Mot-clé - Nathan Smith

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 20 décembre 2015

Un Français peut en cacher un autre.

Que le mois de décembre se termine par une mass-start est chose récente. Avant, on attendait janvier pour assister à la première de la saison de biathlon. L’IBU a bien fait de modifier le programme de la Coupe du monde, ce format de course en confrontation directe est vraiment formidable. Surtout quand on a beaucoup de Français au départ, car dans ce sport, un Français peut en cacher un autre. Ou plusieurs autres.

Il y a 1 an lors de cette épreuve, Martin Fourcade et Jean-Guillaume Béatrix devaient réussir un magnifique doublé. A moitié banané par Anton Shipulin et à moitié victime de a propre erreur, le médaillé de bronze de la poursuite olympique de Sotchi avait tout perdu lors du dernier tour. C’était assez frustrant pour en avaler sa carabine et ses skis. Le Russe en était sorti vainqueur devant Martin. Un très mauvais souvenir pour Jean-Gui. Il a pris sa revanche dimanche et passera donc de bonnes fêtes, auréolé de sa première victoire individuelle en Coupe du monde. Et pourtant, il a bien failli ne même pas avoir de dossard…

Lire la suite...

dimanche 13 décembre 2015

Avec 92 balles, t’as plus rien (ou presque).

On a connu meilleur journée pour le biathlon français. On a aussi connu pire. Lors des premiers relais sexués – non mixtes si vous préférez – de la saison, les filles ont pris la 5e place, les garçons la 3e.

Aucun n’a tourné sur l’anneau de pénalité. Chaque relais a eu besoin de 6 balles de pioches en plus des 8 chargeurs de 5 balles pour faire tomber ses 40 cibles. C’est plutôt bon, presque très bon même, pourtant c’est un peu trop. Les résultats sont mitigés, ni réjouissants, ni mauvais, le positif vient surtout des enseignements qu’on peut tirer de cette journée.

Lire la suite...

vendredi 11 décembre 2015

Si vous avez manqué la fin…

Je suis le biathlon depuis de nombreuses années. Des scenarii de course, j’en ai vu un sacré parquet. Je peux vous l’affirmer, celui dans lequel le titulaire d’un dossard à 3 chiffres s’invite sur le podium d’un sprint sans changement de conditions météo est chose très rare. A fortiori quand le numéro du vainqueur est à 1 chiffre (en l’occurrence le 4). 2 fois de suite en l’espace de 3 heures, c’est très certainement inédit !

Chez les hommes, on pouvait s’y attendre car il s’agissait du pari d’un des grands noms du circuit, Tarjei Boe. Chez les femmes, en revanche, quelle – mauvaise – surprise ! Une inconnue a délogé Anaïs Bescond de sa place sur le podium à quelques minutes de la fin, venant compléter un triplé allemand dont on aurait facilement pu se passer. Il faut dire que cette équipe a beaucoup apprécié de quitter la Scandinavie et sa faible altitude (entre le niveau et la mer et 300m à Östersund) pour une région germanophone (Hochfilzen, en Autriche) présentant des caractéristiques très différentes. On est en effet à 1200m, la piste est beaucoup plus "roulante". Manifestement, ils ont particulièrement aimé. D’autres – ceux qui ont passé plusieurs semaines en Norvège – beaucoup moins. Le classement des 2 sprints ne trompe pas à ce sujet.

Lire la suite...

dimanche 6 décembre 2015

Le triomphe facile.

Les poursuites programmées pour conclure la première étape de la Coupe du monde de biathlon auraient pu n’avoir qu’un intérêt très limité compte tenu de la très confortable avance obtenue par les vainqueurs des sprints de samedi. Rappelons-le, le classement et les écarts à l’issue du sprint déterminent l’ordre et les horaires de départ de la poursuite.

Chez les femmes, Gabriela Soukalova disposait de 38 secondes de marge sur sa première poursuivante sérieuse. C’est conséquent pour ne pas dire considérable.

Chez les hommes, Martin Fourcade était carrément dans un fauteuil traineau ! En fin de saison à cause de la fatigue accumulée, du vent et de conditions météo qui auraient fait perdre leur glisse aux skis français, le Catalan aurait pu ne pas remporter cette course. En début de saison sur une piste difficile avec du bon matos et très peu d’air sur le pas de tir, il était imbattable.

Malgré tout, ces courses ont encore été très intéressantes, on n’a pas eu le temps de s’ennuyer. Pourquoi ? Parce qu’il se passe toujours plein de choses en biathlon !

Lire la suite...

samedi 5 décembre 2015

L’échappé du sprint.

Après 2 épreuves, Marie Dorin-Habert est 3e du classement général de la Coupe du monde de biathlon à 8 points de la tête. Quentin Fillon-Maillet et Martin Fourcade se trouvent respectivement au 2 et 3e rangs chez les hommes. Pas mal, non ?

La saison de biathlon débute à peine, mais si ces premières courses disputées à Östersund sont annonciatrices de la suite, nous allons nous régaler ! Encore plus maintenant que la discipline est mise en avant sur une chaîne gratuite !

Lire la suite...

dimanche 29 novembre 2015

Alléluia, l’hiver a débuté !

Alléluia !!! La Coupe du monde de biathlon a débuté ! Et cette saison, elle est diffusée en clair sur l’Equipe 21 ! Quel bonheur ! Même si j’aime beaucoup les commentaires experts d’Eurosport, notamment ceux de Sandrine Bailly, pouvoir regarder que ce sport si génial sur une chaîne en accès libre me réjouit. Le biathlon mérite telle exposition. Nos champions mériteraient d’être beaucoup plus médiatisés depuis des années !

La première épreuve de la saison a débuté en l’absence de Martin Fourcade, parti en Finlande pour disputer une épreuve de Coupe du monde de ski de fond (belle 22e place au 10km libre, il a fini à 10 secondes de Maurice Manificat, 9e, à 4 de Peter Northug, ceci en partant avec le dossard 94 sur une piste nettement dégradée). Il pouvait se permettre de faire l’impasse sur ce dimanche d’ouverture en raison de la nature des épreuves au programme : des relais mixtes qui n’ont aucun impact sur la Coupe du monde masculine.

Lire la suite...

dimanche 8 mars 2015

Super-Maman en remet une couche. (ChM biathlon)

Super-Maman_en_remet_une_couche__.jpg Marie Dorin-Habert est phénoménale ! La Super-Maman du biathlon mondial n’avait encore jamais gagné en solo sur le circuit. Elle l’a fait hier pour la première fois. 24 heures plus tard, malgré l’excitation, les sollicitations (podium, presse…), elle en a remis une couche (pas celles d’Adèle) en remportant la poursuite.

Avec déjà 2 médailles d’or et une d’argent, Marie est déjà la star des Championnats du monde, Kaisa Mäkäräinen et Martin Fourcade étaient les 2 têtes d’affiche de Kontiolahti 2015, la Finlandaise est déjà dans l’incapacité de faire mieux que Super-Maman, le Catalan aura bien du mal après une poursuite gâchée par des erreurs au tir. C’est décevant pour les frères Fourcade, extrêmement bien partis, mais le plus important est que l’équipe de France ait quelque chose à fêter ce soir !

Lire la suite...

samedi 7 mars 2015

Super-Maman ! (ChM biathlon)

On peut parler de frustration, voire de déception concernant le sprint masculin des Championnats du monde de biathlon. Mais la joie l’emporte largement à la fin de la journée. Marie Dorin-Habert, la Super-Maman du sport français – pas seulement du biathlon – a réalisé l’exploit de remporter sa première épreuve individuelle sur le circuit un peu plus de 5 moins après avoir donné naissance à Adèle, son premier enfant. Elle est par la même occasion devenue championne du monde. Super-Maman est fantastique !

Je le dis en toute modestie, ce titre mondial, je l’ai annoncé il y a 1 mois, sa démonstration lors du relais mixte de Nove Mesto était trop éclatante pour ne pas pressentir ce qui allait se produire. Marie n’a pas eu de chance depuis son retour sur le circuit, les éléments lui ont souvent été contraires, le vent a plusieurs fois gâché ses prestations impressionnantes sur les skis. Elle avait du mal à tout réussir le même jour, bien tirer et bien skier. Son podium sur le sprint d’Oslo Holmenkollen juste avant les Mondiaux était très prometteur, il s’agissait de son premier podium en sprint depuis les JO de Vancouver, tous les autres ayant été obtenus lors de courses en confrontation directe (poursuites, mass-starts, plus les relais). Sans doute a-t-il eu pour effet de la débloquer psychologiquement, car ne pas réussir à monter sur la boîte malgré sa grande forme pesait sur son moral, ça la travaillait. Sa démonstration lors du relais mixte de jeudi annonçait la couleur… Ou presque. Elle aurait signé pour de l’argent ou du bronze, la couleur du jour était de l’or.

Reprenons les choses dans l’ordre chronologique.

Lire la suite...