Mot-clé - Neeskens Kebano

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 2 février 2012

Dessine-moi un mouton.

Trop habitués à ne pas avoir d’argent et à entendre beaucoup de noms sans voir personne venir au mois de janvier, des supporters parisiens semblent pour la plupart s’extasier à l’arrivée de n’importe quelle recrue. Ça en devient presque comique.

Désormais, le club a de l’argent, il achète des joueurs, youpi, c’est trop génial. On parle d’un Brésilien, d’un joueur sous contrat dans un grand club, et hop, le gars devient une méga-star internationale dont beaucoup ne supposaient pourtant pas l’existence la veille. Si quelqu’un balance la rumeur «Gonzo et Pouldo, Brésiliens évoluant respectivement au Real Madrid et à Manchester United, intéressent le PSG», même s’ils n’existent pas, beaucoup vont en être persuadé, ces deux joueurs vont faire gagner la Ligue des Champions au PSG, ce sont des monstres !

J’ai lu et entendu ces derniers jours de nombreuses réflexions concernant le recrutement et le jeu du PSG. Elles me désolent. Certaines de ces réflexions défient le bon sens. Parlons par exemple de la différence entre les façons dont Tévez et Thiago Motta sont vus.

Lire la suite...

lundi 9 janvier 2012

Travaux manuels.

Coupe de France Après l’avoir appelé "le Coucou" en référence à l’oiseau habitué à piquer le nid des autres, je vais appeler Ancelotti "Monsieur Bricolage". En ayant eu un aperçu de comment il bricole, je ne lui confierais pas le montage d’un meuble IKEA. Il aime aussi le jardinage, c’est un fan de travaux manuels.

Bisevac arrière droit, Momo Sissoko milieu offensif, Bodmer devant la défense, Nenê dans l’axe ou encore Jallet milieu relayeur, c’est… créatif ? Je cherche le mot juste. Sur les 11 joueurs alignés à Lorient contre Locminé (8e sur 16 de son groupe de CFA 2, peut-être avec des matchs en moins), 7 ½ n’étaient pas à leur meilleur poste ou pas à leur poste du tout. On ne fait pas un sapin de Noël avec un palmier ou un bananier.

Ça pourrait peut-être marcher avec une étoile hyper brillante en haut du "sapin" – genre Tévez – mais ce n’est même pas sûr, car pour qu’une guirlande électrique scintille, il faut qu’elle soit alimentée. Là, à part avoir les boules…

Lire la suite...

vendredi 4 novembre 2011

Douchés mais pas coulés…

Europa League … et même renfloués. Les joueurs du PSG ont fait le travail. Certes, battre le Slovan Bratislava 1-0 à domicile n’est pas grandiose, la manière a pu laisser à désirer, mais le fait est que Paris a su se mettre en position idéale pour assurer sa qualification en 16e de finale de l’Europa League, il lui suffira d’aller prendre un point à Salzburg pour s’aménager un avenir sur la scène continentale début 2012.

Un horaire en bois (19h) un jeudi soir de novembre, une pluie battante, une rencontre de phase de poule d’EL contre des clampins venus au Parc des Princes défendre à 10… Tout était réuni pour ne pas se régaler. Si certains s’attendaient à une rencontre inoubliable, ils ont dû être déçus. L’aller n’avait déjà pas soulevé l’enthousiasme des foules, le PSG avait largement dominé mais fini à 9 et sauvegardé le 0-0, les Bratisla Boys n’avaient pratiquement fait que mettre des coups et bétonner, j’avais parlé de séjour au purgatoire. Cette fois ça s’est mieux passé, déjà parce que le PSG a terminé à 11, mais aussi et surtout parce qu’il a obtenu ce dont il avait besoin, une victoire.

Lire la suite...

jeudi 15 septembre 2011

Red Bull donne des ailes !

Europa League J’ai un gros problème avec le nouveau PSG, ou plutôt avec les joueurs qui le compose : vous allez finir par avoir l’impression que je me répète.

Ménez, le joueur horripilant au possible… qui trouve toujours le moyen d’être décisive.
Pastore, véritable génie dont la grâce, la classe et la vista n’ont pas d’égal en France.
Matuidi, un engagement, un acharnement et une activité qui forcent le respect.
Erding, toujours aussi volontaire mais croqueur.
Jallet, bien meilleur offensivement que défensivement.
Camara, capable du pire comme du meilleur.
Bodmer, génial techniquement malgré quelques défauts.
Je ne vous les fais pas tous, mais vous avez compris l’idée, avec ces joueurs c’est presque toujours pareil, quand on analyse leurs performances, on fait les mêmes constats, on leur trouve les mêmes défauts et qualités. Le positif dans tout ça est qu’au bout du compte, le résultat aussi est le même, une victoire de plus. 6 succès consécutifs (OK, les adversaires ne cassaient pas 3 pattes à un canard), ne comptez pas sur moi pour m’en plaindre. Gagner ne peut pas faire de mal, surtout si on se régale comme jeudi en début de soirée face au Red Bull Salzburg !

Lire la suite...

vendredi 19 août 2011

Pas de doute, il joue bien ! (Tous ravis de Javi.)

Europa League Après le pilote en 2 parties, une première tournée dans les décors habituels, là où environ un épisode sur 2 se déroulera, le Parc des Princes, et une seconde filmé en extérieur, la série qui nous tiendra en haleine jusqu’au mois de mai est officiellement lancée. La star a campé son rôle pour la première fois… avec brio !

Présentons rapidement la série…

Le nom de la série est PSG : rêvons plus grand.
Producteurs : QSI.
Producteur exécutif : Leonardo.
Réalisateur : Antoine Kombouaré.
Budget : euh… gros… même si on pourrait encore augmenter le budget en cas de besoin pour en faire un blockbuster.
Durée : des épisodes de 2 fois 45 minutes (environ), certains épisodes spéciaux peuvent être allongés et atteindre 120 minutes plus bonus.
La star : Javier Pastore.

Lire la suite...

samedi 6 août 2011

Un gros Paris : Leonardo frappe fort.

Paris ne s’est pas fait en 1 jour. Entre le 31 mai, jour de l’annonce surprise d’entrée d’investisseurs qataris dans le capital du PSG, et le 6 août, date de la reprise de la Ligue 1 et de la signature de Javier Pastore, 67 jours sont passés, ils ont été particulièrement riches en événements, en spéculations, en coups médiatiques… et en bonnes nouvelles pour les supporters parisiens.

Je vais tenter une petite rétrospective des événements depuis l’annonce de l’arrivée des Qataris (la venue de Leonardo, la semaine folle du recrutement, la préparation) puis analyser l’effectif, les possibilités tactiques offertes à Kombouaré, le calendrier…

Troisième partie, du 25 juillet au 6 août : Leonardo recrute Jérémy Ménez, Milan Bisevac et Blaise Matuidi puis Salavatore Sirigu et Momo Sissoko, et enfin Pastore.

Lire la suite...

dimanche 19 juin 2011

Lettre à Léo.

Cher Leonardo,

Tout d’abord, je tiens à te souhaiter un bon retour à la maison.

Lors de ton premier passage en terre parisienne, tu as marqué les esprits. Rares sont les joueurs étrangers à avoir laissé une trace si positive à Paris en ne restant qu’une saison, a fortiori en ne parlant pas français en arrivant. A vrai dire, la liste me semble se résumer à toi et Juan Pablo Sorin.

En tant que supporter du PSG ayant surtout connu les années difficiles du club depuis la fin des années 90, ayant souvent dû encaisser de violentes désillusions, je ne peux que me réjouir de l’arrivée d’un nouveau propriétaire ambitieux. Comment ne pas être heureux de la perspective de revoir nos couleurs briller de nouveau au firmament du football européen ? Comme des milliers d’autres Parisiens, je m’inquiète néanmoins d’une chose.

Lire la suite...

dimanche 3 avril 2011

Le PSG pèche dans tous les domaines.

bandeau L1 2010-2011

Je n’en reviens pas ! J’ai entendu qu’en ne parvenant pas à battre Lorient lors de cette rencontre comptant pour la 29e journée de Ligue 1, le PSG a dit adieu à ses chances de titre. C’est terrible ! Vous rendez-vous compte de ce que ça signifie ?

Ça signifie que des gens présentés comme des spécialistes du football (majoritairement des journalistes professionnels) pensent qu’à 10 journées de la fin le 5e peut combler 10 points de retard et +9 de différence de but sur le premier mais aussi 5 ou 6 points sur 3 autres équipes. Vous le savez, il y a longtemps que je n’y crois plus. A la fin du mercato, lorsque j’ai dû constater avec effroi que le PSG ne recrutait personne, j’étais catastrophé. J’ai ensuite rapidement sombré dans le pessimisme, ceci dès la mi-février avec le 0-0 concédé à domicile contre Lens.

Depuis le début de l’année 2011 le PSG n’est que rarement bon ET réaliste. Contre Lorient le PSG n’a été ni bon, ni réaliste. Dans ces conditions, comment gagner ?

Lire la suite...

vendredi 11 mars 2011

Doit-on être déçu ?

Bandeau Europa League

Stade magnifique doté d’une pelouse parfaite… mais tribunes très partiellement remplies, un aigle assez ridicule comme mascotte (en ce moment il n’y a pas de véritable aigle), une équipe très remaniée… A priori ça ressemblait à un match amical, c’était un match de coupe d’Europe.

Honnêtement, en voyant la composition d’équipe du PSG pour son 8e de finale aller d’Europa League au Stade de la Luz contre un Benfica ayant pour objectif principal de briller dans cette compétition, qui ne s’est pas dit que les Parisiens allaient à l’abattoir ?

Lire la suite...

jeudi 3 mars 2011

Qualif aux forceps.

banderole Coupe de France PSG, LOSC, Nice et Angers. Il en fallait 4, on les a, 2 de ces clubs s’affronteront le 14 mai au Stade de France pour remporter la Coupe de France respectivement pour la 9e, 6e, 4e et première fois. Le PSG espère bien conserver son titre, ce qui n’a plus été fait depuis Nantes il y a 11 ans. La L1 a finalement 3 représentants dans le dernier carré après avoir été décimée lors des premiers tours.

Aucun des 3 rescapés de l’élite n’a eu la partie facile, ils y ont tous laissé des plumes. Je vais bien sûr commencer par le PSG, j’irai assez vite sur les autres rencontres.

PSG-Le Mans FC, les Sarthois sont leaders de la L2, pour cette raison ils ont donné leur chance à plusieurs de leurs remplaçants habituels, sans compter que 2 ou 3 étaient blessés, en particulier le gardien et capitaine, Didier Ovono. Kombouaré ne pouvait pas se permettre d’aligner sa meilleure équipe, de toute façon ce n’était pas souhaitable, pour pouvoir conserver tout son effectif sur le pied de guerre. Comment se sentir plus concerné qu’en étant réellement concerné ? Des qualifications aux différents tours des coupes dépend leur temps de jeu de plusieurs des éléments alignés mercredi (un mercredi à 19h, programmation foireuse), ne comptez pas sur eux pour lâcher l’affaire.

Lire la suite...

vendredi 25 février 2011

Mission accomplie.

Bandeau Europa League Passer tout près d’un énorme fiasco alors que tout semblait aller pépère, qu’on n’envisageait même pas que ça puisse partir en sucette. On a tous vécu ça… Ne me dites-pas le contraire, vous avez forcément ressenti au moins une fois ce soulagement qui vous donne presque envie de rire pour évacuer la pression due à ce coup de stress.

Contre le BATE Borisov, le PSG devait passer sans trop de problèmes après son match nul 2-2 à l’extérieur. La qualification a finalement été obtenue… Si on fait le bilan de ce match, le principal élément à inscrire dans la colonne du positif ou dans celle du négatif, c’est bien la qualification, non ? Si on se penche sur la manière, tout de suite, c’est nettement moins reluisant. Si je n’avais vu OM-Manchester United mercredi soir, j’aurais pu être extrêmement sévère concernant ce 16e de finale retour d’Europa League. OM-MU a été si horrible qu’à côté PSG-BATE passerait presque pour un sommet du football international, car au moins, il y a eu des actions, des occasions de but, quelques arrêts, des frayeurs, des joueurs volontaires (pas tous). Je vous le concède, certains gestes techniques vus jeudi soir au Parc ont été magnifiquement ratés, toutefois je ne suis pas sûr d’avoir vu une bonne passe entre Marseillais et Mancuniens, les Red Devils étaient presque plus pathétiques que les Sardines. La Ligue des Champions est parfois au niveau de la CFA2. Mercredi, devant ta télé, tu ne savais pas si tu allais t’endormir ou si tu dormais déjà, si ce spectacle de désolation était réel ou s’il s’agissait d’un mauvais rêve.

Lire la suite...

jeudi 3 février 2011

Gui-Gui est Grand !

banderole Coupe de France Un de plus ! Martigues s’est ajouté à la liste des clubs qui espéraient réaliser l’exploit de sortir le Paris de la Coupe de France mais ont finalement dû se rendre à l’évidence : le pire tirage possible, c’est d’affronter le PSG.

Même avec 8 remplaçants sur 11 et Saaammmmmyy titulaire (+capitaine !) les Parisiens ont réussi à se sortir d’un traquenard terrible, un voyage en terre particulièrement hostile chez les charcleurs, un endroit où Paris Hilton aime séjourner car elle s’y sent très aimée «Paris ! Paris ! On t’en*ule ! », une contrée où l’OM est populaire au point qu’on est toujours prêt à lui donner un coup de main (un coup de main pour l’OM c’est un coup de crampons sur un joueur parisien, moins le PSG aura de joueurs valides, plus les chances de l’OM de finir dans les 3 premiers seront éloignées de 0), un horaire inhabituel (17h un mercredi, ceci dit Martigues en a encore moins l’habitude et joue très rarement en milieu de semaine), le 4e d’une série de 5 déplacements consécutifs…

Au moins les conditions de jeu étaient plutôt bonnes, une dizaine de degrés, du soleil, la pelouse la plus praticable connue par les Parisiens en match officiel depuis des temps immémoriaux. Les Rouge et Bleu étaient en rouge et bleu, leur maillot ressemblait à un vrai maillot… ça aurait pu être bien pire.

Je dois vous avouer que tout en restant très confiant sur la qualification, je n’étais pas rassuré…

Lire la suite...