Mot-clé - Perrine Laffont

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 11 février 2018

Vent de fraîcheur, vent de malheur. (PyeongChang 2018, J2)

PyeongChang 2018 Le premier week-end des JO d’hiver de PyeongChang aura été fortement marqué par le vent. Un sale vent très problématique qui ne cesse de perturber les épreuves au point de provoquer des reports/annulations, des contre-performances, voire pire, des chutes. De quoi perdre le sourire et l’envie de se lever la nuit pour suivre les épreuves.

Heureusement, un vent de fraîcheur vient en partie effacer le négatif. Une nouvelle génération a brillé – à différents niveaux – lors des épreuves du jour. On a ainsi pu assister au sacre du premier champion olympique né dans les années 2000, à de super performances de la relève en ski de fond, à la confirmation de la prise de pouvoir de la jeune star du patinage russe, mais aussi – et surtout, en ce qui nous concerne – au triomphe modeste et retenu d’une Ariégeoise de 19 ans que tout le monde au sein de l’équipe de France attendait depuis Sotchi.

Perrine Laffont, qui a découvert les JO à 15 ans, a fait son chemin depuis. Etape par étape, elle a su se mettre en position de l’emporter en Corée du Sud. Le plus difficile restait à faire. Extrêmement éprouvante physiquement et psychologiquement, cette compétition a fait des dégâts. D’autres favorites ont craqué, incapables de résister à la pression. Il fallait puiser au fond de soi pour parvenir à exprimer ses qualités et tenir ses nerfs lors de chaque run. S’imposer à 19 ans aux Jeux Olympiques est déjà fabuleux, le faire à l’expérience est unique.

Lire la suite...

dimanche 19 mars 2017

Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années.

Organiser les Championnats du monde de snowboard et de ski freestyle à Sierra Nevada (station de sports d’hiver espagnole dans le parc national de la Sierra Nevada), pourquoi pas ? Mais du 7 au 19 mars, c’est… chaud ! Au sens propre.

Il a fait chaud. Il y a eu du vent. Il y avait en revanche peu de neige. Les modules, les pistes, les parcours de ski de bosses et de cross couleur terre, le half-pipe mou (qui se durcissait plus ou moins en soirée), les reports dus à la météo changeante… L’organisation ne laissera pas des souvenirs impérissables. Tout n’est pas à jeter, tant s’en faut. Si le ciel bleu faisait bel effet à l’image, c’est grâce à la réussite des Bleus que cette quinzaine s’est avérée très agréable à suivre.

Le bilan des équipes de France est exceptionnel : 13 médailles – pour 4 titres – remportées par des champions et championnes de 15 à 40 ans. Les anciens, les nouveaux et les futurs ont répondu présents. Rares ont été les déceptions, nombreuses ont été les révélations. Certains ont su se révéler à eux-mêmes à un an des JO ou confirmer les espoirs fous placés en eux.

Lire la suite...

mercredi 31 décembre 2014

2014 en champions.

Martin__aureole_Dieu_de_l_Olympe.jpg A l'affligeant, nul n'est tenu, sauf à L'Equipe ! Comment peut-on ne trouver qu'un seul représentant des sports d'hiver dans le top 10 de l’élection – bidon – du Champion des Champions une année de JO d'hiver où la France a cartonné ?

Martin Fourcade a réussi la plus impressionnante razzia olympique française depuis 1968 (2 médailles d'or et une médaille d'argent dans des épreuves individuelles, Killy avait décroché 3 titres) en plus de dominer pour la 3e fois la Coupe du monde d'un sport où l'aléa est omniprésent... sauf quand Martin est sur la piste. Ne le mettre que 3e de cette élection montre une fois de plus que la rédaction du quotidien du sport et de l'automobile est pleine d'incompétents. Je vous l'accorde, on s'en rend compte à chaque fois qu'on ouvre les pages de ce qui se veut être la référence.

Lire la suite...

vendredi 7 février 2014

Les Bleus à la recherche de l’or blanc. (Sotchi 2014)

Sotchi 2014 J’annonce déjà un record de médailles pour l’équipe de France olympique (plus de 11). Mieux, j’annonce aussi un record de titres (4 ou plus). Sotchi 2014 sera un grand cru pour les Bleus.

Si forts que ça nos Bleus ? Non. Au niveau de la densité, on a connu beaucoup mieux… avant une série noire de blessures touchant beaucoup de têtes d’affiche, à commencer par nos 2 championnes du monde de ski alpin (Tessa Worley et Marion Rolland). Seulement voilà, l’équipe de France possède encore plusieurs locomotives qui à elles-seules devraient obtenir plus de la moitié des médailles.

Lire la suite...