Mot-clé - Marco Marcato

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 12 juillet 2017

Variation sur le même thème. (TdF 2017, E11)

Navrantes. Les étapes de plat du Tour de France 2017 sont plus navrantes les unes que les autres. Mais qu’attendent les adversaires de la Quick Step pour enfin réagir ? Un coup de pot… ou de Pau ? Même pas, puisqu’elles ne tentent rien pour le provoquer.

Allez, je suis sévère, en réalité un homme a bien manœuvré lors de cette journée de transition. Il a été victime d’une grande bande de demeurés tous à la solde du maître du sprint, l’homme qui étape après étape claque les fesses de chacun de ses adversaires pour les remercier d’avoir fait de leur mieux pour lui permettre de les éclater. Le cyclisme sur route est un sport de masochistes.

En fait, contrairement à ce qu’on entend souvent, les cons, ça n’ose rien, et c’est à ça qu’on les reconnaît.

Lire la suite...

jeudi 24 juillet 2014

Le meilleur des Pyrénées. (TdF 2014, 16-18)

Tour de France Le Tour de France 2014 a été pensé de façon assez originale. Pas de prologue, une 2e étape accidenté, des pavés au bout de 5 jours de course, des difficultés près de l’arrivée 2 jours de suite, une traversée des Vosges assez longue, et pour finir les 2 premières semaines, une version condensée des Alpes. Il était alors temps d’aborder le gros morceau : les Pyrénées.

Avec 3 étapes pyrénéennes dont 2 arrivées au sommet, une très longue et 2 aussi denses que courtes, les coureurs avaient de quoi faire. Si le peloton français a échoué dans sa quête de victoire(s), il a su régaler son public par ses prises d’initiatives et son niveau général. Pour la première fois depuis 1997, époque du dopage roi, un Français montera sur le podium de la plus grande course du monde. Peut-être même 2. Or le Tour 1997 est le premier que j’ai vraiment suivi. C’est vous dire si le fan de sport que je suis est heureux. Et d’autant plus heureux en regardant tous les jours des cyclistes réaliser des performances humaines. Pendant de trop nombreuses années mon détecteur de chaudières sonnait en regardant les GrosBras, les Ulrich, les Rasmussen, les Ricco, les Vinokourov, les Landis, les Hamilton, les Hincapie, les Leipheimer, les Botero, les Contador, et bien plus encore. S’il reste probablement des tricheurs, si 2 ou 3 gars me font une drôle d’impression, dans l’ensemble on s’en rend bien compte, le cyclisme a changé, on voit des défaillances et quand un gars explose, le lendemain il continue à avancer moins vite que les motos !

Lire la suite...

mardi 19 juillet 2011

Tour de France 2011 (E16) : pétards NON mouillés.

Tour de France

L’étape du jour ne semblait pas permettre une très grosse bagarre entre les leaders malgré un col à quelques kilomètres de l’arrivée. Ce n’était pas assez dur pour faire exploser la course. Tout au plus pouvait-on s’attendre à quelques petits coups de pétard de certains pour tester leurs rivaux. Au lieu de pétards mouillés par la pluie battante, "El Pistolero" a sorti les guns, les gros, ça a fait des dégâts.

Certains ont probablement perdu le Tour de France en l’espace de quelques kilomètres. Un Australien a profité de la situation et s’est affirmé comme LE grand favori du tour. Pour le moment, Thomas Voeckler reste en jaune, pour lui, l’opération n’est pas si mauvaise…

Et dans ce froid, le championnat du Grand-Nord a sacré un champion du monde…

  • Seizième étape : de Saint-Paul-Trois-Châteaux à Gap (162,5km).

Lire la suite...

dimanche 17 juillet 2011

Tour de France 2011 (E15) : overdose de Rosbif.

Tour de France

Il est accusé de finir dans les délais en s’accrochant aux voitures, mais il s’en tire à chaque fois. Et à chaque fois ça finit de la même façon, un sprint massif qu’il gagne quasi systématiquement. On dirait une rediffusion. Il en est à 4 victoires sur le Tour de France 2011, 19 depuis qu’il participe à la plus grande épreuve sportive annuelle du monde... autrement dit en 4 ans ! Je fais une overdose de Rosbif !

  • Quinzième étape : de Limoux à Montpellier (192,5km).

Lire la suite...

samedi 16 juillet 2011

Tour de France 2011 (E14) : citron vert.

Tour de France

Quelle belle étape ! Quel spectacle ! Et pourtant il ne s’est RIEN passé ! Non, je vous assure, dans la course des cadors il ne s’est rien passé, personne n’a réussi à prendre le dessus sur les autres, et surtout pas sur le héros du jour/héros du Tour de France : Thomas Voeckler.

Bien aidé par son équipe, Europcar (équipe dont la tunique est verte), et notamment par Pierre Rolland, qui selon moi finira avec le maillot blanc à Paris, le cycliste préféré des Français a été admirable, il a réussi à rallier l’arrivée avec les meilleurs. Non seulement il a conservé son maillot jaune, mais en plus il n’a rien perdu sur les favoris de l’épreuve au terme d’une étape extrêmement difficile. Un Europcar en jaune, c'est un citron vert... Désolé, je galérais pour trouver un titre sympa.^^

Lire la suite...

mardi 12 juillet 2011

Tour de France 2011 (E10) : Gilbert, l’exhausteur de goût.

Tour de France

Etape de transition pour baroudeurs ou pour sprinteurs ? Souvent on s’ennuie. Pendant un long moment c’est resté assez peu intéressant, mais quelle fin de course ! La soupe était fade, certains étaient là pour l’épicer.

Plus que 178 au départ après la journée de repos. 2 non-partants s’ajoutent à la litanie des abandons. Le second est Yaroslav Popovych, un des maudits du Team RadioShack, qui doit être maraboutée (des galères et des chutes dans tous les sens depuis le début, il n’en reste plus que 6), le premier est connu depuis lundi soir…

On a notre premier cas de dopage du Tour de France 2011 ! Aleksandr Kolobnev, du Team Katusha, a été pris par la patrouille, un diurétique (qui sert surtout de produit masquant). Quelle surprise de voir le Russe, membre de l’échappée vers Super-Besse, se faire gauler ! Ce n’est pas comme s’il y avait des soupçons sur son équipe… Ah bah non, en fait ça n’étonne personne, surtout que la police italienne a fait une descente concernant la concernant il y a quelques semaines.

  • Dixième étape : d’Aurillac à Carmaux (158km).

Lire la suite...