Mot-clé - Michael Berrer

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 29 mai 2011

Sans douleur, ou presque.

6 des 9 vainqueurs du jour dans le tableau masculin n’ont concédé aucun set, les 3 autres en ont lâché un. Chez les femmes 7 matchs sur 8 ont été pliés en 2 manches. Pas très excitant ce samedi à Roland-Garros.

Au niveau de la météo, rien à signaler, il ne faisait pas très chaud, le vent était un peu moins fort que les jours précédents, toujours pas de pluie…

Nadal (tds 1) a pulvérisé Antonio Veic, un pauvre qualifié Croate (227e à l’ATP, qui ne s’est jamais baladé en qualif comme dans le grand tableau mais restait sur un exploit face à Davydenko), 6-1, 6-3, 6-0, ça a duré 25 et 26 minutes pour le premier et le dernier set, 50’ pour le 2e car à 4-2 l’Espagnol a perdu son break d’avance. Ça ne vaut même pas le coup d’en dire plus.

Lire la suite...

vendredi 27 mai 2011

L’ouragan n’a pas tout emporté.

Une fois n’est pas coutume, jeudi à Roland-Garros, le tournoi féminin a fait les gros titres. On a l’impression qu’un ouragan d’air frais est passé Porte d’Auteuil… mais n’a pas tout emporté.

Un jour si venteux et si intéressant – j’y vais peut-être un peu fort en utilisant ce mot – malgré l’élimination d’Alizé Cornet la veille, c’est un peu dommage, mais bon… Il faut faire avec. Lors de cette 5e journée des Internationaux de France de tennis le ciel parisien n’était pas bleu, mais gris, il faisait frais, presque froid. C’est donc ça un nuage ? Depuis le temps que je n’en avais pas vu, j’avais oublié à quoi ça ressemble.

Deux rencontres du tournoi féminin entre une des rares stars du circuit et une jeune inconnue ont fait sensation : Kim Clijsters (tds 2) contre Arantxa Rus (Pays-Bas, 114e), et Maria Sharapova (tds 7) contre Caroline Garcia (188e).

Lire la suite...

mardi 24 mai 2011

S't'es fan d'Stéphane Robert tape dans tes mains !

Tous les ans sur le Tour de France c’est la même chose, on sait que les chances d’avoir une victoire finale française ou même un de nos coureurs sur le podium sont minces, alors on se régale de victoires d’étapes et d’exploits d’un jour. A Roland-Garros on est exactement dans le même schéma. Le héros de la 2e journée est un de ces joueurs français peu connus qui peuplent le grand tableau aux côtés des têtes d’affiche du tennis tricolore. Stéphane Robert, 31 ans, 140e mondial après avoir très bien débuté (une finale contre Tsonga à Johannesburg, une entrée dans le top 100 en montant jusqu’au 61e rang à l’ATP) mais nettement moins bien terminé l’année 2010, était une victime annoncée face au Tchèque Tomas Berdych, tête de série n°6 car 6e mondial, demi-finaliste l’an dernier à Paris puis finaliste à Wimbledon. Parfois un exploit de ce genre est permis par la méforme de la "star" ou de la star, ce n’est pas le cas ici. Le 140e qui tape le 6e, on ne verra pas plus grosse surprise lors de cette édition.

Lire la suite...