Mot-clé - PSV Eindhoven

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 7 avril 2014

Plus d’euros, plus d’Euro.

UEFA, tout pour le fric. C’est officiel, l’UEFA a décidé de créer la Ligue des Nations. De quoi s’agit-il ? D’une nouvelle compétition conçue officiellement pour remplacer les matchs amicaux internationaux présentés comme sans intérêt. En réalité, il s’agit à terme de remplacer l’Euro.

Bien sûr, on ne vous le présente pas ainsi, pourtant tout porte à le croire, ce sera bien le cas à moyen terme. Les indices concordent. L’opération se fait en 4 étapes.

1. Dévaloriser l’Euro en le faisant passer à 24 participants au lieu de 16, ce qui va tuer l’intérêt des qualifications (qualifier près de la moitié des équipes va générer mécaniquement une multiplication des matchs en bois), et donner lieu à une affligeante modification du format (on aura donc des poules de 4 avec qualification des meilleurs troisièmes – un b*rdel pas possible, une équipe peut remporter la compétition avec 2 nuls et une défaite en poule – et plus de matchs à la c*n).
2. Créer la Ligue des Nations à partir de 2018 en s’inspirant de la Ligue des Champions, comme son nom l’indique.
3. Organiser l’Euro 2020 dans un tas de pays différents au lieu d’avoir une réelle phase finale, une manœuvre ayant pour but de nous habituer à la disparition de l’Euro comme on le connaît depuis déjà pas mal d’années (une grande fête populaire dans 1 voire 2 pays). En somme, le mode d’organisation sera assez proche de celui de la Ligue des Nations.
4. Remplacer l’Euro qui n’aura plus grand intérêt par la Ligue des Nations où le système de divisions séparera les gros des petits et garantira d’avoir presque uniquement des matchs à enjeu (la qualification pour la phase finale ou éviter la relégation).

La motivation profonde des dirigeants de l’UEFA ne fait aucun doute : générer toujours plus d’argent. Ils nient fermement, on ne peut pas les croire. Cette motivation est permanente dans absolument toutes les décisions de cette fédération internationale. En l’occurrence, en remplaçant les rencontres amicales par des compétitions officielles et en multipliant les grosses affiches (en première division devrait y avoir un maximum de grosses affiches), elle crée un produit supplémentaire à vendre aux chaînes de télé.

Lire la suite...

vendredi 18 mars 2011

La Ligue 1 a les défauts de ses qualités.

Bandeau Ligue des Champions Bandeau Europa League

Voilà… c’est fini. Tout ça pour ça… 12 matchs, beaucoup de fatigue, de points perdus en championnat… Pour quel résultat, si ce n’est un maximum de regrets et de frustration ? Je reste persuadé que le PSG avait les moyens de gagner l’Europa League''. Pour l’OL et l’OM aussi, l’aventure européenne est terminée.''

Pourquoi ne retrouve-t-on aucun club français en quart de finale de la Ligue des Champions ou de l’Europa League ? Ce n’est pas tellement une question d’argent, quand l’OL et l’OM recrutent à des prix fous des Gourcuff et des Gignac (pour ne citer que les deux derniers exemples d’achats à des prix improbables), l’argument ne tient plus.

Lire la suite...

vendredi 25 février 2011

Mission accomplie.

Bandeau Europa League Passer tout près d’un énorme fiasco alors que tout semblait aller pépère, qu’on n’envisageait même pas que ça puisse partir en sucette. On a tous vécu ça… Ne me dites-pas le contraire, vous avez forcément ressenti au moins une fois ce soulagement qui vous donne presque envie de rire pour évacuer la pression due à ce coup de stress.

Contre le BATE Borisov, le PSG devait passer sans trop de problèmes après son match nul 2-2 à l’extérieur. La qualification a finalement été obtenue… Si on fait le bilan de ce match, le principal élément à inscrire dans la colonne du positif ou dans celle du négatif, c’est bien la qualification, non ? Si on se penche sur la manière, tout de suite, c’est nettement moins reluisant. Si je n’avais vu OM-Manchester United mercredi soir, j’aurais pu être extrêmement sévère concernant ce 16e de finale retour d’Europa League. OM-MU a été si horrible qu’à côté PSG-BATE passerait presque pour un sommet du football international, car au moins, il y a eu des actions, des occasions de but, quelques arrêts, des frayeurs, des joueurs volontaires (pas tous). Je vous le concède, certains gestes techniques vus jeudi soir au Parc ont été magnifiquement ratés, toutefois je ne suis pas sûr d’avoir vu une bonne passe entre Marseillais et Mancuniens, les Red Devils étaient presque plus pathétiques que les Sardines. La Ligue des Champions est parfois au niveau de la CFA2. Mercredi, devant ta télé, tu ne savais pas si tu allais t’endormir ou si tu dormais déjà, si ce spectacle de désolation était réel ou s’il s’agissait d’un mauvais rêve.

Lire la suite...

vendredi 18 février 2011

2-2 par -22.

Bandeau Europa LeagueEn réalité, gagner la Coupe de France, c’est le début des emmerdes ! Le PSG, en plus du trophée, a obtenu sa qualif européenne. Résultat, cette saison il a déjà joué 9 matchs d’Europa League, le 10e aura lieu jeudi prochain, il ne servira qu’à se qualifier en 8e de finale… Pour la remporter, c’est 7 matchs de plus ! L’UEFA abuse.

Je suis un peu plus anti-Platini chaque jour que Dieu fait. Le mépris que montre cet infâme politicien pour l’Europa League et les clubs qui y participent est scandaleux. En réalité Platini, n’a rien du président altermondialiste du football qu’il voudrait qu’on croit qu’il est, son image est totalement artificielle, c’est du marketing. Quelques exemples ?

-L’étalement des 8e de finale de la Ligue des Champions sur 4 semaines différentes (avec 5 semaines et 1 jours d’écart entre le premier et le dernier match, 3 semaines entre l’aller et le retour) n’a pour but que de vendre plus de matchs aux télévisions, de permettre aux plus gros clubs d’être encore plus exposés (sans oublier que leur présence est assurée en février/mars depuis la réforme Platini, on a remplacé les poils à gratter des poules par des faire-valoir) et donc de se partager le gâteau…

Lire la suite...

vendredi 17 décembre 2010

La pêche aux gros : Europa League.

Bandeau Europa League On a connu mercredi l’identité des derniers qualifiés pour les 8e de finale de l’Europa League, on en sait beaucoup plus sur la suite de la compétition.

Des gros sont tombés, le tenant du titre, l’Atlético de Madrid, mais aussi 3 Italiens (Juve, Samp, Palerme), ainsi que le large leader de la Bundesliga (Dortmund). Dans une bien moindre mesure on remarque que les Espagnols de Getafe, les Bataves d’Alkmaar, les Belges du FC Bruges et les Grecs de l’AEK Athènes ont aussi pris un coup de chausson.

Naples est passé grâce à un but de Cavani à la dernière minute de son dernier match, c’est LE rescapé de la phase de poule. Un des rares autres qualifiés de la dernière journée est le LOSC. Il fallait absolument gagner contre La Gantoise, il neigeait, le terrain était dégueulasse, ce qui n’a pas empêché Lille de s’imposer en multipliant les occasions. Pour une fois Rudi Garcia avait mis à peu près sa meilleure équipe possible, assurant finalement la 2e place dans un groupe où la première était parfaitement jouable à condition de la jouer, ce qui n’a pas été tenté.

Lire la suite...