Mot-clé - Pauleta

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 20 octobre 2013

Camouflage et explosions. (L1, J10)

Ligue 1, saison 2013-2014 Quand des Corses se pointent en tenue de camouflage, en général, c’est que ça va exploser de partout. Ça n’a pas manqué !

Venus au Parc des Princes avec un maillot spécial en imprimé camouflage, les joueurs du Sporting Club de Bastia ont explosé en vol. Le PSG leur a infligé une violente défaite sur le score de 4-0. Cette rencontre comptant pour la 10e journée de Ligue 1 aurait pu être encore plus dévastatrice pour la différence de buts des hommes de Frédéric Hantz car les Parisiens ont multiplié les occasions. Cette démonstration s’explique notamment par le turnover opéré par Laurent Blanc à cause de la trêve internationale et de l’absence du duo Verratti-Motta pour cause de suspension. Les circonstances ont profité aux jeunes, ils ont explosé aux yeux du public : Hervin Ongenda, Lucas Digne et Adrien Rabiot (malgré quelques erreurs à la Verratti) ont été impressionnants.

Toutefois, je ne suis pas certain que la performance de ces jeunes garçons – et des autres, pour la plupart bons, voire très bons – sera la plus commentée. De même, le grand camouflage du jour sera passé sous silence dans la plupart des publications, résumés et autres analyses de la rencontre. Et pour cause. Laurent Blanc a énormément de mal à trouver une formule permettant à Zlatan Ibrahimovic et Edinson Cavani de jouer ENSEMBLE en étant performants comme l’autre… Il a donc offert à chacun 45 minutes de temps de jeu, l’Uruguayen remplaçant le Suédois à la mi-temps. Mais chacun a trouvé le moyen de s’offrir un doublé en commençant par un but insensé.

Autrement dit, 2 et 2 font 4, mais les 2 ne font pas la paire.

Lire la suite...

lundi 17 octobre 2011

En roue libre… à une cadence folle.

Ligue 1 saison 2011-2012 Le PSG s’est imposé facilement à l’extérieur contre Ajaccio (1-3), les Parisiens étaient en roue libre, ont joué sans forcer, au petit trop… pourtant ils poursuivent leur route à une cadence folle. Si Pastore avait fait danser les Ajacciens, le titre était tout trouvé : le tango corse (référence à la chanson de Fernandel). Rentrée jeudi de son périple en Amérique du Sud, la star du championnat n’a pas brillé. D’autres ont pris le relais, en particulier Gameiro, auteur d’un triplé et non d’un coup du chapeau car Carl Medjani avait égalisé à 1-1. Ce déplacement chez un relégable ne s’est pas avéré plus corsé que prévu – ah ah ah – car le promu n’a pas le niveau pour gêner le PSG même privé de plusieurs éléments importants (Lugano, Matuidi et Ménez étaient suspendus, Hoarau et Bisevac toujours convalescents, Bodmer n’est pas entré en jeu). Pour être juste, Ajaccio aussi était handicapé par quelques absences (notamment celles d’Ilan, Mostefa et Pierazzi).

Lire la suite...