Mot-clé - Nicole Schmidhofer

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 9 janvier 2016

Du classique, pas de classique.

Cette journée aurait dû être classique pour la Coupe du monde de ski alpin avec une épreuve masculine très prisée car presque légendaire et une épreuve féminine tout ce qu’il y a de plus commune. Mais non. Finalement, il n’y a eu qu’une course sur une piste de remplacement dans un format ressorti d’un fond de tiroir.

Finalement, le seul truc classique est le nom de la grande triomphatrice du jour. Une certaine Lindsey Vonn.

Lire la suite...

samedi 5 décembre 2015

La chance au masculin.

Je vous le dis honnêtement… là, sur le moment, j’ai le seum. En ce début de saison du blanc, les places d’honneur pleuvent pour les différentes équipes de France de ski alpin. Mais ça ne score pas beaucoup. La réussite manque vraiment. 4e, 5e, au bout d’un moment, ça saoule. Particulièrement quand ça se passe comme au super-G masculin de Beaver Creek.

En ski alpin, rien ne vaut une course disputée dans des conditions permettant à tous les engagés d’avoir les mêmes chances d’être performants. S’agissant d’un sport d’extérieur très soumis aux aléas météorologiques, il arrive souvent que des courses ne soient pas régulières. Il faut faire avec et l’accepter en se disant que la victime d’un jour en sera le bénéficiaire une autre fois. Quand 2 des gros leaders sont aussi chanceux que Marcel Hirscher et Ted Ligety, partis pile dans les bonnes fenêtres météo alors que chacun de leurs adversaires se lançait à l’aveugle sous la neige et dans le brouillard, qu’ils en profitent pour terminer aux 2 premières places, ça reste très dur à digérer.

Lire la suite...

vendredi 6 février 2015

D’un monde à l’autre. (ChM ski alpin)

ChM_ski_alpin_2015.jpg La glorieuse incertitude du sport…

Un jour, vous avez un super-G fantastique. Le lendemain, sur la piste d’à côté, vous avez une descente absolument nulle, sans aucun intérêt, avec un suspense à peu près digne d’un épisode de Colombo : en gros, vous connaissez la fin, reste juste à savoir comment on va s’acheminer jusqu’à cet épilogue. Seulement, Colombo, c’était sympa, j’étais fan étant petit. Malheureusement, en regardant cette course, j’ai vu autant de rebondissements et j’ai pris autant de plaisir que si j’avais regardé… un écran éteint.

Lire la suite...