Mot-clé - Olivier Le Gac

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 22 juillet 2017

On a entendu siffler les Sardines. (TdF 2017, E20)

Normalement, dans le sud de la France, on entend chanter les cigales. Pour Chris Froome (SKY), on a entendu siffler les Sardines.

Le Tour de France 2017 a rendu son verdict. Sauf accident improbable, Chris Froome remportera l’épreuve pour la 4e fois. Il devancera Rigoberto Uran (CDT), la grande surprise – y compris pour lui-même – de ces 3 semaines. Romain Bardet (ALM) complète miraculeusement le podium malgré un contre-la-montre absolument désastreux. Le suspense qui aura très longtemps marqué la lutte pour la victoire au classement général a tenu jusqu’au bout, il s’est juste un peu déplacé vers un enjeu moindre que maillot jaune.

Lire la suite...

mercredi 12 juillet 2017

Variation sur le même thème. (TdF 2017, E11)

Navrantes. Les étapes de plat du Tour de France 2017 sont plus navrantes les unes que les autres. Mais qu’attendent les adversaires de la Quick Step pour enfin réagir ? Un coup de pot… ou de Pau ? Même pas, puisqu’elles ne tentent rien pour le provoquer.

Allez, je suis sévère, en réalité un homme a bien manœuvré lors de cette journée de transition. Il a été victime d’une grande bande de demeurés tous à la solde du maître du sprint, l’homme qui étape après étape claque les fesses de chacun de ses adversaires pour les remercier d’avoir fait de leur mieux pour lui permettre de les éclater. Le cyclisme sur route est un sport de masochistes.

En fait, contrairement à ce qu’on entend souvent, les cons, ça n’ose rien, et c’est à ça qu’on les reconnaît.

Lire la suite...

lundi 3 juillet 2017

Déchaussez, c’est gagné ! (TdF 2017, E3)

Combler un écart, temporiser en tête d’un peloton affamé, déchausser, prendre le temps de bien réenclencher le pied sur la pédale, remettre une accélération, larguer tout le monde, gagner l’étape, esquisser une petite danse une fois la ligne d’arrivée franchie. Tout Peter Sagan (BOH) est résumé dans cette fin d’étape.

Le Tour de France est rentré à la maison, il a enfin pénétré en France, et comme par hasard, le soleil a décidé de se pointer après 2 jours dégueulasses en Allemagne et en Belgique (d’où s’élançait la 3e étape avant de passer au Luxembourg). Les coureurs ont passé plus de 5 heures sur des routes rarement plates, souvent balayées par du vent défavorable, il y a eu du mouvement, des chutes, et au final… le favori a fait le show. On ne se lasse pas des grands classiques.

Lire la suite...