Mot-clé - M’baye Niang

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 15 mars 2013

La main du Diable !

Ligue des Champions Nan mais allô ! Allô ! Tu prends le Barça avec quart aller à domicile et c’est un bon tirage ? Nan mais allô quoi ! Si tu sors le Barça t’es même pas en finale ! Nan mais allô ! Vous me recevez ?! C’est comme si j’te dis qu’prendre Nadal en quart à Roland Garros c’est mieux qu’être dans l’autre moitié de tableau ! Nan mais allô !

Je n’ai pas trouvé mieux que cette intro parfaitement dans l’air du temps – et probablement peu compréhensible quand dans quelques semaines on aura oublié la vidéo qui fait le buzz en ce moment – pour mettre en valeur le ridicule de la situation. Le PSG ne pouvait avoir droit à un pire tirage au sort. Prendre le Barça en quart de finale de la Ligue des Champions avec match retour à l’extérieur, était la pire des 14 destinées envisageables. Les faits sont là. Si la main de Maradona est la main de Dieux, celle de Steve McManaman est la main du Diable ! On lui doit un tirage vraiment affreux. Un exploit est toujours possible, seulement il est extrêmement improbable compte tenu de la situation.

Lire la suite...

mercredi 17 octobre 2012

Un nouvel espoir (la Guerre des Etoiles).

équipe de France de football Il y a bien longtemps, dans une époque lointaine, très lointaine, l’équipe de France de football régnait sur la galaxie…

C'est une campagne de qualifications pour la Coupe du monde 2014. Menés par le Général Didier Deschamps suite à la chute de la République du Président Laurent Blanc, les soldats de la FFF ont remporté leurs premières victoires sur la terrible Finlande et la maléfique équipe biélorusse.

Prêts pour la bataille, ses soldats comptent en secret exploiter la faille de l’Empire hispanique : le Boulard de la mort, un énorme melon intergalactique les ayant déjà plusieurs fois conduits à des déroutes quand ils se croyaient assez puissants pour annihiler une nation toute entière sans s’employer.

Attaqué par les sbires sinistres de l'Empire hispanique, le capitaine Lloris dirige les lignes défensives grâce à ses pouvoirs cosmiques pendant que Matuidi, guerrier infatigable, mène la charge pour rendre sa fierté au peuple et restaurer l’image des siens dans la galaxie…

Cet Espagne-France restera dans les mémoires, on a vu Star Wars épisode VII au stade Vicente Calderon. Certes, nos stars sont moins brillantes que les leurs, elles ont souvent tendance à s’éclipser ou à se cacher derrière les nuages, mais à la guerre, un bon soldat efficace, discipliné et motivé sera toujours plus utile qu’une danseuse étoile.

Lire la suite...

mardi 24 avril 2012

Le jour où tout a (peut-être) basculé.

Ligue 1 saison 2011-2012 La 33e journée de Ligue 1 aura été sans réelle surprise, hormis peut-être la défaite de Toulouse (mais la dynamique d’Evian-Thonon-Gaillard et le calendrier peuvent l’expliquer en partie). 8 fois sur 10 le mieux classé l’a emporté, il y a eu un nul entre une équipe de bas de tableau et une du ventre mou. Si la logique a été respectée, la façon d’obtenir ces résultats permet de croire à un renversement de tendance au classement. Peut-être vient-on d’assister au jour où tout a basculé.

On a vu un Montpellier peu convainquant battre très difficilement l’équipe la plus bidon de France à l’extérieur – il a fallu un but du genou de Souleymane Camara… b*rdel… mais qu’ont les genoux des Camara ? celui de Zoumana a donné la victoire au PSG contre l’OL la saison dernière – et montrer des signes de grande nervosité. Après ce succès chanceux – ce n’est pas aussi chanceux que d’avoir tous vos numéros qui tombent au tirage du LOTO mais ça reste de la moule – les Héraultais devançaient le PSG de 5 points et possédaient une différence de buts assez nettement supérieur, ils commençaient déjà à se voir auréolés du titre de champion. Le lendemain, cet écart s’est réduit d’une façon qui aurait certainement marqué les esprits et peut-être renversé la pression. Pendant au moins quelques jours, elle n’est plus sur le PSG mais sur Montpellier. Ça nous annonce une 34e journée très intéressante.

Lire la suite...

dimanche 22 avril 2012

33e journée de L1, les matchs.

Ligue 1 saison 2011-2012 La 33e journée de Ligue 1 a été celle des erreurs défensives. Si toutes n’ont pas abouti à des buts – on aurait pu en avoir 50 en 10 matchs, on en a eu 28 – c’est parce que chez les attaquants de notre championnat l’efficacité n’est pas la première des qualités. Du moins c’est le cas de la plupart. En revanche, on a des arbitres vraiment top, certains ont le sens de la mesure, le sens du spectacle… Oui, je plaisante.

Pour l’analyse de la journée, c’est une autre page, cliquez ici.

Lire la suite...

jeudi 12 mai 2011

Tant qu’il y a de la vie...

bandeau L1 2010-2011 Il y a de l’espoir…

Il y a de l’espoir à tous les niveaux.

Lors de la 35e journée de Ligue 1, une journée en semaine avec 2 matchs le mardi et 8 le mercredi, un truc que je n’aime pas, les clubs avaient presque tous quelque chose à jouer, qu’il s’agisse de qualifications européennes ou de points très importants en vue du maintien. Le suspense pourrait ne pas durer, mais à 3 rencontres de la fin il est en grande partie préservé.

Ainsi, l’OM garde l’espoir d’être champion. L’OL garde l’espoir de conserver sa 3e place. Le PSG garde l’espoir de la lui piquer. Rennes a un peu retrouvé l’espoir de se maintenir en 5e position. Sochaux a de plus en plus l’espoir de doubler les Bretons. Rennes et l’ASSE ont encore l’espoir de finir parmi les européens compte tenu de leur calendrier. Même Montpellier a de nouveau envie d’y croire. On peut trouver un tas d’équipes bien parties pour se maintenir, et hormis Arles-Avignon, personne n’est condamnée, car Lens, le 19e, a arraché un sursis.

Mardi, les 2 premiers matchs de la journée ont donné le ton : 7 buts en 2 matchs. PSG-Nancy, 2-2, ASSE-LOSC 1-2.

Lire la suite...

lundi 9 mai 2011

La lutte des (derniers de la) classe(s).

bandeau L1 2010-2011 Si à la fin de la saison je vous demande ce que vous avez préféré cette saison en Ligue 1, il y a peu de chances que vous répondiez la 34e journée. Certains ont de bonnes raisons de se réjouir des résultats du week-end, mais hormis à Caen, à Monaco (uniquement grâce au PSG), en première période à Bordeaux et pour finir lors de la grosse affiche OL-OM, le spectacle a été d’une grande pauvreté.

Lens est allé définitivement s’enterrer à Caen en encaissant un but ridicule marqué par le très jeune M’baye Niang, né le 19 décembre 1994, dont la frappe en position très excentré n’aurait jamais dû aller plus loin que les gants de Vedran Runje, auteur sur ce coup d’une boulette de gardien digne de sa réputation.

Lire la suite...