lundi 3 mars 2014

Sans saveur. (L1, J27)

Ligue 1, saison 2013-2014 L’Histoire ne retiendra qu’une victoire banale. Autrement dit, presque rien. Pourtant, il s’agissait de l’affiche la plus médiatisée du championnat.

Pendant des années, avant une Grande Sardinade, comme tout supporter du PSG qui se respecte, j’étais stressé. Normal. On ne savait jamais à quoi s’attendre, on espérait la victoire, on craignait la défaite, n’importe quel but même très moche et contre le cours du jeu – a fortiori contre le cours du jeu – pouvait être vécu comme une libération, il entrait dans la légende du club de façon quasi automatique, restait gravé dans la mémoire de chacun.

Désormais, ce n’est plus le cas. Il n’y a plus d’appréhension. A moins de se balader à poil dans la rue – le 2 mars, il fait encore bien frais dehors – aucun Parisien ne pouvait trembler en pensant à ce match.

Désormais, la principale interrogation concerne le score. Et encore… On sait que le PSG va gagner en marquant 2 buts (ça qui s’était produit lors des 6 précédentes confrontations). L’absence de suspense n’explique pas à elles seule pourquoi j’ai trouvé cette seconde Grande Sardinade de la saison extrêmement fade.

Lire la suite...

lundi 7 octobre 2013

#SardineFadaForever. (L1, J9)

Ligue 1, saison 2013-2014 Certains médias ont tenté d’imposer le terme de "Clasico" pour des raisons purement commerciales. D’autres ont décidé de copier les Espagnols en prenant au moins la peine de franciser ce mot, ils parlent de "Classique". Je milite pour faire comprendre au monde qu’un OM-PSG ou PSG-OM est en réalité une "Grande Sardinade", néanmoins il faut bien l’avouer, le premier de la saison 2013-2014 restera un classique.

Cette rencontre est entrée dans la légende non pas en raison de sa qualité, extrêmement médiocre à tous les niveaux (technique, tactique, engagement, etc.), mais grâce à son scénario. L’arbitrage de M. Turpin, particulièrement en vue, très peu à son avantage, a grandement contribué à transformer une bouse en pièce d’anthologie.

Lire la suite...

vendredi 30 août 2013

Tu l’as vu ?

Tu l’as vu ?
-Qui ?
-Mon c*l !»

Comment peut-on avoir autant de c*l, être d’aussi gros chatt*rds ? En principe, les tirages au sort – en l’occurrence celui des poules de la Ligue des Champions – sont des cérémonies longues et extrêmement ennuyeuses, quand on les regarde on est stressé… Pour une fois, on en redemande ! Le PSG s’est gavé, avoir une chance pareille, c'est indécent !

Certains s’inquiétaient que le PSG soit remonté jusqu’au chapeau 2 car le chapeau 3 devaient contenir plein de pièges. La piteuse élimination de l’OL, club en pleine déliquescence, a fait remonter la Juve dans le 2, ce qui laissait toutefois Manchester City, le Borussia Dortmund et le Zénith Saint-Pétersbourg dans le 3e saladier. Dans le dernier, il fallait absolument éviter Naples et si possible la Real Sociedad (qui a fait l'amour à la CFA améliorée de l'OL), le Celtic Glasgow étant aussi une potentielle source de problèmes.

Lire la suite...

mardi 16 juillet 2013

Rêvons avec la Ligue 1.

Ligue 1, saison 2013-2014


Je vous propose de faire un petit tour rapide de l’état et des ambitions des clubs français.

On va prendre comme ordre le classement de la saison passée.


Cavani a signé au PSG… Normal ! C'est très cher, mais Monaco avait qu'à ne pas dépenser 60 millions pour Falcao, ils ont vexé les Qataris. Au jeu de qui a le plus gros carnet de chèques, j'ai une petite idée de qui va gagner.

  • PSG : rêvons plus grand.



José Anigo se fait des 5 contre 1 tous les jours en fantasmant sur les venues de Chantôme et Rabiot à l’OM. Il y a quelques années, les arrivées de Cana, Mbani, Dehu ou encore Fiorèse, c’était lui… Il a aussi voulu Sorin, Luyindula… il a fini par avoir Ketchupman mais bien après son passage à Paris. Le gars est obnubilé. Pas de chance pour lui, Rabiot n’est absolument pas à vendre et Chantôme, s’il devait partir, ne serait pas abordable pour les finances marseillaises. Et même s’il l’était, il irait très probablement ailleurs (pas mal de très bons clubs le veulent, notamment en Angleterre).
Euh… L’OM rêve aussi d’Alessandrini (de Rennes) et de Thauvin (du LOSC), la façon d'agir pour tenter de les attirer est très peu respectueuse des autres clubs. Attention au retour de bâton.

  • OM : rêvons des joueurs du PSG/rêvons des joueurs des autres.


Lire la suite...

jeudi 16 mai 2013

Ma lettre à Carlo Ancelotti.

M. Ancelotti,

Je vous écris cette lettre pour une raison simple, je soouhaite vous exprimer mon souhait le plus cher, vous voir rejoindre le Real Madrid au plus vite. Ou un autre club d’ailleurs, peu importe. Autrement dit, je vous demande de suivre vos aspirations profondes et de quitter votre poste rapidement afin de permettre aux dirigeants de préparer votre succession sans attendre.

Il est actuellement de bon ton de vous encenser car vous avez mené le PSG au titre de champion de France, le premier depuis 1994. Vous encenser, j’en suis incapable. Il m’est impossible de partager l’admiration que de nombreux supporters et journalistes vous témoignent car vous de la méritez pas. Cet enthousiasme béat me laisse songeur. N’ont-ils aucune mémoire, sont-ils aveugles ou ont-ils juste mis des œillères ? Ont-ils peur du lendemain ? Parfois mieux vaut divorcer avant qu’un mauvais mariage ne dégénère au lieu de se forcer à vivre avec quelqu’un qui n’est pas fait pour soi. Peu importent leurs raisons, les faits sont là, ils ont perdu tout sens critique à votre endroit, vous pourriez titulariser Sirigu en meneur de jeu, ils applaudiraient votre audace comme ils l’ont souvent fait, par exemple en vous voyant préférer Bisevac à Jallet et Cearà au poste de latéral droit ou encore décaler Matuidi au poste de milieu offensif gauche.

En une saison ½ depuis votre arrivée, le PSG aura décroché un seul titre national sur 5 possibles malgré une puissance surnaturelle pour un club de Ligue 1. On n’avait pas vu une armada comparable en France depuis l’arrêt Bosman. Ces résultats relativement décevants ne sont presque secondaires à côté du problème de fond. Celui-ci est double : les progrès de l’équipe sont presque uniquement dus au recrutement et vous n’avez presque rien fait pour vous inscrire dans la durée, pour préparer l’avenir. A vrai dire, mes griefs à votre encontre sont nombreux.

Tout d’abord, il est important d’expliquer le pourquoi de cette lettre.

Lire la suite...

lundi 25 février 2013

La bouteille à moitié vide. (L1, J26)

Ligue 1 - 2012-2013 «Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse.» Tout le monde connaît cette phrase devenue une expression française assez courante. Elle a été écrite par Alfred de Musset dans un poème – interminable ce poème – intitulé La Coupe et les lèvres. Au PSG, on ne voit pas les choses ainsi.

En effet, les dirigeants du PSG croient l’importance du flacon nettement supérieure à celle de son contenu. Ils imaginent le flacon apte et suffisant à provoquer l’ivresse. Ils ont tout faux ! Leur but est sans doute de remporter la Ligue 1 – les libertés prises par rapport à l’histoire du club leur font sans doute mésestimer la Coupe de France – mais pour sûr, leur objectif avant tout de faire en sorte que Paris soit sur toutes les lèvres. Ils sont très fiers d’eux, très fiers de leurs nombreuses idées pour faire parler de leur marque, car oui, dans leur esprit le PARIS (Saint-Germain) n’est pas un club de foot, c’est une marque, le reste est accessoire. Ils en ont oublié le principal : en football le plus l’important est le spectacle produit par les joueurs sur le terrain, le cadre est seulement là pour le mettre en valeur, un cadre ne se suffit pas à lui-même, sinon il y a longtemps que la Joconde aurait été rangée dans les sous-sols du Louvre, les gens se déplaceraient du monde entier pour observer un rectangle en bois doré. Tu as beau acheter le poste de télévision le plus cher du marché, si tu l’allumes sur France 3 à l’heure de Derrick, tu t’ennuieras autant que si tu le regardes dans une vieux poste à l’écran à moitié flou.

Au final, que restera-t-il de la 3e Grande Sardinade de la saison ? Du positif, essentiellement le score (victoire 2-0, donc 3 points)… Et du négatif, en particulier le sentiment d’avoir été ridicule à cause de l’immense décalage entre le contenant et le contenu. La bouteille est à moitié vide, on attend toujours l’ivresse.

Lire la suite...

jeudi 1 novembre 2012

Sans Ibra, tout va ! (CdL, 1/8)

Coupe de la Ligue Le PSG a sorti l’OM de la Coupe de la Ligue et participera donc aux quarts de finale de cette compétition non négligeable malgré un format bidon. Le triple vainqueur en titre du trophée est tombé.

L’équipe A’ – ou mixte – alignée par Ancelotti a répondu aux attentes en réussissant à faire oublier l’absence de sa superstar en… jouant pas mal du tout et en maîtrisant son sujet. Et oui, pas de Zlatan Ibrahimovic, pas de problème, l’attaquant vedette a été remplacé par un collectif.

Bien sûr, l’OM a joué une heure à 10 (au lieu de jouer à 9 car Kaboré est un put*in de miraculé), ce qui a un peu faussé la donne, mais nonobstant cette situation et l’erreur d’arbitrage qui a facilité la tâche du PSG (on va y revenir), on peut tout de même tirer beaucoup d’enseignements positifs de cette Grande Sardinade, la 2e en moins d’un mois.

Lire la suite...

lundi 8 octobre 2012

Zlataner n’est pas jouer. (L1, J8)

Ligue 1 - 2012-2013

Je mérite une médaille. Je n’ai pas regardé une fois la première Grande Sardinade de la saison, je me suis aussi tapé le replay ! Quelle horreur ! Un 2-2 peut être tout pourri, ce match en est la preuve.

L’enjeu de cet OM-PSG était important, il s’agissait pour les visiteurs de prendre la tête du championnat (à la différence de but… à 30 journées de la fin^^), les locaux cherchant quant à eux à la conserver. Ces dernières années il était arrivé de temps en temps qu’une grande Sardinade soit un duel de haut de tableau, mais ça restait relativement rare. Qu’il s’agisse d’un duel entre le leader et son dauphin ne s’était plus produit depuis le XXe siècle, il y a près de 20 piges (18 saisons je crois). Après ce choc, je regrette cet état de fait : si cette affiche avait opposé le 19e au 16e, on aurait pu comprendre la pauvreté du spectacle. Là, on en est réduit à constater le niveau technique désastreux, l’absence d’ambition, le manque de bon et l’excès de mauvais engagement… Après les 4 buts de la première période marqués un très faible nombre d’occasions franches – Zlatan Ibrahimovic n’a pas besoin d’occasion pour marquer – on n’a plus eu le droit à rien hormis à un peu de violence gratuite. En ce qui concerne le jeu… rideau !

Lire la suite...

vendredi 31 août 2012

Fortunes diverses.

Le verdict du tirage au sort est tombé, on connaît les adversaires des clubs français en Ligue des Champions mais aussi en Europa League. Le PSG et le LOSC figuraient dans le 3e chapeau, Montpellier dans le 4e, alors qu’en EL les 3 représentants de la L1 figuraient parmi les têtes de série. En cette saison extrêmement importante pour notre football, quelques faveurs du hasard étaient espérées.

Le sort a réservé des fortunes diverses aux clubs français (et aux clubs étrangers). Le PSG a été bien servi, Montpellier aurait pu tomber sur pire, Lille pouvait espérer mieux. En EL, il faudra se méfier.

Lire la suite...

mardi 15 mai 2012

Et Nicollin banda…

Ligue 1 saison 2011-2012 Si à la lecture du titre vous avez eu une vision d’horreur, j’en suis désolé. Il s’agit pourtant du fait marquant de la 37e journée de Ligue 1. Nous sommes à la 94e minute de Montpellier-LOSC, soit 7 ou 8 minutes après la fin du match au Parc des Princes (bonjour l’équité…), Olivier Giroud par un centre grâce à une longue ouverture, un Lillois se laisse manger, l’autre ne regarde pas ce qui se passe autour de lui, Karim Aït-Fana a suivi, il profite du centre en retrait pour marquer dans le but vide, le MHSC est quasiment champion – seulement quasiment, du coup Thiriez, qui attendait avec le trophée sur le parking du stade de la Mosson, a dû plier bagages – grâce à ses 3 points d’avance sur le PSG avant la dernière journée et un déplacement chez les papys gâteux… D’où la réaction dans le pantalon de papy graveleux.

Lire la suite...

La semaine dernière EN FOOTBALL… (7 au 14 mai 2012)

L’actualité footballistique était si riche cette semaine que j’ai décidé de faire un spécial foot. J’ai même ajouté lundi pour pouvoir y inclure 2 ou 3 sujets supplémentaires. Ne manquez surtout pas la vidéo à la fin !

Entre autres sujets, il va être question de l’équipe de France.

Lire la suite...

mardi 8 mai 2012

Faites vos jeux !

Ligue 1 saison 2011-2012 Début de journée le dimanche, fin le lundi. On n’a pas l’habitude. Pourrait-on éviter de reproduire ça ? Je me demande en effet si ça n’aurait pas perturbé les joueurs car 3 matchs sans but, on n’avait encore jamais vu ça en Ligue 1 cette saison avant la 36e journée.

Heureusement, pour contrebalancer, on a aussi eu 2 rencontres folles par leur scénario et très prolifiques en buts. Les résultats ont renforcé le suspense pour la 5e place, idem en ce qui concerne la lutte pour le maintien, et en haut rien n’a bougé. Conclusion, on va avoir une 37e journée de folie, les 10 matchs auront tous un enjeu réel. Qui tirera le gros lot ? Qui sera ruiné ? Faites vos jeux !

Cet enthousiasme doit toutefois être modéré : on a l’impression que 3 ou 4 équipes ne jouent plus vraiment le jeu.

Lire la suite...

36e journée de L1, les matchs.

Ligue 1 saison 2011-2012c Quel contraste ! Lors de la 36e journée de Ligue 1, on a eu à la fois 2 matchs très riches en buts avec le bonus scénario improbable… et 3 nuls 0-0, une première cette saison (le record était de 2 lors de la 5e journée, idem lors de la 19e journée avec une particularité, on avait vu un 4-4 et un 2-4, cette fois on a vu un 3-4 et un 2-4… étonnant, non ?).

Pour l’analyse de la 36e journée, c’est une autre page, cliquez ici.

Lire la suite...

lundi 30 avril 2012

La parabole du semeur.

Ligue 1 saison 2011-2012 A leurs 20 ans, 7 frères avaient chacun reçu de leur père une parcelle de son domaine. Un soir d’hiver, partageant une soupe afin de se réchauffer en période de grand froid, leur père les invita à programmer une grande fête le premier jour de l’automne suivant, fête lors de laquelle chacun apporterait ce qu’il aurait pu récolter grâce à sa terre.

L’aîné, très fier de son potager la première saison après sa création, avait pris l’habitude depuis 10 ans de replanter les mêmes choses aux mêmes emplacements, si bien que le sol s’était progressivement épuisé. Fidèle à ses habitudes, il recommença exactement comme il l’avait toujours fait. Ses graines levèrent mais les plantes ne purent se développer, elles dépérirent rapidement. En conséquence, il n’obtint rien si ce n’est de mauvaises herbes.

Le cadet, habitué à se nourrir grâce à son potager, fit ses plantations, dévora goulument ses premières récoltes, pensant que commencer à faire des réserves au début de l’automne suffirait à avoir de quoi se régaler tout l’hiver et offrir le couvert à sa famille. Les caprices du temps en décidèrent autrement, la grêle ravagea son jardin et il se trouva fort dépourvu, quand l’automne fût venu.

Lire la suite...

dimanche 29 avril 2012

34e journée de L1, les matchs.

Ligue 1 saison 2011-2012 On n’a joué que 9 matchs comptant pour la 34e journée de Ligue 1, le dernier aura lieu dans 2 semaines. Ce week-end, plusieurs équipes ont complètement craqué.

Pour l’analyse de la journée, c’est une autre page, cliquez ici.

Lire la suite...

mardi 24 avril 2012

Le jour où tout a (peut-être) basculé.

Ligue 1 saison 2011-2012 La 33e journée de Ligue 1 aura été sans réelle surprise, hormis peut-être la défaite de Toulouse (mais la dynamique d’Evian-Thonon-Gaillard et le calendrier peuvent l’expliquer en partie). 8 fois sur 10 le mieux classé l’a emporté, il y a eu un nul entre une équipe de bas de tableau et une du ventre mou. Si la logique a été respectée, la façon d’obtenir ces résultats permet de croire à un renversement de tendance au classement. Peut-être vient-on d’assister au jour où tout a basculé.

On a vu un Montpellier peu convainquant battre très difficilement l’équipe la plus bidon de France à l’extérieur – il a fallu un but du genou de Souleymane Camara… b*rdel… mais qu’ont les genoux des Camara ? celui de Zoumana a donné la victoire au PSG contre l’OL la saison dernière – et montrer des signes de grande nervosité. Après ce succès chanceux – ce n’est pas aussi chanceux que d’avoir tous vos numéros qui tombent au tirage du LOTO mais ça reste de la moule – les Héraultais devançaient le PSG de 5 points et possédaient une différence de buts assez nettement supérieur, ils commençaient déjà à se voir auréolés du titre de champion. Le lendemain, cet écart s’est réduit d’une façon qui aurait certainement marqué les esprits et peut-être renversé la pression. Pendant au moins quelques jours, elle n’est plus sur le PSG mais sur Montpellier. Ça nous annonce une 34e journée très intéressante.

Lire la suite...

dimanche 22 avril 2012

33e journée de L1, les matchs.

Ligue 1 saison 2011-2012 La 33e journée de Ligue 1 a été celle des erreurs défensives. Si toutes n’ont pas abouti à des buts – on aurait pu en avoir 50 en 10 matchs, on en a eu 28 – c’est parce que chez les attaquants de notre championnat l’efficacité n’est pas la première des qualités. Du moins c’est le cas de la plupart. En revanche, on a des arbitres vraiment top, certains ont le sens de la mesure, le sens du spectacle… Oui, je plaisante.

Pour l’analyse de la journée, c’est une autre page, cliquez ici.

Lire la suite...

mercredi 18 avril 2012

32e journée de L1, les matchs.

Ligue 1 saison 2011-2012 Compte tenu de la configuration très particulière de la 32e journée de Ligue 1 (finale de CdL samedi, 7 matchs dimanche, 1 lundi, 2 mercredi), j’ai galéré pour trouver des résumés, j’ai dû aller chercher sur les sites des clubs et même m’inscrire sur 2 d’entre eux (bien sûr en utilisant des pseudos farfelus)… Les résumés sont-ils partiaux ? En fait ça dépend des clubs, certains sont neutres, certains sont hyper incomplets, quelques-uns rendent assez fidèlement compte du contenu de la rencontre. On va faire avec ce qu’on a.

Pour l’analyse de la journée, c’est une autre page, cliquez ici.

Lire la suite...

dimanche 15 avril 2012

Le foot est mort ce soir.

Coupe de la Ligue On va faire très court pour résumer la finale de la Coupe de la Ligue entre l’OL et l’OM. Un mot suffit : abomination. Purge, ce n’est pas assez fort. Le foot est mort ce soir (samedi soir^^).

Allez, on va faire quelque-chose d’exhaustif. Au cours de cette rencontre il y a eu le néant absolu en première période, puis une tête de Morgan Amalfitano détournée comme il a pu par Lloris sur son poteau, un but de Brandao en prolongation, et un péno oublié par M. Lannoy sur Alexandre Lacazette à quelques minutes de la fin. Pour être totalement honnête, je n’ai pas vraiment regardé le match, ma télé était allumée mais je bossais sur mon ordi en écoutant la radio – sur RMC on avait du grand Jean-Michel Larqué, il commentait le match en découpant dans tous les sens, c’était grandiose – et en levant de temps en temps les yeux pour voir une passe ratée ou une faute. Par moment, j’ai mis le son de la télé, je ne regrette pas, car entendre l’arbitre parler aux joueurs pendant le match (il a été muni d’un micro comme souvent lors des finales de coupe sur France Télévisions) était vraiment le seul truc sympathique de ce match d’une nullité rare.

Lire la suite...

jeudi 12 avril 2012

Héraultais à 63, Sardines à 12.

Ligue 1 saison 2011-2012

Honnêtement, vous vous attendiez à autre chose ? En match en retard de la 30e journée de Ligue 1, l’OM n’a opposé aucune résistance digne de ce nom à une équipe de Montpellier venue pour prendre 3 points d’avance sur le PSG dans un calendrier très mal fait mais remis à jour.

Comme prévu, Didier Deschamps a largement fait tourner. Pas de Rémy, pas d’Azpi(rateur), en revanche Gignac et Brandao étaient titulaires, tout comme Kaboré et Djimi Traoré. Perso, si j’avais été entraîneur de l’OM, j’aurais fait la même chose 3 jours avant le seul match offrant encore au club l’occasion de sauver un tant soit peu la saison, voire de lui offrir des perspectives pour le prochain exercice. Tout le monde savait très bien qu’en plaçant cette rencontre 3 jours avant la finale de la Coupe de la Ligue, l’OM n’allait pas la jouer pas à fond. Le report du match sous prétexte qu’il devait se tenir entre l’aller et le retour des quarts de finale de la Ligue des Champions n’avait aucun sens, à moins de réellement croire en la qualification de l’OM face au Bayern et surtout d’avoir une date pour repousser ce Marseille-Montpellier sans fausser encore plus le championnat. Les dirigeants phocéens auraient aussi dû y penser avant de demander cette modification du calendrier car au final ça leur a apporté plus de problèmes qu’autre chose. C’est à se demander si leur motivation en faisant cette demande n’était pas de faire chi*r la LFP, de lui forcer la main ou de pouvoir crier au complot si elle avait refusé la requête.

Lire la suite...

- page 1 de 6