samedi 29 avril 2017

Retour à la maison. (LdC féminine)

Pour tout supporter du PSG, le Parc des Princes, c’est la maison. Quelle plus belle occasion qu’une demi-finale retour de Ligue des champions féminine pour faire mon propre retour au Parc après de longues années d’absence ?

A vrai dire, s’il n’y avait aucun suspense et le match en lui-même, mon premier de football féminin au stade (après en avoir regardé un paquet à la télé), n’a pas été fou, j’en garderai un super souvenir.

Lire la suite...

dimanche 7 août 2016

Dans les grandes lignes. (Trophée des Champions)

Le Trophée des champions ? En principe, je m’en cogne au moins autant que le public autrichien, venu très peu nombreux à Klagenfurt, où il a été organisé (dans un stade beaucoup trop grand, sur une pelouse de qualité médiocre).

Sincèrement, choisir de le programmer le premier jour des JO alors que la veille la voie était libre pour attirer un peu d’intérêt médiatique… La nouvelle équipe de la LFP est au moins aussi compétente que la précédente, c’est rassurant. (^^)

En principe, écrivais-je, le Trophée des Champions, je m’en cogne. Mais dans la mesure où il s’agissait des débuts officiels d’une nouvelle ère au PSG, l’ère Unai Emery, qui succède à l’ère Ibra (et non l’ère Laurent Blanc), ce match était intéressant. Qui plus est, il permettait de voir le PSG affronter ce qui doit être son principal adversaire en Ligue 1 cette saison, à savoir l’OL.

Lire la suite...

jeudi 13 novembre 2014

Lyon (enfin) domptable ! (LdC et D1 féminine)

Paris_passe__Lyon_trepasse__.jpg Il n’y a rien de plus savoureux et de plus jouissif que d’entendre Aulas réagir en mauvais perdant après une claque reçue par son équipe. Allez, je vous le concède, j’exagère un peu, en réalité c’est plus la cerise sur le gâteau. Mais la meilleure cerise du monde !

Et cette déclaration, on y a eu droit mercredi soir : «C'est l'équipe la plus défensive qui, sans prendre de risque, a réussi à se qualifier. Quand on est entraîneur et éducateur, cela ne fait pas plaisir car on essaie de faire la promotion du jeu offensif. Je crois que Paris n'a aucune occasion hormis sur le but alors qu'il y a une faute sur Amandine Henry sur l'action dans la surface de réparation. Je ne sais pas si c'est un hold-up ou si c'est la chance du côté des Parisiennes. C'est l'équipe la plus frileuse qui l'a emporté. C'est dommage car ce sont deux équipes françaises qui sont aussi parmi les meilleures en Europe et donc l'une des deux va se retrouver sur les tâches du championnat de France. Je ne pense pas que ce soit un passage de témoin. On a vu que l'OL avait une avance considérable sur la qualité du jeu et sur le collectif. Maintenant, quand vous accumulez un certain nombre de joueuses de grand talent vous pouvez espérer réussir des matches. Je n'ai pas l'impression d'avoir vu un passage de témoin mais plutôt une équipe très chanceuse qui a réussi à marquer un but sur son unique action. Le passage de témoin se fera si le PSG est champion de France en fin de saison

Lire la suite...

lundi 7 avril 2014

Plus d’euros, plus d’Euro.

UEFA, tout pour le fric. C’est officiel, l’UEFA a décidé de créer la Ligue des Nations. De quoi s’agit-il ? D’une nouvelle compétition conçue officiellement pour remplacer les matchs amicaux internationaux présentés comme sans intérêt. En réalité, il s’agit à terme de remplacer l’Euro.

Bien sûr, on ne vous le présente pas ainsi, pourtant tout porte à le croire, ce sera bien le cas à moyen terme. Les indices concordent. L’opération se fait en 4 étapes.

1. Dévaloriser l’Euro en le faisant passer à 24 participants au lieu de 16, ce qui va tuer l’intérêt des qualifications (qualifier près de la moitié des équipes va générer mécaniquement une multiplication des matchs en bois), et donner lieu à une affligeante modification du format (on aura donc des poules de 4 avec qualification des meilleurs troisièmes – un b*rdel pas possible, une équipe peut remporter la compétition avec 2 nuls et une défaite en poule – et plus de matchs à la c*n).
2. Créer la Ligue des Nations à partir de 2018 en s’inspirant de la Ligue des Champions, comme son nom l’indique.
3. Organiser l’Euro 2020 dans un tas de pays différents au lieu d’avoir une réelle phase finale, une manœuvre ayant pour but de nous habituer à la disparition de l’Euro comme on le connaît depuis déjà pas mal d’années (une grande fête populaire dans 1 voire 2 pays). En somme, le mode d’organisation sera assez proche de celui de la Ligue des Nations.
4. Remplacer l’Euro qui n’aura plus grand intérêt par la Ligue des Nations où le système de divisions séparera les gros des petits et garantira d’avoir presque uniquement des matchs à enjeu (la qualification pour la phase finale ou éviter la relégation).

La motivation profonde des dirigeants de l’UEFA ne fait aucun doute : générer toujours plus d’argent. Ils nient fermement, on ne peut pas les croire. Cette motivation est permanente dans absolument toutes les décisions de cette fédération internationale. En l’occurrence, en remplaçant les rencontres amicales par des compétitions officielles et en multipliant les grosses affiches (en première division devrait y avoir un maximum de grosses affiches), elle crée un produit supplémentaire à vendre aux chaînes de télé.

Lire la suite...

vendredi 30 août 2013

Tu l’as vu ?

Tu l’as vu ?
-Qui ?
-Mon c*l !»

Comment peut-on avoir autant de c*l, être d’aussi gros chatt*rds ? En principe, les tirages au sort – en l’occurrence celui des poules de la Ligue des Champions – sont des cérémonies longues et extrêmement ennuyeuses, quand on les regarde on est stressé… Pour une fois, on en redemande ! Le PSG s’est gavé, avoir une chance pareille, c'est indécent !

Certains s’inquiétaient que le PSG soit remonté jusqu’au chapeau 2 car le chapeau 3 devaient contenir plein de pièges. La piteuse élimination de l’OL, club en pleine déliquescence, a fait remonter la Juve dans le 2, ce qui laissait toutefois Manchester City, le Borussia Dortmund et le Zénith Saint-Pétersbourg dans le 3e saladier. Dans le dernier, il fallait absolument éviter Naples et si possible la Real Sociedad (qui a fait l'amour à la CFA améliorée de l'OL), le Celtic Glasgow étant aussi une potentielle source de problèmes.

Lire la suite...

mardi 16 juillet 2013

Rêvons avec la Ligue 1.

Ligue 1, saison 2013-2014


Je vous propose de faire un petit tour rapide de l’état et des ambitions des clubs français.

On va prendre comme ordre le classement de la saison passée.


Cavani a signé au PSG… Normal ! C'est très cher, mais Monaco avait qu'à ne pas dépenser 60 millions pour Falcao, ils ont vexé les Qataris. Au jeu de qui a le plus gros carnet de chèques, j'ai une petite idée de qui va gagner.

  • PSG : rêvons plus grand.



José Anigo se fait des 5 contre 1 tous les jours en fantasmant sur les venues de Chantôme et Rabiot à l’OM. Il y a quelques années, les arrivées de Cana, Mbani, Dehu ou encore Fiorèse, c’était lui… Il a aussi voulu Sorin, Luyindula… il a fini par avoir Ketchupman mais bien après son passage à Paris. Le gars est obnubilé. Pas de chance pour lui, Rabiot n’est absolument pas à vendre et Chantôme, s’il devait partir, ne serait pas abordable pour les finances marseillaises. Et même s’il l’était, il irait très probablement ailleurs (pas mal de très bons clubs le veulent, notamment en Angleterre).
Euh… L’OM rêve aussi d’Alessandrini (de Rennes) et de Thauvin (du LOSC), la façon d'agir pour tenter de les attirer est très peu respectueuse des autres clubs. Attention au retour de bâton.

  • OM : rêvons des joueurs du PSG/rêvons des joueurs des autres.


Lire la suite...

jeudi 16 mai 2013

Ma lettre à Carlo Ancelotti.

M. Ancelotti,

Je vous écris cette lettre pour une raison simple, je soouhaite vous exprimer mon souhait le plus cher, vous voir rejoindre le Real Madrid au plus vite. Ou un autre club d’ailleurs, peu importe. Autrement dit, je vous demande de suivre vos aspirations profondes et de quitter votre poste rapidement afin de permettre aux dirigeants de préparer votre succession sans attendre.

Il est actuellement de bon ton de vous encenser car vous avez mené le PSG au titre de champion de France, le premier depuis 1994. Vous encenser, j’en suis incapable. Il m’est impossible de partager l’admiration que de nombreux supporters et journalistes vous témoignent car vous de la méritez pas. Cet enthousiasme béat me laisse songeur. N’ont-ils aucune mémoire, sont-ils aveugles ou ont-ils juste mis des œillères ? Ont-ils peur du lendemain ? Parfois mieux vaut divorcer avant qu’un mauvais mariage ne dégénère au lieu de se forcer à vivre avec quelqu’un qui n’est pas fait pour soi. Peu importent leurs raisons, les faits sont là, ils ont perdu tout sens critique à votre endroit, vous pourriez titulariser Sirigu en meneur de jeu, ils applaudiraient votre audace comme ils l’ont souvent fait, par exemple en vous voyant préférer Bisevac à Jallet et Cearà au poste de latéral droit ou encore décaler Matuidi au poste de milieu offensif gauche.

En une saison ½ depuis votre arrivée, le PSG aura décroché un seul titre national sur 5 possibles malgré une puissance surnaturelle pour un club de Ligue 1. On n’avait pas vu une armada comparable en France depuis l’arrêt Bosman. Ces résultats relativement décevants ne sont presque secondaires à côté du problème de fond. Celui-ci est double : les progrès de l’équipe sont presque uniquement dus au recrutement et vous n’avez presque rien fait pour vous inscrire dans la durée, pour préparer l’avenir. A vrai dire, mes griefs à votre encontre sont nombreux.

Tout d’abord, il est important d’expliquer le pourquoi de cette lettre.

Lire la suite...

dimanche 6 janvier 2013

La "Vieille Dame" a mal vieilli. (CdF)

banderole Coupe de France De plus en plus, la Coupe de France me barbe en raison de la façon dont elle est organisée, arbitrée, mise en scène et "promue". Elle est devenue un prétexte supplémentaire pour cracher sur le football professionnel. Il lui faut un lifting.

Plus le temps passe, plus mon enthousiasme la concernant recule. Il y a quelques années, elle m’intéressait à partir des 32e de finale. Plus les saisons passent, moins elle m’emballe. Désormais j’attends les affiches intéressantes pour commencer à la suivre au même titre que les autres compétitions.

Lire la suite...

jeudi 20 décembre 2012

Tirage (presque) au sort. (LdC et EL)

Ligue des Champions Le mardi 12 février à l’extérieur, le mercredi 6 mars au Parc. 3 semaines entre l’aller et le retour. Une raison de plus de détester la réforme Platini. La Ligue des Champions n’est plus une compétition sportive, c’est une machine à fric.

Les tirages au sort ont été effectués tant pour déterminer les affiches des huitièmes de finale de la LdC que celles des seizièmes et huitièmes de finale de l’Europa League. Désormais, on sait ce qui attend les 3 seuls rescapés français suite aux éliminations sèches et presque pitoyables de Lille et Montpellier en C1 ainsi que de l’OM en C3. Le PSG, l’OL et les Girondins ont tous terminé à la première place de leur poule et joueront le retour à domicile, les 2 premiers – qui sont aussi les 2 premiers en L1 – ont même engrangé le plus de points toutes poules confondues.

Si Paris s’en sort a priori assez bien, justifiant l’intérêt de batailler pour terminer en tête de son groupe lors de la première phase, Lyon et Bordeaux sont nettement moins gâtés.

Lire la suite...

lundi 17 décembre 2012

Matuidi mange du Lyon. (L1, J18)

Ligue 1 - 2012-2013 Blaise Matuidi est un joueur hors-normes, le PSG est de nouveau leader de la Ligue 1. Voilà comment résumer la situation de façon particulièrement concise. Paris a battu Lyon juste avant la fin de la phase aller, confirmant face à son adversaire principal pour le titre les progrès gigantesque de l’équipe depuis la révolution tactique ENFIN opérée face à Porto.


Les temps changent. Un des signes les plus évidents de cette affirmation est que le PSG ne compte plus aucun ancien Lyonnais excepté Bodmer, redevenu un blessé chronique depuis la transformation du staff technique en armée mexicaine composée d’au moins autant de préparateurs physiques que de joueurs. (Luyindula n’existe plus et va partir.) A l’inverse, l’OL s’appuie sur un titulaire recruté cet été en quémandant auprès du PSG dans l’espoir de récupérer un chauffeur de banc, Bisevac. J’ai toujours trouvé le Serbe surcoté, son départ était une bonne chose, il aura permis d’éviter à Ancelotti de déconner de nouveau en le faisant jouer latéral, mais aussi de libérer une place de joueur extérieur à l’espace économique européen (place destinée à Lucas Moura), et… aura aidé Ibrahimovic à trouver Matuidi pour inscrire le seul but du choc du championnat, le match opposant le premier et futur 2e au 2e et futur premier.

Lire la suite...

vendredi 31 août 2012

Fortunes diverses.

Le verdict du tirage au sort est tombé, on connaît les adversaires des clubs français en Ligue des Champions mais aussi en Europa League. Le PSG et le LOSC figuraient dans le 3e chapeau, Montpellier dans le 4e, alors qu’en EL les 3 représentants de la L1 figuraient parmi les têtes de série. En cette saison extrêmement importante pour notre football, quelques faveurs du hasard étaient espérées.

Le sort a réservé des fortunes diverses aux clubs français (et aux clubs étrangers). Le PSG a été bien servi, Montpellier aurait pu tomber sur pire, Lille pouvait espérer mieux. En EL, il faudra se méfier.

Lire la suite...

lundi 20 août 2012

Grotesque. (L1, J2)

Ligue 1 - 2012-2013 Pas de but. Seulement 4 occasions ½ en 90 minutes plus… 15. AC Ajaccio-PSG, match vedette – ou du moins grande affiche choisie par Canal+ – de la 2e journée de Ligue 1, en a déçu plus d’un. "Grotesque" est le mot qui résume le mieux la soirée.

Du grotesque, on en a vu à tous les niveaux : certains acteurs de la rencontre ont été ridicules, l’arbitrage a été bidon, on a fini avec un sketch, et en bonus, parce que ce n'était pas encore assez grotesque, la vanne du président.

Pour la première fois de son histoire, l’AC Ajaccio a fait le plein de spectateurs à domicile. Il y a fort à parier que le PSG va jouer chacun de ses matchs à l’extérieur dans des stades à guichets fermés contre des équipes prêtes à tout pour arracher un point.

Lire la suite...

lundi 28 mai 2012

La semaine dernière… (21 au 27 mai 2012)

Personne n’en a parlé, mais cette semaine on a passé J-100 avant les Jeux Paralympiques de Londres 2012. Londres, on va surtout en parler sous l’angle des JO car l’actu de l’équipe de France olympique est dense. Bien sûr, au programme il n’y a pas que du sport et des sportifs français, on a aussi pas mal de disciplines et de sujets sans rapport avec les Jeux.

Au menu : du handball (surtout du handball féminin), de la boxe (surtout la boxe olympique, dont la boxe féminine), du BMX, de l’aviron, du football (dont une page de football féminin), de la gymnastique, de la natation (natation course, natation synchronisée), de l’athlétisme (vu sous plusieurs angles dont un très… particulier), du tennis, du squash, du rugby, du basket, de l’escrime, du cyclisme, du tir à l’arc, du triathlon, du saut d’obstacles, et pour finir une touche de judo. On glosera aussi à propos des dernières décisions du CIO.

Lire la suite...

dimanche 20 mai 2012

Le devoir d’oubli.

Ligue des Champions On nous parle souvent de devoir de mémoire à propos de tout et de rien… J’invoque le devoir d’oubli ! Le monde DOIT oublier l'édition 2011-2012 de la Ligue des Champions. Quelle purge ! Quel ennui ! Pendant 80 minutes, c’était bidon ! Ensuite, c’est devenu n’importe quoi. Bien sûr, pour les supporters de Chelsea, pour les adorateurs de Didier Drogba, la finale de la Ligue des Champions 2012 restera un super souvenir. Pour les autres – dont moi – elle est déjà à oublier. Le Bayern Munich avait la chance de jouer cette finale à domicile après s’être qualifié aux tirs au but contre le Real, Chelsea avait la chance… d’y participer, ce qui était déjà très bien compte tenu du parcours de ce club avec des qualifications miraculeuses, souvent sans jouer au ballon, en particulier contre le Barça. Les deux clubs ont laissé des plumes dans leurs combats pour la qualification, beaucoup de leurs joueurs étaient suspendus, c’était vraiment la finale du bricolage.

Lire la suite...

mardi 15 mai 2012

Et Nicollin banda…

Ligue 1 saison 2011-2012 Si à la lecture du titre vous avez eu une vision d’horreur, j’en suis désolé. Il s’agit pourtant du fait marquant de la 37e journée de Ligue 1. Nous sommes à la 94e minute de Montpellier-LOSC, soit 7 ou 8 minutes après la fin du match au Parc des Princes (bonjour l’équité…), Olivier Giroud par un centre grâce à une longue ouverture, un Lillois se laisse manger, l’autre ne regarde pas ce qui se passe autour de lui, Karim Aït-Fana a suivi, il profite du centre en retrait pour marquer dans le but vide, le MHSC est quasiment champion – seulement quasiment, du coup Thiriez, qui attendait avec le trophée sur le parking du stade de la Mosson, a dû plier bagages – grâce à ses 3 points d’avance sur le PSG avant la dernière journée et un déplacement chez les papys gâteux… D’où la réaction dans le pantalon de papy graveleux.

Lire la suite...

La semaine dernière EN FOOTBALL… (7 au 14 mai 2012)

L’actualité footballistique était si riche cette semaine que j’ai décidé de faire un spécial foot. J’ai même ajouté lundi pour pouvoir y inclure 2 ou 3 sujets supplémentaires. Ne manquez surtout pas la vidéo à la fin !

Entre autres sujets, il va être question de l’équipe de France.

Lire la suite...

mardi 8 mai 2012

Faites vos jeux !

Ligue 1 saison 2011-2012 Début de journée le dimanche, fin le lundi. On n’a pas l’habitude. Pourrait-on éviter de reproduire ça ? Je me demande en effet si ça n’aurait pas perturbé les joueurs car 3 matchs sans but, on n’avait encore jamais vu ça en Ligue 1 cette saison avant la 36e journée.

Heureusement, pour contrebalancer, on a aussi eu 2 rencontres folles par leur scénario et très prolifiques en buts. Les résultats ont renforcé le suspense pour la 5e place, idem en ce qui concerne la lutte pour le maintien, et en haut rien n’a bougé. Conclusion, on va avoir une 37e journée de folie, les 10 matchs auront tous un enjeu réel. Qui tirera le gros lot ? Qui sera ruiné ? Faites vos jeux !

Cet enthousiasme doit toutefois être modéré : on a l’impression que 3 ou 4 équipes ne jouent plus vraiment le jeu.

Lire la suite...

36e journée de L1, les matchs.

Ligue 1 saison 2011-2012c Quel contraste ! Lors de la 36e journée de Ligue 1, on a eu à la fois 2 matchs très riches en buts avec le bonus scénario improbable… et 3 nuls 0-0, une première cette saison (le record était de 2 lors de la 5e journée, idem lors de la 19e journée avec une particularité, on avait vu un 4-4 et un 2-4, cette fois on a vu un 3-4 et un 2-4… étonnant, non ?).

Pour l’analyse de la 36e journée, c’est une autre page, cliquez ici.

Lire la suite...

lundi 7 mai 2012

La semaine dernière… (30 avril au 6 mai 2012)

Quelques événements dramatiques et/ou terrifiants ont marqué la semaine, notamment en natation et en basket. Certaines nouvelles ont provoqué chez moi du dégoût ou de l’agacement. Heureusement, le sport nous offre aussi des émotions beaucoup plus positives.

Il sera à plusieurs reprises question de dopage, on va parler de Londres 2012, c’est évident, mais il sera aussi question d’énormément d’autres sujets. On a, dans le désordre, du basket, de la boxe, du football, du rugby, du taekwondo, du badminton, du handball, du tennis, du squash, du hockey sur glace, de l’athlétisme, du tir, de la voile olympique, de la lutte, du tir à l’arc, de l’escrime, de l’aviron, et même du short-track.

Lire la suite...

lundi 30 avril 2012

La parabole du semeur.

Ligue 1 saison 2011-2012 A leurs 20 ans, 7 frères avaient chacun reçu de leur père une parcelle de son domaine. Un soir d’hiver, partageant une soupe afin de se réchauffer en période de grand froid, leur père les invita à programmer une grande fête le premier jour de l’automne suivant, fête lors de laquelle chacun apporterait ce qu’il aurait pu récolter grâce à sa terre.

L’aîné, très fier de son potager la première saison après sa création, avait pris l’habitude depuis 10 ans de replanter les mêmes choses aux mêmes emplacements, si bien que le sol s’était progressivement épuisé. Fidèle à ses habitudes, il recommença exactement comme il l’avait toujours fait. Ses graines levèrent mais les plantes ne purent se développer, elles dépérirent rapidement. En conséquence, il n’obtint rien si ce n’est de mauvaises herbes.

Le cadet, habitué à se nourrir grâce à son potager, fit ses plantations, dévora goulument ses premières récoltes, pensant que commencer à faire des réserves au début de l’automne suffirait à avoir de quoi se régaler tout l’hiver et offrir le couvert à sa famille. Les caprices du temps en décidèrent autrement, la grêle ravagea son jardin et il se trouva fort dépourvu, quand l’automne fût venu.

Lire la suite...

- page 1 de 7