Mot-clé - Michaela Kirchgasser

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 28 décembre 2015

Pas fou à Lienz.

Pressons-nous d’oublier le slalom géant féminin de Lienz, épreuve inter-fêtes de fin d’année aux résultats pas franchement positif pour l’équipe de France de ski alpin. 9 engagées, 6 qualifiées, mais aucune dans le top 10, et 4 parmi les 6 dernières classées. On espérait beaucoup mieux.

Tout n’est pas à jeter, 3 jeunes ont réussi à se qualifier, preuve que la relève commence à pointer le bout de ses spatules, malheureusement, alors qu’on attendait un podium de Tessa Worley et de bonnes performances des autres filles expérimentées, l’affaire était entendue dès la première manche.

Lire la suite...

dimanche 29 novembre 2015

Nul autre adversaire que soi-même.

En Ligue 1, qui peut battre le PSG ? Lui-même.
En NBA, qui peut mettre fin à la série d’invincibilité des Golden State Warriors ? Eux-mêmes, ou peut-être Brock Lesnar^^…
A Aspen, qui peut battre Michaela Shiffrin dans les épreuves techniques ? Elle-même.

Et oui, parfois, en sport, vous être votre plus grand adversaire. Voire votre seul véritable adversaire. C’est bon signe pour vous, ça signifie que vous dominez largement votre discipline ou au moins la compétition à laquelle vous participez. Peu importe qui on vous oppose, si vous faites preuve de sérieux et faites le job correctement, vous gagnez.

Dans le cas de Michaela Shiffrin, cette supériorité phénoménale s’est vérifiée ce week-end. L’identité de sa seule "ennemie" aussi.

Lire la suite...

jeudi 12 février 2015

ExtraORdinaire FenningOR. (ChM ski alpin)

ChM_ski_alpin_2015.jpg La belle Anna n’avait pas dit son dernier mot. En slalom géant, elle a eu le dernier mot. Le mot le plus adéquat pour qualifier sa journée me semble être "démonstration". "Domination" convient tout autant.

Après 4 des 5 épreuves féminines des Championnats du monde de ski alpin, Anna Fenninger a 2 médailles d’or et une médaille d’argent accrochées au cou. Comme Tina Maze. L’Autrichienne avait pris la 4e place du super-combiné, la Slovène a pris la 5e du géant, dont elle est la championne olympique en titre. Le rêve de grand chelem ne se matérialisera pas. Il reste une chance à Maze de décrocher une 4e breloque pour être l’indiscutable Reine de Neiges, mais la princesse de Vail ne lui fera pas de cadeau samedi en slalom.

Venons-en à l’épreuve de ce jeudi, une épreuve marquée par un énième drame pour l’équipe de France féminine. Anémone Marmottan ne méritait pas ça.

Lire la suite...

mardi 10 février 2015

The A-Team. (ChM ski alpin)

ChM_ski_alpin_2015.jpg En ski alpin, le team event est une épreuve très particulière. Elle est rarement disputée, seulement une à 2 fois par an quand aucun imprévu ne vient causer son annulation. En principe, il y en a un lors des finales de la Coupe du monde, et, tous les 2 ans, un lors des Championnats du monde. Et à la fin, c’est l’Autriche qui gagne. Pourquoi ? Parce qu’elle la prend au sérieux. L’Autriche met l’équipe A, la France n’a mis que l’équipe A’. A un moment, ça a coincé. Pourtant le tableau semblait plutôt ouvert, les Bleus devaient au moins se battre pour la médaille de bronze. L’importance relative accordée à ce team event – où les tricolores ont décroché l’or il y a 4 ans, enclenchant une dynamique positive dont ont profité Tessa Worley, Cyrprien Richard et Jean-Baptiste Grange pour s’adjuger les 3 médailles individuelle d’une délégation alors dans le dur – explique le forfait de plusieurs grands noms et de concurrents au programme déjà très chargé. Ainsi, parmi les grands absents, on peut citer Tina Maze, Anna Fenninger, Henrik Kristoffersen, Alexis Pinturault ou encore Victor Muffat-Jeandet.

Lire la suite...

Tinaaaa…lléluia ! (ChM ski alpin)

ChM_ski_alpin_2015.jpg Les amateurs de surprises ont dû être déçus. Mais si vous suivez le ski alpin, vous ne pouvez être surpris par l’absence de surprise lors des épreuves féminines des Championnats du monde organisés depuis une semaine à Beaver Creek (seule l’épreuve par équipes de mardi est disputée à Vail).

Chez les femmes, les meilleures sont bien meilleures que les autres, la hiérarchie est bien définie, je le répète à chaque fois. Le super-combiné en a encore été la preuve. On attendait Tina Maze et les Autrichiennes, on a eu Tina Maze devant 3 et presque 4 Autrichiennes. Lara Gut est venue s’intercaler à la 5e place, devant la dernière des 4 Autrichiennes.

Lire la suite...

mardi 12 février 2013

Cadeau ! (ChM 2013 de ski alpin)

Schladming 2013 Un slalom géant parallèle par équipes, ça peut vraiment être sympa. La FIS essaie de l’imposer comme une épreuve qui compte lors des Championnats du monde de ski alpin, elle veut la mettre au programme olympique. Je suis encore sceptique. Il est impératif d’y apporter des améliorations pour rendre la chose complètement crédible.

En nocturne sur la piste de Schladming, ça avait vraiment de la gueule… Jusqu’au moment où on a vu le tableau et la compo des équipes. Une compétition à 15 équipes avec uniquement des tours à élimination directe, ça veut dire 8e de finale pour tout le monde sauf pour une équipe directement qualifiée pour les quarts. Qui a-t-on choisi pour bénéficier de ce passe-droit ? L’Autriche bien sûr ! Pourquoi se priver ? La France étant championne en titre, cette qualification directe aurait dû lui revenir, ça aurait semblé logique. Non, on a concocté un classement à partir de… En fait je ne sais pas à partir de quoi car s’il y a un Team Event par saison c’est le bout du monde (normalement lors des finales de la CdM on en organise un me semble-t-il, mais on peut aussi bien l’annuler, comme celui des ChM de Val-d’Isère), alors en tirer un classement mondial, c’est assez comique.

Lire la suite...

vendredi 8 février 2013

Sauvons le super-combiné ! (ChM 2013 de ski alpin)

Schladming 2013 Comment la FIS peut-elle avoir pour projet de faire disparaître le super-combiné ? Il suffit de consulter le palmarès des Championnats du monde de ski alpin et des Jeux Olympiques pour le comprendre, sur les podiums on ne retrouve quasiment que des grands, pour ne pas dire des légendes !

Et pour cause… Pour monter sur un podium en combiné il faut être soit hyper polyvalent, ce qui permet aussi de jouer le gros globe de cristal, celui du classement général de la Coupe du monde, soit être exceptionnel dans une des 2 disciplines, le slalom ou la descente, ce qui se traduit par des victoires en CdM et d’autres médailles en grands championnats. On peut monter sur un podium grâce à un gros coup de pouce du destin (par exemple en bénéficiant d’un changement de météo ou d’une piste qui casse de partout), mais en super-combiné, c’est très improbable.

Vendredi, on a vu les cadors en découdre, la bataille a été magnifique, le spectacle grandiose, on s’est régalé. Et pourtant une seule Française – malchanceuse et larguée dès la descente – était au départ.

Lire la suite...