Mot-clé - Nadezhda Skardino

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 20 décembre 2015

Un Français peut en cacher un autre.

Que le mois de décembre se termine par une mass-start est chose récente. Avant, on attendait janvier pour assister à la première de la saison de biathlon. L’IBU a bien fait de modifier le programme de la Coupe du monde, ce format de course en confrontation directe est vraiment formidable. Surtout quand on a beaucoup de Français au départ, car dans ce sport, un Français peut en cacher un autre. Ou plusieurs autres.

Il y a 1 an lors de cette épreuve, Martin Fourcade et Jean-Guillaume Béatrix devaient réussir un magnifique doublé. A moitié banané par Anton Shipulin et à moitié victime de a propre erreur, le médaillé de bronze de la poursuite olympique de Sotchi avait tout perdu lors du dernier tour. C’était assez frustrant pour en avaler sa carabine et ses skis. Le Russe en était sorti vainqueur devant Martin. Un très mauvais souvenir pour Jean-Gui. Il a pris sa revanche dimanche et passera donc de bonnes fêtes, auréolé de sa première victoire individuelle en Coupe du monde. Et pourtant, il a bien failli ne même pas avoir de dossard…

Lire la suite...

samedi 12 décembre 2015

La loi du plus fort… dans la tête.

Dans à peu près tous les sports, rien ne vaut la confrontation directe. Le biathlon ne déroge pas à cette règle. L’effort chronométré (sprint et individuelle), ça va un moment, mais rien ne vaut une bonne mass-start ou une poursuite à rebondissements.

Il s’agit d’un effort long. Avec 4 séries de tirs, la distance à parcourir, le fait d’avoir vos adversaires direct devant, à côté ou derrière vous tant sur la piste qu’au pas de tir, toutes les péripéties sont possibles. Ces formats mettent en valeur toute la dimension psychologique de ce sport formidable. Il s’agit à la fois de maîtriser son environnement afin de se mettre dans les meilleures conditions possible pour exprimer tout son potentiel (résister à la pression de ses adversaires, faire abstraction ou se servir du public, éviter de subir les événements, etc.) et d’influencer le comportement des autres concurrents dans le but de les empêcher d’en faire autant. Autrement dit de les poussant à la faute. Vous l’avez compris, il est ici question notamment de tactique.

Lire la suite...

jeudi 3 décembre 2015

En fanfare… mais avec quelques fausses notes.

Comme il est désormais de tradition, la Coupe du monde de biathlon a débuté par les relais mixtes d’Östersund. Les premières épreuves individuelles sont… des individuelles. D’abord celle des hommes, mercredi, puis celle des femmes, jeudi.

Pour l’équipe de France, la saison a débuté sur de très bonnes bases. 2 Français dans le top 6, 2 Françaises dans le top 10, beaucoup de monde dans les points et un premier podium pour Marie Dorin-Habert… Ce départ en fanfare n’est toutefois pas sans fausse note. Enfin… Disons qu’il y a des raisons d’être un peu frustré plus un gros couac, la 21e place de Martin Fourcade. Le gain du petit globe semble déjà compromis car ce format est rare, il en reste 2 au programme de la saison.

Lire la suite...

lundi 22 décembre 2014

Orgie avant les fêtes.

A l’issue de ce week-end très chargé, la première des choses à faire est de féliciter les organisateurs : organiser des compétitions de ski sans avoir de neige, c’est très fort !

A Val d’Isère (ski alpin féminin), Val Gardena et Alta Badia (ski alpin masculin), Pokljuka (biathlon), Ramsau (combiné nordique) et sur les autres sites européens où étaient programmées des compétitions de sports d’hiver, il a fallu faire un travail énorme pour fabriquer des pistes dans des conditions très difficiles. ''

Pas de neige ou de la neige qui tombe au mauvais moment, des températures ne permettant pas d’en fabriquer ou qui la dégrade très vite… Dur ! La plupart du temps, à côté de la piste, il n’y avait rien de blanc. Et pourtant tout a eu lieu presque comme prévu. On a modifié le programme dans certains cas, annulé des entraînements, ou encore réduit la taille de la piste, tout ce qui était nécessaire pour éviter d’être contraint à renoncer à une épreuve.

Au final, que dire, si ce n’est que les spectateurs et téléspectateurs ont pu se régaler ? Une véritable orgie avant les fêtes ! Les concurrents n’ont en revanche pas tous été à la fête. Notamment en alpin car ça tapait fort sous les skis. Malgré ce grand spectacle dans toutes les disciplines – du moins celle que je suis, il faut faire des choix – la frustration a failli l’emporter. Les Français sont très souvent passés tout près du podium ou ont manqué la victoire pour presque rien, la poisse devenait lourdingue… Jusqu’au moment où Jason Lamy-Chappuis a fait oublier tous les regrets accumulés au fil des courses.

Lire la suite...