées par les joueurs (ex : contre Philippe Bergeroo) ou encore par un président qui a déraillé façon dissolution de Jacques Chirac. On se souvient tous de Pierre Blayrau virant Laurent Fournier pour le remplacer par Guy Lacombe, une réussite à la hauteur de l’incompétence de cet homme en matière de football… Oui, à cette époque n’importe qui pouvait prétendre être président du PSG.

Leonardo s’étant montré compétent depuis son arrivée au club, ayant de surcroît un long vécu dans le monde du ballon rond, on ne pouvait imaginer sérieusement qu’il se décide à jouer les bourreaux en exécutant Kombouaré à la trêve.

Lire la suite...

- page 2 de 3 -