Mot-clé - Momo Sissoko

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 1 février 2013

Pourquoi ? Pardon… Why ?

Dégager un quart de l’effectif professionnel dont des joueurs emblématiques du club et ne même pas trouver le moyen de refourguer Tiéné, j’appelle ça un mercato raté.

Le PSG a fait un marché de club ayant…
-soit 15 points d’avance sur son dauphin ;
-soit besoin de faire des économies ;
-soit trop peu de matchs à jouer lors de la phase retour pour conserver un effectif conséquent.

En pratique, les dirigeants ont surtout saccagé le banc et limité les possibilités offertes à l’entraîneur.

Lire la suite...

mercredi 2 janvier 2013

Doha donneur.

Le PSG vient de faire son désormais traditionnel stage de reprise à Doha. Rien n’a été laissé au hasard, tout a été fait pour faire parler du club, mais surtout du Qatar.

En principe, à partir de la saison prochaine, le club sera lié par un très gros contrat de sponsoring à l’équivalent de l’office du tourisme du Qatar, organisme apparenté à QSI, propriétaire du club. Certains s’avancent déjà en annonçant que l’UEFA va refuser de prendre en compte ce contrat dans ses calculs pour déterminer sur le club respecte les nouvelles règles du fair-play financier. Ce stage avait un but, apporter du crédit à ce contrat, démontrer qu’il ne s’agit pas d’une prestation fictive. Faire venir toutes les stars du PSG au tournoi de tennis (où étaient engagés Gasquet et Monfils, habitués du Parc des Princes), présenter Lucas – il veut être appelé ainsi et non Lucas Moura – au musée d’art islamique avec vue sur les buildings de la ville, disputer un match amical sur place, tout ça n’avait rien d’innocent ou d’improvisé. Doha est donneur, le PSG lui rend une contrepartie pour ce généreux don financier… Logique.

Lire la suite...

mercredi 7 novembre 2012

Entre sommeil et réveil. (LdC, J4)

Ligue des Champions Rarement emballant dans le jeu depuis le début de la saison, le PSG disposait d’un argument de poids pour étouffer les critiques, à savoir ses résultats. Cet argument n’étant plus valable depuis son premier revers en championnat, les Parisiens devaient profiter de la réception du faible Dinamo Zagreb pour sonner le réveil.

Après l’élimination appréciable de l’OM en Coupe de la Ligue suivie de la défaite contre l’ASSE imputable à des circonstances particulières et notamment une série de faits de jeu favorables aux Verts, le PSG a enchaîné son 3e match à domicile T.C.C. en l’espace d’une petite semaine. L’objectif était essentiellement de relancer la machine en assurant pratiquement sa qualification en 8e de finale de la Ligue des Champions au bout de seulement 4 journées. Compte tenu du niveau très limité de l’adversité gagner ne suffisait pas, il était impératif de pouvoir tirer d’autres éléments positifs de cette rencontre.

Ayant pu mesurer la valeur du Dinamo grâce à la facile victoire 2-0 à l’aller en Croatie (avec un 3e but valable injustement refusé à Hoarau), on attendait un carton avec du jeu, des buts, de l’enthousiasme et une bonne gestion de l’effectif. On y a globalement eu droit… après s’être profondément emm*rdé pendant un peu moins d’une heure.

Lire la suite...

jeudi 1 novembre 2012

Sans Ibra, tout va ! (CdL, 1/8)

Coupe de la Ligue Le PSG a sorti l’OM de la Coupe de la Ligue et participera donc aux quarts de finale de cette compétition non négligeable malgré un format bidon. Le triple vainqueur en titre du trophée est tombé.

L’équipe A’ – ou mixte – alignée par Ancelotti a répondu aux attentes en réussissant à faire oublier l’absence de sa superstar en… jouant pas mal du tout et en maîtrisant son sujet. Et oui, pas de Zlatan Ibrahimovic, pas de problème, l’attaquant vedette a été remplacé par un collectif.

Bien sûr, l’OM a joué une heure à 10 (au lieu de jouer à 9 car Kaboré est un put*in de miraculé), ce qui a un peu faussé la donne, mais nonobstant cette situation et l’erreur d’arbitrage qui a facilité la tâche du PSG (on va y revenir), on peut tout de même tirer beaucoup d’enseignements positifs de cette Grande Sardinade, la 2e en moins d’un mois.

Lire la suite...

jeudi 25 octobre 2012

Formalité. (LdC, J3)

Ligue des Champions La moindre des choses eut été d’avoir une ambiance électrique dans le stade du Dinamo Zagreb… Seulement le fameux stade Maksimir n’était pas comme Mini Mir, malgré de mini prix il n’a pas fait le maximum niveau remplissage et ambiance.

Disons-le clairement, le PSG a joué un match de Ligue des Champions dans des conditions et face à des adversaires absolument pas au niveau de la compétition. Ça ressemblait plus à un barrage retour d’Europa League quand l’équipe qui reçoit a pris une leçon à l’aller… Il y avait grève des supporters, ils ont bien fait de ne pas venir, ils n’ont pas assisté à cette nouvelle humiliation. Le Dinamo en est désormais à 9 défaites consécutives en phase de poule de la LdC (il y a eu des bran-bran retentissantes dans le lot, en particulier celle contre l’OL la saison passée).

Lire la suite...

dimanche 21 octobre 2012

Football champagne ? (L1, J9)

Ligue 1 - 2012-2013 C’est officiel, Carlo Ancelotti a arrêté d'assister aux réunions des alcooliques anonymes, d'une part car il n'est pas anonyme, d'autre part car il a repris la boisson. Il est vrai que recevoir Reims, comme rencontrer Bordeaux, ce n’est pas comme aller à Evian-Thonon-Gaillard. On pouvait espérer voir du "football-champagne", malheureusement du champagne, on n’a eu que le bouchon.

Le dernier PSG-Reims remontait à… longtemps : 33 ans ! On a attendu 33 piges pour voir… ça. Le PSG est censé être aussi dominateur en Ligue 1 que ne l’était le grand Stade de Reims des années 50, et pourtant Paris a débuté la rencontre avec… 6 défenseurs (dont 3 centraux) sur 11 titulaires, plus un milieu relayeur, un milieu gauche à droite et 2 attaquants. Au PSG on aime les minorités… 5 gauchers d’entrée ! Ancelotti va finir par être contacté par Monsieur Bricolage pour devenir le nouveau représentant de la marque. En voyant la liste des joueurs alignés, impossible de savoir qui allait jouer à quel poste et surtout dans quelle configuration l’équipe allait se présenter. Mamadou Sakho a même été annoncé latéral droit sur la page Facebook du PSG (!!!!!!!).

Lire la suite...

dimanche 30 septembre 2012

La victoire en marchant. (L1, J7)

Ligue 1 - 2012-2013 Marquer rapidement, arrêter de jouer, se mettre à marcher en se contentant d’une accélération de temps en temps et de circulation de balle, faire pour de bon la différence au bout d’une grosse demi-heure, de nouveau arrêter de jouer, se remettre à marcher en se contentant d’une accélération de temps en temps et de circulation de balle… C’est le scénario du PSG-Sochaux comptant pour la 7e journée de Ligue 1. C’est en train de devenir une habitude. Pas forcément une bonne.

En guise de protestation contre cette attitude, je vais lérègement alléger mon analyse de la rencontre. On retiendra surtout une chose : Gameiro a été le game hero. On a très envie d’oublier le reste… et on devrait y parvenir sans mal.

Lire la suite...

lundi 30 avril 2012

La parabole du semeur.

Ligue 1 saison 2011-2012 A leurs 20 ans, 7 frères avaient chacun reçu de leur père une parcelle de son domaine. Un soir d’hiver, partageant une soupe afin de se réchauffer en période de grand froid, leur père les invita à programmer une grande fête le premier jour de l’automne suivant, fête lors de laquelle chacun apporterait ce qu’il aurait pu récolter grâce à sa terre.

L’aîné, très fier de son potager la première saison après sa création, avait pris l’habitude depuis 10 ans de replanter les mêmes choses aux mêmes emplacements, si bien que le sol s’était progressivement épuisé. Fidèle à ses habitudes, il recommença exactement comme il l’avait toujours fait. Ses graines levèrent mais les plantes ne purent se développer, elles dépérirent rapidement. En conséquence, il n’obtint rien si ce n’est de mauvaises herbes.

Le cadet, habitué à se nourrir grâce à son potager, fit ses plantations, dévora goulument ses premières récoltes, pensant que commencer à faire des réserves au début de l’automne suffirait à avoir de quoi se régaler tout l’hiver et offrir le couvert à sa famille. Les caprices du temps en décidèrent autrement, la grêle ravagea son jardin et il se trouva fort dépourvu, quand l’automne fût venu.

Lire la suite...

lundi 9 avril 2012

Du début à après la fin.

Ligue 1 saison 2011-2012 Ce week-end il ne fallait surtout pas arriver en retard, surtout pas partir avant la fin, mais pas non partir pisser à la mi-temps, ni même aller se coucher trop tôt, car on était à peu près sûr de manquer des trucs. La 31e journée de Ligue 1 a été riche en événements de différentes natures.

On aura tout vu lors de ce week-end pascal : des erreurs d’arbitrage, des buts de folie, des erreurs d’arbitrage, une première magique à 35 piges, des erreurs d’arbitrage, des gestes à faire frémir même un tortionnaire recherché pour crimes de guerre, des coups de chance, des erreurs d’arbitrage, des surprises, des confirmations, des erreurs d’arbitrage, un enterrement, voire 2, des parades fabuleuses et des erreurs défensives idiotes, des erreurs d’arbitrage, de terribles loupés, du chambrage bien méchant, des erreurs d’arbitrage, un bras d’honneur, une Grande Sardinade des erreurs d’arbitrage, de la comédie, de la comédie musicale – on a perdu Jacques Rousselot, il sera bientôt bon pour l’internement d’office en hôpital psychiatrique, cette fois il a chanté Aline devant les journalistes pour fêter la victoire de son équipe – et des choix tactiques absurdes… Je crois avoir oublié de mentionner les des erreurs d’arbitrage.

Lire la suite...

ICI C’EST POURRI !

Ligue 1 saison 2011-2012 J’osais imaginer les Italiens vaccinés. Le but en or, logiquement, ils ne devraient pas aimer, ils ont de mauvais souvenirs…

Pourtant depuis l’arrivée d’Ancelotti au PSG on a souvent la même impression : dès que Paris ouvre le score, les joueurs croient que le match est fini, ils arrêtent de jouer ! Le but en or, c’était en prolongation, avec le PSG d’Ancelotti, on innove, si on marque à la 6e minute, on arrête de jouer dès la 7e minute, on considère le match terminé à la 6e minute ! Si les adversaires égalisent ? Bah… on avise (ça rime !). Ou on prie. De temps en temps une intervention divine permet de s’en sortir par miracle, seulement le propre des miracles, c’est d’être rare. Contre l’OM au Parc des Princes, le PSG aura joué 6 minutes. Youpi. L’OM a égalisé… Un miracle a sauvé Paris.

Lire la suite...

mardi 3 avril 2012

"Les Spécialistes", oui, mais de quoi ?

Ligue 1 saison 2011-2012 Il y a les faits purs et simples rapportés et analysés… et il y a les faits romancés, réécrits, à partir desquels se forme un salmigondis de mythes. Le problème survient quand ces mythes ne sont plus identifiés comme des mythes mais passent pour des vérités indéniables.

Si vous pensez que 1+1=6, tous vos calculs seront faux. En règle générale, si vous croyez qu’une information fausse est juste, votre raisonnement construit à partir de cette affirmation erronée le sera aussi. Se qualifier de spécialiste et multiplier ce genre de raisonnements, être incapable d’identifier soi-même les informations de base en regardant des images, c’est flippant. Malheureusement, le public donne une légitimité à ces spécialistes autoproclamés car ils ont la parole dans les médias, et si on ose les contredire, on a forcément tort, car ils ne peuvent qu’avoir raison, ces sont des "spécialistes", des "experts"…

Lire la suite...

lundi 12 mars 2012

Des barres !

Ligue 1 saison 2011-2012 Quel est le fait marquant de la 27e journée de Ligue 1 ? Le fait que les 2 premiers aient creusé l’écart sur leurs poursuivants ? Le retour de l’OL dans la course à la 3e place ? La nouvelle défaite de l’OM ? Le resserrement en bas de tableur ? La blessure de Govou ? La nouvelle série de catastrophes arbitrales ?

D’un point de vue personnel, je retiendrai le scénario du match du PSG à Dijon avec cette délivrance à la fin de la rencontre, j’ai surkiffé et fait trembler les murs en criant comme un dingue devant mon écran.

Plus globalement, le manque de discernement de certains arbitres m’a choqué. Ils peuvent passer à côté de fautes, mal apprécier des situations, mais l’incohérence est insupportable, tout comme l’est l’application de principes défiant le bon sens et la justice. Faire un titre à ce sujet me gavais, j’en cherchais un plus léger, j’ai donc décidé d’en choisir un en rapport avec le nombre assez dingue de tirs sur les montants. Ça a donné Des barres !... et puis franchement, le but de Benjamin André, hormis chez les supporters de l’OM, c’était des barres (de rire) !

Lire la suite...

lundi 20 février 2012

Friture sur la Ligue.

Ligue 1 saison 2011-2012 Le régime Ligue 1, c’est presque de la chirurgie plastique, illustration en a été faite lors de la 24e journée : on a dit adieu ventre mou, on a gonflé la poitrine et les fesses (sans affiner les cuisses^^)… Par contre on n’a pas touché à la tête.

Il y a quelques jours, Aulas a dit vouloir s’entendre avec l’OM pour relancer le championnat. C’est fait, il y a bien eu entente entre les présidents, mais leur accord a pour but de relancer le championnat en laissant revenir tous leurs concurrents directs afin de recréer un suspense dingue dans ce championnat redevenu passionnant. Non ? C'est pas ça ? L'explication serait plus simple ? On dirait en effet qu' Il y a de la friture sur la Ligue ! L’OL et l’OM sont frits, tous les autres en profitent ! Enfin… Tous les autres jusqu’à la 9e place. Pour les Valenciennois, c'est la m*rde, à moins d'aligner 8 à 10 victoires de suite ils ne peuvent pas gagner une seule place ! Leur objectif jusqu’à la fin de la saison sera de rester dans la première partie du tableau.

Lire la suite...

Un sommet qui sentait le sapin.

Ligue 1 saison 2011-2012 Pragmatique. Je ne demande pas grand-chose à Ancelotti, juste d’être pragmatique. Est-ce que l’équivalent de cette notion existe en italien ? Tu arrives dans un club premier du championnat, qui reste sur une bonne dynamique, possède la meilleure défense, une des 2 ou 3 meilleures attaques… POURQUOI VOULOIR TOUT CHANGER ?

Quand Claude Puel faisait jouer Bodmer défenseur central à l’OL, je parlais de crime contre le football.
Quand Domenech associait Toulalan, Lassanaze Diarra et Makélélé au milieu – c’est arrivé en Lituanie – ou 3 joueurs de ce profil, je le taillais à la scie circulaire.
Quand des Jean Fernandez, Pablo Correa ou autres ont installé la tactique du coffre-fort là où ils sont passés pour surtout empêcher les spectateurs de voir du football, j’ai toujours ouvertement souhaité que leur aventure se termine en Ligue 2.
Quand Kombouaré nous infligeait son "fabuleux" duo Clément-Makélélé, je m’arrachais les cheveux en réclamant qu’il fasse jouer Chantôme ou aille se chercher un travail ailleurs.
Quand je vois que contre Montpellier pour le choc de la 24e journée de Ligue 1, le choc entre les 2 principaux candidats au titre, Ancelotti va aligner un milieu une ligne de 3 milieux de terrains défensifs composée de Thiago Motta, Momo Sissoko et Blaise Matuidi… je fais gaffe, j’évite de dîner avant de regarder le match pour ne pas g*rber devant mon écran.
En résumé, je suis cohérent avec ma vision du football, j’aime quand on cherche à JOUER.

Lire la suite...

lundi 6 février 2012

La journée des extrêmes.

Ligue 1 saison 2011-2012

La 22e journée de Ligue 1 a débuté samedi, on ne sait pas quel jour elle va se terminer. 3 matchs n’ont finalement pu débuter ou se terminer en raison du froid extrême connu partout en Europe en ce moment (officiellement il faisait entre +2° et -7° au coup d’envoi selon les rencontres, dans 5 stades la température annoncée était négative, en réalité on était plutôt dans les -10° à Nancy, et il ne s’agit même pas des températures ressenties).

10 des 16 buts marqués l’ont été lors des 5 premières ou 5 dernières minutes de la première ou de la seconde période. Il ne fallait pas avoir envie de partir trop vite se réchauffer ou traîner à gagner/regagner sa place…

Lire la suite...

lundi 9 janvier 2012

Travaux manuels.

Coupe de France Après l’avoir appelé "le Coucou" en référence à l’oiseau habitué à piquer le nid des autres, je vais appeler Ancelotti "Monsieur Bricolage". En ayant eu un aperçu de comment il bricole, je ne lui confierais pas le montage d’un meuble IKEA. Il aime aussi le jardinage, c’est un fan de travaux manuels.

Bisevac arrière droit, Momo Sissoko milieu offensif, Bodmer devant la défense, Nenê dans l’axe ou encore Jallet milieu relayeur, c’est… créatif ? Je cherche le mot juste. Sur les 11 joueurs alignés à Lorient contre Locminé (8e sur 16 de son groupe de CFA 2, peut-être avec des matchs en moins), 7 ½ n’étaient pas à leur meilleur poste ou pas à leur poste du tout. On ne fait pas un sapin de Noël avec un palmier ou un bananier.

Ça pourrait peut-être marcher avec une étoile hyper brillante en haut du "sapin" – genre Tévez – mais ce n’est même pas sûr, car pour qu’une guirlande électrique scintille, il faut qu’elle soit alimentée. Là, à part avoir les boules…

Lire la suite...

vendredi 23 décembre 2011

Si les mayas ont vu juste...

Ligue 1 saison 2011-2012 Je suis dépité. Je n’y comprends plus rien. J’ai peur qu’en voulant sauter des marches on se ramasse un gadin dans les escaliers, qu’on essayant d’aller trop vite on loupe un virage et qu’on finisse ainsi dans un ravin, un mur ou un platane.

Mercredi, le PSG gagne un match fantastique d’une intensité rare sur les terres de l’ASSE, il vire en tête à l’issue des matchs aller avec 40 points, 3 unités de plus que Montpellier. Les joueurs ont livré un combat formidable, tout allait bien, le club était engagé sur une voie royale vers le titre de champion de Ligue 1 Jeudi, on apprend qu’en rentrant de Saint-Etienne Leonardo a convoqué Kombouaré pour lui dire de vider son bureau. Fin de l’aventure. Cette décision n’a aucun sens. Je reviendrai ultérieurement sur ce changement d’entraîneur – vous le savez, j’étais tout sauf fan d’A.K. – qui pourrait bien mettre en péril les chances du PSG d’enfin accrocher son 4e titre de champion après ceux de 1986, 1993 et 1994. Si les mayas ont vu juste et que la fin du monde est fin 2012, mieux vaudrait que la greffe prenne rapidement avec le nouveau (a priori Ancelotti), l’apocalypse d’accord, mais je veux revoir mon club champion avant !

Lire la suite...

mardi 20 décembre 2011

Un nul, des c*ns.

Ligue 1 saison 2011-2012

J’en ai marre de ces c*ns… Pour siffler Pastore à sa sortie 10 minutes avant la fin de PSG-LOSC, l’affiche de la 18e journée de Ligue 1 et le réel grand choc entre les 2 plus gosses équipe du championnat, il faut en être un.

Si toi, lecteur, tu t’es senti visé, ayant toi-même commis ce crime contre le football en ayant fait preuve d’une bêtise insigne, te laissant manipuler par qui en a envie, alors oui, en te plaçant devant un miroir tu verras un c*n. Cette attitude de moutons me désole. Quand les gens comprendront-ils que dans ce monde, qui est incapable de raisonner par lui-même s’expose à devenir une marionnette ?

Lire la suite...

vendredi 16 décembre 2011

Pas de miracle.

Europa League Ce qui était attendu est arrivé, le Red Bull Salzburg a fini par l’emporter chez les Bratisla Boys, le PSG pouvait écraser l’Athletic Bilbao 118-0, ça n’aurait rien changé, il n’était plus maître de son destin.

J’y ai cru pendant une semaine et 20 minutes. Quand les Autrichiens, mené 2-0 sur le terrain du Slovan Bratislava dès la 6e minute, ont réduit l’écart sur penalty, je n’avais plus grand espoir. Ça sentait le retournement de situation, l’équipe n’ayant plus que son honneur à défendre risquait de lâcher pris contre celle venue chercher sa qualification en 16e de finale de l’Europa League. De son côté, le PSG a fait sa part de travail contre des Basques venus avec une équipe fortement remaniée sans être une équipe bidon. Marcelo Bielsa a aligné 3 titulaires habituels, 6 remplaçants dont certains sont régulièrement titulaires (4 ont beaucoup joué ces dernières saisons), il n’y avait que 2 véritables novices. Il a ensuite fait entrer 2 éléments indiscutables de son groupe pendant 30 et 20 minutes (dont Iker Muniain).

Lire la suite...

dimanche 11 décembre 2011

Le calme après la tempête.

Ligue 1 saison 2011-2012 Il y a quelques mois, aucun équipe ne se rendait à Sochaux en confiance. Depuis cet été, tout le monde y va pour gagner. Lors de la 17e journée de Ligue 1, c’était au tour du PSG. Les Lionceaux ont été assez pathétiques. Il est loin le Sochaux de la saison passée avec son beau jeu, son attaque prolifique… La série de 13 matchs à domicile en championnat en marquant au moins un but a pris fin. J’ai rarement vu une équipe si inoffensive lors d’une rencontre de L1. Je n’ai pas noté la moindre action sochalienne potentiellement dangereuse hormis un tir lointain de Marvin Martin claqué par Sirigu (probablement pas cadré ; 18e) et une tête en arrière cadrée – en rien dangereuse – sur CF (le joueur voulait sans doute prolonger pour envoyer le ballon dans le paquet ; 88e).

Lire la suite...

- page 1 de 2