L’an dernier, ils étaient devenus les plus jeunes champions du monde de danse sur glace de l’histoire. La nuit dernière, ils sont devenus… les plus jeunes doubles champions du monde de danse sur glace de l’histoire. Ceci sans effort.

Du moins, c’est l’impression donnée dans ils paraissent faciles, tant leur programme libre est empreint de fluidité. Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron dégagent tout ce qu’on attend d’un couple de danseurs… et bien plus encore. Grâce, complicité, précision technique, vitesse, synchronisation, expression corporelle. Ils excellent en tout. On croirait voir la version en chair et en os d’un dessin animé de Disney, la scène du bal lors duquel le prince et la princesse expriment leur amour en dansant. Seule la magie de l’animation devrait pouvoir permettre de se mouvoir sans temps mort ni saccade pendant plus de 4 minutes. Non seulement ils y parviennent, mais de surcroît ils y parviennent en nous faisant imaginer la performance aisée. Si les micros n’avaient pas capturé le son du frottement de leurs patins sur la glace, on aurait pu les croire montés sur coussins d’air. Ils volent ! Leur prestation hypnotique serait presque dangereuse pour les spectateurs. Captivés, ils en oublieraient presque de respirer !