Mot-clé - Miguel Angel Lopez

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 19 septembre 2020

Un pain sur la Planche. (TdF 2020, E20)

TdF_2020.jpg La 20e étape du Tour de France 2020 devait être mémorable. Les organisateurs avaient fait leur possible pour la faire entrer dans la légende du sport. Bien sûr, après avoir annoncé le parcours il y a près d’un an, ça ne dépendait plus d’eux, il fallait que tout se goupille bien. Malheureusement, ça ne s’est pas du tout passé comme espéré. Pourtant, on a tout de même eu droit à une étape de légende. Absolument PERSONNE ne pouvait s’attendre assister à un scénario pareil.

Thibaut Pinot (GFC) nourrissait un rêve, celui de porter le maillot jaune et remporter le Tour de France au terme du seul contre-la-montre de cette édition organisé chez lui, à La Planche des Belles Filles, en passant dans le village dont son père est le maire depuis de nombreuses années, devant chez lui, devant l’école où il allait, etc. Pogacar_joue_avec_sa_peluche._normal__c_est_un_enfant.jpg Son rêve s’est effondré dès la première étape à Nice. Il a pu donner le change jusqu’aux Pyrénées, où son dos lui a fait lâcher prise. La suite ne fut que cauchemar à cause d’un dos récalcitrant, pourtant, impossible de se résoudre à quitter le Tour. Impossible de renoncer à ce qui devait être son moment de plaisir. Le public, très nombreux mais indiscipliné, l’attendait.

Le public venait pour Pinot, il a vu Tadej Pogacar (UAD). Ce gamin a complètement transformé un des pires Tours depuis des années en lui offrant sans doute la dernière véritable étape – hors défilé sur les Champs-Elysées – la plus incroyable de ce siècle, si ce n’est de tous les temps.

Lire la suite...

jeudi 17 septembre 2020

Duo sans duel. (TdF 2020, E18)

TdF_2020.jpg Le Tour de France 2020 en a fini avec les Alpes, il n’en a en revanche pas fini avec tout suspense. On en a même créé un nouveau grâce à une folle aventure.

«Folle» est un bien grand mot. Il s’agit tout simplement d’une échappée classique en montagne. Les plus forts vont au bout, les autres se font lâcher les uns après les autres. Sauf qu’en l’occurrence, le scénario a vrillé quand un petit Suisse s’est écrasé au sol. Au lieu du probable duel annoncé – qui jusqu’ici tournait en sa faveur – on a fini avec un duo… de la même équipe. Une situation rare.

Un Polonais et un Equatorien membres d’une formation britannique ont donc franchi la ligne bras dessus-bras dessous comme s’ils partageaient leur chambre depuis 10 ans. Double_Ineos__Kwiatkowski_et_Carapaz_franchissent_la_ligne_ensemble.jpg On doit l’animation principale de cette étape à la lutte pour le maillot à pois… qui pendant longtemps au cours de ce Tour ne semblait pas intéresser grand monde. Encore une fois, il ne fallait pas compter sur les leaders du général pour faire le spectacle, ils se contentent jour après jour d’une course par élimination. Sur ce Tour, on a eu très chaud (moins aujourd’hui), pas le très grand show, ou du moins trop sporadiquement.

Lire la suite...

mercredi 16 septembre 2020

Monts et Marvel. (TdF 2020, E17)

TdF_2020.jpg Avec un peu de recul (limité à quelques heures), je me suis rendu compte que la 17e étape du Tour de France aura allié des qualités très opposées : à la fois très ennuyeuse et très spectaculaire. Comme beaucoup de films de super-héros…

Oui, je sais, je peux choquer en qualifiant d’ennuyeux certains de ces films qui cartonnent et rapportent des centaines de millions d’euros. Pourtant, quand on y repense après visionnage, on peut rarement s’extasier devant leur scenarii à la fois très surprenants et sans grand suspense – oui, c’est de la surprise artificielle, les péripéties par lesquelles on passe se veulent surprenantes, seulement on sait presque toujours sur quoi ça va aboutir – à l’image de celui de cette étape. Lopez_s_impose_a_la_Loze.jpg

Lire la suite...

mardi 15 septembre 2020

Le lièvre et la tortue. (TdF 2020, E16)

TdF_2020.jpg Rien ne sert de courir, il faut partir à point. Le lièvre et la tortue en sont un témoignage.

A votre avis, dans cette histoire, Richard Carapaz (INS) est-il le lièvre… ou la tortue ? Son nom pourrait vous induire en erreur. Le coureur équatorien d’Ineos Grenadiers s’est fait exploser tout seul de façon assez stupide en adoptant une stratégie de course sans aucune finesse. Incapable d’évaluer la pointe de vitesse et la résistance de ses adversaires afin de s’y adapter… ou pas assez intelligent pour les prendre en compte, il s’est tiré une balle dans le pied au pays du biathlon. A ce niveau, celui d’une 3e semaine de Tour de France, à la fin d’une ascension où ne restaient que 3 puis 2 rescapés d’une échappée à 22, il disputait forcément la victoire avec un client. L’excès de confiance, ennemi mortel sur le chemin de la victoire. Carapaz_vs_Kamna__le_Lievre_et_la_Tortue.jpg

Lire la suite...

dimanche 13 septembre 2020

Grand Colombier, petits Colombiens, gros colombin. (TdF 2020, E15)

TdF_2020.jpg On leur construit un ring magnifique dans un stade fantastique pour se mettre une énorme peignée, ils jouent aux cartes à lieu de se battre. C’est, grosso modo, le résumé de ce Tour de France. Ou du moins de sa 15e étape. Pogacar_s_impose__encore__devant_Roglic.jpg On va de déception en déception. L’étape conclue au Grand Colombier devait avoir de la gueule. Une sacrée gueule. Il s’agissait de la première arrivée d’étape en haut de ce col, ce qui en faisait une étape de prestige. Pratiquement aucune attaque, si ce n’est lors de la première partie d’étape pour créer une échappée dépourvue de toute chance de succès… Le néant. Cette étape du Grand Colombier n’aura été marquée que par la sale journée vécue par 3 petits Colombiens. Autant vous dire que c’était de la m*rde… Un gros colombin.

Oui, je suis blasé. Espérons que la traversée des Alpes prenne une autre tournure qu'aujourd'hui.

Lire la suite...

vendredi 11 septembre 2020

Douchés au soleil. (TdF 2020, E13)

TdF_2020.jpg Il fait beau, il fait chaud, mais le cyclisme français prend l’eau. Sur la route du Puy Mary, les espoirs des supporters français presque aussi présents qu’en juillet ont été douchés comme rarement. Romain Bardet (ALM) n’est pas le seul à avoir pris un sérieux coup sur la tête.

Sérieusement, là, je ne suis pas bien, je demande un protocole commotion ! Daniel_Martinez_s_impose_au_Puy_Mary.jpg

Au jour du départ du Tour de France 2020, personne ne savait réellement à quoi s’attendre. Deux équipes affichaient une très grande force collective avec chacune un leader faisait partie des grands favoris avant de tomber d’abandonner sur le Criterium du Dauphiné. Ils laissaient planer le doute quant à leur état. Les Colombiens bénéficiaient de mois d’entraînement chez eux en altitude quand leurs adversaires devaient pour la plupart prendre leur mal en patience sans pouvoir sortir de chez eux. Seuls des home-trainers ou des rouleaux leur permettaient de s’entretenir physiquement. Côté français, on entretenait de réels espoirs de victoire avec Thibaut Pinot (GFC), de belle place au général avec Guillaume Martin (COF), de victoires d’étapes et de maillot à pois avec les Julian Alaphilippe (DQT), Warren Barguil (ARK), Romain Bardet, ou autres.

Lire la suite...

dimanche 6 septembre 2020

Inévitable. (TdF 2020, E8-9)

TdF_2020.jpg Après un premier week-end assez fou (pas seulement pour de bonnes raisons) et 4 jours d’ennui assez mortel, le Tour de France 2020 s’est éveillé vendredi avec une étape folle disputée presque à bloc du début à la fin sur un terrain où on ne s’y attendait pas, a fortiori avant de passer le 2e week-end dans les Pyrénées… sur un terrain qui, lui, se prêtait à du grand spectacle.

Sur le papier, les 2 étapes se ressemblaient : relativement courtes, une première partie permettant en principe le développement d’une échappée, une première grosse difficulté au milieu, du chemin à effectuer avant le gros morceau de la fin d’étape, puis la descente jusqu’à l’arrivée. Peters_et_Pogacar_vainqueurs_dans_les_Pyrenees.jpg En pratique, on n’a pas du tout vu la même étape. Samedi, on se serait cru en juillet, il faisait chaud, les Pyrénées étaient baignées de soleil. Dimanche, changement de décor, pluie, brouillard, froid (relatif, dans les 17°C). Plus que la météo, c’est le scénario qui a changé, car les intentions des coureurs ont changé. Samedi, on en gardait probablement pour dimanche. Dimanche, avant la première journée de repos lundi, la crainte de se donner à fond était nettement moindre. Ceci explique sans doute pourquoi samedi on a laissé faire l’échappée, et pourquoi, parmi les favoris, l’ambition principale semblait de ne pas prendre le maillot jaune. Dimanche, à l’opposé, on n’a même pas laissé partir l’échappée en roulant à bloc du début à la fin, et si la grande bataille pour le général n’a étrangement pas donné grand-chose, Primoz Roglic (TJV) a échoué à éviter de prendre le maillot malgré toute la pire volonté du monde. Samedi, l’auteur du grand numéro du jour s’est imposé. Dimanche, l’auteur du très grand numéro du jour, sans doute inspiré par ce qui s’est passé la veille… a échoué tout près du but.

Lire la suite...

dimanche 30 août 2020

Pas de doute, c’est un virus. (TdF 2020, E1-2)

TdF_2020.jpg Pas besoin de me faire tester, je sais que je l’ai… J’ai tous les symptômes. Je vous rassure, il n’y a rien de grave, d’habitude j’y ai droit tous les ans au début de l’été comme des millions de personne en France et dans le monde, je n’en suis jamais mort même s’il a tendance à causer de la tachycardie et des décharges d’adrénaline incontrôlées ainsi que, parfois, de terribles douleurs, voir une perte de goût… pour le sport. C’est un virus. Le virus du Tour de France.

Cette année, l’épidémie n’aura probablement pas l’ampleur habituelle. En effet, ce Tour de France s’annonce… étrange. Un grand départ de Nice… sans public au départ (mais en réalité avec pas mal de public lors du défilé dans la ville). Mais surtout un départ le 29 août, 2 mois après la date prévue. La grande fête de juillet en septembre… Plutôt déroutant, déstabilisant, mais mieux vaut tard que jamais, non ? On se lance dans l’inconnue. La seule certitude dans cette histoire est que 2020 demeurera l’année la plus WTF de tous les temps !

Mais tant que les coureurs français font le spectacle, ça me va ! Alaphilippe_l_emporte_a_Nice.jpg

Lire la suite...

mercredi 13 août 2014

Avis de tempête ! (Zürich 2014, J2, S1)

Zurich_2014_-.jpg Le beau ciel bleu de la première journée a cédé sa place à un horrible ciel gris et à la pluie. Puis le vent s’est mêlé à la fête. Les 22e Championnats d’Europe d’athlétisme sont en train de prendre une drôle de tournure. Pas drôle pour tout le monde.

Le 20km marche masculin sur sol mouillé, ce n’est pas un problème, mais l’idée de l’organiser sur les rails du tramway est vraiment étrange. Au moins, s’agissant d’un circuit en ville, le spectacle débuté à 9h20 du matin était gratuit. Kevin Campion est resté dans le groupe de tête ou carrément en tête pendant environ 11km avant de se faire lâcher et de devoir se battre pour conserver sa place de finaliste. Il a galéré… et a cédé. Un Espagnol, 2 Russes et un Ukrainien ont réussi à se détacher. Leur marche était rythmée par les mises en garde.

Lire la suite...

dimanche 11 août 2013

Montagnes russes. (ChM athlé 2013, J2, S2)

ChM athlétisme Moscou 2013 Peut-on s’étonner de la tournure prise par la 2e journée des Championnats du monde d’athlétisme ? Quelques hauts très hauts enchaînés avec des bas très bras, le tout à une vitesse folle… Moscou 2013, pour le moment, ce sont des montagnes russes. En particulier pour l’équipe de France.

La session du l’après-midi a débuté à 17h (heure locale) par le départ du 20km marche masculin. Le stade sonnait creux, le peloton était imposant. Surprise, à l’extérieur il y avait du public ! Sans doute s’agissait-il des gens attendant d’entrer au stade car une fois sur le circuit – en partie à l’ombre, c’est aussi une grande différence par rapport au marathon féminin, ceci dit il faisait très chaud, les concurrents ont passé leur temps à s’arroser copieusement – les barrières ne barraient pas le chemin de beaucoup de monde…

Lire la suite...