Europa League

Sur le coup, difficile de ne pas être en courroux en voyant ces cartons, un paquet de mauvais choix, tout ce gâchis…
Les Slovaques ont mis beaucoup de coups.
A force, chauffés par les décisions et non-décisions de l’arbitre, les Parisiens ont répondu en mettant aussi des coups.
Finir à 9, ça fait un peu tache.
Le résultat aussi fait tache.

Conclusion, à Bratislava, c’était courroux coups coups tache tache ! Les Bratisla Boys !




Cette intro étant lamentable, j’en ai une meilleure en magasin. Je change d’angle.



En admettant que gagner l’Europa League soit le paradis, le voyage du PSG en Slovaquie pour affronter le Slovan Bratislava devait être une sorte de séjour au purgatoire.